11 mars 2016

Recette de pureté by Cîme

DSC_3460

Tu la connais la rengaine, quand dans d’autres pays hors Europe ils se tapent des cosmétiques de fifou, nous on trime pour avoir ne serait-ce qu’un petit bout du gâteau.

Faut savoir qu’il y a 5 ans de cela, les huiles démaquillantes ne couraient pas les rues, il fallait se ruer sur les sites asiatiques pour avoir sa dose de grassouillette. Et encore, même au moment de valider le panier, on se faisait des films du genre « est-ce que je suis dans le bon en commandant un produit qui vient de Chine ? Vais-je crier « pustule nucléaire » ? ».

Ce n’est plus le même combat aujourd’hui.

 

Preuve en est, L’Oréal a sorti sa version de supermarché il y a quelques temps, signe qu’on avance lentement mais sûrement vers une démocratisation des soins « atypiques » (s’ils copient, tout le monde copie).

Pourtant, l’européenne ne se démaquille toujours pas en majorité avec une cleansing oil, elle préfère choisir un lait ou un bête nettoyant et se frottouiller l’épiderme jusqu’à ne plus avoir aucune trace sur le minois. Et tant pis si ça génère des yeux de panda fou.

Je vous parle de la base épaisse de la société, celle qui n’a de temps pour rien.

 

Par principe, je SAIS que prendre soin de soi, c’est comme de s’offrir un petit cadeau chaque jour, le simple geste du gommage sous la douche qui adoucit les jambons et je me sens comme une donzelle au sommet de sa féminité.

Quand je me tartine d’un masque et que j’attends qu’il se passe un petit miracle, c’est Nowel, j’ai hâte d’ouvrir mon cadeau au moment du rinçage, de découvrir un effet flash, le coup de frais/fouet tant attendu.

 

Pour ça que j’ai toujours privilégié les textures fondantes et épaisses, ce sont les plus jouissives. Si je pouvais, je troquerais ma peau mixte pour une normale à sèche, juste pour pouvoir me délecter de baumes ultra-épais, mon nirvana sensoriel.

Donc oui, je suis une skincare addict, mais je suis chiante sur les matières.

Tout le monde n’a pas le même niveau d’exigence que moi (ce n’est pas une critique, votre vie doit être plus simple que la mienne).

 

L’huile recette de pureté by Cîme

Bon bon bon, je SAIS qu’il y a quand même une grande majorité de minettes qui aiment qu’une routine aille vite, mais cette nouvelle huile démaquillante joue dans la catégorie des « si tu veux que je me lactifie VRAIMENT à l’eau, tu rêves ».

On repassera pour le côté express, on est dans le style lazy cocoon.

 

Dedans on trouve :

caprylic capric triglyceride (une huile esthérifiée commune, c’est bien, mais sans véritable valeur de soin) – sesamum indicum (sesame) seed oil*(de l’huile de sésame pour le côté sensoriel) – helianthus annuus (sunflower) seed oil*(pareil pour l’huile de tournesol) – dicaprylyl ether + polyglyceryl-4 oleate (deux émulsifiants) – prinsepia utilis (dhatelo) seed oil* (pour hydrater et nourrir la peau, on la retrouve aussi dans leur huile multi-usage) – prunus armeniaca (apricot) kernel oil* (de l’HV d’abricot, antioxydante, excellent anti-âge) – parfum** (fragrance) – tocopherol – geraniol – linalool

* Ingrédient issu de l’agriculture biologique
** Issu d’huiles essentielles naturelles

100.00%

du total des ingrédients sont d’origine naturelle

31.50%

du total des ingrédients sont issus de l’agriculture biologique

 

Absolument rien à dire sur la compo, on a une base simple, des huiles qui sont connues pour êtres fines et émollientes, et même si j’aurais préféré que la première grassouillette ne soit pas esthérifiée mais bien complète, il n’y a pas de faux pas.

 

A l’usage, c’est sûrement la seule, avec celle de Liérac (même si elle me piquait une chtouille les yeux), qui pourrait me tenter si je n’étais pas accro à ce point aux cleansing balms :

  • elle est très bien tolérée : je la conseille sans problème à tous les types de peaux
  • elle n’arrache pas les mirettes : elle enlève absolument tout, du waterproof, pas waterproof, pas de quartier, faut juste apprendre à viser pour ne pas avoir le fameux film « feux de l’amour » (le halo graisseux qui transforme le champ de vision en conte de fée parce qu’on est dans le flou)
  • elle laisse la peau DOUCE
  • elle ne coûte pas si cher (17 euros en moyenne pour 100 ml)
  • l’éthique de la marque : pas du bobo bio qui se fout de notre poire, on aide les producteurs locaux de l’Hymalaya en achetant leurs produits
DSC_3472

Y A UNE CHOSE qui me plaît beaucoup mais ne convertira pas tout le monde : elle ne se mue pas des masses en lait au contact de l’eau. Si peu. Pourtant Cîme dit que oui.

Moi je te dis que non.

J’ai beau me passer le visage à l’eau chaude sous la douche, si je n’enchaîne pas avec un nettoyant pour enlever le surplus (ou simplement un linge, un muslin cloth), c’est caisse, la recette de pureté engage un sitting dans mes pores.

Au test de la main, ça donne une phase qui s’émulsionne légèrement et baigne dans une dose graisseuse, y a bien un refus total de se barrer tranquillou dans l’évier en deux jets d’eau.

 

La marche à suivre pour un massage-splash-splash tip-top se résume à : on l’applique sur peau sèche, on masse bien, puis on prend deux pompes de mousse (j’utilise la Nominoë), on remasse un peu, puis on rince, ET LA, ça a du sens.

La couenne ne crisse pas, elle couine de souplesse, même en utilisant un cleanser pour la virer, c’est dire.

Et pour l’odeur, on est loin de l’amande qui m’a trop écoeurée chez Caudalie, ça sent l’Huile by Cîme (Mona et ses références qui aident grandement).

 

Pour finir, je vous dirais de bien écumer le web pour vous fournir le petit précieux parce qu’on a des écarts de prix assez incroyables.

Sur le webshop de la marque, on arrive à 21 euros, frais de port compris (pour la Belgique!), mais sur MoncornerB, le soin seul coûte déjà 24 euros (woké) – avec l’expédition, on est 9 euros plus cher que le tarif de base oO

Ca doit se trouver chez Desmecht rue de l’Ecuyer à Bruxelles sans problème. Mais pour les frenchies, je ne sais pas quoi dire : soit vous mordez sur votre chique et vous commandez sur MCB, soit c’est niète.

De mon point de vue, elle vaut ses 17,50 euros mais clairement pas un billet de plus.

Ce sera vraiment bien, dis, quand on trouvera des soins au même prix partout. En attendant, on peut se brosser la couenne à la pierre ponce, Ginette, c’est pas le paradis.

 

Des bisous les Caribous !

Huile recette de pureté by Cîme, reçue par la marque

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

8 réponses à “Recette de pureté by Cîme

  1. Isil Elwing

    A date, mon huile démaquillante préférée c’est celle d’Emma Noël à l’amande douce, 11€ les 200 ml (100% naturelle, 35% bio).

    Je suis entièrement d’accord avec ton principe du pomponnage comme cadeau qu’on se fait à soi-même. Ok, je dépense de l’argent pour mes produits mais quelque part c’est mon loisir: si je prends un bain parfumé suivi d’un bon massage avec de la crème, j’ai vraiment passé un bon moment. Je trouve ça plus gratifiant qu’une énième séance de shopping dont le fruit va dormir au fond d’un placard…

    Répondre
    1. Mona Auteur

      puis y a des hommes qui dépensent de l’argent en bagnole, des femmes qui préfèrent se payer une paire de loubotin. Chacun son truc, c’est un loisir comme tu dis 🙂

      Répondre
  2. Léo

    Arf, je suis toujours au nettoyage simple avec la DHC (de temps en temps je rajoute le baume démaquillant de boots après, quand j’ai le courage), du coup c’est niet pour moi, surtout que les textures mousse ça me lasse très vite. Maybe cet été. Dommage, parce que l’odeur a l’air top (je suis allée snifer l’huile de Cîme quand j’étais en Belgique, ça sentait bon bon bon, c’est ma prochaine huile corps quand j’aurais fini celle au magnolia de Leonor Greyl, bonne compo et odeur à tomber).
    Et je pense que je reprendrais leur creme éclat pour l’été, elle était vraiment top.
    Pour les frenchies Cîme est vendue en biocoop, parfois moins cher que sur moncornerbio, et sans les frais de port !

    Répondre
    1. Mona Auteur

      Si t’as sniffé l’huile corps et cheveux cîme, alors tu dois avoir une idée de l’odeur de l’huile démaquillante 🙂
      Et merci pour le renseignement pour les frenchies, darling <3

      Répondre
  3. Anaïs Cassis Framboise

    Je suis toujours en quête de « the » huile démaquillante parfaite, du coup ton article ne pouvait que m’intéresser !
    Pour l’instant j’utilise celle à la rose de Melvita que je trouve vraiment pas mal (et j’avoue adorer l’odeur de la rose) mais je suis toujours à l’affut de nouveau produits… Du coup quand mon flacon sera vide je pense craquer et tester celle-ci, ton avis m’a donnée envie 🙂
    Bises

    Répondre
    1. Mona Auteur

      copiiiiine, j’adore l’odeur de rose aussi 😀
      En tout cas, elle dure pas mal de temps, je vais seulement arriver à la moitié maintenant.

      Répondre
  4. Amelie

    Bonjour Mona,

    Pour ma part, je ne peux plus me passer de l’huile démaquillante à la rose de Re:cipe (la version au thé est bien aussi, mais j’aime moins l’odeur). Fluide, elle démaquille super bien (même le waterproof), ne pique pas les yeux et de rince bien. J’ai testé celle de DHC (trop « épaisse » pour moi) et de Dior (très bof), je reviens toujours à celle-ci.
    Elle a la particularité d’avoir de vraies pétales de roses dedans : sympa, mais, surtout en fin de flacon, ça ressemble plus à un amas bizarre vaguement rosé qu’à une pluie de roses. ça n’enlève rien à son efficacité.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *