Catégorie : Cheveux

13 août 2015

Soin du tif

soin tiff 1J’ai les cheveux qui ont poussé à une allure phénoménale, à tel point qu’on ne voit plus l’ombre de mon ancien carré foufou; on se retrouve plus avec une touffe qui a besoin d’un bon coup de fraîcheur qu’un short bob sympa.

Le rendez-vous chez le coiffeur est prévu, parce qu’il est définitivement acquis que la coupe courte est ce qui me va le mieux, me prend moins de temps à mettre en forme (encore que, les bouclettes, c’est du boulot de foudingue aussi), et surtout, ça m’aère la nuque.

A chaque fois que je prends un peu de longueur, je suis du genre à choisir la facilité et passer par le steampod pour me lisser les cheveux. Trois ans d’amour inconditionnel depuis l’achat, le bidule me suit comme un chien fidèle et ne m’a jamais fait faux bond. Un bon petit coup de pouce contre la mèche rebelle et le cheveu qui rebique et rebiquette, je n’investirai pas dans un autre lisseur de croupe, foi de moi.

 

Mais qui dit lisse baguette, dit problème permanent depuis quelques siècles, à savoir LE FAMEUX volume en racine. Et dieu sait que pour quelqu’un comme moi qui a connu la perruque épaisse jusqu’à ses 20 ans, il y a de quoi déprimer quand après deux jours, le dôme perd de sa superbe.

Ca me vaut, au naturel, une superbe coupe aérienne triangulaire avec peu de gonflant vers le haut et trop de pompons vers le bas – la sueur estivale ne pardonne pas. Si tu as la boucle indomptable, tu dois comprendre de quoi je parle.

 

Le shampoing

shampoo

J’en suis à mon quatrième shampoing solide de chez Lush, parce que j’ai un gros problème pour me restreindre, budgétairement parlant : la boutique sent bon, je fais confiance aux vendeuses, puis chaque fois que je sors du magasin j’ai l’impression d’avoir vécu une petite thérapie olfactive et eu ma dose de bonne humeur.

Donc non, je suis incapable de me retenir en passant la porte.

Depuis mon article sur les wash-wash en bloc, j’ai encore testé océanix, et plus récemment, montalbano.

 

J’ai un scalp sensible mais la longueur normale, ce que je recherche ce sont des produits nettoyants qui me permettent d’aérer le sous-sol pour donner une impression de volume capillaire à la Bardot (sans les yeux de droopy fumés). Par essence, je me dirige souvent vers ces shampoings qui décrassent/décongestionnent/et sont souvent adaptés aux cheveux gras par défaut. La seule chose que je m’impose, c’est un choix d’ingrédients logiques.

Quick look vers la compo, je suis conquise : on commence avec un sulfate (bigre la mousse, mais pas de gratouille !), de l’huile d’olive (assouplissante capillaire basique), de l’HE de citron (brillance, odeur estivale, elle entretient un terrain sans miettes de parmegiano ==> pellicules OUT), encore du citron, et puis du citron (didju, ils veulent qu’on se transforme en étoile filante dans le métro), du sucre (hydratant naturel), de l’écorce…de citron (je vais finir comme une loupiote), de l’absolue de romarin (ça, c’est typiquement pour assainir à la base), de l’HE de myrte citronnée (une bonne HE purifiante), entre autres.

Laurylsulfate de sodium (Sodium Lauryl Sulfate), olives vertes (Olea europaea), Huile essentielle de citron de Sicile (Citrus limonum), Jus de citron frais (Citrus limonum),écorce de citron frais (Citrus limonum), Sucre pétillant (Saccharum officinarum), écorce de citron en poudre (Citrus limonum), Absolue de romarin (Rosmarinus officinalis), Huile essentielle de myrte citronné bio (Backhousia citriodora), Citral* (citral), Géraniol* (geraniol), Limonène* (limonene), Parfum (parfum), Extrait de gardénia (Gardenia jasminoides)

 

Sachant que je trouve Lullaby un peu trop hydratant et océanix trop lavant (ça passe de temps en temps), je place montalbano en presqu’ex-aequo avec New (ancien pousse-plus-vite). Il a une odeur terrible de citron, sans le sucre et le côté smoothie. On est vraiment dans le parfum piquant du fruit qu’on ouvre avec un petit côté balade dans les champs de citronniers.

Il nettoie super bien, n’assèche pas (il rend mes cheveux doux) et passe très bien en utilisation quotidienne. DONC OUI OUI, gros favori à glisser dans ses paumes quand on a besoin d’un coup de pouce – il remonte même le moral en flèche.

 

L’après-shampoing

syoss AS

Je n’ai pas le réflexe de l’après-shampoing facile. Parce que j’ai toujours utilisé des shampoings doux/bio/qui soignent bien, je n’ai jamais ressenti le besoin de me tartiner le toupet avec une crème qui fait tout et te promet mouvement et ondulations de fifou en une application.

MAIS. J’ai remarqué qu’ils amélioraient sensiblement la tenue de mes pointes en journée.

Même en lissant mes cheveux, à partir d’une certaine longueur, on s’emmêle parfois les lianes, pour ça que l’utilisation d’un conditioner me permet de moins me brosser les cheveux (parce qu’ils ne s’emmêlent plus), et donc de moins les perdre. CQFD de base, darling.

 

Pour cette étape, je suis moins stricte du neurone, il peut y avoir des silicones (1 ou 2), des quats (pas trop), des machins qui enveloppent et bouchent un chouilla mes écailles, je m’en bats le steak tartare. Du moment qu’au rinçage, je prends mon pied en sentant la texture soyeuse de mes longueurs sous les doigts, j’ai atteint le sommet.

En vrai, je suis trop attachée aux compos, j’achète rarement un produit qui propose de la paraffine, suivi de silicones, puis d’huiles minérales diverses sur un lit d’huiles esthérifiées. Je suis pas gaga à ce point.

 

Dernier en date, un gros bidon de Syoss, avec de la kératine hydrolisée dedans (pour de la brillance), de l’huile d’amande douce, du panthenol (embellisseur capillaire), deux quats et pas de silicone, entre autres.

Il sent « les produits de chez le coiffeur », s’étale très bien et donne instantanément un coup de douceur aux cheveux. Je me concentre surtout sur le bas de la chevelure pour ne pas alourdir le haut, question de bon sens, et pour le prix (4 pièces), je n’ai RIEN à dire.

 

Les soins de coiffage

soins styling

Histoire de garder un fil conducteur, les soins que j’applique en vue d’un coiffage de déesse répondent aux deux problématiques pré-citées : le manque de volume et de définition.

Autant ma peau réagit comme une furie quand je suis en pause pilule réglementaire de 7 jours, autant mes cheveux ont parfois mauvaise mine quand mes hormones ne marchent pas droit.

 

Le thickening spray, c’est ma petite arme magique, mon doudou dis donc, mon chouchou du tif volumineux et texturisé (sans l’effet texture, tu me suis ?). Je l’avais acheté quand j’avais craqué pour ma coupe courte, histoire de garder un maximum l’effet bouclette rebondie, même 4 jours après le shampoing.

Le mode d’emploi n’a pas changé : je répartis 3 à 4 sprays sur le haut du crâne et la mèche, je donne le mouvement au séchage et rien ne bouge jusqu’au prochain lavage.

Si je sais que je vais me lisser les cheveux, je fais pareil, mais je « scrounch » bien mes cheveux en racine, et une fois que j’ai passé les plaques du steampod, j’ai encore la touffe fringante et pleine d’entrain.

 

Le tangerine curl balm, je l’utilise surtout quand je ne passe pas par la case après-shampoing, il remplit le rôle de définition de la coiffure, il sent la mandarine (à s’en bouffer les pointes) et apporte un « je ne sais-quoi » quand je n’utilise pas le sèche-cheveux. Dans le style de la bouclette conciliante, qui bounce bien, sans cartonnage.

Au niveau des ingrédients, il est presque nickel : du jus d’aloe vera (le styling au naturel), un quat qu’on utilise souvent en cosmétique bio – a un effet filmogène/protecteur, de l’extrait de mélisse (antibactérien pour le cuir chevelu), encore du guar, de la mandarine (boost d’éclat et odeur de dingo avec l’orange qui la suit), de la protéine de blé pour adoucir/gainer, entre autres.

Aqua, *Aloe Barbadensis Leaf Juice, Glycerin, Guar Hydroxypropyltrimonium Chloride, *Melissa Officinalis Leaf Extract, *Cyamopsis Tetragonoloba (Guar Bean) Gum, *Citrus Nobilis (Tangerine) Peel Oil Expressed, *Citrus Aurantium Dulcis (Sweet Orange) Peel Oil Expressed, *Citrus Limonum (Lemon) Peel Oil Expressed, *Parfum (*essential oils incl. Benzyl Benzoate, Citral, Citronellol, Farnesol, Geraniol, Limonene, Linalool), *Alcohol, Arginine, Chitosan Lactate, Glyceryl Caprylate, Hydrolyzed Wheat Protein, Lactic Acid, Levulinic Acid, p-Anisic Acid, Tocopherol

C’est sûrement le soin le plus léger de la troupe, alors qu’il s’agit d’un leave-in à répartir sur cheveux essorés, en laissant le tout vivre sa vie à l’air libre. Si tu es à la recherche d’un booster de looping pour tes lianes, je te le conseille, surtout que même appliqué partout, il n’alourdit absolument pas et a plutôt tendance à accentuer le volume.

De quoi devenir une mandarine hystérique sur pattes sans effet casque playmobil, what else ?

 

Last but not least, j’ai investi dans un petit peigne en bois à 2,5 euros (prix soldé) chez Nature & Découvertes, vu que j’étais plutôt lazy du brossage, il a quand même fallu que je passe au dessus de mes a priori, et à ce prix-là, je n’avais pas grand chose à perdre. Je coiffe ma perruque juste avant le séchage, et c’est à peu près le seul moment, entre deux lavages, où je m’impose ce genre de rituel.
Donc en résumé, ça donne un shampoo, un après-wash-wash et un styler, je reste plutôt raisonnable. Hu hu.

A la rentrée, je ferai un article séparé sur mes soins (plus naturels) que j’applique en complément : comme les bains d’huile, le shikakai, le henné. Mais au moins, ça vous donne un aperçu de ma routine « bi-hebdomadaire » du tif de tête.

Je ne trouve pas complètement idiot d’adopter une tactique d’achat de shampoings pour cheveux gras, vu qu’ils sont ceux qui agissent le mieux à la base pour régler un problème de raplaplatitude. Mais si vous comptez shopper, tournez-vous vers la cosmétique plus naturelle, parce que les produits de lavage conventionnels misent surtout sur une tonne de sulfates pur dégager la surface du cuir. Et ce n’est pas ce qu’on recherche.

Nous on préfère le romarin, le petit grain bigarade ou encore les agrumes pour arriver à notre but. On a des goûts de luxe, madame.

 

Des bisous les Caribous !
Curl Balm, reçu par Ecocentric
Le reste, acheté par bibi

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
7 avril 2015

One pic One tip, le shikakai très dilué

shikakai

Rappel sur le shikakai

Je sais que la plupart des gens suivent les recettes à la lettre sans y toucher, vont râler à la source quand ça leur chante. Le client veut que tout se passe comme prévu par le mode d’emploi, sinon il a la dent dure et la mâchoire serrée et se comporte comme un gros bulldog enragé.

Avoue, t’as envie de dégommer une pantoufle.

 

Dans la jungle des notices, je m’adapte : si je vois qu’un masque pique après deux minutes et que la marque m’enjoint à le garder 1h sur le minois, en général je suis mon instinct, je retire ce qui me gratte.

Pour les tambouilles, c’est comme suivre une recette de grand-mère, y a toujours une Gishlaine pour te conseiller de mettre de la crème dans la préparation quand sa voisine te l’interdit.

Faut savoir faire des concessions ou peser le pour et le contre avec intelligence, ne pas sauter d’un train si tu sais que tu n’as pas les jointures fiables. 

 

La première fois que j’avais testé le shikakai, j’avais fait une dilution légère dans de l’eau, rien de très pâteux ni liquide, un entre-deux humide comme conseillé par Aromazone, 25gr de shishi pour 50ml de phase aqueuse.

Puis, à chaque usage, la dilution se faisait de plus en plus appuyée, intense, jusqu’à arriver à une petite cuiller à soupe (donc pas trop remplie) de poudre pour un très grand verre d’eau bien chaude. Remué avec un ustensile en plastique et hop à la douche.

 

C’était devenu ma technique, mon move, ma recette de Mammy Mona, le genre de conseil que j’impose depuis quand je lis « à poser en couche épaisse sur le tif, attends 5 minutes, puis tu rinces pendant 3h ».

Personnellement, plus j’allonge la poudre avec de l’eau, plus j’obtiens un meilleur résultat.

Je verse le mélange au fur et à mesure sur le cuir chevelu, masse le crâne entre chaque versement – un chouilla les longueurs, et le tout dure deux minutes environ.

Une fois que mon gobelet est vide, je rince ma perruque et finis mon soin par un jet d’eau froide

 

Résultat, j’ai les cheveux qui brillent comme de l’argenterie bien astiquée, parfumés à l’odeur d’une ferme un soir d’été, vu les boucles et la brillance que je gagne au passage, je suis convaincue que la dilution extrême ne gâche absolument pas les bénéfices.

Même si j’ai démarré avec une utilisation plus ou moins traditionnelle, je n’utilise jamais le shikakai en masque, parce que ça n’a pas de sens pour moi, que de le diluer m’aide à mieux retirer les résidus (sans perdre en efficacité au lavage) et surtout, je fais des économies en en utilisant moins.

My way, quoi.

 

Chacun son swing dans la salle de bain, tu peux rajouter du lait chaud à la place de l’eau, mettre des huiles végétales, moi j’agrémente de temps en temps le tout d’une à deux gouttes d’huile essentielle de bay de saint thomas pour la pousse et lutter un peu plus contre les chutes improvisées.

Je ne fais clairement pas partie du camp de ceux qui mettent tous les ingrédients de la cuisine sur leur tête, comme pour le henné, je préfère la jouer léger quand il s’agit de coloration ou de poudre végétale : une phase aqueuse, la powder et à la limite un doudou traitant en plus (mais pas tout le temps).

 

J’ai donc, dans ma routine capillaire, repris le chemin du shampoing naturel hyper root, que je fais tourner avec ceux de chez lush et le logona à l’acacia bio. Selon mes envies, toujours.

Si tu ne t’en sortais pas jusque-là avec le shikakai, reconsidère peut-être son dosage dans la préparation, il se pourrait que ma technique change tout et te fasse passer d’un mauvais souvenir à un moment plaisir.

YOU’RE WELCOME.

 

Des bisous les Caribous !

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
31 mars 2015

Les shampoings ronds

solide 1

Je pense que mes cheveux sont sûrement ma plus grande entreprise après mon visage.

Je passe du temps à simplement les coiffer, laisser tomber les boucles dans un sens plutôt que l’autre en les enroulant à la mode tournicoti-tournicota autour des doigts, le séchoir bien dirigé.

A attendre que la magie opère.

 

J’ai de la chance avec mes longueurs très dociles, mais alors, mon cuir chevelu est un petit crâneur de compète.

Suffit de voir comment je ressortais d’un épisode de douche aux sulfates il y a un ou deux ans : tête qui gratte dans les 48h, envie de me tondre en public (tu veux ma perruque ?), j’essayais de repousser le prochain lavage un maximum, mais sans grande conviction.

J’observais la pente du toit, couchée sur mon lit, en priant pour que ce ne soit qu’une habitude à prendre pour ma petite tête, me persuadant qu’on y arriverait.

Généralement c’était peine perdue, fête du parmesan et scalpel pour enlever les plaques de peaux mortes. SEXY !

 

Puis j’ai viré du côté des produits plus sains pour ma caboche, et à force, j’ai retrouvé une foret capillaire en pleine forme et qui ne me démangeait plus.

Jusqu’à présent, je ne tolérais que les Ultra-doux, en shampoo non bio et aux tensioactifs un peu hard. Je suppose que la balance y est pour quelque chose, ils laissent les cheveux…DOUX et pleins de volume.

Ils couinent dans les rayons comme des petits poussins qui cherchent leur maman canard, je repartais souvent avec celui au henné & vinaigre de mûre, mon préféré depuis des années, un indémodable.

 

Et comme ça, tu réessayes un peu chaque fois. Parce que les sulfates, c’est comme le sel dans un plat, s’il est entouré des bons ingrédients, le résultat dans l’assiette s’adoucit.

Tu souffres moins, voire plus du tout, parce que tu arrives à te créer une tournante entre tout un petit armada de wash wash pour tifs et tu te sens bien.

 

J’ai fais ma couillonne hipster, ne sachant plus me tenir il y a deux petits mois, et j’ai été acheter des shampoings solides chez Lush

 

L’idée du shampoing solide

solide 2

Dans le genre, un petit galet qui t’assures une longévité équivalente à 3 bouteilles de shampoing classique, ça dépote. Tant qu’il est bien conservé et qu’il est surtout de bonne qualité, NORMALEMENT tu en as largement pour ton argent.

Une fois, j’avais vu un reportage sur France 1-2-3-ou-4 qui estimait la consommation hebdomadaire d’un adulte à une demi-flasque. Autant te dire que je me suis imaginé la communauté Chewbacca en puissance, JAMAIS je n’ai vidé une bouteille en deux semaines de temps, il aurait fallu que j’invite des voisins à une shampoo party pour y arriver.

Une noisette, t’as besoin que d’une noisette de shampoing liquide pour le lavage.

 

Mon choix chez Lush

NB : je ne vais pas revenir sur le débat « Lush se fout de notre gueule ou pas », apprenez à lire les étiquettes avant de crier au scandale 😉

Je connaissais plus ou moins la gamme solide chez Lush, mais une fois en magasin, j’ai bien mis 30 minutes pour choisir, et encore attendu pour qu’on me mette les galets dans des sachets à emporter. Je m’étais dit qu’avec Pousse-plus-vite je misais sur un classique, et dans un élan non contenu j’ai aussi embarqué Lullaby pour le côté « respect des cheveux à la dérive ». Vwala.

 

Les premiers tests

Honnêtement, j’ai plus été désemparée (dans un premier temps) par le rangement post-shampoo que par la barre en elle-même.

T’as déjà vu un savon dans ta vie ? Alors tu fais mousser le galet entre tes mains puis tu wash wash ta fibre capillaire, ou tu peux même directement passer le pain sur ton crâne, ça revient au même. Tant que ça délivre du produit, c’est bon !

solide 3

J’ai commencé par utiliser le New (pousse-plus-vite), sachant que l’odeur était des plus addictive dans le sachet et que MOI AUSSI, je voulais sentir la cannelle et les épices, faire tomber les passant comme des mouches en me mouvant nonchalamment en rue.

Paf l’hécatombe en un twist.

Dedans il y a du SLS de base (le second qu’on incrimine partout), de l’ortie pour la brillance et reminéraliser et menthe pour stimuler, du parfum, de la glycérine (hydrate), de l’absolu d’ortie (bon astringent), du romarin (purifie), de la bay de Saint Thomas, du clou de girofle, de la cannelle, et un bout de bâton de cannelle pour la déco (ces quatre-là activent la repousse et enrayent la chute).

Laurylsulfate de sodium, Infusion d’ortie et de menthe poivrée, Parfum, Glycérine, Absolu d’ortie, Absolu de romarin, Huile essentielle de Bay Saint Thomas, Huile essentielle de clou de girofle, Huile essentielle de feuille de cannelier, Cinnamal* , Eugénol*, Benzoate de benzyle*, Limonène*, Linalol*, Colorant 73360, Bâton de cannelle

 

J’avoue que, des deux, c’est celui qui me plaît le plus :

  • l’odeur est à tomber (bon, faut aimer le style jingle bells)
  • il mousse du tonnerre (merci les SLS)
  • il aère très bien les racines mais sans rendre les longueurs électriques
  • il a des ingrédients qui me plaisent et ont déjà fait leur preuve dans les soins capillaires (surtout l’ortie et la Bay)

Dans le doute, j’ai quand même alterné pendant un mois le deux galets, histoire de voir jusqu’où allait ma tolérance. On va dire qu’elle va jusqu’à un shampoing sur deux, pas plus.

 

Même avec celui qui est censé être le plus doux, le Lullaby, je n’ai pas pu augmenter la fréquence. Il a une bonne odeur de lavande qui ne reste pas sur les cheveux (j’aurais bien aimé, pour le New, c’est pareil, une fois séchés les cheveux n’ont qu’un vague parfum qui s’éteint le jour suivant), mais a l’avantage de rendre les cheveux plus doux que l’autre.

Dedans il y a des SLS, puis du bicarbonate (qui peut donner une texture aérienne, gaffe, car il aide aussi à dégorger les cheveux des résidus, donc à éviter sur cheveux colorés), du lait d’avoine (pour la douceur), des amandes moulues (adoucissantes), de l’huile de jojoba (régulatrice et émolliente pour la fibre), du parfum (pourraient vraiment s’en passer), de l’HE et absolu de lavande (apaisante, cicatrisante), de camomille romaine (soulage aussi), et de néroli (odeur euphorisante)

Laurylsulfate de sodium, Bicarbonate de soude, Lait d’avoine, Amandes moulues, Huile de jojoba bio, Parfum, huile essentielle de lavande française, Huile essentielle de camomille romaine, Absolu de lavande, Huile essentielle de néroli, Linalol*, Colorant 14700, Colorant 45410

 

Ce qui me plaît dans celui-ci :

  •  forcément l’odeur de lavande (qui mériterait d’être un peu plus soutenue)
  • il a une mousse un peu plus crémeuse que New
  • il laisse aussi les cheveux très doux

Son action anti-irritante est toute relative : quand je l’utilise ça ne me gratte pas plus, mais de là à dire qu’il me fait « du bien », le logona à l’acacia bio répond mieux à ce besoin.

 

A l’usage, le rangement

Sans vraiment m’en rendre compte, ou être dans une optique de détox capillaire, je m’étais fait un petit programme tout simplet, avec shampoing bio, pas d’après-shampoing, rinçage à l’eau froide et toutes mes petites lianes se portaient à merveille dans le meilleur des mondes sans demander leur reste.

Pour ça que je me suis dit que de virer vers les solides ne me causerait pas « trop » de problèmes, tout en étant VRAIMENT consciente qu’il y avait des SLS en tout début de compo. Schyzo-logique.

 

En temps normal, je me lave les cheveux tous les 4 jours, et arrivée à ce stade, je n’ai pas l’air d’une friteuse, je sens juste qu’il est temps de rafraîchir ma perruque.

Au régime solide de Lush pendant un mois non stop, je suis passée à 3 jours, les dernières 24h annonçant un cuir chevelu en manque d’un bon wash wash (pas encore gras, MAIS CA NE SAURAIT TARDER).

Pour ça que je suis plutôt passée à une alternance depuis deux semaines, quand ça me chante je les utilise, sans me formaliser, j’ai ma petite tournante entre mon logona et ces deux-là, et ce rythme me convient parfaitement.

Au niveau des longueurs, je suis vraiment contente, les deux apportent brillance et douceur sans que je n’utilise de soin en plus, et sur cheveux bouclés, pas de problème de looping, on garde les courbes sans frisottis.

Par contre, j’ai du faire face à une phase d’adaptation (le genre de phénomène qui me barbe), pendant les premiers lavages, je n’avais pas un rendu aussi soyeux que maintenant.

 

Au niveau du rangement, oublie les boîtes vendues par la marque, ça va t’obliger à mettre ton galet mouillé à plat dans un contenant métallique, ça va coller, tu vas t’arracher un ongle en essayant de l’enlever la prochaine fois.

Non, le mieux, c’est de trouver un bête porte-savon, tu mets un gros bloc au centre (type savon de marseille) et tu mets les solides en rang tout autour, en les posant le plus à la verticale possible.

solide 44

Au moins, le maximum va sécher à l’air libre, et puis bon, savon contre savon ça craint rien.

 

En résumé, je dirais que si tu as le scalp accroché, tu peux très bien ne tourner qu’avec les shampoings galets de Lush, mais sur moi, une routine qui ne se résumerait qu’à ça n’aurait pas de sens vu la qualité merdique de mon cuir chevelu et mes fréquentes crises à ce niveau-là.

Donc oui, les SLS, c’est toujours aussi agressif, un peu compliqué d’espérer un franc changement à ce niveau-là, juste que la balance est plus émolliente dans le Lullaby que dans le New, du coup il s’avère effectivement moins hard en racine sur le court-moyen terme.

Aussi, n’espérez pas VRAIMENT faire pousser vos cheveux plus vite avec un galet. Jamais vous ne trouverez une concentration idéale, cela reste un produit QUI SE RINCE, visez plutôt les masques maisons qui réunissent des ingrédients comme la bay de saint thomas, l’ortie, la lavande et le gingembre pour augmenter le potentiel de votre touffe.

 

J’aimais bien le format économique de la chose, faut dire qu’en 6 semaines de temps, New a à peine fondu et Lullaby en est encore au stade de sa jeunesse, mais il y a encore quelques ajustements à faire pour qu’effectivement, la popote convienne à tous les cuirs.

Je vous les conseille si vous n’avez pas de problèmes particuliers, parce qu’ils sont de très bon shampoings, avec des ingrédients naturels entiers, un pied dans le traditionnel, l’autre dans la sphère naturelle.

 

Mais si vous avez la caboche un peu sensible comme la mienne, c’est à manier avec précautions.

Comme une patate un peu trop chaude, Renaude, du bout des pattes.

 

Des bisous les Caribous !
NEW & LULLABY, achetés 8,95 euros / pièces chez Lush

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
20 mars 2015

Yémen (ou plutôt katam), hibiscus et autres hennés

henné 1

EDIT 2 AVRIL : On appellera surtout cet article KATAM, ET AUTRES HENNES.

Capture d’écran 2015-03-31 à 13.12.42

Suite à une erreur d’étiquetage du henné rouge, j’ai constaté après test que j’avais reçu du katam (poudre fonçant les cheveux à outrance). D’où le résultat archi-foncé sur mes cheveux et les mains bleues. Je laisse l’article comme je l’avais écrit, mais sachez juste que du coup la recette se résume à 150 gr de katam (grosse malade), 30 gr henné d’Egypte, et un peu d’henné brun grenat

J’ai donc été choquée par le résultat parce que je pensais avoir utilisé du henné rouge et pas presque 100% de katam sur mes cheveux. Aromazone s’est engagé à me renvoyer un sachet de henné rouge, mais je reste néanmoins DECUE par ce genre d’erreur qui peut transformer une blonde qui voulait un bon roux en brune. Tous mes articles de henné finissent avec un EDIT, on s’y fera.

 

Je ne suis pas vraiment une novice dans le domaine du henné, disons que je fais partie des gens « qui ont déjà expérimenté la pâte » et que l’odeur de prairie ne rebute plus.

Mon dernier henné datait de fin 2013, donc en un an et demi, j’avais eu le temps de perdre tous mes reflets, ma dignité capillaire, j’errais avec la touffe brune sans rien de plus pour l’égayer que l’épi du matin qui montait vers le ciel.

Du coup, voulant miser sur du grand spectacle de touffe, je me suis dit : « hey, si on virait carrément rouge cette fois? ».

Dans mes recherches, je savais que le henné du Yémen pouvait donner un rouge pétant et que celui d’Egypte (pour l’avoir utilisé plusieurs fois pur juste avec du citron) tirait plus vers un roux intense que j’ai toujours bien aimé.

Restait ma petite appréhension de trouillarde de première : t’as pas peur de finir comme Ariel ?

Après réflexion, c’était plutôt un but ultime depuis mon enfance.

 

Pour rappel, avant tout henné

Il faut préparer du papier journal à étaler à terre ou dans le fond de la baignoire, ainsi que des gants (pour ne pas se tacher les mains) et du papier cellophane pour s’enrouler la tête après application et ainsi préserver la chaleur et l’humidité ce qui va favoriser le développement des pigments.

Veillez toujours à enduire le contour de la tête et du cou (en suivant la racine du cheveu) d’une matière grasse, cela constituera une barrière contre les coulures inopinées pendant la pose.

AUSSI, ne craignez pas de virer verte si vous venez du chimique et souhaitez vous lancer dans le naturel, tous les hennés renforcés (souvent chargés en sodium picramate) ou qui contiennent de manière générale des sels métalliques sont à fuir, c’est ce qui occasionne des résultats…Shrekiens.

Il faut juste vous fournir dans une boutique en ligne de qualité (le meilleur reste des hennés BAQ – body art quality) comme proposés par Henné Indigo & Compagnie, mais vous en trouverez aussi chez Aromazone, c’est là que je prends les miens en général.

Pour ne pas vous tromper, la plupart des hennés viennent de la plante Lawsonia Inermis (elle aura des propriétés différentes selon son lieu de culture), mais on trouve aussi du henné neutre (qui n’est pas du henné en réalité) appelé Cassia Obovata ou Cassia Italica, qui lui s’occupera uniquement du renforcement de la fibre et de sa brillance.

Attention aux hennés « noirs » qui peuvent contenir du paraphenylènediamine (aussi appelé PPD), ils sont absolument à fuir car cette substance est hautement allergisante !

 

La reuchette

150gr de Yémen, pour l’effet rouge

30gr Henné d’Egypte, pour l’effet cuivré

10gr de Brun grenat d’Aromazone, pour l’effet rouge à violine et surtout pour un chouilla casser l’effet pétant des deux autres poudres

1 citron pour développer les pigments et l’hibiscus

Infusion d’Hibiscus comme phase aqueuse, elle a une couleur de rose à pourpre qui permet d’embellir les reflets rouges d’une préparation, elle lutte également contre les cheveux blancs précoces, la chute de cheveux et les états pelliculaires

hennaJ’ai d’abord pesé toutes les poudres, puis j’ai rajouté de l’infusion d’hibiscus qui avait refroidi (elle était juste chaude, pas bouillante, sinon ça tue les pigments). Au fur et à mesure de la préparation j’ai rajouté un petit peu de henné du Yémen et d’Egypte pour que le résultat ne soit pas trop liquide – faut que ça ait la consistance d’un pudding.

Une fois la pâte prête, je me suis badigeonné le contour du visage d’huile de chanvre, le tout en tenue de guerrière du henné (t-shirt moche, pantalon moche, dégaine moche).

Je l’ai appliqué par section, la technique de la demoiselle ici est la plus top que j’ai trouvé pour bien tout atteindre et ne pas laisser de zone sans henné.

Quand c’est posé, je m’enrubanne avec du cellophane, puis je retire les quelques coulures qui ont séché sur mon visage (je ne suis pas distinguée pendant l’application). Et TADAM.

 

Le lendemain

J’ai dormi avec comme pour mon dernier henné (13h de pose en tout), donc HONNÊTEMENT, je pensais finir rouge intense, pas flash, avec quelques reflets bruns, rien d’impossible.

Pourtant je n’ai jamais été aussi loin de la plaque.

 

Au moment du rinçage, je prépare toujours un seau avec de l’eau, je fais tremper ma tête à l’envers dedans pour enlever l’excédent (j’irai tout jeter après aux toilettes, histoire de ne pas boucher les évacuations de la douche).

Ici, retirer les résidus s’est révélé un peu plus ardu que d’habitude, mais je suis la reine du chipotage, j’ai donc bien pris mon temps.

J’ai même fait un mini shampoing avec une noisette de Lavera, et hop, direction le séchage.

 

Après seulement 5 minutes, je me suis retrouvée avec les mains noires comme quelqu’un qui s’est amusé avec du charbon. Mes épaules avaient pris une teinte bleutée (la fille qui a la circulation qui foire), j’étais énervée.

Je suis retournée sous la douche : j’ai fait deux shampoings avec le pousse plus vite de Lush, puis j’ai mis un après-shampoing Head & Shoulders qui passait par-là. J’ai été reprendre mon sèche-cheveux comme une furie, et là, les mains n’étaient plus bleues, ça avait l’air d’aller.

1h plus tard, je passe devant le miroir et vois que j’ai piqué le cou d’un Schtroumpf (encore un coup de Gargamel, salopiaud). Un coup de lingette Pampers plus tard, je redeviens humaine.

J’ai quand même fini au boulot le soir-même avec les cheveux attachés bien haut pour ne pas risquer d’être la risée du peuple, le décolleté charbonneux, ça va deux secondes.

 

Avant, après, mes impressions

Comme dit plus haut, j’avais déjà préparé ma queue de poisson pour jouer à la petite sirène dans les égouts de Bruxelles. Manque de bol, j’ai vraiment raté le coche.

Avant, on partait sur un châtain assez banal, avec quelques reflets mais sans plus.

Après, c’était carrément un brun foncé sans grands reflets le premier jour.

henné avant après

C’est au cours du jour suivant que j’ai commencé à voir des reflets plus pourpres dus à l’hibiscus.

A l’ombre ça ne reste pas flagrant, c’est plus à la lumière que cela se voit. Mais clairement je suis au moins un ton plus foncé qu’à l’origine.

henné 2 henné 9

Ce pour quoi j’étais énervée n’étais pas lié à la couleur (ça reste un très beau brun un peu chocolat avec quelques reflets bordeaux un peu trop intenses), mais lié au fait qu’une fois qu’on assombrit ses cheveux avec du henné, il est difficile de retourner en arrière.

A moins de miser sur des masques au lait de coco pour tout faire dégorger, ce que je n’avais pas sous la main, ni la patience de mettre à exécution.

 

Après quelques petites recherches, et en lisant mes revues précédentes je sais que le « problème » était dans le choix de la phase aqueuse. D’habitude c’est eau ou bière citronnée que je choisis, ici l’infusion d’hibiscus était la seule chose utilisée pour mouiller le henné.

D’où le résultat un peu violine. Et les mains dégueulasses (bawi, ça s’oxyde).

Donc si vous voulez virer des reflets roux de henné et que de passer de châtain à brun foncé ne vous déplaît pas, go for it. Sachez juste que plus la pose est longue, plus vous aurez un résultat profond et sombre.

Même chose pour le henné d’Egypte, pour ça que la plupart du temps, je le laissais poser longtemps pour ne pas virer poil de carotte, mais plutôt roux intense.

 

Depuis hier, je me suis remise de ma défaite, mais semaine prochaine, ce sera une popote de henné rouge du Yemen, bière et un peu de bay de saint thomas.

Pourquoi chercher compliqué quand on peut faire simple, hein, dis-moi ?

 

Des bisous les Caribous !
Tous les hennés de la revue ont été achetés sur le site d’Aromazone
Pour l’hibiscus, tu trouveras les fleurs séchées en herboristerie ou magasin bio à 3 euros plus ou moins
Mes autres hennés

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
17 novembre 2014

Du bio sur la touffe, again

bio1_Fotor.jpg

Y a un petit truc perso entre moi et les shampoings bios. Comme un clin d’oeil qu’on apprécie, un bout de chocolat qui fond lentement, ça me fait le même effet d’une jupe qui vole et moi qui glousse en arrière-plan.

J’aime ça.

Pourtant, il a fallu du temps avant que je trouve mes marques.

Question de double wash wash, de prise en main (bawi, ça mousse moins/pas entre les mimines, la plupart du temps)(tu te rappelles des soirées bulles avec les méga doses d’Ultra Doux ?), de budget (on râle à la caisse, mais au final on est content), et d’enfin respecter mon petit cuir.

Parce qu’il est bien, tout fringant quand il se balade au bout de ma tête, mais il suffit d’un peu tropde sulfates, un massage tropappuyé, et ma cuirasse se transforme en pare-feu irrité, irritant, une perruque de cure-dents qui m’agresse et m’aime en même temps.

Autant marcher avec une béquille sur les dents, tu saisiras la souffrance.

 

J’avais d’abord fait des cures de shikakai, puis d’ortie, et en parallèle, commencé à faire un tour du côté des shampoings bio, histoire de voir, l’air de dire que « oui, j’ai vu, j’ai prenu, et testé le bidulu ».

Alors, loin de moi l’idée de laisser de côté les cosmétiques non naturels : en après-shampoings je ne me prive pas de silicones vu que de toute manière, ça se badigeonne sur mes longueurs. Ce que j’évite, ce sont les tensioactifs tropagressifs au quotidien,  qui me font des pelades en impliquant une gratouille appuyée et une crise d’hystérie en aval.

 

Mes shampoings du moment

Logona à l’ortie

bio2.jpg

Deuxième cuvée que je teste de la marque et deuxième grosse découverte.
J’avais adoré celui à l’acacia bio, le genre de wash wash qui te décolle les squames (ou pellicules, au choix) et te laisse avec un cuir chevelu flambant neuf dansant la polka.

Ici on retrouve une version plus douce qu’on peut utiliser au quotidien, avec de l’ortie, reconnue pour sa capacité à reminéraliser la fibre capillaire et à fortifier le cheveu.

 

Dedans il y a 

De l’eau, un tensioactif dérivé du sucre (tout doux pour la peau !), de l’alcool (conservateur, meilleure dispersion des actifs, son effet desséchant est contré par d’autres ingrédients, et puis la plupart du temps, il s’évapore instantanément, vive la binette sous la douche), de la glycérine (ha bah voilà l’agent qui le contrebalance, bombe d’hydratation), encore deux tensioactifs (dérivés de la coco, réputés moussants et doux), du sodium PCA (hydrate, empêche les cheveux électriques, mes bouboucles le vénèrent), un émollient (souplesse, souplesse), de l’extrait d’ortie (on l’aurait bien voulu entière !), de la protéine de soie (garantit une perruque qui brille comme une tour eiffel à Nowel), de l’extrait de germe de blé (renforce les lianes), du parfum du à des huiles essentielles, entre autres.

bio4.jpg

Autant je pensais vouer un culte à celui à l’Acacia bio, autant celui-ci me plaît beaucoup plus ! Il a les avantages de son compère, mais apporte une touche de brillance qui illumine les boucles, rend les cheveux doux sans devoir passer par la case « soin pour coupe qui fait ouin ouin », et son odeur flatte aussi mieux mes naseaux (plus fraîche).

Son seul défaut, c’est qu’il coûte 10 euros à l’achat, mais, foi de Caribou, tu en as pour ton argent.

 

Le petit doux par Fleurance

doux2.jpg

Typiquement, je reçois un colis, je l’ouvre, je le mets de côté.
Puis, mine de rien, un produit s’invite dans ma salle de bain comme le calcaire s’incruste sur un robinet, ni vu ni connu, mais bien présent.

Le shampoing doux de Fleurance fait partie des anguilles sournoises, qu’on n’apprivoise pas, mais qui se pointe comme un indispensable dans ma steppe cosmétique.

Dans la même lignée que mon lavera sensitiv, il a cette qualité d’être un shampoing BASIQUE : qui ne fait rien d’exceptionnel (ne se revendique pas foufou de la fibre, s’entend), mais remet les pendules à l’heure.

 

J’utilise ce genre de wash wash : soit en pré-shampoing, quand j’ai le cuir chevelu qui n’a pas vu l’eau depuis 5 jours (oui oui, on est proche du no poo)(mais jamais tu ne me verras faire un billet à ce sujet), soit quand je n’ai pas d’envie particulière, que mon crâne ne me démange pas, quand la vie est belle en somme.

 

Dedans il y a

De l’eau (wouhou !), de l’hydrolat d’hamamélis (pour apaiser ton scalp), du sodium coco sulfate (bonne alternative aux SLS, il est plus doux et a un bon pouvoir moussant), un tensioactif ultradoux, et plus bas des protéines de soie (garantissent une douceur du cheveu), un émollient (paf l’hydratation !), du parfum, entre autres.

bio5.jpg

Alors, clairement, je lui trouve un côté « je suis bio et naturel, mais j’en fais pas trop quand même ». D’avoir mis un hydrolat en deuxième position est une très bonne idée, mais le choix de la base lavante et sa balance en ingrédients hydratants/nourrissants reste dans les sentiers battus.

Donc pas de surprise, mais un très bon wash wash si vous devez vous laver les cheveux régulièrement, comme après le sport, donc sans spécialement vouloir vous recoiffer pour sortir après. Une sorte de soin de transition.

Un point non négligeable, il donne un volume de DINGUE à ma perruque, même en séchage à l’air libre. Sûrement que ma nature bouclée y est pour quelque chose, mais si vous avez les cheveux fins qui copinent avec la gravité, this may be a good option.

 

Si j’utilise des shampoings bio depuis des années , c’est parce qu’en faisant le calcul « mois/longévité du produit », je me suis rendue compte que le bouzin dure, en moyenne, deux à trois fois plus de temps qu’un wash wash classique.

Il ne faut pas plus d’une grosse noisette, on soulage sa caboche, et on s’évite le fameux retour de flamme des sulfates surdosés (le « waw regard ma crinière » suivi un jour plus tard de « rah bourdoul, j’ai les racines qui miment un saule pleureur »).

 

Aussi, si vous ne trouvez pas chaussure à votre poil de tête, c’est qu’il faut essayer pas mal de marques. Concentrez-vous sur celles qui sont dans le milieu depuis DES LUSTRES (lavera, logona, alverde, coslys), histoire de ne pas trop vous perdre. Pendant deux à trois lavages, il est possible que vous soyez en phase d’adaptation, mais si après un mois, le nettoyage est toujours fastidieux, que vous constatez un effet collant à certains endroits malgré un bon rinçage (comme derrière les oreilles dans mon cas), c’est signe que vous êtes tombé sur un soin qui ne vous convient PAS.

 

Quoiqu’il arrive, je vous conseille ces deux poo les yeux fermés, surtout le logona à l’ortie, parce que c’est une marque bio qui, en deux tests, m’a totalement conquise (type la femme dans la pub herbal essence, en plein trip de massage de la fibre) et jamais déçue.

Mais le Fleurance vaut la peine, rien que pour le prix !

Des bisous les Caribous !
Reçu shampoing Fleurane nature, 5,90 euros les 200ml (FDp5,5 euros vers la Belgique)

Acheté chez Desmecht, logona à l’ortie, 10 euros environ

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram