14 décembre 2013

Henné naturel et infusion d’hibiscus pour raviver les reflets rouges

J’aimerais tellement me faire au moins un henné par semaine comme certaines personnes, mais souvent j’abandonne par flemmardise et me rend compte que le dernier remonte à plusieurs mois.

Pourtant, j’ai l’habitude maintenant, la pose ne m’est plus contraignante, je me familiarise avec le rendu bouillasse de ma chevelure tout en ne me sentant PAS DU TOUT atteinte dans ma grâce et ma féminité à la vue de ma touffe cellophanée.

Mais, après plusieurs semaines, la couleur commence à s’affadir, l’effet gainage n’est plus aussi intense, le rendu de la coiffure est parfois brumeux et moins structuré quand je n’utilise pas de soins adaptés.

 

Du coup, comme dans un état de crise, je cherche fiévreusement ce qu’il me reste comme poudre magique dans mes réserves, je chope des ingrédients en plus et me fait une tambouille de rêve.

Ce que j’aime dans le henné, c’est son effet 5 en 1 : il lisse, colore et gaine le cheveu, soigne mon cuir chevelu, et apporte de la brillance à ma moumoute.

Une sorte de CC crème pour perruque à la dérive.

Sans-titre-1.jpg

 

Marche à suivre (c’est toujours le même tour de manège)

  • On prépare 50-100 grammes de henné (henné naturel, uniquement du lawsonia inermis dans la composition !!)
  • On fait infuser 3 cuiller à soupe de fleurs séchées d’hibiscus dans l’équivalent de deux verres d’eau pour que cela soit bien concentre
  • On récupère les fleurs infusées, on prend encore 2 cuiller à soupe de fleurs séchées et on mixe le tout
  • Une fois la pâte d’hibiscus bien mixée, on la mêle au henné
  • On rajoute lentement l’infusion encore chaude jusqu’à obtenir une pâte lisse mais ferme
  • Un petit filet de jus de citron dans la préparation n’est pas de refus pour apporter de la brillance et un résultat plus profond

 

Normalement, j’aurai choisi la bière comme élément liant dans la recette (pour fortifier et faire briller), mais j’avais envie de voir l’effet de l’infusion d’hibiscus dans ce rôle-là.

Si vous utilisez de la poudre pour l’infusion, vous pouvez bien évidemment directement verser le contenu de la casserole sur le henné.

 

Les vertus de la fleur d’hibiscus pour les cheveux (histoire de)

C’est LA fleur magique – aussi appelée bissapou karkadé –que j’avais déjà utilisée avec la poudre d’ortie en mini-cure anti-perte et revitalisante.

J’ai un gros faible pour la camomille romaine, mais Hibi a plus de bienfaits dans sa sacoche : elle a une action à la fois sur la pousse des cheveux, contre leur chute, elle redensifie et les rend plus vigoureux. Elle ralentit l’apparition des cheveux blancs et apporte, quand elle est mêlée à une préparation type henné, une couleur rouge intense (encore plus probant quand on l’utilise avec du Henné du Yémen).

Lien Acide/Hibiscus
Lien Hibiscus for hair care
Lien Profiling Hibiscus Flower

 

La pose extra-longue

J’ai laissé ce mélange poser d’hier 15h30 à aujourd’hui 9h30, donc 18h, c’était la première fois que je dormais avec un henné mais tout s’est bien passé (grande fofolle, j’ai rêvé d’aubergines à la place de mes lianes, d’une touffe tellement rouge qu’elle prenait feu, MAIS TROP BIEN !).

Le rinçage fut un peu fastidieux parce que je n’avais pas assez bien réduit les fleurs d’hibiscus en fines particules. Du coup j’ai joué à la pêche aux moules pendant bien dix bonnes minutes, mais j’ai eu beaucoup moins de cheveux qui sont tombés et l’eau est très vite devenue claire.

Conseil :

  • soit vous vous armez d’un peigne à larges dents pour perdre moins de temps à vous débarrasser des résidus de plante
  • soit vous penserez bien, la prochaine fois, à réduire la fleur d’hibiscus en poudre fine (ou à l’acheter sous ce format-là)

 

J’ai fait suivre par un shampoing doux bio et un après shampoing.

 

Voici les photos !

Ici au semi-soleil pour les longueurs

beforeafterlong.jpg aa.jpg
before-after-pointes.jpg
Là où ça me rend dingue c’est au niveau des reflets que j’obtiens.

Moins qu’un changement de couleurs, je me retrouve avec une palette encore plus élargie de rouges-orangés, et ce, sans avoir abusé sur la quantité de henné.

La teinte est moins fadasse et plus intense, surtout au niveau des longueurs, les pointes étant plus claires ont vraiment renforcé leur tendance initiale, à savoir un cuivré bien tranché.

 

Quand les cheveux ne sont pas directement exposés à la lumière naturelle, ils sont plus dans les tonalités rouges/brun.
Un fois éclairés par le soleil, ils sont plutôt oranges, mais sans être carotte malade (ou trop flash, on va dire).

redhead.jpg

Il faudrait vraiment que je renouvelle ce soin plus souvent que toutes les cinq lunes si je veux tenter de renforcer le côté rouge que je cherche désespérément (va falloir traquer la garance et le henné yéménite aussi).

Mes cheveux sont un peu plus doux que quand je fais un henné seul, j’ai surtout l’impression qu’ils sont plus aériens (tu vois, le même sentiment que lorsqu’on sort de chez le coiffeur et qu’on a les racines tellement décollées qu’on se sent pousser des ailes).

Ils sont aussi disciplinés qu’après un henné traditionnel sans ajouts farfelus – type oeuf, yaourt, miel.
J’attendrais deux-trois jours avant de les laver, pour laisser le temps à la couleur de bien s’oxyder.

 

Conclusion

Le henné reste mon soin number one pour rattraper des cheveux qui font la gueule, ou simplement renforcer la fibre.
Comme j’ai été sujette à de fortes chutes pendant l’année qui s’est écoulée (manque de fer selon la dermato), j’essaye de rester assez régulière et d’en faire au moins un tous les 3 mois.

En apparence contraignante, la pose du henné ne me prend que 5-10 minutes à tout casser.

Ce qui est le plus pénible, à mon sens, reste l’attente, la tête enturbannée, l’air complètement idiot quand la mixture devient liquide et coule dans le cou (ici je n’ai pas eu ce problème, l’hibiscus avait rendu la pâte un peu sèche quand je l’appliquais, donc je n’ai même pas du sortir les essuie-tout).

L’infusion d’hibiscus tache assez fort, quasiment autant que du henné naturel, donc veillez à bien protéger vos vêtements, la baignoire, le sol, ou faites ça dans le jardin !

 

En tout cas, ce soin MADE MY DAY, et me donne encore plus envie d’utiliser l’hibiscus dans des masques quotidiens.

 

Happy Saturday les Caribous !
Henné 1Henné 2Henné 3Henné 4Henné 5

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

20 réponses à “Henné naturel et infusion d’hibiscus pour raviver les reflets rouges

  1. Lulu

    J’adore l’hibiscus et la bière dans les hennés; j’ai des cheveux tout jolis, légers avec du volume!
    Par contre, à chaque henné, je perds une tonne de cheveux, donc j’essaye de ne pas en faire plus d’un toutes les six semaines.
    Tu as attendu 2-3 jours pour que la couleur s’oxyde avant de faire un shampooing, mais comme tu en as fait juste après ton rinçage, est-ce que ça n’empêche pas l’oxydation?

    Répondre
  2. Clara

    Le résultat est canon, j’adore tes reflets =D
    Je devrai refaire un henné pour obtenir mon fameux brun chocolat mais là j’ai des plaques, des pellicules, les cheveux gras, à cause du froid et du stress =/ J’utilise un shampoing Hairborist fait pour moi avec des huiles essentielles, ça m’aide beaucoup!

    Répondre
  3. Clara

    Je crois bien =/
    Je n’avais pas pensé à l’eau termale, je mettais mis de l’eau florale de camomille, j’utiliserai mon Avène, merci!
    J’ai un shampoing avec de l’h de romarin, menthe poivrée et sauge, ça m’aide beaucoup, une vraie sensation de frais anti-gratouilles!
    Je devrai m’acheter du vinaigre de cidre pour le rincage (Pauline a fait un article sur notre problème justement : http://www.lescheveuxdemini.com/2013/12/cure-contre-les-pellicules-et-les.html )
    J’hésite aussi à m’acheter le masque Baume Sweet Baume de chez Lush…
    On vaincra, oui =D

    Répondre
  4. aurelie

    Coucou, duper ton article. Pour les dosages tu as fait au pif ou tu avais trouvé des conseils quelque part ? Et est ce que les reflets dû à l’hibiscus tiennent ? J’aimerais remplacer le lawsania par ces fleurs dans mon mélange avec le katam car ça me donne des reflets dorés et je cherche à obtenir du cuivré/acajou. (Je prends du katam car l’indigo ne tient pas assez sur mes cheveux)

    Merci de ton retour 🙂

    Répondre
    1. Mona Auteur

      dosages au pif toujours 😀 Tu n’auras pas assez de reflets juste avec de l’infusion d’hibiscus ou même de la poudre d’hibiscus, le henné reste un bon vecteur pour cette plante. Pose peut-être la question par mail aux personnes du site henné indigo & compagnie, ils sont calés 😉 Par contre, pour les reflets dorés, c’est étrange, si tu utilise une poudre qui est purement de lawsonia inermis, tu ne devrais pas avoir ce résultat.

      Sinon regarde peut-être du côté du henné du yémen ou rajhastan ?

      Répondre
      1. aurelie

        Merci de ton retour ! En fait j’avais fait l’essai de henné dans une eau pas très chaude c’est peut être ça… J’avais aussi lu qu’il fallait que l’eau soit bien chaude pour activer les pigments, ajouter du citron ou du vinaigre, mais aussi congeler le henne pour rendre la coloration plus rouge que cuivrée. Il faudrait que je réessaie alors, parce que là je me suis rappelée que j’avais mis du thé avec l’hibiscus et j’ai testé aujourd’hui le thé tout seul et ça me donne des reflets dorés !

        Répondre
        1. Mona Auteur

          toujours eau très chaude à la limite du bouillant pour bien ouvrir les pigments, c’est vrai 🙂 C’est ce que je fais, et cette technique est parfaite.

          Répondre
          1. Aurelie

            Coucou Mona,

            J’ai retesté une mèche composée de 2/3 lawsania inermis et 1/3 katam avec de l’eau très chaude. Je crois que je ne t’ai pas dit, mais en fait j’ai des mèches vertes dûes au katam sur des mèches balayées (mon coiffeur m’avait un peu foirée, ce dernier balayage (de ma vie) a plus d’un an maintenant). Je me retrouve donc avec ce test, avec une couleur marron chaude jaune/orangée et je me rends compte grâce à ça qu’en fait mes reflets naturels sont pltôt rouges voir pourpre et absolument pas cuivrés. De plus, mes mèches vertes ne sont absolument pas atténuées.

            Il faudrait donc que j’essaie de congeler le lawsania et de mettre de l’infusion d’hibiscus à la place de l’eau. Combien d’heures laisses-tu congeler (1 jour, plus?) ? Et est-ce que je mets le katam avec ou je l’ajoute après la décongélation ? Merci de tes précisions

          2. Mona Auteur

            je ne congèle pas, mais effectivement, ça permettrait d’éclater les pigments à la décongélation, et donc d’avoir un résultat plus intense. Le katam se rajoute toujours au dernier moment, mélangé à de l’eau chaude ou une infusion chaude de plantes, comme tu veux.

          3. Aurelie

            Ah je m’excuse, j’avais dû voir ça sur un autre blog et j’ai confondu ! Bon j’avais vu qu’il fallait congeler le henné pour que les pigments rouges (et pas les cuivrés) sortent, il faudra que j’essaie.

          4. Mona Auteur

            voilà, mais il faudra plutôt choisir un henné à la tendance rouge (comme celui du yémen ou rajhastan) pour mettre encore plus les chances de ton côté.

    1. Mona Auteur

      l’hibiscus est conseillé sur les cheveux bruns. Les cheveux blonds vont effectivement passé par une couleur rosée auburn, pas très recherché 😉

      Répondre
  5. Lola

    Juste en passant le henne ne doit pas etre suivi d’un shampoing avant 4 jours pour lui laisser le temps de s’oxyder, sans ca la couleur a du mal a prendre sur le cheveux.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *