18 avril 2016

The Male Review : le rasoir électrique

ABOUT Braun Serie 3
BY le Roi Caribou (Mona étant la reine Cariboute)

rasoir

Soyons clair, j’étais circonspect à l’idée de reprendre un rasoir électrique.

J’en avais un depuis des années (un Braun d’ailleurs) :  reçu pour mes 18 ans (la belle affaire, t’es majeur, va te raser ! ) mais je ne l’utilisais que peu, il faut dire que je n’avais pas encore beaucoup de poils sur le menton à cet âge-là et j’en voyais donc moyennement l’utilité.

Là je suis un peu plus gâté qu’avant du follicule pileux mais les trous sont encore visibles et je doute fort de les voir disparaître un jour.

Si je laisse tout pousser ça fait comme des hamsters collés ça et là sur ma peau de blond, sans jamais ouvrir la porte de la glorieuse toison – sauf sur le menton, zone de poilade luxuriante, allez savoir pourquoi.

Bref, je m’accoutume au rasage à la tondeuse électrique, pas très pratique et un bon moyen pour se rater et couper dans les cheveux par erreur, ou avec un rasoir 45 lames vantant un confort exceptionnel (sors d’ici infâme pub mensongère dont je tairai le nom) avec tout ce que ça comporte comme inconvénients – coupures, irritations, boutons, poils incarnés, un combo magique dont rêvent tous les hommes, clairement.

En gros je désespérais de pouvoir, someday, gérer mon poil barbant convenablement, rapidement, sans effort ni inconfort (de là à dire que les marques nous font rêver avec un tel slogan en l’appliquant rarement, il n’y a qu’un peton).

 

V’là-t-il pas que du jour au lendemain, un Braun série 3 me tombe dans les paluches.

Etonné, je sors l’objet de son emballage, je le regarde, le scrute, l’observe sous toutes les coutures, l’engin est neuf comme une bagnole sortie d’usine, prêt à brouter le terrain.

Je vois qu’il y a déjà de la batterie, tant qu’à faire autant l’utiliser de suite et voir combien de poils il laissera derrière lui après le premier passage (pour de vrai, je me sens comme un gamin le soir de Noël).

Au niveau de la machine, on a droit à deux parties indépendantes, une pour la tonte, l’autre pour raser.

 

Concernant la tondeuse, rien à dire, elle dégrossit assez bien la masse et raccourcit comme il faut. Je me dis qu’elle servira surtout pour entretenir la forme de la barbe et m’éviter le look hirsute de lendemain de veille.

Une fois que tout à l’air à niveau, j’enchaîne sur la partie rasoir.

Clairement, c’est agréable sur le visage, ça ne tire pas le crin – tiens, je vais repasser là, il reste encore un peu de  hamster.

En finissant, je m’attends à constater un résultat moyen (dans un sursaut de « c’est trop beau pour être vrai »), mais là, surprise, la peau est douce comme le cucul d’un bébé qu’on vient d’enduire de pommade. J’utilise le bolide là où ça gratouille encore un peu, en le laissant tout dégommer sur son passage.

Impeccable.

avene homme

Histoire de pousser le fignolage jusqu’au bout, je me tartine un petit coup du nouveau soin que j’ai en poche pour hydrater/anti-âger la peau et l’empêcher de flétrir avant l’heure. Coup d’oeil sur le packaging, c’est un« anti-aging hydrating care », une lotion blanchâtre de chez Avène.

Soyons clair, je suis impatient, je suis de la génération du « tout, tout de suite », alors quand un tube bleu promet de s’occuper de ma peau sèche par nature et de me rendre la jeunesse perdue derrière une ou deux chopes, j’attends de l’immédiat et du concret.

Ceci étant dit, j’ai appris qu’en skincare, les choses mettent du temps, et que cette crème est en fait vraiment top à condition de l’utiliser quotidiennement (matin et soir pour ma part). Bref, offrez en à vos mâles mesdames, c’est un bon basique !

 

Donc, un coup d’hydratant par dessus la croûte fraichement rasée, et me voilà avec une peau douce de chez douce, qui n’arrache plus la couenne de mademoiselle quand je lui dit bonjour, qui n’agit plus comme répulsif sur mon petit filleul qui, à trois ans, a appris à dire « non pas de bisous ça pique » quand il voit que j’ai l’air d’un porc-épic.

Bref, un bonheur, j’ai appris depuis quelques mois que le rasage n’était pas spécialement synonyme de boutons – gratouille – peau qui pèle (merci Avène pour ça aussi ) et que ça pouvait même être agréable de se retrouver face à soi-même pour une séance de « vas-y que je te taille le pelage ».

Sans compter que la batterie tient la route, je ne dois pas forcément m’inquiéter pour trouver une prise par un matin de tonte urgente, et que le tout est waterproof donc on ne risque rien au rinçage (ni l’appareil d’ailleurs).

 

Seul bémol, l’absence de sabot pour régler la hauteur de coupe de la tondeuse (revue oblige, je fais dans le commentaire négatif histoire de). Du coup je n’ai pas jeté ma vieille tondeuse électrique, je l’utilise encore pour me dégrossir le crin quand je rentre chez moi avec une tête d’ours en manque de rasage depuis deux semaines.

Je suppose que c’est comme pour tout, si tu veux plus, tu investis plus, et tu pourras te raser tranquille avec un seul appareil qui fait tout. Même la cuisine.

 

Des bisous les Caribous !
Braun Série 3 3020s, offert par la marque (merci !)
Avène soin hydratant Anti-âge MEN, offert par la marque, vendu en para

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *