Catégorie : Skin care

13 mai 2018

Ballot Flurin et son Gel Démaquillant

ABOUT 
@BALLOT-FLURIN GEL DEMAQUILLANT (HERE)

Je crois que je suis devenue une snob des démaquillants.

Dans le sens reine machin-machin qu’une simple tarte au sucre ne contente plus, la donzelle a besoin d’une couche de meringue à la framboise, des petits granulés multicolores par-dessus par milliers, et plus vite que ça.

En vrai, j’ai faim à l’heure où j’écris ces lignes, donc nooo comment.

 

J’ai une telle addiction au démaquillage que je possède une panoplie de soins pour m’aider à atteindre le nirvana de la peau clean qui crie « libérée, délivrée ! », j’ai même un gant qui démaquille juste à l’eau, je suis donc assez parée.

Pourtant j’ai un BESOIN réel de me démaquiller avec des textures différentes, de parfois choisir un lait, parfois une eau micellaire, souvent une huile (la DHC encore et toujours), je ne vois pas pourquoi le principe de garde-robe devrait se cantonner au placard.

On a le droit d’avoir le choix dans ses armoires et surtout de faire selon son humeur.

Quand je suis claquée, c’est la lotion au coton
Quand je veux BIEN décrasser, je dégaine le baume et le dézingue avec une petite muslin imbibée d’eau chaude
Quand je veux juste du confort et que je ne veux pas faire d’effort, la grassouillette qui devient lait

Et je ne me pose pas moult questions, ils attendent sagement dans ma salle de bains pour voir dans quel état j’aurai fini ma journée.

Et ces temps-ci, c’est la petite huilette qui gagne souvent le match.

 

Gel Démaquillant Ballot-Flurin

J’ai connu Ballot-Flurin via leur baume à lèvres sensass dégoté sur amazon, que j’ai pu utiliser pendant des mois jusqu’à le voir s’éclater sur le sol de la cuisine au boulot et le verre du pot brisé s’incruster dans la pâte. 

J’ai du tout jeter, impossible de prendre le risque de me tartiner les babines et de me couper par la même occasion. C’était un pur gâchis sans nom.

 

J’ai voulu tester ce gel parce qu’il était le trophée manquant sur mon étagère : oui j’ai du gras, oui j’ai du liquide, mais les matières gélifiées m’intriguent. Elles ont une texture un peu poisseuse, se rincent généralement bien, on aurait dit le parfait compromis.

Dedans il y a d’abord une communelle (en gros, un assemblage de plusieurs ingrédients qui viennent d’un même milieu, une synergie) composée d’eau + miel + cire d’abeille protectrice + de la propolis brute (réputée pour avoir une belle action anti-inflammatoire et réparatrice) + de la gelée royale (riche en vitamines et minéraux, elle va hydrater intensément) + du pollen (raffermit la peau et traite les peaux acnéiques). Puis encore du miel (nettoyant naturel 🙂 ), trois tensioactifs d’origine végétale, deux conservateurs et un régulateur de pH. 

Communelle d’Elixirs de la Ruche® (eau de source locale dynamisée, miel*, cire d’abeille ultrafine d’opercule*, propolis brute*, gelée royale fraîche*, pollen*),  Miel de l’Adour*,Lauryl glucoside, Cocamidopropyl betaine, Sodium lauroyl sarcosinate (tensioactifs doux d’origine végétale), Acide déhydroacétique, Alcool benzylique, Acide citrique.

Jusque-là ça va, sauf si rien que de lire la liste t’as donné une allergie saisonnière monstrueuse.

Il est peut-être inutile de le préciser mais si vous êtes de nature à être allergique aux produits de la ruche, n’utilisez pas ce produit, on est jamais trop prudent 😉

 

J’ai eu une période où j’ai pratiqué le nettoyage de minois au miel de manuka sans rien d’autre dans ma routine pendant une semaine entière. Les résultats étaient bons, j’avais une belle peau, un peu comme quand on ne l’emmerde pas avec le makeup et tout le tralala le dimanche, une bouffée d’air dans un pot doré.

J’avais vite abandonné le no care après le wash-wash, je suis une femme qui vit les choses à 100%, ma peau se prend du stress / des variations hormonales / des pleurs et des rires / du manque de sommeil / de la pollution. Je ne peux décemment pas vivre sans mes pots si je veux que mes petites bajoues ne volent pas au vent.

TOUT CA POUR DIRE que si j’avais vécu 7 jours juste avec ma petite touche d’honey pour me débarbouiller, ce gel démaquillant-ci devait passer comme crème.

 

Bah non.

La déception n’est pas dans le toucher, c’est même plutôt agréable et très mielleux sous les doigts, ça s’étale assez facilement, se masse gentiment, on rajoute un peu d’eau quand on en a marre et qu’on veut l’ôter.

  • c’est très pauvre en efficacité sur mes mirettes : et je ne porte que du mascara, je ne suis pas du genre à abuser
  • ils disent de s’en servir deux pompes : impossible, il en faut au moins 3 ou 4 pour être à l’aise
  • anti-dessèchement  : c’est mis en grand mais je suis plutôt d’avis de dire que ça gratte les mirettes et que ça tire quand c’est sec (et GRAND DIEU, je m’hydrate soir et matin à la truelle)
  • le pot est petit – vu ce que je dois m’en tartiner, le rapport qualité prix est un peu surfait

J’ai boutonné aussi, à chaque fois que je l’ai utilisé. Pas le petit bubon, mais le gros qui couine. Ce n’est pas la faute au produit en tant que tel et ça n’influe pas sur son efficacité (moyenne) mais ça vaut la peine d’être signalé.

Je mange du miel tous les jours, donc ça ne doit pas venir de là, les conservateurs je les tolères sans problème. Je vise plutôt le pollen ou la propolis, le premier me fait gonfler depuis 15 jours (y a pollen et pollen ceci étant dit, donc à voir d’où celui-ci vient), le deuxième je n’y ai jamais touché.

Dans le doute, j’éviterai ces deux composants à l’avenir pour me démaquiller, je veux pas finir bête de foire bubonesque.

 

Quoiqu’il en soit, si tu cherche un démaquillant doux, il y en a un que j’aimais bien chez Trevarno, que j’ai fini par regretter une fois la bouteille vide.

J’ai juste l’impression de toujours finir sur des résultats amers avec Ballot-Flurin, un peu comme deux amoureux qui ne cessent de se cogner en voulant s’embrasser.

Y a rien à en redire pourtant, mais on a beau essayer, quand ça matche pas, ça matche pas – autant tourner la page.

 

Des bisous les Caribous ! 
Offert par mademoiselle bio
@BALLOT-FLURIN GEL DEMAQUILLANT (HERE)

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
30 avril 2018

Balm Balm Box

J’aime bien les petites marques qui ne se touchent pas la nouille niveau prix.

On a LE DROIT de craquer pour un bidule à 60 billets, si la journée a été rude et tout le toutim – mais j’estime que d’avoir envie de naturel ET DONC de viser des soins qui ont des composants plus fiables qu’un bête silicone ne devrait pas nous ruiner.

J’ai vu un sérum de chez Tata Harper passer à 400 € les 30ml, une formule entièrement naturelle par dessus le marché, ça doit faire mal de s’appliquer une noisette d’un tel produit .

 

Balm Balm est une marque 100% bio.
N’essaie même pas de chercher entre les lignes pour trouver la petite bestiole immonde, il n’y en a pas :

l’huile d’églantier revient souvent

l’huile essentielle de géranium rosat aussi

les flacons sont pratiques et user friendly

Leurs parfums mis à part, on est sur une gamme de prix allant grosso modo de 10 à 20 € – ils commercialisent également certaines HE basiques comme la lavande, le citron, la menthe poivrée et celle de pamplemousse.

 

6 produits pour 1 box

J’ai eu l’occasion de me prendre leur gift set sur le site de Love Lula, j’avais des envies champêtres et leurs packagings étaient choupi-trognons. La boîte est arrivée avec 6 full size dedans qui n’attendaient que mon minois pour lui sauter dessus – j’étais ravie comme un kangourou et impatiente de me tartiner les bajoues.

Dans la boîte il y a …

1. Rose floral hydrosol – une lotion

De l’hydrolat de rose 100 % pur dans une petite bouteille opaque à spray, pratique à transporter et à utiliser. Un excellent basique et celle-ci est de bonne qualité 🙂 Essayez dans la mesure du possible, quand vous achetez une eau florale, de bien en choisir une qui n’a qu’un ingrédient – pas d’eau tout court en haut de la liste (c’est une formule diluée dans ce cas), pas de conservateur, pas de parfum. Juste blabla flower water.
Plus d’infos sur la rose ici

 

2. Lip balm face balm – un baume à lèvres

Le petit baume pour les lèvres qui est en fait un tout en un avec du beurre de karité, de l’huile de tournesol, de la cire d’abeille protectrice, du calendula pour apaiser et de l’HE de géranium rosat pour réparer.

Butyrospermum parkii (shea butter), helianthus annuus (sunflower oil), cera alba (beeswax), calendula officinalis (calendula oil), simmondsia chinensis (jojoba oil), pelargonum graveolens roseum (rose geranium oil)

Je ne le trouve pas exceptionnel, il fait le job sans pour autant que j’en sois mordue – il a un petit côté baume de rose de By Terry, le coup de coeur en moins. Ceci étant dit, il passe très bien dans le fond du sac pour les petits bobos du quotidien qui ont besoin d’un secours express.

PS : le chéri trouve que ça goûte bizarre après un bisou.

 

3. Rosehip serum – un soin intense 

Ou huile dont je me sers pour les boobs (hin hin) parce qu’il y en a beaucoup dans la fiole & que j’ai d’autres grassouillettes pour le visage comme ma petite fiole adorée de chez Angela Langford.

Contrairement à la majorité des sérums à l’églantier du marché, celui-ci est une sorte de super boost, avec de l’églantier (oui, quand même)(plus d’infos ici), de la bourrache (ultra-nourrissante, convient très bien aux peaux matures en général, vu son apport lipidique et son action antioxydante), de l’HE d’encens neglecta (sédative et apaisante), de géranium rosat (pour cicatriser et son côté antibactérien), de palmarosa (pour les petits boutons et la bonne odeur), de genévrier (pour la détente) et de mandarine (pareil, ça dézingue les mauvaises ondes et apporte un beau teint).

 Il y a une légère odeur citronnée, la texture se prête au massage et assouplit vraiment bien la peau.

Rosa Canina Fruit Oil, Simmondsia Chinensis (Jojoba) Seed Oil, Borago Officinalis (Borage) Seed Oil, Boswellia Neglecta Oil, Pelargonium Graveolens Flower Oil, Cymbopogon Martini Oil, Juniperus Communis Fruit Oil, Citrus Nobilis (Mandarin Orange) Peel Oil, citronellol*, geraniol*, linalool*, citral*, limonene*, farnesol*

Pour celles qui ont envie de se lancer dans le monde des grassouillettes sans pour autant lâcher un rein, il est top. On le trouve en 10 ml à 10 € ou en 30 à 19€ (plus avantageux du coup). C’est une très belle synergie qui passerait très bien sur ma bouille – déjà fait, c’était un succès – mais c’est sur le décolleté que je le préfère 🙂

 

4. Beauty Balm – un démaquillant-nettoyant-hydratant-tutti frutti

Un de leurs soins multi-usage que j’ai surtout utilisé comme baume démaquillant, il était également fourni avec une muslin pour faciliter le démaquillage.

La base est classique et infusée de beurre de karité, ce sont surtout les huiles essentielles qui sont intéressantes ici : de lavande, de romarin, d’encens, de tea tree, de géranium rosat et de sauge sclarée (attention, cette HE est spéciale et déconseillée si vous êtes sous traitement hormono dépendant notamment) 

Helianthus Annuus (Sunflower) Seed Oil, Butyrospermum Parkii (Shea Butter), Rosa Canina (Rosehip) Seed Oil, Borago Officinalis (Borage) Oil, Cera Alba (Beeswax), Simmondsia Chinensis (Jojoba) Seed Oil, Calendula Officinalis Flower Oil,  Lavendula Angustifolia (Lavender) Oil, Rosmarinus Officinalis (Rosemary) Oil, Boswelia Neglecta (Frankincense) Oil, Melaleuca Alternifolia (Tea Tree) Oil, Pelargonium Graveolens (Rose Geranium) Oil, Salvia Sclarea (Clary Sage) Oil, Citronellol*, Geraniol*, Linalool*, Camphor*, Limonene* *naturally occurring components of essential oils

Ce baume est surtout axé vers la souplesse et le côté purifiant, je le trouve un peu inégal dans sa composition. Au toucher, il n’est pas aussi agréable que grand nombre de ceux que j’ai pu tester – pour un prix moindre je préfère celui de Lush, sans hésiter.

 

5. Super Light Coconut Cleanser – un nettoyant bizarre

J’adore quand c’est gras, que ça brille tellement c’est riche, mais j’ai peut-être utilisé cette huilette 3 fois avant de le mettre dans mon bac à « j’ai vraiment pas d’avis sur la question ».

Elle est uniquement composée d’huile de coco fractionnée – contrairement à l’huile de coco pure, elle est plus fine, plus purifiante aussi (plus chargée en acide caprique et caprylique), elle ne rancit pas et est fine au toucher.

NE FROTTEZ JAMAIS ce « nettoyant » sur vos mirettes, j’ai passé des soirées à voir flou, en étant pourtant plus que méticuleuse pour justement éviter de m’en mettre plein la vue.

Démaquillant  : zéro, juste pour ce point négatif

Démaquillant visage : OK, mais pas d’effet waw.

Il faut absolument passer avec un nettoyant derrière ou simplement un linge imbibé d’eau chaude, histoire d’enlever le surplus que laisse ce coconut cleanser.

C’est le seul produit de la gamme qui est vraiment trop cher pour ce qu’il est.

 

6. Hibiscus Face Mask – un gommage comme on les aime

Last but not least, mon petit gomma-sk du dimanche. Mi-scrub-mi-thérapie pour les bajoues, il rend la peau douce, lui donne un bel éclat, c’est le genre de poudre à refourguer à sa meilleure amie si l’on voit qu’elle a les pores qui s’en donnent à coeur joie et qu’elle a grise mine.

Vous trouverez sa revue ici, c’est de loin le meilleur gommage hydratant à grains testé dans ma salle de bain, ce qui est assez dingue vu qu’il n’y a RIEN QUE DE LA POUDRE que l’on mêle à de l’eau.

On connaît bien les exfoliants qui laissent la peau douce mais desséchée comme un un bois sec en plein soleil. He bien, avec celui-ci Ginette, prépare-toi à découvrir un nouveau monde.

 

Tu l’auras compris, je retiens dans le tas trois vraies petites pépites, le masque à l’hibiscus, le sérum super boost à l’églantier et l’eau de rose, car je suis une femme qui se contente de peu (hin hin).

Donc si tu cherchais un petit miracle pour gommer / nourrir / hydrater ta couenne, y a qu’à piocher.

 

Des bisous les Caribous ! 

GIFT SET BOX, environ 60 euros, offert par @LOVELULA

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
23 avril 2018

THE gommage sans grains purifiant Nominoë

Quand on me parle de Nominoë, c’est l’amour fou, l’amour proche, l’odeur est typique et reconnaissable entre mille.
Certains disent que ça vient de l’ajonc, mais la campagne bretonne n’a pas été fort foulée par mes petons ces dernières années.
Je suis juste tentée de dire que ça sent BON, voire trop bon.
Mais que c’est un parfum typique qui ne plaira pas à tous les nez.

 

J’ai déjà testé tout la gamme (crazy girlita)
Le philtre de beauté : amour immense pour cette crème, parfait jus d’entre-saison pour les peaux normales à mixtes (même grasses tu sais). Les peaux sèches auront besoin d’un petit sérum nourrissant dessous
Le baume exfoliant : qui a une fois changé de formule, je lui préférais la texture du premier, mais il est rudement efficace et laisse la peau douce comme de la soie
L’huile hydratante : dure longtemps, sent la même odeur que le reste de la gamme, pénètre vite et bien, rien à redire
La mousse nettoyante : qui avait également changé de formule, mais était toujours aussi agréable à utiliser, nettoyait impeccablement le minois
Le masque nuit hydratante éclat : un vrai bonheur de se tartiner une bonne dose de produit couleur licorne sur la couenne, c’est un des produits les plus ludiques de la gamme. Aussi extrêmement hydratant et cocoon.

Cela me semblait donc logique de jeter mon dévolu sur le dernier né (qui est en fait apparu dans ma boîte aux lettres magique avant même que je ne clique sur « payer » en ligne).

 

Comme à chaque fois qu’ils lancent une nouveauté, je me mets en mode « agaga », je trépigne, j’attends de voir la version finale pour enfin lancer des ha et des hooooo. Je fais partie de la team de blogueuses qui teste leurs petits échantillons avant leur sortie, ça aide pour se faire un avis entre la formule test et le batch définitif.

 

Gommage sans grains Nominoë

En gommage sans grains, on a deux types 

  • Les mécaniques : qui vont sécher sous forme d’une petite pellicule qu’il faudra frotter en massages circulaires pour l’ôter – souvent peut recommandés pour les peaux sensibles car friction totale avec la couenne, je te dis pas les ravages à coups de rougeurs et plaques joyeuses sur le bout du naseau.
    Les gommages à grains font aussi partie de cette catégorie. 😉
  • Les chimiques : qui grignotent lentement mais sûrement ce dont votre peau n’a plus besoin pour la rendre claire et nette,
    ils peuvent être à base d’enzymes (action moins hard qu’avec les acides de fruits purs), d’AHA-BHA-PHA, ils sont là pour casser ce qui lie les cellules mortes à ton épiderme pour les dégager de ton beau minois. Peau fraîche garantie !

Et puis t’as Nominoë qui décide de mixer les deux, un peu de rub-rub, un peu de scrountch-scrountch et PAF, c’est magique Patrick !

Le petit tube ressemble si fort à celui du masque nuit hydratante que je les ai confondus à plusieurs reprises – une fois ouvert tu te rends quand même compte du malentendu, les textures sont totalement différentes.

Dedans il y a de l’algue brune (reminéralise le visage, plus d’infos sur les algues ici), de l’eau, de la microcrystalline cellulose (polymère naturel, donne de la sensorialité au masque), un alcool gras, de l’huile de coco fragmentée, des glycérides végétaux hydrogénés (assouplissants), un émulsifiant, de la criste marine (raffermissant cutané), encore un émulsifiant (qui rend la peau doudouce 🙂 ), de l’eau de mer (pour cicatriser et enlever les cellules mortes), de l’extrait de pomme (pour l’acide malique qui va gentiment aplanir le grain de peau), du genêt (pour son astringence), du blé noir (pour son action antioxydante et son coup de fouet), un alcool gras, de la glycérine et du parfum, entre autres.

ascophyllum nodosum extract*, aqua (water), microcrystalline cellulose, cetearyl alcohol, coco-caprylate/caprate, hydrogenated vegetable glycerides, glyceryl stearate, crithmum maritimum extract*, cetearyl glucoside, maris aqua (sea water), pyrus malus fruit extract*, cynara scolymus leaf extract*, cytisus scoparius branch/flower/leaf extract*, polygonum fagopyrum seed extract*, benzyl alcohol, glycerin, parfum (fragrance), dehydroacetic acid, glycine soja (soybean) oil, tocopherol, linalool, limonene, benzyl salicilate, sodium hydroxide

 

Pour commencer, la matière est généreuse et donne envie de s’en prendre une louche. Sans rire. c’est onctueux mais ferme comme une crème tassée et compacte, rien qu’au niveau sensoriel on y est déjà.

La première utilisation a été un record de pose, car, au lieu des 5 minutes conseillées, je l’ai gardé tout le temps d’un bain (et d’une série)(j’ai trouvé la parfaite table basse pour poser mon ordi pendant que je fais plouf plouf), à savoir 40mn au moins.

La bonne nouvelle : le masque n’est absolument pas irritant, malgré la présence d’extrait de pomme
La mauvaise nouvelle : si vous cherchez un vrai traitement aux AHA surdosés, il n’est pas celui qui vous conviendra

Une fois que le masque a gentiment séché sur le visage, on va pouvoir passer ses mains en mouvements circulaires pour enlever la pellicule (qui n’est ni sèche ni humide), cela va gommer sagement mais sûrement la bouille, activer les vaisseaux, donner du peps aux bajoues quoi.

Quand la majorité est tombée, on passe deux trois fois son visage à l’eau claire et on sèche.

 

Plus qu’un masque gommant ou exfoliant, je trouve que ce masque aurait du s’appeler « tonifiant ». Il y a des ingrédients qui participent au tonus qui nous manque au quotidien, nous donnent du peps, le massage apporte le rose aux joues, on voit qu’il y a de la vie.

Honnêtement, après la première application j’avais une belle peau parce que j’avais pris le temps de masser comme à mon habitude.

Vu son dosage ultra-réduit en composants potentiellement irritants, on peut entièrement faire confiance à ce nouveau produit de la marque si on est du côté sensible de la force.

A voir si l’exfoliation mécanique à l’aide de ses patounes sera tolérée ou non. Mais comme la crème ne se transforme pas en peel-off, on évite déjà de se retrouver avec un masque collé au visage et dans le refus total de bouger d’un iota de nos pores.

Non, ici, c’est comme une petit balade au grand air, ce n’est pas pénible, ça fait du bien, et on est tout détendu après.
Un vrai petit soin du dimanche pour commencer la semaine comme une reine.

 

Des bisous les Caribous !
Produit offert par MON CORNER B (merci beaucoup 🙂 )

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
25 mars 2018

Booster sa peau à la vitamine C

J’ai longtemps pensé que les boutons installés depuis des années sur mon menton (ceux qui vont et viennent par saisons comme des caravaniers du dimanche) étaient déjà une bonne plaie et que je ne pouvais pas connaître plus pénible.

Couenne-alement parlant.

Huhu, la petite joueuse.

He bien non. Le plus rude pour une bouille c’est la misère qui apparaît quand les températures baissent d’un coup : ta peau est PERDUE (en même temps, pas de quoi lui lancer un sermon, elle n’a pas le droit de porter une écharpe, elle)(sinon tu ne verrais rien)(la cagoule à la limite, mais tu préfèrerais éviter que l’on te prenne pour une vandale).

Les quelques semaines qui viennent de s’écouler étaient un florilège de pommettes qui crient « raaaaaah », de bout du nez en lambeaux, de lèvres qui ressemblaient à un millefeuille de peau sèche (pour la classe et la grâce, tu peux royalement passer ton chemin).

A priori, si tu sais que ton pays va switcher en mode Alaska en moins de deux, je te conseille de te parer de ce duo gagnant :

  • un sérum bien hydratant : parce que les températures glaciales ne sont pas seulement mordantes, elles empêchent la production d’un sébum fort et efficace comme Hercule / qui dit moins de gras, dit une protection moyenne – ta pauvre peau mérite bien sa dose d’eau
  • un sérum/une crème riche pour justement aider les actifs à mieux pénétrer (plus c’est gras, mieux ça passe la barrière cutanée)
  • psssst : et de la vaseline pour tes babines : juste pour les couvrir le temps que le vent frais s’en aille

 

LE BOOSTER A LA VITAMINE C – NOVEXPERT

Depuis le sérum d’Absolution, j’ai vécu une sérieuse cure à base d’huile – je prenais surtout l’hydratation dans les brumes ou les crèmes puis je me mettais 4-5 gouttes de grassouillette dans les paumes et je pressais le tout sur mon beau minois.

D’où le pourquoi le tube du booster de Novexpert traînait dans mes tiroirs depuis naguère et jadis – c’était le bon moment pour le dégainer.

 

Dedans il y a (attention les yeux !) :

Aqua (de l’eau), Ascorbyl Methylsilanol Pectinate (une forme stable antioxydante de vitamine C), Glycerin (de la glycérine hydratante & protectrice), du Methylpropanediol & Propanediol (aident tous deux à une meilleure absorption), 3-O-Ethyl Ascorbic Acid (la vitamine C qu’on recherche – stable, action sur la synthèse de mélanine pour éviter les taches, stimule la production de collagène), Silica (un épaississant), Glucosyl Hesperidin (un peu le même genre d’action que le bidule vitaminé juste avant, également anti-inflammatoire), Sodium PCA (un hydratant naturel), Parfum, Anogeissus Leicarpus Bark Extract (de l’extrait de bouleau d’afrique, aide contre les petites irritations), Sodium Hyaluronate (une touche d’acide hyaluronique pour repulper), Tocopherol (un conservateur naturel), de la Beta-carotène (ce petit plus qui donne bonne mine), du Bisabolol (apaisant), de l’Adenosine (actif anti-rides, ça va un peu te retendre les ridules), Saccharide Isomerate (un agent hydratant longue durée), Sodium Lactate (un conservateur), Citric Acid, Glyceryl Caprylate (un stabilisateur de formule), Xanthan Gum (de l’épaississant), Caprylic/Capric Triglyceride (apporte une texture qui pénètre facilement), Sclerotium Gum, Cl 77891 (Titanium Dioxide), Mica (y a des petites choses qui brillent dans le produit), Polyglyceryl-2 Dipolyhydroxystearate (apaisant), Zea Mays Starch, Phytic Acid, Biosaccharide Gum-2 (un sucre, nécessaire pour créer le complexe Novaxyline, v. après), Sodium Citrate, Lauryl Glucoside, Laminaria Ochroleuca Extract (de l’extrait d’algue, qui, allié au biosaccharide, va créer le Novaxyline, un actif puissant capable de protéger contre le vieillissement cutané).

 

De très loin, on dirait une masse informe de plein d’ingrédients qui n’ont pas l’habitude de flotter ensemble, mais à y regarder de plus près, cela prend son sens :

Il y a surtout une très bonne hydratation induite par un léger effet filmogène – sans pour autant tirer les traits jusqu’aux fesses.

De la recherche avec deux formes différentes de vitamine C, de l’innovation avec leur bidouille algue + sucre pour augmenter la fermeté et la souplesse, des ingrédients apaisant les rougeurs & inflammations.
En gros, un petit tube pour peau déshydratée, qui a mauvaise mine, qui tire et crie famine – il avait intérêt à en avoir dans le ventre.

 

Dès qu’on l’applique on a un teint plus frais et lumineux (à mon avis, les paillettes qui flottent dans le produit y sont pour quelque chose – et ravissent mon côté gosse ), et surtout, l’odeur donne envie de manger le tube – on est entre le bonbon et le fruit frais (je t’assure que ça sent très bon).

  • pour l’action anti-âge, ride, tout ce qui pend : je n’ai pas d’avis sur la question, j’ai juste pleinement constaté qu’il est très efficace pour donner bonne mine et, de manière générale un teint frais
  • pour les taches : les plus récentes sont bien diminuées – comme j’ai utilisé ce booster avec mon sérum d’amour à l’immortelle de chez Isla Apothecary, je ne sais dire qui a plus agi que l’autre, mais j’ai remarqué qu’ensemble ils créaient un duo D’EN-FER ! (pour la cicatrisation aussi)
  • pour l’hydratation : elle est longue durée – donc pas seulement pendant quelques heures et puis tu commences à revoir tes pommettes flancher, non non, ça tient bien jusqu’au soir sans problème (faut beaucoup boire aussi, ça aide)
  • il est ultra skin-friendly : pas de picotements, même sur peau lésée – étonnant vu la dose de parfum envoûtant

Il est vendu à 50 euros il me semble, mais traînez un peu sur le web, il y a moyen de le dénicher sur des pharmas en ligne avec des réductions en veux-tu en voilà.

En tout cas, avec ce petit duo j’ai passé les semaines glaciales sans aucun soucis et mes bajoues sentaient le printemps à 10km à la ronde.

Bon, je me plaignais comme loutre qui chouine, mais à quoi ça rime si tu ne peux pas emmerder ton monde à longueur de journée avec des « nom de dieu de météo à laisser traîner un esquimau dehors ! Furte hein dis ! ».

J’ai survécu à l’hiver Jeannine, et ça, oh oui, ça s’applaudit.

 

Des bisous les Caribous !
Sérum Booster à la Vitamine C Novexpert
Offert par la marque, il y a belle lurette.

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
18 février 2018

Ca hydrate et ça coûte 60 euros – NOHÈM

En moyenne, un gars lambda va dépenser 15 euros tous les 3 mois dans une crème pour le visage (quand il en met) quand une donzelle atteint les 30-40 balles sans sourciller.

En matière de soin, il n’est jamais vraiment question de sexe (OKAY) ou de budget (SUPER OKAY), mais plutôt de paillettes dans les mirettes : il suffit de voir la danse qui gagne note corps dès qu’on voit un tube flashy qui nous envoie du rêve, on frise vite le ridicule de la donzelle en manque d’amour.

Et ce souvent pour un soin qui y va à grand renfort de pub pour une nouvelle molécule qu’on distingue à peine dans la compo.

Bien sûr je grossis le trait, disons qu’il y a EFFECTIVEMENT des nouveautés mais qu’elles flottent on ne sait où entre les huiles minérales, les émollients sur-travaillés et le bon gros sourire de la vendeuse caché entre ses seins.

 

Je pense connaître la marque Nohèm de loin depuis que j’ai commencé à m’intéresser aux ingrédients et à ce qu’on peut bien se tartiner sur le minois. Très beaux packagings, mats, blancs et vert d’eau, un plaisir pour les yeux qui annoncent un vrai bonheur de couenne.

Il s’agit d’une marque de « produits cosmétiques biologiques », le vent d’air frais court sur la page d’accueil, le grand nord, le respect des petites mains auxquels on achète les matières premières à un prix juste et équitable.

La cosméto rustique éthique pour mot d’ordre.

 

J’ai pu tester leur soin hydratant & antioxydant quand, par un soir d’hiver je n’avais plus de doudou pour mon visage, et qu’il était urgent de me tartiner le faciès.

Je jette la boîte, je l’utilise, ah tiens ça sent bon, la texture est très agréable, ils ne mentaient pas sur la bonne odeur poudrée :

Donnez à votre soin quotidien le pouvoir de régénérer et de protéger la peau de votre visage… avec ce fluide jour-nuit aux vertus exceptionnelles, au délicat parfum poudré de lotus. Grâce à la double action régénérante/hydratante de l’huile de kendi d’Indonésie, au pouvoir antioxydant de l’extrait de baie de goji de Chine et à l’action de la Céramidone®, restructurant de la barrière cutanée, votre peau gagne en éclat et se réveille chaque matin parfaitement reposée.

Bienfaits :

Un soin double action indispensable de jour (antioxydant, protection des agressions extérieures) comme de nuit (hydratation intense et régénération).

 

Dedans il y a : De l’eau, de l’hydrolat de citron, de la glycérine, de l’huile de sésame, du parfum, (à partir d’ici, ce qui suit n’a pas vraiment d’importance), un solvant, deux émollients, de l’huile de tournesol, un émulsifiant, de l’huile de kendi (pour revitaliser la peau et éviter la sécheresse cutanée) , du sodium PCA (participe à l’hydratation naturelle de la couenne – ce qu’ils appellent céramidone est en fait un ester gras qui va permettre la stimulation de la barrière lipidique en surface de peau – en gros c’est pour te créer un sébum de qualité), un régulateur de pH, un épaississant, un antioxydant, de l’extrait de baie de goji (juste pour le clin d’oeil anti vieillissement), entre autres.

Aqua (water), Citrus medica limonum (lemon) fruit water, Glycerin, Sesamum indicum (sesame) seed oil, Parfum (fragrance), Dicaprylyl ether, Cetearyl alcohol, Zea mays (corn) starch, Octyldodecyl PCA, Helianthus annuus (sunflower) seed oil, Cetearyl glucoside, Aleurites moluccana seed oil , Sodium PCA, Citric acid, Xanthan gum, Potassium sorbate, Tocopherol, Lycium barbarum fruit extract, Phytic acid, Sorbic acid, Citronellol, Linalool

En résumé, il s’agit d’hydrolat d’agrume baignant joyeusement dans de l’eau qui va apporter une légère amélioration au niveau de l’éclat (pas de quoi te faire passer d’un teint gris à des bajoues qui réfléchissent la lumière tellement elles brillent), des huiles et émollients par-ci par-là, et beaucoup de discours scientifique.

Pour un soin qui est simplement un bon hydratant  – ce n’est pas un défaut, c’est même plutôt une qualité.

 

Je recommande juste de base :

  • de ne pas acheter un produit parce qu’il est beau (sauf si vraiment, ta journée était pourrie – ou qu’il est dingo-dingue)
  • de ne pas prendre le mot antioxydant au pied de la lettre : il peut être en petite quantité mais il est recommandé de privilégier la vitamine C, la vitamine E ou encore le résvératrol (Caudalie adore cette molécule)
  • de bien lire les mots qui vont avec le produit : « exceptionnel, inoubliable, douceur incroyable et triple action » sont autant de belles paroles qui méritent de retourner la boîte

J’ai utilisé la crème Nohèm sans discontinuer, jour et nuit, pendant 2 mois et n’ai rien trouvé qui justifie un prix à près de 2000€ le litre – oui j’avais la peau douce, mais son beau parfum m’incitait à en appliquer régulièrement.
Et la régularité est reine en skincare.

La créatrice a surtout le beau projet d’améliorer la conditions des femmes dans le monde, c’est tout à son honneur, d’où, j’imagine, le tarif demandé pour  chaque soin – cependant pas moyen de voir si une quelconque partie est reversée à bonne oeuvre…
(son association)

 

Si vous voulez du bio qui aide la culture locale, avec un premier ingrédient qui n’est pas de l’eau et une crème du plus bel effet, il y a le philtre de beauté de Nominoë sinon – amour inconsidéré pour ce tube since 2012.

Pour tout le reste, il y a American Express.
(Okay, je vais me cacher – loin)

 

Des bisous les Caribous !
Offert par Gelbopharma – 60 € / 30ml

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram