Catégorie : Beauté

13 février 2017

La silidrop

ABOUT
Silidrop @silidrop

Aujourd’hui, je suis dans l’aveu un peu honteux et misérable mais surtout rageur : cela fait déjà deux mois que j’essaie de gérer la silidrop.

J’ai voulu jouer avec l’escalope comme une gosse, la presser entre mes doigts, la retourner, j’ai suivi le mode d’emploi, parfois pas, je l’ai rincée, pas rincée, pliée, dépliée, bref, j’ai vraiment eu une volonté inouïe d’épuiser le sujet.

J’ai mangé tous les tutos possibles en français, néerlandais, anglais, parce que je voulais absolument que ça marche entre elle et moi, pourtant après tout ce temps, j’ai encore l’impression d’être une handicapée de la boobie sponge.

 

La silidrop

Censé remplacer le beauty blender, c’est un accessoire en silicone qui sert à appliquer son fond de teint de manière uniforme, sans perdre une goutte de produit tout en étant hygiénique et peu cher.

La prise en main a l’air assez simple, vue de loin, mais ne te fie pas à son caractère enfantin.

J’ai encore été sur le site au moment de filmer la vidéo pour m’assurer que je tapotais bien mon fond de teint comme une pro. Mais il faut croire que même avec les meilleures instructions du monde, la goumiche a du mal.

 

Les résultats en close-up

J’ai préféré prendre la route de la prudence et tester l’éponge avec mes trois fonds de teint les plus utilisés ces derniers mois.

Parce que les connais, que je sais comment ils se comportent avec une brosse ou le beauty blender, tout comme avec les doigts. J’avais donc pris le parti de les essayer avec la silidrop en me disant qu’au moins l’un d’entre eux allait donner un résultat passable.

A une certaine distance de mon visage, le fond de teint Fit Me Matte + Poreless de Maybelline a l’air d’être le plus adapté pour ce genre d’outil, alors que j’aurais plutôt parié sur le city radiance de Bourjois (texture onctueuse, rendu naturel, un peu du style BB crème).

Quant au Teint Touche Eclat d’YSL, il a eu un rendu horrible – qui te donne envie de détester sa formule ou de le jeter. Alors que ce n’est clairement pas de sa faute.

Je trouve que les photos ne retranscrivent pas assez la réalité que j’arrive à voir se dessiner dans mon miroir depuis ce matin. Mais très honnêtement, c’est ENCORE pire que ce que vous voyez ci-dessus :

  • le teint est irrégulier, paraît moche (même sur mes joues, on obtient la même texture que sur le front)
  • complètement patchy, je n’ai jamais vu autant de plaques mal étalées, pourtant je suis les instructions (et quand j’essaie d’étaler un max, ça déplace la matière)
  • impossible de tapoter le produit dans les pores, quand une éponge y serait parvenue sans soucis
  • elle est un peu compliquée à manier pour les zones plus fines/ les coins
  • on n’obtient pas de résultat similaire chaque jour : en deux mois je n’ai jamais vu un MIEUX, j’ai toujours lâché un cri de rage à chaque essai
  • on dirait que ce qui enveloppe l’objet a tendance à se détendre un peu : d’où plus de stries si je ne fais pas gaffe
  • cela prend beaucouuuuuup plus de temps pour se maquiller. Même avec une foundation brush je ne mets pas 15 minutes juste pour le teint – je n’ai pas de temps à perdre là-dedans le matin

 

Pour moi, la beauty blender a justement l’avantage de l’hydratation, du confort et de la maniabilité que n’offre clairement pas son « concurrent ». Je peux comprendre qu’on soit un peu sur ses sous et qu’on veuille faire des économies de fond de teint, mais tu te rendrais plus service en utilisant tes doigts qu’en investissant dans une silisponge. A moins d’avoir une peau d’une autre monde, ou d’aimer le minois plâtré de makeup.

En gros, je trouve que la silidrop mime une très belle balle anti-stress (mais je ne mettrais jamais 14 euros dans ce genre d’objet, peut-être dans une peluche quoi, à la limite), mais qu’elle ne me fera très certainement pas abandonner mon éponge en forme d’oeuf.

Un accessoire de makeup demandera toujours un peu de pratique et d’effort, mais ici, je n’ai jamais eu aucun espoir d’arriver à un semblant de fini naturel – si on me zieute à une distance d’un kilomètre, peut-être, oui. Je veux bien qu’on crée de nouveaux gadgets pour ne plus gaspiller, mais là j’ai perdu deux mois à me battre avec ce bidule.

Faut pas déconner non plus.

 

Des bisous les Caribous !
Silidrop, 14 euros, reçu par la marque

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
8 février 2017

Top Secrets Moisture Glow, my magic wand

ABOUT
Instant Moisture Glow @YSLbeauty

J’ai vécu pendant des années selon le même schéma de réveil : l’oeil croûté qui s’ouvre, la bouche pâteuse, le grognement intempestif du matin, parce que, DE BASE, la goumiche n’est pas contente.

Souvent, cela dépendait de mes nuits.

Puis j’ai un peu compris que ce que les gens me disaient dans les rêves n’était pas la réalité, et que si George m’avait tranché la gorge à la scie dans une ruelle et qu’au lendemain il me proposait un café « comme d’habitude, avec de la crème ? » ce n’était pas parce qu’il était hypocrite.

Juste que ce n’était jamais arrivé.

 

Autant te dire qu’avec ce genre de cinéma sous la caboche, j’ai, parfois, la gueule déstructurée comme un rubik’s cube mal foutu quand j’émerge – je râle bien et tout ça, et que malgré l’eau froide passée sur le visage et ma relative bonne humeur dans les premières heures du jour, j’ai parfois besoin d’un BON coup de pouce.

Ne serait-ce que pour à nouveau ressembler à un humain.

 

La lumière, je la trouve d’abord dans mes soins, mes doudous d’amour, mes petits chéris qui trônent sur mon armoire dans la salle de bain. J’ai une routine calibrée pour ne pas flancher, prendre du plaisir du lever jusqu’au coucher, mais elle est surtout là pour hydrater en ce moment, du coup, parfois je triche.

J’arrive lentement mais sûrement au bout de ma poudre ambient lightning d’Hourglass, celle qui a un sous le capot la force d’une poudre bonne mine tout en étant invisible et ultra-fine. Elle, je l’aime, et la rachèterai sans faillir même si elle coûte une blinde. Cela va faire deux ans que je l’ai et que je l’utilise quasiment sans discontinuer en touche de finition sur le teint. Parce que sans, le makeup est acceptable, mais qu’avec tout paraît tout de suite plus lisse/éclatant.

Une vraie bombe ce truc.

Aussi, j’ai craqué comme une miséreuse sur un primer qui me tournicotait le ciboulot depuis des mois : reçu en échantillon dans le fond d’un sac quand j’avais acheté le teint encre de peau d’YSL (ne choisis jamais celui-là, son packaging est une horreur), j’ai vite compris que j’étais foutue quand le petit tube ne délivrait plus que de l’air.

Je ne pensais jamais pouvoir tomber dans la fosse de celles qui balancent leur argent dans un hybride mi-soin/mi-maquillage, parce que cette catégorie est typiquement une aberration.

Mais j’admets très modestement prendre mon pied comme une licorne montée sur des roulettes en forme d’Oreos quand je l’utilise.

Le Top Secrets Moisture Glow d’YSL est un primer dans les règles, avec fini siliconé (et autant d’ingrédients de texture pour arriver à ce beau résultat flouteur) et une hydratation garantie pendant plus de 72h (ouais mais non, je me lave le visage quand même). Le plus est donc dans la matière douce et veloutée et le fini satiné sur la peau – quasiment mat, et ses microscopiques particules brillantes qui apportent un glow sans limite.

Je te rassure, on ne me prend pas pour la miss qui fricote avec une disco-ball, juste une fille bien réveillée.

 

Alors quand je le combine avec la poudre hourglass (avec une couche de fond de teint – bronzer – blush entre les deux), c’est la fête, j’ai un maquillage qui dure et ne s’affadit pas d’une miette.

Ou d’une nano-miette, allez.

 

Je l’appelle ma magic wand, la baguette qui me réconcilie avec à peu près n’importe quel fond de teint, mais tu me diras que tout primer qui se respecte aura le même résultat (m’en fous, c’est celui-ci que j’aime).

J’en ai déjà testé d’autres, mais à part le naturel de chez Jane Iredale qui était bien (sans looping quoi), aucun n’autre ne m’avait transcendé comme le Yves-Saint-Laurent.

J’ai juste énormément grincé des dents au moment de payer, la bouche tordue de douleur malgré mon bon de 25%, le bidule de 40ml se vendant aux alentours de 50 euros.

Autant te dire que je me l’offrirai une fois toutes les trois pluies, en souffrant de manque à chaque fin de tube. Je suis juste contente d’avoir trouvé un combo de la mort qui tue (expression à deux balles inc.) pour passer des matinées moins pénibles quand mon reflet me fera « coucou-bonjour » dans le fond de mon café crème.

 

Des bisous les Caribous !
Top secret Moisture glow YSL (aussi appelé hydratant éclat instantané top secrets)

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
25 mai 2016

Quick Talk : L’art de l’anti-cernes

sananas

J’aime beaucoup lire les revues sur les anti-cernes, parce que l’avant-après est toujours flagrant (on voit directement le résultat), mais surtout parce qu’il permet de mettre en évidence le rapport quantité/avis de l’utilisatrice.

En gros, si je m’étale une surdose de fond de teint sur le visage, et que je vous dis par après que « QUAND MÊME, le rendu est caky, c’est naze », il y a une distortion dans la réalité de la goumiche, son compte-rendu est comme qui dirait biaisé par sa tendance à trop en mettre.

Contrairement à Sananas qui s’en colle joyeusement jusqu’aux aisselles (cf. l’image de l’article), histoire d’avoir UN MAXIMUM de luminosité (et le cake/la génoise/les plis amplifiés avec), je préfère miser sur les pigments inclus dans la matière. En gros, si le produit n’est pas assez fort en dose réglementaire pour gérer mes bananes bleues de fatigue, c’est qu’on doit se quitter vite et bien (entendre par-là « viens jouer avec ma poubelle »).

 

Comment j’applique mon anti-cernes

Par touches. Réduites. En gros, je n’en mets pas spécialement sur le cerne, je dépasse autour, je cherche surtout à gagner en lumière sous la mirette pour transformer un regard de boeuf en regard frétillant.

Trois petits points sont suffisants, j’étale en tapotant sans utiliser de pinceau – même si parfois le beauty blender est bienvenu quand la matière est plus épaisse.

Une fois que c’est fait, il m’arrive de temps en temps de rajouter une dose de l’ambient lightning powder d’Hourglass histoire d’avoir un rendu PAR-FAIT de Cendrillon qui va traîner son lard au bal.

 

Mes préférés

Le plus facile à doser : chez Bobbi Brown, on trouve des pots de correcteur et concealer, et même si j’avais acheté les deux (et expliqué la différence), le second était mon poto de jours de merdasse. J’en ai encore dans le minuscule écrin, il dure une éternité, ne crease pas, n’est pas du genre à sécher donc plus facile à poser pour les débutantes. Un must qui coûte un pont mais si tu es économe de l’anti-cernes, tu devrais arriver à taper dans la même longévité que pour le mien.

 

Le plus crémeux/couvrant : le superstay 24h concealer de Gemey (celui-là) est sûrement celui que j’ai le plus utilisé avec plaisir parce qu’il est ultra-crémeux. Ils n’ont créé que 2 teintes (WHY MAYBELLINEKE? WHY ?) et la plus claire est tout juste pour moi – c’est-à-dire qu’elle matche mon teint et la couvrance permet d’oublier mes cernes, mais il n’a pas ce chouilla de lumière en plus vu sa tonalité. C’est plutôt celui que je dégaine quand je veux vraiment cacher la zone plus que l’illuminer (même si le rendu n’est pas du tout plat, ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit, didju).

radiance reveal

Le plus lumineux vavavoum : le Radiance Reveal de Bourjois qui porte TELLEMENT bien son nom vu la clarté qu’on a réussi à infuser dans flaconou. Il est commode à l’application quoiqu’un chouilla trop clair dans les premières minutes (d’ailleurs, c’est pareil que pour Gemey, trois teintes ne suffisent pas pour convenir à toutes les goumiches de la terre makeupienne, merci). J’ai mis une demi-semaine pour l’apprivoiser, mais maintenant c’est banco, il amène un spot direct sur les orbites sans effet de tache blanche qui donnerait un air cadavérique. Il y a plus de chance de se rater avec lui qu’avec les deux autres (rapport à sa couleur porcelaine), pour ça que j’évite d’en abuser. Il peut d’ailleurs servir pour ajouter un ou deux points de lumière ailleurs sur le visage ou par-dessus un autre concealer, un peu à la façon d’un touche éclat YSL version cheap.

 

C’est certain, je peux vaquer avec mes bananes bleues qui claquent au vent, mais quand j’enchaîne un peu trop au boulot / ou que le sommeil a du mal à trouver son chemin, je suis bien contente d’avoir ces petits tubes sous la main.

Ca me donne l’impression de m’étaler du café sur les cernes pour les réveiller, les inciter à danser la samba et prendre la porte. L’anti-cernes est une invention que j’admire et honore sans faillir, faut me voir quand je ne les retrouve pas dans mon pochon à maquillage, on dirait un boeuf mugissant bouffé par la testostérone.

Je veux pas me sentir cernée quand je sais que j’ai des bidules qui rattrapent la façade pour moi, je suis simplement très distraite quand je les utilise et oublie de les remettre systématiquement à leur place (je jongle avec, Marty s’en mêle, les elfes de maison me font des blaguounettes).

J’ai juste encore un oeuf à peler avec les goumiches qui s’en tartinent joyeusement deux litres sur les valises « pour bien avoir l’air éveillé », même si chacun se meut comme il l’entend. Ca fait partie de ces choses qui me dépassent (comme les concours du nombre de mètres de saucisse avalés en moins de 5mn). 

 

Des bisous les Caribous !
Radiance Reveal de Bourjois, acheté 11 euros chez Di

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
16 mai 2016

Body Oils

ABOUT
RENE FURTERER huile sèche sublimatrice 5 sens
NAJEL Elixir aux trois huiles
ELIZABETH ARDEN Eight Hour Cream All Over miracle Oil
L’OCCITANE Huile Parfumée Néroli Orchidée
bodyoils

Tu me vois venir à 10km avec mes pots d’huiles diverses et mon sourire hagard de fille tombée dans un macérât d’olive quand elle était petite.

Je suis une grassouillette dans l’âme, et je ne n’arrêterai JAMAIS de vous en parler.

Parce que, de tout ce que vous pouvez trouver sur le marché, c’est la matière première la plus pénétrante dans la peau, donc la plus à même de vous rendre un épiderme satiné, celui que les gels douches décapants et le manque de temps vous ont  gracieusement volé, sans notice, sans petit mot sur le frigidaire pour prévenir du carnage.

 

Le grand avantage des body oils, c’est qu’elles sont multi-usage : sur le visage (avec restrictions, que l’huile de base convienne à votre type de couenne), sur les cheveux (voir l’oil therapy), sur le corps (si t’es ne faignasse de première, je te conseille de lire mon article pour les lazy de la routine corporelle), sur les cuticules en fer forgé, comme base pour un gommage maison (dans ce cas, autant prendre une version pure pas trop chère, comme celle de coco – qui sent merveilleusement bon).

Dans ma petite valise quotidienne, j’en ai quatre pour le moment : toutes sont des mélanges, parfumées, et aux usages complètement différents. Comme quoi, d’un liquide à l’autre, on peut totalement changer de catégorie d’application.

 

La plus pure // L’élixir aux trois huiles de Najel

C’est celle que j’utilise pour me masser les cuisseaux depuis que j’ai commencé ma cure de ventouse anti-cellulite (le machin bleu qui ressemble à une coupe menstruelle mais se charge de décrasser les jambons engorgés).

Elle est un mix d’huile d’amande douce, de nigelle, et d’olive, ajouté d’un antioxydant naturel. Le flacon vante une odeur de fleur d’oranger, je suis d’avis que ce doux parfum est allé voir ailleurs, je sens surtout le cumin noir qui flotte comme un petit génie vicieux en arrière-fond.

De la troupe, c’est celle qui hydrate le plus en profondeur (on n’oublie pas qu’une grassouillette contre la déshydratation aussi par défaut en fortifiant le ciment intercellulaire et donc en empêchant une déperdition d’eau inutile)(en gros tu te tartines, puis tu bois ton Evian tranquille), mais elle ne conviendra clairement pas à celles qui cherchent un soin « oup’s je suis partie« , elle est d’une lenteur d’escargot au niveau de l’absorption.

NB : elle ferait un excellent bain d’huile, l’amande douce est un très bon fortifiant capillaire, la nigelle réputée pour soigner les maux pelliculaires (entre autres), et l’huile d’olive la reine dorée méditerranéenne de la brillance et de la nutrition.

 

La plus capillaire friendly // Elizabeth Eight Hour Cream All-Over Miracle Oil

Découverte par hasard pendant un évent Elizabeth Arden, j’ai été étonnée de voir que la marque vendait certains produits pour la peau à la composition plus qu’appréciable (quand on aime bien le naturel et qu’on est habitué au grand écart conventionnel/bio, s’entend).

Elle sent la pastèque – ou un truc frais et juteux, un peu floral, un bonheur fruité quoi, et est un VRAI plaisir à appliquer sur les longueurs en finition. Il en faut très peu, elle laisse un doux parfum et n’alourdit pas du tout la coiffure.

Dedans on trouve une base d’huile de riz pour une excellente émollience, de pépins de raisin (connue pour son excellente pénétration cutanée et son pouvoir antioxydant), et enfin la précieuse huile de camelia que je traque depuis des plombes en version pure, réputée pour être une grassouillette magique pour le soin des cheveux, qu’elle rend doux/brillants/lisses.

C’est devenu mon passage obligé une fois que ma touffe est sèche, une petite pression et pouf pouf sur les pointes et la masse, elle remplit très bien la mission d’adoucisseur capillaire, c’est d’ailleurs le seul usage que je lui réserve.

bodyoils2

La plus sèche // René Furterer Huile sèche sublimatrice 5 sens

Aaaaah, la recherche d’huile qui pénètre en un clin de mirette et se laisse oublier sur la peau. De toutes celles testées jusqu’à présent, je pense que celle de René est la plus sèche de chez sèche dans ma salle de bains.

Bon, au niveau des ingrédients, c’est sûrement celle qui va apporter le moins de bénéfices nets, elle contient essentiellement des composants chimiquement modifiés (pas de silicones ceci étant dit), MAIS, on retrouve quand même en milieu de liste de l’huile d’avocat / carthame / amande douce / ricin / jojoba, un mix à la fois assouplissant et réparateur.

En gros, on ne l’achète pas pour son côté nature (laissé au coin de la rue, entre la boulangerie et le supermarché), mais plutôt pour sa facilité d’utilisation et son parfum de vacances ensoleillées – sans ylang-ylang, ni monoï, ni vanille, pour éviter la redondance.

Elle donne un très beau côté satiné à la peau et je l’utilise essentiellement quand les beaux jours arrivent et qu’il fait si chaud que la simple pensée de m’hydrater la couenne me donne des sueurs froides et glissantes. Puis, comme elle donne un aspect glowy immédiat, c’est tout bénef’ de la dégainer quand la saison des épaules nues débarque.

 

La plus délicieusement parfumée // L’Occitane huile parfumée Néroli Orchidée

Graou.

C’est tout ce qui m’est sorti de la bouche quand je l’ai essayée au sortir du colis. Je suis rarement fan des huiles parfumées parce qu’elles sont souvent imposantes, olfactivement parlant, et me donnent l’impression de me mouvoir avec un paquet de fleurs qui me sortent par les pores.

Ici, on est dans un bain de douceur, un néroli qui n’est pas trop guimauve, même plutôt vert, l’association avec l’orchidée rend l’ensemble absolument délicieux et très cocooning.

Pareil que pour l’huile 5 sens de René Furterer, on ne se la procure pas pour ce qu’il y a DANS le flacon (composition sans intérêt), mais bien pour ce qui en sort, elle est également assez sèche pour convenir à celles qui détestent avoir l’impression d’être un filet de poulet au fond d’un poêlon gras.

En gros, elle nourrit bien, elle rend heureux en se glissant dans les naseaux, que demander de plus ?

Seul bémol (bah oui) : elle coûte 28 euros pour 75ml et j’ai déjà vidé un dixième du flacon en une semaine. Les 100 ml habituels auraient été plus que bienvenus.

 

En conclusion je dirais que toutes les huiles pour le corps ne sont pas forcément à utiliser sur l’entièreté du body. Certaines auront des ingrédients plus intéressants pour une zone ou l’autre, d’autres une dimension confort non négligeable. Suffit de regarder au dos du flacon, de déchiffrer, de réfléchir, et de… bon okay, étales-toi le bidule sur le parchemin et va glisser sur la banquise.

Je passais juste par-là avec mes bidons d’huile de mamma italienne.

 

Des bisous les Caribous !
Huile L’Occitane + René Furterer + Elizabeth Arden offertes par les marques
Huile Najel offerte par Sebio

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
9 mai 2016

La terracotta

About Terracotta Guerlain 4 Seasons 00NUDE
terracota

Dans l’inconscient collectif, la terracotta évoque cette poudre bronzante qui donne l’air à tout un chacun d’avoir fricoté avec un Casimir trop entreprenant. L’effet autobronzant dégueulasse guette au coin de la rue, on essaie d’éviter un maximum la fameuse traînée orange de ces produits de teint des années 90 depuis que la vague de nude a envahit les rayons.

Quand j’ai voulu sauter le pas pour m’acheter ce produit culte, je n’ai même pas été faire de swatch en parfumerie (toujours cette peur indescriptible de se faire happer par une vendeuse sous-informée et maquillée comme un habitué de carnaval), j’ai préféré offrir le bidule.

Pour l’anniversaire de ma Mouman.

Pour information, depuis que je connais son rituel de maquillage, j’ai la douce impression qu’elle mange les poudres de soleil et saupoudre ses pâtes avec un peu de bronzer par-ci par-là. Peau mate oblige, ou envie démesurée « d’avoir bonne mine », elle s’en tartine à qui mieux-mieux sans jamais avoir passé la barrière du too much. Donc je suppose que d’une manière ou d’une autre, il doit y avoir un peu de magie dans le boîtier pour qu’elle ne se rate quasiment jamais.

Même si je m’en mêlais, mes conseils lui passeraient joyeusement au-dessus de la gambette, alors je ne dis rien.

 

Vu la vitesse de réaction peu commune qui me caractérise quand il s’agit d’un achat, deux jours plus tard, j’avais commandé la même version qu’elle, mais pour les peaux claires comme un cacheton.

Le quadrant s’utilise un peu comme tu le sens : tu peux juste prendre du rose pour apporter un coup de blush (seule couleur légèrement irisée), soit faire comme moi, et tournicoter sur toute la surface pour avoir un maximum d’effet.

 

Considérations générales :

  • l’accessoire utilisé est important : avec certains de mes pinceaux, je n’arrivais à pratiquement rien prélever, alors que d’autres se gorgeaient rapidement de pigments
  • elle m’a réconciliée avec le talc : je le répète depuis un bail, mais un ingrédient seul ne va pas déterminer votre tendance à boutonner ou non à l’utilisation. Clairement, comparé à la poudre matifiante de Gemey (la créatrice de plaques de chtars, represent), celle-ci est passée comme crème. Pourtant, elles ont le même ingrédient de base
  • elle est magnifique : je n’ai JAMAIS été aussi contente d’un produit « pour réchauffer le teint » comme je le suis avec cette Terracotta, elle tient toute la journée et ne se fait pas sentir
  • elle est teeeeeellement modulable : vu qu’il y a une déclinaison de 4 couleurs, on peut évoluer vers un fini « minois bronzé », comme « bouille qui vient à peine de prendre le soleil dix minutes en terrasse ». Y a de quoi jouer avec pendant des heures

 

Par la porte ou par la fenêtre, réveillée ou pas de grand matin, avec peu d’inspiration ou créative, j’ai toujours été comblée par la beauté du rendu du quadrant.

Je comprends maintenant pourquoi ma Mouman mange ses poudres de soleil Guerlain à une vitesse folle : elles sont addictives.

J’avais certes couiné au moment de payer, mais je l’ai utilisée sans discontinuer (ou presque) jusque maintenant et 5 mois après son arrivée dans ma trousse de makeup, seul le G incrusté au centre a disparu.

 

J’en ai grandement marre de passer mon temps sur le site de la marque. De baver comme une idiote en voyant leurs parfums et l’aura que dégage leurs packagings. A chaque fois, je faiblis jusqu’au craquage, je me sens comme une vieille tartine molle qui trempe dans du lait et se désintègre en petits morceaux mous quand on me laisse trop traîner sur internet.

En tout cas, y a pas photo, j’ai trouvé MA terracotta, mon objet fétiche dans cette catégorie et je n’ai même plus envie d’en tester d’autres (dit la fille qui change d’avis comme de mascara) vu qu’elle me ravit sans limites.

 

Si vous avez la peau d’ange ou de chocolat, je vous conseille la 4 seasons sans hésiter, histoire de mettre tout le monde d’accord sur le fait que vous avez VRAIMENT un joli teint.

Et ne plus effrayer les voisins qui vous confondent encore avec un zombie quand vous sortez de chez vous après une longue nuit sans sommeil. Le bronzer c’est la vie, you need this in your life.

 

Des bisous les Caribous !
Terracotta 4 seasons 00 NUDE, achetée 60 euros

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram