25 mars 2018

Booster sa peau à la vitamine C

J’ai longtemps pensé que les boutons installés depuis des années sur mon menton (ceux qui vont et viennent par saisons comme des caravaniers du dimanche) étaient déjà une bonne plaie et que je ne pouvais pas connaître plus pénible.

Couenne-alement parlant.

Huhu, la petite joueuse.

He bien non. Le plus rude pour une bouille c’est la misère qui apparaît quand les températures baissent d’un coup : ta peau est PERDUE (en même temps, pas de quoi lui lancer un sermon, elle n’a pas le droit de porter une écharpe, elle)(sinon tu ne verrais rien)(la cagoule à la limite, mais tu préfèrerais éviter que l’on te prenne pour une vandale).

Les quelques semaines qui viennent de s’écouler étaient un florilège de pommettes qui crient « raaaaaah », de bout du nez en lambeaux, de lèvres qui ressemblaient à un millefeuille de peau sèche (pour la classe et la grâce, tu peux royalement passer ton chemin).

A priori, si tu sais que ton pays va switcher en mode Alaska en moins de deux, je te conseille de te parer de ce duo gagnant :

  • un sérum bien hydratant : parce que les températures glaciales ne sont pas seulement mordantes, elles empêchent la production d’un sébum fort et efficace comme Hercule / qui dit moins de gras, dit une protection moyenne – ta pauvre peau mérite bien sa dose d’eau
  • un sérum/une crème riche pour justement aider les actifs à mieux pénétrer (plus c’est gras, mieux ça passe la barrière cutanée)
  • psssst : et de la vaseline pour tes babines : juste pour les couvrir le temps que le vent frais s’en aille

 

LE BOOSTER A LA VITAMINE C – NOVEXPERT

Depuis le sérum d’Absolution, j’ai vécu une sérieuse cure à base d’huile – je prenais surtout l’hydratation dans les brumes ou les crèmes puis je me mettais 4-5 gouttes de grassouillette dans les paumes et je pressais le tout sur mon beau minois.

D’où le pourquoi le tube du booster de Novexpert traînait dans mes tiroirs depuis naguère et jadis – c’était le bon moment pour le dégainer.

 

Dedans il y a (attention les yeux !) :

Aqua (de l’eau), Ascorbyl Methylsilanol Pectinate (une forme stable antioxydante de vitamine C), Glycerin (de la glycérine hydratante & protectrice), du Methylpropanediol & Propanediol (aident tous deux à une meilleure absorption), 3-O-Ethyl Ascorbic Acid (la vitamine C qu’on recherche – stable, action sur la synthèse de mélanine pour éviter les taches, stimule la production de collagène), Silica (un épaississant), Glucosyl Hesperidin (un peu le même genre d’action que le bidule vitaminé juste avant, également anti-inflammatoire), Sodium PCA (un hydratant naturel), Parfum, Anogeissus Leicarpus Bark Extract (de l’extrait de bouleau d’afrique, aide contre les petites irritations), Sodium Hyaluronate (une touche d’acide hyaluronique pour repulper), Tocopherol (un conservateur naturel), de la Beta-carotène (ce petit plus qui donne bonne mine), du Bisabolol (apaisant), de l’Adenosine (actif anti-rides, ça va un peu te retendre les ridules), Saccharide Isomerate (un agent hydratant longue durée), Sodium Lactate (un conservateur), Citric Acid, Glyceryl Caprylate (un stabilisateur de formule), Xanthan Gum (de l’épaississant), Caprylic/Capric Triglyceride (apporte une texture qui pénètre facilement), Sclerotium Gum, Cl 77891 (Titanium Dioxide), Mica (y a des petites choses qui brillent dans le produit), Polyglyceryl-2 Dipolyhydroxystearate (apaisant), Zea Mays Starch, Phytic Acid, Biosaccharide Gum-2 (un sucre, nécessaire pour créer le complexe Novaxyline, v. après), Sodium Citrate, Lauryl Glucoside, Laminaria Ochroleuca Extract (de l’extrait d’algue, qui, allié au biosaccharide, va créer le Novaxyline, un actif puissant capable de protéger contre le vieillissement cutané).

 

De très loin, on dirait une masse informe de plein d’ingrédients qui n’ont pas l’habitude de flotter ensemble, mais à y regarder de plus près, cela prend son sens :

Il y a surtout une très bonne hydratation induite par un léger effet filmogène – sans pour autant tirer les traits jusqu’aux fesses.

De la recherche avec deux formes différentes de vitamine C, de l’innovation avec leur bidouille algue + sucre pour augmenter la fermeté et la souplesse, des ingrédients apaisant les rougeurs & inflammations.
En gros, un petit tube pour peau déshydratée, qui a mauvaise mine, qui tire et crie famine – il avait intérêt à en avoir dans le ventre.

 

Dès qu’on l’applique on a un teint plus frais et lumineux (à mon avis, les paillettes qui flottent dans le produit y sont pour quelque chose – et ravissent mon côté gosse ), et surtout, l’odeur donne envie de manger le tube – on est entre le bonbon et le fruit frais (je t’assure que ça sent très bon).

  • pour l’action anti-âge, ride, tout ce qui pend : je n’ai pas d’avis sur la question, j’ai juste pleinement constaté qu’il est très efficace pour donner bonne mine et, de manière générale un teint frais
  • pour les taches : les plus récentes sont bien diminuées – comme j’ai utilisé ce booster avec mon sérum d’amour à l’immortelle de chez Isla Apothecary, je ne sais dire qui a plus agi que l’autre, mais j’ai remarqué qu’ensemble ils créaient un duo D’EN-FER ! (pour la cicatrisation aussi)
  • pour l’hydratation : elle est longue durée – donc pas seulement pendant quelques heures et puis tu commences à revoir tes pommettes flancher, non non, ça tient bien jusqu’au soir sans problème (faut beaucoup boire aussi, ça aide)
  • il est ultra skin-friendly : pas de picotements, même sur peau lésée – étonnant vu la dose de parfum envoûtant

Il est vendu à 50 euros il me semble, mais traînez un peu sur le web, il y a moyen de le dénicher sur des pharmas en ligne avec des réductions en veux-tu en voilà.

En tout cas, avec ce petit duo j’ai passé les semaines glaciales sans aucun soucis et mes bajoues sentaient le printemps à 10km à la ronde.

Bon, je me plaignais comme loutre qui chouine, mais à quoi ça rime si tu ne peux pas emmerder ton monde à longueur de journée avec des « nom de dieu de météo à laisser traîner un esquimau dehors ! Furte hein dis ! ».

J’ai survécu à l’hiver Jeannine, et ça, oh oui, ça s’applaudit.

 

Des bisous les Caribous !
Sérum Booster à la Vitamine C Novexpert
Offert par la marque, il y a belle lurette.

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
11 mars 2018

Une routine naturelle dans du plastique

J’ai tendance à être ce genre de femme qui réfléchit plus qu’elle ne parle et la turbine part en cacahuète quand le tempo s’accélère. La surchauffe est bonne à vivre, ça veut dire que je pense, que j’élabore des petits projets.

Je me bidouille les neurones H24, même quand je dors à poings fermés, pourtant je vous assure que de l’extérieur j’ai l’air plus ou moins calme et posée.

J’ai des sursauts la nuit, je me réveille d’un coup en pensant à une idée géniale – OMAGAD, SI J’INVENTAIS UN TIRE-BOUCH-TRUK -, un changement s’opère, j’ai une prise de conscience générale.

La dernière en date est directement liée à mon mode de vie – il était temps de se secouer les puces, darling.

 

Depuis que j’ai emménagé avec l’homme,
on a un peu changé nos habitudes de consommation 

  • je fabrique moi-même mon nettoyant cuisine / la lessive est quasiment entièrement home-made
  • on a masse de bocaux pour tous les aliments secs type graines, lentilles, épices – à shopper en vrac, on s’attaque aux pâtes bientôt
  • on achète le moins possible d’aliments frais conditionnés en emballage : l’autre jour j’ai vu une dame fourrer deux aubergines emballées chacun dans leur protection plastique individuelle, c’était…con et limite indécent. Quand t’es dans le rush, je comprends, mais les supermarchés devraient vraiment faire un effort là-dessus
  • j’ai, attention, UN SAC DE COURSES – parce que, merde, payer 10 cents à chaque fois que j’en oubliais un, ça commençait à devenir ridicule.

Loin de moi l’idée de virer bobo – tu sais que les gens qui « font attention » peuvent aussi être riches ? – , ça a juste du sens de commencer à s’intéresser à ce qu’on l’on utilise au quotidien.

Le déclic est rude, je suis en concentration constante parce que certains réflexes ne s’abandonnent pas si vite qu’on ne le croit – la main qui se tend toute seule dans les rayons, autonome et qui se fout de l’avis du reste du corps, reste une réalité.

J’ai le temps de regarder les gens se battre avec les petits sachets dans lesquels ils vont mettre un fruit, le peser, en reprendre un autre pour les pamplemousses. Depuis quand est-il normal d’avoir, en magasin, autant le choix de polluer intentionnellement en se penchant par dessus les pommes pour attraper un sac qu’on n’utilisera qu’une fois – pendant 30mn ?

On parle d’évoluer vers un natural branding, de marquer au laser à même la peau des aliments pour éviter le superflu.

J’attends de voir, ça fait un an qu’on en parle, et je n’ai pas constaté d’amélioration flagrante.

 

En cosmétique,
c’est un peu le même business qui s’opère

On a un tube en plastique, emballé dans une protection dans la même matière, puis dans une boîte en carton avec du cellophane par-dessus – et pour les plus fancys, un petit noeud tout mignon qui tient avec une sclotch de colle.

Et je ne parle que de l’extérieur. 

Dedans, c’est la foire au slip kangourou; les mentions « sans » ne sont plus des petites notes placées sur les flacons, certaines substances sont source de panique pour la personne lambda qui essaie d’éviter les parabènes et les trucs en ONE.
Sauf que tu sais, avec les huiles minérales et les silicones, le problème est moins sur ta peau qu’environnemental.

Y en a que ça fait courir comme des dératés tellement ils sont effrayés par ce qu’ils peuvent bien s’étaler sur le corps, on devrait déjà se réjouir que l’information soit plus accessible qu’il y a 5-10 ans dans ce domaine.
L’upgrade, c’est d’expliquer les impacts, on peut essayer de dire aux gens POURQUOI un ingrédient est source de débat.

Histoire de ne plus perdre son temps.

 

On pourrait faire du brand-shaming quand on voit qu’une marque dépasse les bornes dans sa communication, qu’un minuscule produit arrive dans une box de 40cm sur 50. On pourrait leur dire que cette histoire de packaging est aussi importante que ce qu’il y a dans la bouteille. Qu’on peut très bien avoir une lotion stable dans du verre recyclé, et que l’argument du plastique parce que c’est plus « safe » pour les formulations n’est plus valable.

Combien de marques bio ont-elles déjà réussi à sortir des sérums à la vitamine C – vive l’instabilité – dans des pots air-less, teintés et eco-friendly ? Quelques-unes, pourtant ce n’est pas devenu une norme.

C’aurait du.

 

Quelques petits gestes skincare à mettre en place
quand t’es chez toi

et que tu veux un peu améliorer les choses :

  • évite les gommages à billes de plastique : elles sont minuscules et polluent les fonds marins, rien ne vaut le niveau de plaisir d’un bon vieux gommage au miel et sucre
  • démaquille-toi avec des cotons lavables plutôt que des cotons jetables : j’ai perdu les miens dans le déménagement, mais je vais en racheter, je sais me démaquiller avec un seul disque réutilisable , quand j’en utilise 3 ou 4 jetables
  • privilégier une muslin imbibée pour se rincer le visage plutôt que de laisser couleur l’eau en se splashant la couenne pendant 3 heures parce qu’on a pas bien rincé le front (même si c’est drôle, surtout en été)
  • TRIER les pots vides : ce n’est pas parce que ce n’est pas alimentaire que le tri s’oublie
  • se renseigner sur les plastiques végétaux : même si dans l’absolu, un label OK COMPOST n’est pas encore très courant – quand je peux, j’essaye de prendre une crème dans un pot en verre par exemple

 

Pas de morale entre nous, je préfère la conscience active que le déni total. Une personne qui sait est toujours plus responsable qu’une personne qui ferme les yeux en espérant passer à travers la tempête.

Je pense surtout qu’une fois que j’aurai bien fait le tour du sujet alimentaire, les cosmétiques seront dans ma ligne de mire, parce qu’il n’est pas acceptable qu’en 2018, on en soit encore à tolérer des (sur)emballages plastiques, même en BIO.

Tu le savais toi que biodégradable ne veut pas forcément dire sans impact sur la nature ? Que certains plastiques sont en fait composés d’une substance qui les aident à se dégrader mais ne les rend pas pour autant compostables ?
Que le seul label intéressant comme le « compost ok » n’est pas forcément présent dans toutes les caboches ni sur tous les supports ?

Et enfin que si tu te payais une gourde en verre, tu t’éviterais l’achat d’une bouteille d’eau que tu jetterais à la poubelle juste après usage ?

PS : juste pour être claire, je fais des efforts me ne suis pas parfaite, mon shampoing préféré c’est un Dove, mon makeup de tout les jours vient d’entreprises qui produisent en masse, parce que ce sont des produits qui me conviennent je continue à les racheter.  Mais si on pouvait déjà être conscients que SOUVENT, on aurait pu s’éviter un packaging à 6 couches, ce serait déjà TOP.

 

Des bisous les Caribous !

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
18 février 2018

Ca hydrate et ça coûte 60 euros – NOHÈM

En moyenne, un gars lambda va dépenser 15 euros tous les 3 mois dans une crème pour le visage (quand il en met) quand une donzelle atteint les 30-40 balles sans sourciller.

En matière de soin, il n’est jamais vraiment question de sexe (OKAY) ou de budget (SUPER OKAY), mais plutôt de paillettes dans les mirettes : il suffit de voir la danse qui gagne note corps dès qu’on voit un tube flashy qui nous envoie du rêve, on frise vite le ridicule de la donzelle en manque d’amour.

Et ce souvent pour un soin qui y va à grand renfort de pub pour une nouvelle molécule qu’on distingue à peine dans la compo.

Bien sûr je grossis le trait, disons qu’il y a EFFECTIVEMENT des nouveautés mais qu’elles flottent on ne sait où entre les huiles minérales, les émollients sur-travaillés et le bon gros sourire de la vendeuse caché entre ses seins.

 

Je pense connaître la marque Nohèm de loin depuis que j’ai commencé à m’intéresser aux ingrédients et à ce qu’on peut bien se tartiner sur le minois. Très beaux packagings, mats, blancs et vert d’eau, un plaisir pour les yeux qui annoncent un vrai bonheur de couenne.

Il s’agit d’une marque de « produits cosmétiques biologiques », le vent d’air frais court sur la page d’accueil, le grand nord, le respect des petites mains auxquels on achète les matières premières à un prix juste et équitable.

La cosméto rustique éthique pour mot d’ordre.

 

J’ai pu tester leur soin hydratant & antioxydant quand, par un soir d’hiver je n’avais plus de doudou pour mon visage, et qu’il était urgent de me tartiner le faciès.

Je jette la boîte, je l’utilise, ah tiens ça sent bon, la texture est très agréable, ils ne mentaient pas sur la bonne odeur poudrée :

Donnez à votre soin quotidien le pouvoir de régénérer et de protéger la peau de votre visage… avec ce fluide jour-nuit aux vertus exceptionnelles, au délicat parfum poudré de lotus. Grâce à la double action régénérante/hydratante de l’huile de kendi d’Indonésie, au pouvoir antioxydant de l’extrait de baie de goji de Chine et à l’action de la Céramidone®, restructurant de la barrière cutanée, votre peau gagne en éclat et se réveille chaque matin parfaitement reposée.

Bienfaits :

Un soin double action indispensable de jour (antioxydant, protection des agressions extérieures) comme de nuit (hydratation intense et régénération).

 

Dedans il y a : De l’eau, de l’hydrolat de citron, de la glycérine, de l’huile de sésame, du parfum, (à partir d’ici, ce qui suit n’a pas vraiment d’importance), un solvant, deux émollients, de l’huile de tournesol, un émulsifiant, de l’huile de kendi (pour revitaliser la peau et éviter la sécheresse cutanée) , du sodium PCA (participe à l’hydratation naturelle de la couenne – ce qu’ils appellent céramidone est en fait un ester gras qui va permettre la stimulation de la barrière lipidique en surface de peau – en gros c’est pour te créer un sébum de qualité), un régulateur de pH, un épaississant, un antioxydant, de l’extrait de baie de goji (juste pour le clin d’oeil anti vieillissement), entre autres.

Aqua (water), Citrus medica limonum (lemon) fruit water, Glycerin, Sesamum indicum (sesame) seed oil, Parfum (fragrance), Dicaprylyl ether, Cetearyl alcohol, Zea mays (corn) starch, Octyldodecyl PCA, Helianthus annuus (sunflower) seed oil, Cetearyl glucoside, Aleurites moluccana seed oil , Sodium PCA, Citric acid, Xanthan gum, Potassium sorbate, Tocopherol, Lycium barbarum fruit extract, Phytic acid, Sorbic acid, Citronellol, Linalool

En résumé, il s’agit d’hydrolat d’agrume baignant joyeusement dans de l’eau qui va apporter une légère amélioration au niveau de l’éclat (pas de quoi te faire passer d’un teint gris à des bajoues qui réfléchissent la lumière tellement elles brillent), des huiles et émollients par-ci par-là, et beaucoup de discours scientifique.

Pour un soin qui est simplement un bon hydratant  – ce n’est pas un défaut, c’est même plutôt une qualité.

 

Je recommande juste de base :

  • de ne pas acheter un produit parce qu’il est beau (sauf si vraiment, ta journée était pourrie – ou qu’il est dingo-dingue)
  • de ne pas prendre le mot antioxydant au pied de la lettre : il peut être en petite quantité mais il est recommandé de privilégier la vitamine C, la vitamine E ou encore le résvératrol (Caudalie adore cette molécule)
  • de bien lire les mots qui vont avec le produit : « exceptionnel, inoubliable, douceur incroyable et triple action » sont autant de belles paroles qui méritent de retourner la boîte

J’ai utilisé la crème Nohèm sans discontinuer, jour et nuit, pendant 2 mois et n’ai rien trouvé qui justifie un prix à près de 2000€ le litre – oui j’avais la peau douce, mais son beau parfum m’incitait à en appliquer régulièrement.
Et la régularité est reine en skincare.

La créatrice a surtout le beau projet d’améliorer la conditions des femmes dans le monde, c’est tout à son honneur, d’où, j’imagine, le tarif demandé pour  chaque soin – cependant pas moyen de voir si une quelconque partie est reversée à bonne oeuvre…
(son association)

 

Si vous voulez du bio qui aide la culture locale, avec un premier ingrédient qui n’est pas de l’eau et une crème du plus bel effet, il y a le philtre de beauté de Nominoë sinon – amour inconsidéré pour ce tube since 2012.

Pour tout le reste, il y a American Express.
(Okay, je vais me cacher – loin)

 

Des bisous les Caribous !
Offert par Gelbopharma – 60 € / 30ml

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
29 janvier 2018

Masculine mandarine scrub by Cîme

J’ai vécu pendant plusieurs années sans baignoire jusqu’à en retrouver une (en déménageant – t’inquiètes, je m’incruste pas dans la salle d’eau des gens).

Et j’ose, j’avoue, je valide : mais quel plaisir de reprendre des bains !

Je tolère ceux qui détestent plouf-ploufer, s’immerger dans un liquide bien chaud; sauf quand on me lance la fameuse phrase « mais enfin QUI peut aimer passer son temps dans sa crasse ? » –  sérieusement, how filthy do you think I am ?

Je m’en suis donné à coeur joie, j’ai d’abord commencé par épuiser quelques bombes de chez Lush pour voir d’où venait le fuzz, pardon, le buzz. Ca pétillait, donnait des soupes roses, noires, d’un blanc laiteux, je sentais le carnaval, la folle, la lavande jusqu’au bout des cils.

Si j’aime me baigner c’est pour cette sensation de chaleur intense, comme une couette qui recouvre tout mon corps et qui m’empêche de frissonner. Mais SURTOUT parce que c’est le summum de la relaxation sans devoir fournir le moindre effort.

Tu ne dois pas bouger un petit doigt, tous tes sens se mettent en pause.
C’est magnifique, réconfortant, je pense ne jamais en avoir ma dose.

 

Magnificent Mandarine by Cîme

Le petit scrub du moment est la faute à l’homme. On avait quasiment fini le tour de quelques magasins bio pour notre réaprovisionnement hebdomadaire en fruits et légumes, quant il a laissé balader son nez dans un pot – par mégarde.

J’ai donc gentiment demandé à Cîme de pouvoir tester leur magnifique produit – et ils ont accepté.

 

Dedans il y a : Du sel de l’Himalaya(la base du scrubage), de l’HE de palmarosa (pour la stimulation et la bonne odeur), de citronnelle (pour détendre les muscles), de cèdre (relaxant olfactif), de l’extrait de genévrier de l’Himalaya (pareil, pour être détendu de la couenne), de l’HE de racine de curcuma (enlève les idées noires), zeste de mandarine verte (aide contre les cicatrices et taches), HE de patchouli (améliore la circulation), d’ylang-ylang (relaxante), et enfin de l’extrait de fleur de rhododendron d’himalaya (contre les rhumatismes et antibactérienne).

Tu observeras que le but ultime de cette semoule est de soulager les maux du style lourdeur passagère dans les gambettes, tension générale après une grosse journée à se traîner la patoune sans énergie ni envie. Le sel est riche en minéraux et aura une action directe sur la peau (reminéralisant) – le sang (circulez !) – les bobos (bye bye les problèmes type eczéma ou dermatite).

De mon point de vue, il s’agit plus d’une base que d’un gommage en tant que tel : nature, il va pouvoir décrasser la peau en douceur, les grains étant assez fins, on a une sensation très agréable de roulement par millier.

Avec quelques gouttes d’une huile de votre choix, il devient un puissant hydratant qui rendra votre peau douce au possible – la choisir bien pénétrante, comme une grassouillette sèche.

Il a également l’option « sel de bain », mais c’est une dénomination qui ne fait absolument pas sens dans ma caboche (à quoi bon jeter le tout dans la baignoire quand on peut vigoureusement se passer la tambouille sur le body ?)

WHAT IS MORE FUNNY ?

Mais j’imagine que les personnes qui ont de vrais problèmes au niveau sanguin seront plus réceptives que moi sur ce plan-là.

 

Concernant l’odeur, point le plus important du débat : en ouvrant le pot on a une bouffée assez masculine. Pas de note sucrée, ni d’agrumes, c’est le pin, la mandarine sans sweetness, un mix d’huiles essentielles brutes qui vont droit au but sans arrondir les angles.

L’arôme se pose à la surface de tout le corps, jusqu’aux vêtements que l’on choisit de porter après la trempette. En gros, tu as intérêt à aimer son parfum parce que ça imbibera tous les tissus de sa douce effluve.

Quand je parle de son côté XY, je pense aux hommes qui aimeraient l’utiliser, parce qu’il n’est pas au caramel, à la pomme d’api ou à la barbapapa. C’est vert, sylvestre & mâle.

Et j’aime bien.

 

Des bisous les Caribous !
19,95 euros pour 450 gr (dure un bon moment !)
Produit offert BY CÎME

 

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
5 janvier 2018

Face mists

Je ne sais pas si c’est le passage des 30 ans ou la simple ringardise du manteau gris que porte la Belgique depuis quelques semaines, mais ça me donne envie de booster un peu mes envies et de colorer tout ce mic-mac – je veux un arc-en-ciel cosmique – et une biquette pour égayer le quotidien !

Ah oui c’est rude, piquant et mordant ce passage d’une dizaine, surtout quand il entraîne :

  • des frais conséquents – en sérum, soin, on passe deux fois plus de temps dans la salle de bain pour défripper sa bouille du matin
  • un grognement supplémentaire au réveil parce qu’on ne récupère plus aussi bien d’une gueule de bois
  • une tendance générale à la régression – acheter un porte-courrier en forme d’ours. Parce que I can.
  • des considérations très terre à terre : relire des articles sur la tonification des boobies
  • un passage d’une réalité à une autre : on ne plie plus le genou comme à 15 ans, on ne saute plus en l’air comme à 5, mais on peut se payer le kiné pour la génuflexion et un tour en parachute pour passer son mercredi dans un goulet de montagne.
  • une collection de tasse toujours plus impressionnante, limite maladive
  • et un fabuleux aller-retour à la poste juste pour râler sur le mauvais service

Vwala.

La trentaine est là.

 

Je vous épargne le « nom de dieu, je traque la ridule à sa naissance », je m’en gratte les cuticules, ce qui m’importe et m’a toujours été cher, c’est le confort de couenne.

Donc, depuis quelques temps, v’la-t-y pas que la demoiselle se spraye des lotions sur le visage en faisant un « hum hum » entendu chaque soir et matin.

Ca s’en asperge à foison, ça en respire par les trous de nez au lieu de couper sa respiration, puis ça sait plus bien quand rouvrir les yeux (z’avaient dit 15 ou 30 secondes d’attente sur la bouteille ?).

Je suis à deux doigts de découvrir le plaisir d’une peau toute pulpeuse en passant par la case humidité. De là à s’astiquer le minois avec une tranche de pastèque baveuse, il n’y a qu’un trot.

 

Une pour chaque moment

La brume systémique d’Absolution
Peps du soir, la plus douce & complète

J’ai eu le grand honneur de la tester (le prix a été un pur frein depuis sa sortie), et même si elle me fait plus l’effet d’une limonade diluée qu’un bon petit grog corsé, elle a ses avantages.

Ils ont été assez intelligents en créant un monstre à deux têtes qui combine tout ce qui nous est nécessaire : du gras et de l’eau, sans être collant. Et avec du naturel dans le ventre pour ne rien gâcher au tableau.

 

Dedans il y a énormément d’ingrédients – normal de la part d’Absolution : de l’eau, de l’huile de souche hybride de tournesol (bonjour le bras qui pousse sur le dos), une huile de coco fractionnée (plus légère), de la glycérine (pour l’hydratation), de l’hydrolat d’orange amère (pour l’éclat et le tonus), d’hamamélis (pour l’équilibre), du sodium PCA (un des facteurs important du NMF, le natural moisturizing factor, ce qui aide la couenne a rester belle et hydratée), de l’hydrolat de tilleul (pour apaiser), de géranium (calmant, cicatrisant), de l’huile d’amande douce (excellent assouplissant cutané), du sel de mer (va reminéraliser ton petit minois), HE de petit grain bigarade (relaxante), un conservateur et puiiiiis….viennent les tous petits de la compo.

De l’huile d’onagre pour une peau en pleine forme, de rose musquée (pour ses bienfaits antioxydants), de germe de blé (pour la nutrition), du bisabol (anti-inflammatoire), de la marjolaine (pour le soin des bobos), encore un conservateur naturel, de la poudre d’aloe vera (pour « hydrater », est surtout là pour grossir la texture je pense), et enfin une ribambelle d’agents masquants, colorants, conservateurs, et de résidus contenus naturellement dans les HE.

aqua ( water), helianthus annuus hybrid oil*, coco-caprylate/caprate, glycerin, citrus aurantium amara (bitter orange) flower water*, hamamelis virginiana (witch hazel) water*, sodium PCA, tilia cordata flower water*, pelargonium graveolens flower water*, prunus amygdalus dulcis (sweet almond) oil*, maris sal (sea salt), citrus aurantium amara (bitter orange) leaf/twig oil*, benzyl alcohol, oenothera biennis (evening primrose) oil*, rosa moschata seed oil*, triticum vulgare (wheat) germ oil, bisabolol*, origanum majorana flower oil, tocopherol, aloe barbadensis leaf juice powder*, phenethyl alcohol, dehydroacetic acid, polyglyceryl-2 dipolyhydroxystearate, viola tricolor extract*, fusanus spicatus wood oil*, ci 75810 chlorophyllin-copper complex, silica, citric acid, linalool, geraniol, limonene, citral, farnesol

 

Cette lotion est celle que j’utilise volontiers quand j’ai besoin d’une combinaison douce mais complète, que j’ai fait la grasse mat et que mon visage est plus cubique que rond et jovial. Elle est bien foutue, mais au vu de sa composition folklorique, elle aurait vraiment mérité que l’ingrédient de base soit directement actif et pas simplement de l’eau.

En gros, c’est une belle soupe odorante vue de loin qui s’avère en fait très légère et un bon compromis pour celles qui supportent rarement les produits naturels – ici vous risquez peu, vu la dilution.
Donc, mesdames & messieurs à la peau sensible, enjoy.

Psst : elle est biphasée, donc bien la secouer avant usage 😉

 

La brume Hydro-Tonique de Novexpert
Réflexe doudou express

Entre Novexpert et moi, l’alchimie est bien bonne depuis notre première rencontre. J’ai écrit plusieurs articles à leur sujet pour en revenir toujours à la même conclusion : ils ont de la bouteille en chimie, et chaque création combine à la fois un bout de nature et de labo dans la même éprouvette – pour mon plus grand bonheur.

Dans la brume hydro-tonique il y a : de l’eau, un solvant, du parfum (ça sent surtout bon jusqu’à présent), du lactobacillus (lire mon article ici, en gros, ça permet de régler en express des problèmes d’inflammation par exemple, mais c’est pas vraiment l’ingrédient le plus important), de l’hyaluronate de sodium (plus petite molécule que l’acide hyaluronique, moins sensible à l’oxydation, elle peut potentiellement hydrater un peu plus en profondeur), du ribose (pour que ça reste bien hydraté sur ta bouille), du jus d’aloe vera (histoire de laisser un film protecteur et tenseur immédiat), de l’adenosine (vu qu’il est appliqué de manière volatile, il permet surtout d’apporter une vivacité au teint), entre autres.

aqua (water), butylène glycol, parfum (fragrance), lactobacillus ferment, sodium hyaluronate, ribose, aloe barbadensis leaf juice*, adenosine, phytic acid, sodium citrate, citric acid, glycerin

 

Je ne vais pas y aller par 6 routes : c’est de la bonne, biloute, comme une petite fiole de minuscules particules qui agissent plus profondément.

Le spray diffuse divinement bien (très important), le produit est projeté en une fine brume, cela change tout de grand matin.
Les vapos qui t’aspergent de biais et trempent ton magnifique lissage de perruque, j’ai déjà donné, quel plaisir de pouvoir éviter une catastrophe les yeux fermés.

 

Aussi, le parfum est plus qu’appréciable.

J’aurais peut-être aimé qu’il soit moins présent et donc évincé du peloton de tête, mais j’étais pas dans leurs bureaux quand ils ont créé ce petit zeste rafraîchissant.

En gros, c’est celle que j’utilise le plus des 3 lotions, parce qu’elle brumise sans faux-pas et que la peau est jolie après – mais c’est surtout à l’usage que je me suis rendue compte qu’elle était rarement laissée de côté dans ma routine, étonnant quand on voit qu’il s’agit du mélange « le moins actif » (entendre par-là « avec le moins de composants »).

Comme quoi, on ne choisit pas ses envies, elles viennent à nous naturellement.

 

La brume Narynda Skincare
Le plein d’agrumes !

Tututu, v’là de la très bonne lotion. Le genre qu’on aimerait cacher dans un tiroir de salle de bain et sortir de son sac au détour d’un pic-nic quand ton amie te balance « oh, j’ai le teint gris aujourd’hui, je ne sais pas ce qui m’arrive ».

Tu la sens, la pub pour tampon détournée ?

Et la best friend qui dégaine joyeusement son bidule en mode « j’ai la solution qu’il te faut, tu ne vas pas le regretter ».
J’ai bien envie d’être ta meilleure pote today.

 

Dans le toner de Narynda il y a (attention les yeux) : de l’hydrolat de pamplemousse & de citron (tu ne peux pas rêver mieux comme premiers de liste, ils vont adoucir le terrain et le rendre lumineux), de l’eau & de la glycérine, de l’avoine (couteau suisse de la compo, ça répare, stimule et te rajeunit le faciès), des peptides…d’avoine – tant qu’à faire (filmogènes, protègent la peau), le trio zinc-magnesium-cuivre (minéraux formidables pour réparer, cicatriser, stimuler ta peau pour qu’elle se donne à fond et se remotive), du calcium (hydratant, mais aussi conservateur naturel à ses heures perdues), trois émollients, et du phenoxyethanol (deuxième conservateur).

Puis viennent par quantité infimes du sucre de canne (hydratant cutané), de l’extrait de myrtillier pour l’astringence, de sève d’érable (va boulotter toutes les peaux mortes), d’orange douce et de citron (paf, l’éclat), entre autres.

Citrus Paradise (Grapefruit) Floral Water, Citrus Aurantifolia (Lime) Floral Water, Aqua, Glycerine, Avena Sativa (Oat) Glucan, Avena Sativa (Oat) Peptides, Magnesium Aspartate & Zinc Gluconate & Copper Gluconate, Calcium Gluconate, Sorbitol, Sucrose Laurate, Sucrose Dilaurate, Sucrose Trilaurate, Phenoxyethanol, Saccharum Officinarum (Sugar Cane) , Vaccinium Myrtillus Fruit/Leaf Extract, Acer Saccharum (Sugar Maple) Extract, Citrus Aurantium Dulcis (Orange) Fruit, Citrus Limon (Lemon) Extract, Ethylhexylglycerin

 

ALORS, je t’ai déjà trouvé des merveilles auparavant, mais cette lotion-ci a une composition égale au plaisir procuré par un cookie aux fabuleux éclats de chocolat.

MIAM.

On a vraiment tout dedans : de quoi réveiller le teint, l’hydrater, lui donner envie de bosser un peu pour remettre en marche les usines à bonne bouille. Ca repulpe, ça grignote, revigore et donne un coup de pied au gris monotone du ciel.

Par contre il faut l’appliquer soit à la main soit avec un coton, le produit sort via une pompe – pas trop contraignant en soi vu que ça vise bien la paume.

En pratique, elle fait une lotion du soir plus que sympa – j’oserais pas me l’appliquer en journée, because le soleil et les rayons – mais assez active, donc à ne pas tenter si vous êtes du genre à rougir au moindre zeste d’agrume qui touche votre visage.

 

Comme cela ne coule pas de source, je vous le dis ici : les lotions me servent surtout à hydrater ma peau après le nettoyage – le coup de frais est toujours bienvenu et je trouve qu’au saut du lit, ça met tout de suite de bonne humeur.
Il m’arrive d’utiliser celle de Novexpert en finition sur le makeup, vu sa finesse et son unique but d’hydratation, ça tombe sous le sens, y a rien qui bouge, et elle permet d’atténuer l’effet poudre si tant est que j’aie un peu abusé sur la dose.

Si vous avez un petit budget, une eau florale fera parfaitement l’affaire (team hydrolat de rose !), il ne faut pas forcément dépenser 30 euros pour avoir le visage plus repulpé.

La clef c’est de ne pas en abuser – histoire de ne pas créer l’effet inverse et se retrouver avec le minois déshydraté…Oui, les abus cosmétiques, c’est moche, donc autant les éviter.

 

Des bisous les Caribous !
La brume hydro-tonique à l’acide hyaluronique Novexpert – 22,90 €- offerte par la marque
La brume systémique Absolution – 27€ –  offert par Mademoiselle bio
Le skincare toner Narynda Skincare – 14€ offert par le site Love Lula

 

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram