Catégorie : Skin care

28 juillet 2019

This is a great cream

About
@estellethild Bio Defense Antioxidant Day Cream 

Quand tu vis dans la tête d’une skincare addict, y a un petit bouton qui se déclenche quand tu arrives au bout d’un pot. Tu deviens hystérique, ça remue l’internet à coup de 20 onglets ouverts pour trouver the best of the best of the cream qui te rendra belle, douce et présentable.

Je suis de ceux qui croient que la totalité d’une routine est plus importante qu’un soin en particulier, et que de trouver la bonne combinaison revient à 2+2 =4, une perfection mathématique sur des étagères de salle de bain qui rend dingo.

Et quand ça arrive, tu gardes tes petits secrets pour toi toute seule comme un vieux golum.

Ou tu fais comme moi, et tu en parles à la terre entière.

 

Dans mes petites recherches webesques de douceur cosmétique, je suis tombée sur Estelle & Thild, une marque assez connue mais que je n’avais pas encore creusée parce que  les packagings sont assez… vieux du genoux.

Y a des fleurs, des couleurs un peu ternes, on dirait une gamme tout droit sortie de l’étagère de mamy, qui utilise ça « depuis des années, même qu’on dirait que j’ai 40 piges alors que j’en suis à 80 ».

Un peu dans l’esprit du pot de nivea qui a fait des merveilles sur toute une génération naguère, mais remasterisé à la sauce 2019.

 

C’est en regardant les compos que j’ai découvert qu’il y avait peut-être bien des choses intéressantes à tester; j’ai donc fait mon choix dans l’urgence du moment – j’avais fini la crème Garnier Bio au lavandin (très agréable) et j’avais besoin d’un nouveau masque.

Pouf pouf, passage en caisse et c’était réglé.

 

La marque Bio-Active

Tu me vois dubitative, je cherche un peu sur leur site ce que ça sous-entend. 

Pernilla voulait créer une gamme qui puisse à la fois être sans danger pour le peuple, sans ingrédients inutiles (pas de parfum – couleurs – produits chimiques qui améliorent la texture). Où on bannit les pesticides et les résidus toxiques, tout en étant vegan et certifiée ecocert.

Elle a donc entièrement mis de côté la « chimie » avec un grand C pour se concentrer sur des matières brutes et effectives.

Dans l’absolu, c’est un très bel objectif, et le soin dont je vais vous parler est la preuve que du bio peut entièrement devenir sensoriel et efficace quand il est bien amené (ne pas oublier que tout ce qui est naturel n’est pas forcément BON pour votre peau). 

Mais elle sous-entend que tout produit chimique est forcément mauvais pour le minois. Si tu as tendance à prendre des flacons bourrés d’odeurs et inactifs (comme avec des huiles minérales, des sulfates agressifs, ou encore des parabènes) alors oui, tu te mets toi même dans une situation tendue.

Cependant, certains composants chimiquement extraits ou obtenus peuvent tout à fait être un plus pour la peau (la vitamine C, l’acide hyaluronique ou encore les peptides par exemple).

 

BioDefense Antioxydant Day cream

Comme dit plus haut, je commençais à être à court d’un soin basique pour le visage. Quand j’ai vu passer ce petit miracle qui promettait une jeunesse renouvelée, un mix de vitamines et une radiance retrouvée, j’ai vite sauté le pas.

 

Dedans il y a :

de l’eau, de l’hydrolat de rose (excellent adoucissant cutané), de jojoba (pour équilibrer), de l’alcool cetearylique (agent de texture), du beurre de karité (pour l’apport de lipides), de l’huile d’amande douce et du beurre d’illipé (agissent sur la sécheresse), un émulsifiant (permet à la phase eau et huile de vivre en parfaite harmonie), du saccaride isomerate (un hydratant looooongue durée), de l’huile d’églantier (lisse et repulpe pour éviter les premiers signes de l’âge, voir la revue), dipalmitoyl hydroxyproline (stimule la production de collagène pour éviter que la peau pendouille au vent), le gluconactone pour encore renforcer l’hydratation longue durée, de l’extrait de myrtille (légère action exfoliante), de l’extrait de thé vert (antioxydant), encore un émulsifiant.

La suite est un mix de conservateurs naturels marqué par la présence de… parfum (???? on avait pas dit que mamzelle Pernilla les bannissait ?) 

Liste D'ingrédients

Cette crème est un vrai plaisir

♥ la pompe est géniale et délivre le produit doucement (petit détail mais qui évite de s’en servir une lampée au réveil parce que les muscles du doigt font des blagues)

♥ l’odeur est sucrée et à croquer, même l’homme a déjà sorti un « ton visage sent bon »

♥ elle hydrate sur la loooooongue durée : elle est impressionnante au niveau de l’hydratation, la seule qui avait atteint ce niveau-là sur moi jusqu’à présent était la crème hydratante de Nominoë, le philtre de beauté

♥ elle est tout à fait adaptée à une peau mixte qui a une soif perpétuelle : pas de boutons, pas de pores obstrués, aucune complainte

♥ j’ai parfois des jours où j’ai le minois raplapla à cause des hormones, quand ça arrive, certaines crèmes ne suffisent pas et n’ont pas la même « texture » quand je les applique – comme si, au changement hormonal, je perdais en plaisir cutané. Ici elle n’a pas été décevante sur ces jours-là, c’était comme d’habitude, une vraie bouffée adoucissante

♥ elle a une superbe texture, idéale, qui glisse bien, avec une tartine de lipides pour donner du plaisir au massage, est une excellente base de maquillage (absorbez l’excès avec un mouchoir si votre peau est grasse)

♥ elle agit où il faut quand il faut : le repulpage intense mis à part, elle laisse toujours le visage reposé, jamais gonflé, avec un léger effet peps

 

Je n’ai vraiment rien à dire, cette crème représente l’idéal dans ce que je recherche : elle a une super composition, elle hydrate de fou (et on en RE-DE-MANDE, surtout en été), et se combine super bien avec le reste de ma routine.

La seule chose est qu’elle est ciblée « crème de jour ». Mais tu sais bien qu’on s’en fout des appellations, je l’utilise soir et matin – leur version nuit de l’antioxydant cream est, de ce que j’ai pu voir, un peu plus riche simplement (si tu as la peau sèche, go for it).

 

Si tu ne sais plus où donner de la tête et que tu es en manque d’eau sur ton minois, c’est un must-have (que je place dans mon top 3 dans tout ce que j’ai testé comme hydratants jusqu’à présent, c’est dire).

On ne peut vraiment pas faire plus simple et efficace.

Pssst : elle peut aussi être utilisée par les peaux sensibles sans soucis 😉

 

Des bisous les Caribous !

@estellethild Bio Defense Antioxidant Day Cream achetée 36 euros
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
13 juillet 2019

Perfect Pores with Angela Langford

About
@angeloalangfordskincare Perfect Pores Face Serum

L’été a toujours été nommé « fête du pore » sur ma bouille. C’est l’époque où, malgré un évitement maximal du soleil, mon faciès s’épaissit un peu (oui, il fait chaud, il fait beau, ta peau se renforce un peu plus pour résister autant qu’elle le peut aux dégâts liés aux UV) et je suis loin d’être joie.

C’est une de ces saisons où l’on PENSE qu’on a un beau teint, alors qu’en gros plan, le sébum danse la samba avec les points noirs sur un air de « Tchouk Tchouk, v’là les bubons » – y a rien d’appétissant à voir et les rencontres avec mon miroir se passaient jusqu’à présent dans un bain de sang d’où aucun pustulard ne ressortait vivant.

Il y a quelques mois, je me suis rendue compte que le passage à la trentaine n’était pas seulement symbolique. Que les choix que je vais faire en cosmétique dans les années à venir devront être à la fois intelligents et innovants.

Vu que, clairement, je n’ai plus l’épiderme d’une ado.

 

J’ai commencé à migrer vers un type de peau normal. Un mini chouilla (je reste mixte dans l’âme), mais je sens la pente légère qui s’annonce, les lipides qui se font un peu plus vite la malle. J’ai remarqué ça quand deux gouttes de grassouillette ne suffisaient plus en sérum. 

Donc l’été me passe dessus plus doucement dessus qu’avant, j’ai du réadapter ma routine pour qu’elle ne soit plus trop liée à un combat permanent contre l’acné mais plutôt comme une recherche de douceur et de velouté cutané extrême. 

 

Little summer skincare tips

J’ai toujours deux petits combats permanents en période de chaleur : la déshydratation et les pores dilatés.

Les deux sont directement liés; si tu relâches toute l’eau que tu as soigneusement appliquée lors de ton petit rituel, les plaques sèches apparaissent (oui, même sous le gras), ça gratte parce qu’un microcosme se développe en surface et tu vois apparaître des petits trous béants un peu partout, ouverts à tous vents.

 

Pour la sécheresse j’ai la parade : je me mets à boire des litres d’eau, je nie le café matinal, j’essaie de ne pas me mettre trop près d’un ventilo ou de l’air-co, et je me chouchoute un max le soir avec des masques hydratants.

Pour les pores : j’ai ressorti ma petite Foreo Luna du fond de mes tiroirs. Elle nettoie très bien sans en demander trop à la peau et j’évite de l’utiliser avec des cleansers agressifs (ce n’est pas pas parce qu’on a l’impression qu’on a le visage rempli des crasses et de la sueur de la journée qu’il faut se râper le visage chaque soir avec de l’alcool).

 

Quand j’adapte ma routine en été, je n’ai pas forcément tendance à zapper les textures huileuses, ni les crèmes épaisses. 

Tout est une question de feeling, mais les textures légères me conviennent moins qu’avant.

Personnellement, je sens que JE DOIS me tartiner une bonne couche en fin de journée, surtout depuis que les allergies sont un peu plus violentes que les années précédentes; j’ai vraiment besoin de ma petite échelle de soins entièrement axée vers un cocon de confort pour éviter les rougeurs et les tiraillements, et lancer un « rhaaaa » de contentement.

 

The perfect pores serum

Le sérum dont je vais vous parler a d’abord été un petit échantillon sur le rebord de mon évier. Testé pendant 3 soirs d’affilée, adoré, je l’ai commandé dans la foulée. 

La créatrice en parle comme d’un perfecteur de pores, qui éloigne les rides et améliore le teint. Toute la magie est dans sa compo qui est INCROYABLE.

 

Dedans il n’y a QUE DES BONNES CHOSES (attention les yeux)
De l’eau, de l’hydrolat de cyprès (très bon astringent) et de fleur d’oranger (régénérant), de l’huile de rose musquée (qui a énormément d’avantages, naturellement riche en vitamine A et empêche la déperdition d’eau inutile), de la glycérine pour hydrater, de la vitamine C (pour son action anti-oxydante, à bas les radicaux libres !), de l’huile de kiwi ( réparatrice, prête à lisser tes petites ridules), de la vitamine E, de l’huile d’amande douce et du panthenol pour la douceur du grain de peau.

Ce qui suit arrive après le conservateur : de l’hydrolat de rose (best of the best pour adoucir), de l’acide lactique (booster d’hydratation), de la vitamine A (dans une forme un peu plus douce et skin-friendly que le retinol). Et enfin une ribambelle de mini-ingrédients avec de l’HE de Cyprès (tonique cutané), d’encens (purifiant), de palmarosa (assainissant), de mandarine (calmant), de genévrier (excellente contre l’acné et l’eczema), de citronnelle (anti inflammatoire), accompagnés d’acide salycilique (décongestionne les pores), hyaluronique (pour repulper), de pantalactone (hydratant longue durée) et d’un extrait de Brèdes Mafane (connue comme le botox naturel, une plante puissante qui va jouer sur la détente musculaire et donc, par défaut, donner un effet plus lisse à la peau).

Liste Ingrédients

L’excellente découverte

J’ai rarement vu une compo d’un produit naturel à 99% avec un si beau mix. On s’éloigne du classique eau, glycérine, huile de tournesol, hydrolat de rose, huile de coco fractionnée, émulsifiant, etc. On a des ingrédients de qualité qui changent de l’ordinaire et ça c’est un excellent premier point.

La forme de vitamine C qu’ils ont mis dedans fonctionne mieux avec un boost d’actifs antioxydants, on en a pas mal dans le tube. Il n’y a pas d’agents occlusifs, pas de parfum synthétique (juste celui naturellement présent qui est citronné), pas de composants qui irritent ( même au niveau des huiles essentielles, on a un mix apaisant – tonifiant – et détoxifiant).

Le second bon point est la texture. Il est super agréable à utiliser (je le mets parfois seul le matin, pour le petit boost), ne laisse pas de fini collant, permets un massage (!) quand la plupart des sérums hydratants pénètrent en deux secondes sans laisser le plaisir de palper son minois.

Il ne laisse pas de fini gras, juste une bouille bien plump de goumiche contente.

J’ai eu une grosse phase de poussée de boutons hormonaux à cause du stress – parce que je n’avais pas mis un pied au sport depuis une semaine et demi, et apparemment ça aussi ça n’arrange pas mes bidons – et il m’a permis de passer cette traversée du désert en toute tranquillité.

Ce qui devait cicatriser se barrait plus vite, surtout quand je l’utilisais en cure suivi de mon sérum d’amour, le repair & Renew de… Angela Langford. Bah tiens.

De mon point de vue il surpasse de très loin le sérum anti-soif d’Absolution qui était pourtant un de mes must en soin intensif hydratant. Ils coûtent le même prix, mais crois-moi, au niveau des actifs, on touche un peu plus le ciel avec celui d’Angela. Parce qu’il hydrate encore mieux, mais qu’il rend aussi réellement la peau toute douce en la lissant et visuellement plus réveillée et dodue.

C’est comme un bon gros bol de vitamines servi sur un plateau, y a plus qu’à te servir.

Un vrai doudou-dis-donc à avoir dans sa trousse de beauté, parce que, mamzelle, on ne doit surtout pas lésiner sur l’hydratation cet été !
Et le +++ de ce produit c’est qu’il conviendra à tous les types de peau, même les plus grasses 😉

Des bisous les Caribous !

 Perfect Pores Face Serum acheté 35 € sur Angela Langford Skincare
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
10 juin 2019

Kufu & son zéro déchet

Je n’aime vraiment pas ce qui donne un air bobo, mais pour certaines choses, je suis prête à faire des efforts. Pour l’environnement. Le porte-monnaie. Me faciliter la vie.

La première fois que le mot « coton lavable » est tombé dans mon vocabulaire, c’était à l’époque où les donzelles hurlaient cup menstruelle en se trifouillant l’oreille à l’oriculi, la grande période du renouveau du consommable. On se faisait mal voir si on jetait. On devait avoir au moins trois compost et 6 lombrics chez soi, et une parcelle participative dans la commune où on habitait.

On voulait des céréales ? On se baladait dans les vracs avec notre bocal. On ne bazardait plus les sacs de supermarché, on les usait jusqu’à la moelle. On s’éloignait du plastique, le verre brillait sur toutes nos étagères, et ça nous rendait fier.

Puis les gens ont eu d’autres problèmes. Avec la viande, les avocats qui viennent de très loin, les avions qui polluent, les bananes fairtrade, les abattages violents d’animaux, les carottes qui souffrent, le gluten qui agresse, les SLS, les OGM, les produits transformés, le jambon rose d’herta, les livres papier, les bonbons à gélatine de porc.

Le nitrate de sodium, le methylisothiazolinone, les billes des gommages, les paillettes dans les poissons, le sachet unique de l’aubergine, les lessives agressives, les médocs handicapants, les bougies toxiques, le commerce du saumon, les cancers du déo – et du barbecue, le lait de vache, le cuir porté, le cuir jeté, l’eau consommée pour produire la p**** de bouteille d’eau.

Moi dans tout ça, j’étais chez moi, à regarder le monde tourner. A découvrir les pailles recyclables du Mc Do, les coton-tiges qui n’ont plus de plastique, les gourdes pour le boulot, les couverts que tu peux planter dans la terre, les chaussures aussi.

J’essayais de me rassurer en me disant que mes petits cotons lavables, c’était au moins un problème de résolu – à mon échelle. Je ne suis pas née pour sauver le monde, sinon mon nom serait sailor moon, tu vois.

On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a.

Les cotons Kufu

J’ai utilisé les cotons des tendances d’Emma pendant un siècle, jusqu’à mon premier déménagement, il y a deux ans. Ils étaient pratiques, il y en avait des touts doux, des plus « forts » – pour les jours de liner, j’avais un bon roulement et les passais à la lessive une fois par semaine quand je n’avais pas le temps ou oublié de les nettoyer à la main.

Ma soeur m’a fait découvrir Kufu, la petite marque française qui monte avec ses produits upcyclés.

Des sacs à vracs, des pochettes à pain, des pochons et des mouchoirs fabriqués à partir de chutes de tissus, récoltés au foyer Notre-Dame des sans abris, du travail pour ceux en réinsertion professionnelle et du zéro-déchet dans la mesure du possible.

Là où les tendances d’Emma jouent sur le strict plan du non jetable, Kufu est allé un cran au-dessus de la foule avec sa dimensions sociale / éthique / territoriale.

J’ai adoré leurs petits pochons différents, y en a pas un pareil, la sérigraphie so cute, que d’autres marques puissent leur demander des tote bag éco avec leur logo . J’ai validé le prix et le fait que TOUT vienne de France.

Les cotons Kufu en pratique

  • il n’y a pas de choix de matière, mais des disques bi-face coton + molleton bio
  • le transport pratique avec la petite bourse
  • hyper simple à nettoyer (toujours avec ma technique de savon d’alep, on passe le pain sur les deux côtés puis on frotte jusqu’à ce que le mascara et le makeup s’en aille)
  • comme je les nettoie à la main en les frictionnant un peu, ils ont une petite usure, mais cela ne change pas grand chose à l’usage
  • je n’en ai utilisé que 1 pour le moment : ils proposent un pack à 10 recharges, mais honnêtement, comme je me démaquille le soir, le coton que j’utilise est mis à sécher sur le radiateur et ready to use 24h plus tard. A ce train-là, je vais mettre trois plombes pour les dégommer et arriver au dernier du pochon
  • ils sont bien finis au niveau de la couture

Ce genre de marque s’adresse directement aux personnes qui comme moi ont besoin d’avoir du mignon et responsable pour passer le cap du réutilisable. A la maison, on a déjà pas mal de nos habitudes qui sont concentrées sur le local / le non gaspillage systématique, on fabrique notre lessive, le nettoyant maison, et les bocaux sont chargés de graines et flocons en vrac.

Avant, j’utilisais les Demak-up sensitive, les gros disques bien doux qui coûte une blinde pour 50 pièces.
Je les aimais beaucoup trop.

Mais quand tu tombes en rade un dimanche, et que tu cherches désespérément une solution, t’as l’air bien fine. Ici, tu n’as plus ce problème, c’est à dispo, ça se lave et c’est bio.

Welcome to my world.

Des bisous les Caribous !
Pochon 5 cotons acheté sur Birchbox lors d’une big promo.
A shopper sur Kufu pour les frenchies

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
3 juin 2019

Garnier bio, c’est bien ?

Hello les caribous,
Y a comme qui dirait un petit os dans la soupe quand une marque de grande surface qui surfait déjà depuis un moment sur la vague du « je suis nature, j’ai un brin de foin dans les cheveux, oulalah » décide de te sortir une gamme qui sent l’herbe fraîche et les pâturages et crie BIO, JE SUIS BIO.

Je suis de celles qui sont ravies de tester. J’attends soit le moment de down où je vais hurler au scandale, soit celui où je serai tellement happy du pore que je vais conseiller à la mère, la soeur, l’amie de se ruer dans une GMS pour se payer le bidule.

Garnier m’a envoyé une grosse partie de la gamme. J’avais dit que je voulais bien tremper mes doigts dans un pot, ils ont compris « on va lui faire parvenir toute l’étagère du carrouf ».
Bref, je me suis retrouvée avec plein de goodies dans les bras à m’appliquer sur la bouille. Welcome to my life.

Certifié plaisir, certifié efficace

C’est Mr Garnier qui le dit. J’imagine donc qu’il y a du background, que ça s’est lancé les textures au derme aux réunions du lundi matin. S’il te certifie, c’est qu’il y a du vécu de tartinage à la pelle.

Number 1 : la Konjac

Bon, c’est de l’éponge un peu similaire à celle de kiko (qui était plus poreuse), mais tout aussi efficace. J’ai toujours eu un peu de mal avec le succès de ce genre d’accessoires, même si à l’époque c’était IN d’en parler, maintenant c’est devenu barbant d’en utiliser une. Cela me fait le même effet qu’un gars qui parlerait de l’art de la fourchette, alors qu’au final, ça sert à se mettre des aliments dans le gosier, y a pas besoin d’en parler pendant 3h.

C’est une sponge, ça marche cool à l’aise.

Number 2 : L’huile pour le faciès au lavandin régénérant

La compo est somme toute basique, avec de l’huile d’olive fractionnée (ça donne de la texture), de jojoba (équilibrante), d’argan (aaah la richesse), de lavande (pour le repos de la couenne) et de cameline (pour adoucir), de tournesol, puis un conservateur naturel.

Ca sent la lavande, donc te réconcilie avec tes démons du jour en un sniffage de paumes. J’ai juste du l’utiliser sur le décolleté plus que sur le visage parce que mes joues n’ont pas apprécié et ont rameuté les Pustules Party 4. Chouette huile au demeurant mais que je ne conseille pas aux peaux chiantes (celles qui réagissent après un bout de carré de chocolat de trop tombé par accident dans la bouche).

Number 3 : La lotion perfectrice au Thym Purifiant

J’ai passé les 31 ans tout en en ayant toujours 26 dans ma tête. J’ai une petite distortion psychologique qui me dirige toujours naturellement vers des soins d’ado anti-acné/peau mixte/décape-moi alors qu’en soi, je suis déjà occupée à perdre mon capital lipidique à grande échelle.

J’ai voulu tenter la lotion, parce que, qui ne chevauche pas un cheval ne sait pas ce que ça fait d’en tomber. J’avoue je n’ai pas aimé la balade : les lotions et moi sont deux univers qui ne se rencontrent que lorsque je vois de l’eau de rose pur jus macérée sous les aisselles de mamie. Sans cet élément distinctif, je n’ai pas ce réflexe du toner, ça m’emmerde de m’en passer sur le naseau (je le fais sans coton, des mains à peau)(tu devrais aussi). Celle de Garnier est un mélange d’eau, d’alcool dénaturé, de jus de tige d’orge, de thym et de bleuet.

Pas d’effet de ouf, parce que pas de constance, ni d’intérêt en terme de soin. J’ai une collègue qui l’adore et chez qui le flacon a atterri, tant qu’elle est heureuse, c’est parfait.

Number 4 : La crème au lavandin régénérant

Petit jeu de mot de la part de Mr Garnier, il parle du lavandin qui se régénère tout seul dans ses champs, pas de la capacité surnaturelle de ton cuir à se muer chaque année en une terre belle et lisse dépourvue de tout besoin de primer un lendemain de veille.

Dedans il y a : de l’eau, une huile neutre, de la jojoba, deux émollients, des émulsifiants, de la poudre de jus d’aloe vera (toujours mieux brut, whatever), de l’hydrolat de bleuet, de l’huile d’argan, de l’HE de lavandin (calmante et anti-inflammatoire), quelques agents d’entretien de la peau, et de l’huile de tournesol, entre autres.

Ce n’est clairement pas la crème la plus dosée de toutes celles que j’ai déjà testées, pourtant, un jour après l’autre, elle s’est imposée dans le rituel.

A l’heure où je vous parle, il reste deux sloutch, puis bye bye le pot.

Elle passe parfaitement sur peau mixte, c’est un soin hydratant généreux mais sans trop l’être (gné). A éviter en été sûrement car un peu lourde pour la saison, mais qui s’utilise sans soucis en automne ou printemps.
Pour le prix de 10€ les 50 ml, c’est une bien bonne affaire.

Number 5 : Le gel nettoyant détoxifiant

J’ai rigolé le jour où j’ai reçu le colis, parce que sur la bouteille, il y a un gros brin de citronelle avec un tag « from sri lanka ». Il aurait été écrit « from le jardin de gégé ton voisin », j’aurais sûrement été plus convaincue, parce qu’entre nous, que la plantouille ai poussé en Inde ou dans ma commune, ça ne me motive pas plus à l’achat. Et pour du bio, on aurait peut-être voulu que cela vienne de moins loin 😉

CECI ETANT, j’adore ce nettoyant.

Dedans il y a : de l’eau, une base de tensio-actifs doux, de l’HE de citronelle (rafraîchissante et assainissante), de l’hydrolat de bleuet (pour dégonfler les tensions), et des conservateurs, entre autres.

Il ne laisse pas la peau qui tiraille, il ne pique pas les yeux, il sent bon (si on aime bien le côté citronné), il dure longtemps, et ne coûte vraiment pas cher.


Je l’avais utilisé en balance avec le nuage céleste de cattier mais j’ai fini par pencher pour le Garnier, plus simple et eye-friendly quand je me débarbouillais sous la douche.

PS : ne suivez pas la notice d’application qui est mise à l’arrière du flacon : « Vaporiser à 15 cm minimum du visage ». Y a pas moyen. C’est du gel. Ou faut m’expliquer comment ça se spraye.


Si je ne devais en retenir que deux, tu l’as compris, j’embarque le cleanser sans hésiter – gros kiff estival perso rien que pour l’odeur – et la crème par défaut pour dépanner (peu riche en actifs, donc ne va pas vraiment agir sur un problème particulier, mais est un bon passe-partout ou base à mêler à un sérum).

J’imagine que l’idée était de créer des produits qui soient un peu plus responsables (on en revient quand même au sujet de la citronnelle qui aurait pu venir du jardin de Gégé, mais passons). Les contenants sont 100% recyclés et recyclables, et la gamme est vegan friendly.

Par-ci par là, de bons points si on regarde l’ensemble avec l’oeil neuf d’une jeune personne qui souhaite se tourner vers du bio mais n’a pas forcément 30€ à mettre dans un skincare.

Pour un premier essai d’une marque grand public, c’est pas mal du tout Mr Garnier.
Demandez quand même à Gégé s’il veut pas vous dépanner avec son lopin de terre.

Des Bisous Les Caribous !
Offert par Mr Garnier, bisouke merci.

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
13 mai 2018

Ballot Flurin et son Gel Démaquillant

ABOUT 
@BALLOT-FLURIN GEL DEMAQUILLANT (HERE)

Je crois que je suis devenue une snob des démaquillants.

Dans le sens reine machin-machin qu’une simple tarte au sucre ne contente plus, la donzelle a besoin d’une couche de meringue à la framboise, des petits granulés multicolores par-dessus par milliers, et plus vite que ça.

En vrai, j’ai faim à l’heure où j’écris ces lignes, donc nooo comment.

 

J’ai une telle addiction au démaquillage que je possède une panoplie de soins pour m’aider à atteindre le nirvana de la peau clean qui crie « libérée, délivrée ! », j’ai même un gant qui démaquille juste à l’eau, je suis donc assez parée.

Pourtant j’ai un BESOIN réel de me démaquiller avec des textures différentes, de parfois choisir un lait, parfois une eau micellaire, souvent une huile (la DHC encore et toujours), je ne vois pas pourquoi le principe de garde-robe devrait se cantonner au placard.

On a le droit d’avoir le choix dans ses armoires et surtout de faire selon son humeur.

Quand je suis claquée, c’est la lotion au coton
Quand je veux BIEN décrasser, je dégaine le baume et le dézingue avec une petite muslin imbibée d’eau chaude
Quand je veux juste du confort et que je ne veux pas faire d’effort, la grassouillette qui devient lait

Et je ne me pose pas moult questions, ils attendent sagement dans ma salle de bains pour voir dans quel état j’aurai fini ma journée.

Et ces temps-ci, c’est la petite huilette qui gagne souvent le match.

 

Gel Démaquillant Ballot-Flurin

J’ai connu Ballot-Flurin via leur baume à lèvres sensass dégoté sur amazon, que j’ai pu utiliser pendant des mois jusqu’à le voir s’éclater sur le sol de la cuisine au boulot et le verre du pot brisé s’incruster dans la pâte. 

J’ai du tout jeter, impossible de prendre le risque de me tartiner les babines et de me couper par la même occasion. C’était un pur gâchis sans nom.

 

J’ai voulu tester ce gel parce qu’il était le trophée manquant sur mon étagère : oui j’ai du gras, oui j’ai du liquide, mais les matières gélifiées m’intriguent. Elles ont une texture un peu poisseuse, se rincent généralement bien, on aurait dit le parfait compromis.

Dedans il y a d’abord une communelle (en gros, un assemblage de plusieurs ingrédients qui viennent d’un même milieu, une synergie) composée d’eau + miel + cire d’abeille protectrice + de la propolis brute (réputée pour avoir une belle action anti-inflammatoire et réparatrice) + de la gelée royale (riche en vitamines et minéraux, elle va hydrater intensément) + du pollen (raffermit la peau et traite les peaux acnéiques). Puis encore du miel (nettoyant naturel 🙂 ), trois tensioactifs d’origine végétale, deux conservateurs et un régulateur de pH. 

Communelle d’Elixirs de la Ruche® (eau de source locale dynamisée, miel*, cire d’abeille ultrafine d’opercule*, propolis brute*, gelée royale fraîche*, pollen*),  Miel de l’Adour*,Lauryl glucoside, Cocamidopropyl betaine, Sodium lauroyl sarcosinate (tensioactifs doux d’origine végétale), Acide déhydroacétique, Alcool benzylique, Acide citrique.

Jusque-là ça va, sauf si rien que de lire la liste t’as donné une allergie saisonnière monstrueuse.

Il est peut-être inutile de le préciser mais si vous êtes de nature à être allergique aux produits de la ruche, n’utilisez pas ce produit, on est jamais trop prudent 😉

 

J’ai eu une période où j’ai pratiqué le nettoyage de minois au miel de manuka sans rien d’autre dans ma routine pendant une semaine entière. Les résultats étaient bons, j’avais une belle peau, un peu comme quand on ne l’emmerde pas avec le makeup et tout le tralala le dimanche, une bouffée d’air dans un pot doré.

J’avais vite abandonné le no care après le wash-wash, je suis une femme qui vit les choses à 100%, ma peau se prend du stress / des variations hormonales / des pleurs et des rires / du manque de sommeil / de la pollution. Je ne peux décemment pas vivre sans mes pots si je veux que mes petites bajoues ne volent pas au vent.

TOUT CA POUR DIRE que si j’avais vécu 7 jours juste avec ma petite touche d’honey pour me débarbouiller, ce gel démaquillant-ci devait passer comme crème.

 

Bah non.

La déception n’est pas dans le toucher, c’est même plutôt agréable et très mielleux sous les doigts, ça s’étale assez facilement, se masse gentiment, on rajoute un peu d’eau quand on en a marre et qu’on veut l’ôter.

  • c’est très pauvre en efficacité sur mes mirettes : et je ne porte que du mascara, je ne suis pas du genre à abuser
  • ils disent de s’en servir deux pompes : impossible, il en faut au moins 3 ou 4 pour être à l’aise
  • anti-dessèchement  : c’est mis en grand mais je suis plutôt d’avis de dire que ça gratte les mirettes et que ça tire quand c’est sec (et GRAND DIEU, je m’hydrate soir et matin à la truelle)
  • le pot est petit – vu ce que je dois m’en tartiner, le rapport qualité prix est un peu surfait

J’ai boutonné aussi, à chaque fois que je l’ai utilisé. Pas le petit bubon, mais le gros qui couine. Ce n’est pas la faute au produit en tant que tel et ça n’influe pas sur son efficacité (moyenne) mais ça vaut la peine d’être signalé.

Je mange du miel tous les jours, donc ça ne doit pas venir de là, les conservateurs je les tolères sans problème. Je vise plutôt le pollen ou la propolis, le premier me fait gonfler depuis 15 jours (y a pollen et pollen ceci étant dit, donc à voir d’où celui-ci vient), le deuxième je n’y ai jamais touché.

Dans le doute, j’éviterai ces deux composants à l’avenir pour me démaquiller, je veux pas finir bête de foire bubonesque.

 

Quoiqu’il en soit, si tu cherche un démaquillant doux, il y en a un que j’aimais bien chez Trevarno, que j’ai fini par regretter une fois la bouteille vide.

J’ai juste l’impression de toujours finir sur des résultats amers avec Ballot-Flurin, un peu comme deux amoureux qui ne cessent de se cogner en voulant s’embrasser.

Y a rien à en redire pourtant, mais on a beau essayer, quand ça matche pas, ça matche pas – autant tourner la page.

 

Des bisous les Caribous ! 
Offert par mademoiselle bio
@BALLOT-FLURIN GEL DEMAQUILLANT (HERE)Caribouland

FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram