18 juillet 2016

Le cheveu simple

ABOUT
SANTE repair shampoo gingko & olive
Garnier Ultra-Doux masque hydratant délicatesse d’avoine
cheveu simple

Parfois faut pas chercher à se compliquer la vie.

On est déjà tellement sur une autre planète avec le makeup, les routines soins et notre tendance à nous justifier sur nos 20 paires de chaussures (une pour marcher sur le parquet, l’autre sur le béton, l’autre quand il bruine, ..) que si je me cassais la tête sous la douche, je finirais dingo-dingue en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

Depuis mon test du des shampoings chimiques de grande surface, j’ai voulu reprendre le chemin d’une simplicité sans fioritures avec un wash wash basique et un après-shampoing découvert cette année et qui s’intègre parfaitement dans ma besace des « petit prix/grande classe ».

Je suis en grand manque de shikakai, faut le dire, ça doit bien faire quelques mois que je n’ai plus touché à cette poudre indienne magique, rapport à mon absence conséquente dans mes magasins bio préférés sur bruxelles.

Mais je compte y remédier sous peu. Ma touffe en a bien besoin, dès que je recommence une cure de wash-wash avec cet ingrédient de fifou, j’ai le poil vigoureux, léger, qui ne demande qu’à sortir au grand air pour parader devant le peuple.

Rien que ça.

 

Du shampoing

Je remise petit à petit mes produits chimiques, que j’utilise de manière sporadique quand j’ai eu une journée absolument crade au boulot (ce sentiment d’avoir du produit ménager jusqu’au plus profond de la couenne). A ce moment-là, c’est l’Ultra-Doux à l’huile d’olive que je prends, il un effet assouplissant super puissant, pas spécialement besoin de soin par après, ce qui me ravit quand mes fins de journées ressemblent à un crawl au sol de ma personne juste pour atteindre le bac de douche.

De manière plus régulière (90% du temps), c’est un petit nouveau qui me comble : le repair shampoo au gingko & Olive de Santé. La marque est allemande, du soin à l’emballage on respecte l’environnement et les hommes, elle fait d’ailleurs partie du grand quatuor « Sante Naturkosmetik – Logona – Lavera – Weleda », des maisons vertes qui n’ont plus rien à prouver.

Ce wash-wash a vraiment tout pour plaire : un prix ultra-mini pour la contenance (9 balles pour 500ml, t’en as pour une petite année), une odeur basique et une base lavante végétale suivie d’agents nettoyants encore plus doux.

On notera la présence d’inuline, réputée pour être un adoucissant capillaire.

Aqua (Water), Sodium Coco Sulfate, Lauryl Glucoside, Coco Glucoside, Inulin, Aloe Barbadensis Leaf Juice, Citric Acid, Betaine, Maris Sal (Sea Salt), Glyceryl Oleate, PCA Glyceryl Oleate, Ginkgo Biloba Leaf Extract, Olea Europaea (Olive) Fruit Oil, Arginine, Glycerin, Potassium Sorbate, Phytic Acid, Parfum (Essential Oils), PCA Ethyl Cocoyl Arginate

 

J’ai déjà testé pas mal de shampoings bios, mais celui-ci apporte un volume considérable en racine, et, sur les cheveux ondulés à bouclés comme les miens, un manque de définition par moments (même s’ils ont un toucher velours). D’où l’usage d’un baume par après pour ne pas me donner l’air d’avoir de la barbapapa en surface crânienne.

Mais on s’en fout, parce qu’il lave bien, sans arracher, et qu’il est économique comme tout.
NB : jamais eu de problème de phase d’adaptation avec celui-ci, avec la fameuse zone des tempes qui est grasse-collante-dégueulasse. Il m’a tout de suite convenu.

 

De l’après-shampoing

L’AS délicatesse d’avoine d’Ultra-Doux est un must have plaf-plouf (tu plafes sur la touffe, tu plouffes la touffe à l’eau). Je l’adore d’un bout à l’autre, à tel point que j’en suis à mon deuxième pot sans l’avoir vu venir (à vrai dire je m’en sers à la louche, la patoune franchement plongée dans la crème blanche).

Si je l’aime autant c’est parce qu’il laisse une odeur de vacances lactée sur la perruque, parfum ni trop imposant ni trop fugace, qui arrive à rester sur ma caboche pendant 2-3 jours d’affilée.

Alors, OUI, c’est de la cosmétique conventionnelle, on ne s’en badigeonne pas jusqu’au follicule, ça passe merveilleusement bien en application sur les longueurs en évitant la racine pour ne pas la surcharger – parce qu’il y a des quats et des polymères et des machins adoucissants qui ne conviennent pas aux bulbes.

Et au rinçage, je me permets une petite danse de la joie sous la douche : il démêle, il assouplit, il fait tout ce qu’une pub aurait envie d’en dire (« à se rouler sous les cocotiers, une douche de crème onctueuse pour les lianes, envie de se parer d’une couverture de nounours ») mais sans casquer 20 balles.

De toute manière, les après-shampoings purement chimiques ne devraient pas coûter la peau du booty, sinon, sur quoi poserions-nous notre divin cul ?

 

Chaque été c’est pareil, les gels douche peuplent par millier ma salle de bains, mais au niveau de ma routine capillaire, less is more, je me contente du strict minimum. Parce qu’il fait chaud, que j’en ai ras la couenne de passer du temps sous l’eau quand je sais pertinemment qu’une fois la peau sèche, je vais recommencer à suer des gouttes de la taille d’un dindon par mes pores.

HOTNESS ISN’T FOR PRINCESSES.

Mais vraiment, je te conseille ces deux produits, parce qu’ils ont un excellent rapport qualité prix, et qu’on ne rechigne jamais sur des euros gagnés quand on est en mode playa/j’ai dépensé tout mon fric dans les solaires.

Ca te fera plus de pesetas pour t’enfiler des glaces.

 

Des bisous les Caribous !

Shampoing Sante gingko & olive reçu par Sebio (merci !)
Après-shampoing Garnier Ultra-doux délicatesse d’avoine, acheté et racheté

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
5 juillet 2016

Apprivoiser le cleansing milk

ABOUT
Juice Beauty Cleansing Milk
John Masters Organics Linden blossom face cream cleanser
lait 1-2

Les laits, ça craint du boudin à la sauce Mémé Sauciflard.

Parce que c’est froid, ça pique, ça ne ressemble à rien, on passe plus de temps à essayer de ne pas laisser couler une grosse slotch blanche à terre qu’à vraiment arriver à se démaquiller avec – en gros si tu n’as pas le diplôme des matières visqueuses, t’es foutue.

Et jusqu’à présent, on n’avait jamais entendu une quelconque goumiche crier en rue comme une poissonnière que c’était son graal, sa nouvelle raison de vivre, son ananas sur un lit de pierres précieuses. Tout bonnement parce qu’on était à l’ouest niveau usage du bidule.

Pour ça que les english de tous horizons ont pensé à nous, ni vuch nich connuch (ni vu ni connu, roooh) : le cleansing milk, chez eux, c’est un nettoyant, l’intelligence d’adaptation est clairement sans limite.

 

Bon, on va d’abord remettre les bases du wash-wash du minois à plat au cas où tu vis dans l’espace :

  • dans l’absolu il vaut mieux se démaquiller, puis enchaîner sur un nettoyage du visage
  • rien n’oblige d’utiliser deux matières différentes, certaines utilisent même un gel deux fois de suite (mais faut avoir l’épiderme accroché)
  • le mieux c’est de prendre un produit compact pour le démaquillage et un plus léger pour la seconde étape, le tout assez chargé en phase grasse pour ne pas dessécher la peau
  • un baume nettoyant va forcément démaquiller en même temps qu’il nettoie (surtout si on l’enlève comme il faut avec un muslin cloth)
  • il ne faut pas se formaliser sur les catégories d’une routine (comme dans le layering), le nettoyage du visage est souvent une question de feeling, si un seul passage suffit et que ta peau ne s’engorge pas au fur et à mesure du test, alors ne change rien

 

En gros, le lait nettoyant est, sur l’échelle des compagnons de lavabo, en troisième position derrière la crème nettoyante (plus compacte) et le baume nettoyant (plus riche).

C’est donc un excellent compromis pour celles qui ont la peau parmesan à cause des formules décapantes, qui souhaitent pouvoir rincer le visage sans trop de mal mais tout de même avoir cette petite impression d’hydratation en lançant des clins d’oeil entendus vers sa couenne pulpeuse dans le miroir, ou encore qui sont des flemmardes internationales mais boudent l’eau micellaire d’un air entendu.

 

Histoire de vous jeter dans le bain, je vais vous parler d’un nettoyant crème et d’un lait, pour que vous saisissiez bien la différence.

 

John Masters Organics – linden blossom face cream cleanser

JMO et moi c’était un shampoing à l’odeur de caramel, et depuis je n’avais plus rien testé de la marque, m’est avis que mon manque d’enthousiasme pour une gamme aux sous-tons bobo-hippie-chic-bouche-en-fleur-de-lotus a totalement influé sur mon choix.

Je suis plus dans la catégorie des adorateurs de packaging « ancienne pharmacie », dont on pourrait croire que la mixture a été étudiée par M’sieur Merlin en personne, touillée à la barbichette et testée sur crapaud.

Toujours est-il que j’ai choisi ce nettoyant en connaissance de cause, la composition étant vraiment bien :

Pour hydrater et cicatriser on trouve du jus d’aloe vera, de l’hydrolat de rose, de la glycérine, du sureau noir (pour les peaux sensibles) et de l’HE de rose.
Pour illuminer le teint et le booster, de la calophylle ( décongestionnante), du tilleul (antioxydant), du ginseng (énergisant), du romarin (purifiant) et de la mélisse (anti-taches).

Et encore d’autres choses incroyables, mais surtout une base lavante douce à base de coco seulement en 7ème position et deux huiles sensorielles et relipidantes comme celle de tournesol et de germe de blé (grosse pote des couennes dévitalisées).

Aloe barbadensis (aloe) vera leaf juice,* helianthus annuus (sunflower) seed oil,* rosa damascena (rose) flower water,* triticum vulgare (wheat) germ oil,* glycerin,* leuconostoc/radish root ferment filtrate, sucrose cocoate, lauryl glucoside, coco glucoside, coconut alcohol, lecithin, calophyllum inophyllum (foraha) oil,* sclerotium gum,* tilia cordata (linden) blossom extract,* panax ginseng (ginseng) extract,* sambucus nigra (elder) flower extract,* rosmarinus officinalis (rosemary) leaf extract,* cananga odorata (ylang ylang) flower oil,* rosa damascena (rose) flower oil,* melissa officinalis (melissa) flower extract, xanthan, citric acid, potassium sorbate

En général, toute dénomination mise à part (il y a des responsables marketing capables de te vendre un pudding quand ce n’est qu’un vague truc flasque), dès que vous voyez une huile assez haut placé, c’est qu’on est face à un cream cleanser, riche en matière grasse (en cosmétique, tu peux en abuser), ce qui lui donnera un pouvoir nettoyant moyennement élevé.

A l’usage, je le place plutôt le soir, en premier nettoyage (les yeux pré-démaquillés à l’eau micellaire si j’ai le regard chargé), suivi d’une mousse pour parfaire le débarbouillage.

En gros, une crème nettoyante est un mix de démaquillant nettoyant avec la touche de grassouillette hydratante qui va créer un film protecteur par-dessus ta couverture hydro-lipidique naturelle. De ce point de vue là, je pense que ce produit est un des meilleurs testés dans sa catégorie (odeur d’agrumes et couenne soyeuse), mais qu’il convient mieux en entre-saison qu’en période chaude, et aussi plus aux minois secs et sensibles, même si ça passe très bien sur moi (mais c’est parce que j’ai un visage compliqué).

Par contre, et JE VOUS JURE que je n’en ai pas bu des coups pendant mon sommeil, ce petit flacon se vide à une vitesse dingue. 

 

 

Le Juice Beauty Cleansing Milk

Le lait nettoyant, lui, se distingue plutôt par une base aqueuse avec des huiles végétales (si t’as bien choisi ton produit) qui arrivent un peu plus bas dans la compo.

On est donc devant une version light du nettoyant crème, une sorte de lotion lactée, assez fuyante entre les doigts mais qui possède quand même cette « touche » gnagnagnou qu’on aime tant, sans laisser une sensation de désert craquelé.

Dans celui-ci on trouve (UNE SUPER COMPO) : du jus de raisin (antioxydant), de groseille rouge (bonne pour le teint), du jus d’aloe vera (cicatrise), de la glycérine végétale (bam bam bam, hydratation au rendez-vous), la première huile de la recette (HV de coco fractionnée, mais huile végétale quand même, sans ses bénéfices ou si peu), plein d’huiles du cul de plante comme celle de carthame (texture fine), de tournesol, de sésame, d’amande douce (nutrition, souplesse), de raisin (désincrustante, régulatrice), du gluconolatone (le genre de master mind qui empêche la déperdition d’eau cutanée), et une flopée d’extraits verts comme celui de fleur de soucis et de camomille (pour contrer les inflammations), de tilleul (pareil, ça va chouchouter ta peau sensible), et de chanvre (pour le rééquilibrage de surface), des vitamines antioxydantes, du panthenol pour le soin et l’hydratation, et enfin de l’allantoine (au cas où t’avais pas encore la dose pour calmer les ardeurs de tes rougeurs), et quelques HE comme celles d’orange douce et de néroli (haaa quelle odeur), de camomille et de chanvre.

organic white grape juice, organic red raspberry juice, organic aloe juice, vegetable glycerin, caprylic/capric triglyceride, organic plant oils of organic safflower seed oil, organic sunflower seed oil, organic sesame seed oil, sweet almond oil, grape seed oil, cetearyl alcohol, gluconolactone, cetearyl glucoside, sorbitan stearate, sodium benzoate, botanical extracts of marigold flower extract, chamomile extract, linden flower extract, frankincense extract, Vitamin E, Vitamin C, Vitamin B5, xanthan gum, tetrasodium glutamate diacetate, allantoin, sodium hydroxide, organic sweet orange & sweet neroli, chamomile and organic frankincense pure essential oils

Bon déjà, ne t’effraye pas toute seule en grimpant sur un baobab et criant « vade retro satanas », les huiles essentielles,  on les sent pas du tout passer, et pourtant ma peau a beau avoir le cuir épais, elle est vraiment récalcitrante à certains ingrédients trop actifs (sauf pour les AHA, mais ça, c’est parce qu’elle est quand même intelligente et qu’elle accepte d’être traitée quand il le faut)(saloperie).

Lui, je l’utilise le matin.

Peut-être rapport à son odeur, à sa facilité de rinçage, je lui trouve vraiment un côté dynamisant qui n’a clairement pas sa place au soir. Sauf si tu fais la fête dans ton lit toute seule, alors tu l’utilises quand tu veux, ça ne me regarde pas.

Toujours est-il que j’en prends une pompe, je l’applique sur peau sèche, je massouille la surface, puis je rince gentiment à l’eau tiède et il se barre sans trop d’efforts.

 

Pour en revenir au débat de départ, oui, il existe une différence notable entre un lait et une crème nettoyante : le premier devra plutôt faire office de nettoyant de second plan ou d’unique petit bonheur du matin, le genre de flacon sans prise de tête. Quand la seconde est plutôt appréciée pour effectivement enlever un makeup léger, ou encore une journée de crème solaire accumulée dans les pores, le tout sans s’esquinter les mimines et en ne s’armant pas d’outils externes comme une muslin.

Mais perso, surtout depuis que « l’été » a débarqué, quand j’utilise le JMO, je passe toujours une mousse ensuite; et c’est la fille fan de baumes qui te dit ça – c’est juste une question de ressenti, mais si je l’enlève au muslin ça passe, si je la rince simplement à l’eau, j’ai besoin d’un produit supplémentaire pour me sentir « nickel Michel ».

Concernant l’application, pour les deux c’est le même menu : sur peau sèche, massage, rajout d’eau au fur et à mesure (même si ça ne s’émulsionne pas des masses, ça permet de bien tout décoller), puis gueule sous le jet pour tout enlever.

 

A vous de voir si vous êtes plutôt crème, lait ou baume (je suis même sûre que les laits démaquillants européens traditionnels pourraient très bien faire office de cream cleanser, vu qu’ils sont généralement plus gras qu’aqueux)(dis « qu’aqueux » 10 fois de suite). Chacun son budget, chacun ses objectifs.

Quoiqu’il en soit, ces deux petits démaquillants-nettoyants-qu’on-ne-sait-pas-vraiment-ranger-dans-une-catégorie sont vraiment TOP. A choisir, je vous conseille le Juice Beauty, mais je dis juste ça parce que je n’avais pas vraiment de nettoyant matinal, et que le lait, c’est nouveau pour moi. Après, si tu es une petite frivole, et que tu aimes avoir la peau dans un cocon, le JMO devrait bien s’intégrer dans ta routine du soir.

Sur ce, longue vie à ta couenne, je te laisse faire pic-l’andouille pour savoir lequel des deux te conviendra le mieux.

 

Des bisous les Caribous !
Crème nettoyante au tilleul de JMO, offerte par ECOCENTRIC (Thanks !)
Cleansing Milk Juice Beauty, acheté sur Naturisimo 

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
10 juin 2016

La crème SOS velours de Madara

ABOUT 
SOS Hydra Recharge Cream MADARA
SOSS

Tu la vois la pub où la femme se caresse la peau comme si elle vivait un extase sans nom et qu’elle se l’arracherait bien pour se bidouiller une literie entière made in LaCouenne avec ? (sanguinolent le lit, du coup)

He bien la donzelle, elle nous vend sa conviction d’avoir trouvé le soin parfait pour elle, à tel point qu’elle ne peut décoller ses patounes de son minois de velours.

 

Ces crèmes miracles existent (même si on est des millions de goumiches à les traquer), tu sens sous les doigts que le terrain devient moelleux et qu’au réveil la bouille est reposée, détendue du string, une dose de molécule du bonheur infusée sur le visage et dans le sourire.

J’avais eu ce sentiment il y a un bail, quand j’avais testé le philtre de beauté de Nominoë pour la première fois, l’effet framboise dodue était impressionnant, je n’avais jamais utilisé une crème qui me donnait un tel sentiment de satisfaction ou l’envie d’hurler « j’ai le pore hydraté jusqu’à la moelle, envie de me foutre à pwal ». Ha ça, oui,  j’étais scotchée au plancher.

Ca me fait penser à la nana qui met une serviette hygiénique et se retrouve suspendue à la tyrolienne l’après-midi parce que ses règles sont un vrai bonheur de foufoune sur coussin épais (gros mensonge, c’est la cup menstruelle qui me motive à me payer une session d’accro-branche pendant les menstrues, pas le pampers taille adulte); y a pas à chipoter, quand je dégote une merveille dans son domaine, je suis dans le partage mondial, la liberté m’habite, JE VEUX QUE TOUT LE MONDE ME SUIVE.

Parce qu’à force d’avoir vu et revu des annonces publicitaires qui vendent du rêve mais oublient de le mettre dans le flacon, on a plus trop envie d’avoir confiance. Question de méfiance primaire du primate.

 

Il y a deux grosses semaines, j’ai reçu la crème Madara au pied de ma magic door, avec un slogan du genre « je repasse ton minois, je lui donne de l’éclat, et le soulage jusqu’aux tongs », le genre de discours que je trouve surfait parce que la majorité des marques se touchent la nouille en balançant ce genre de phrase.

Bah ici, non non non, le tube est honnête comme un juge.

 

En lisant les ingrédients, on a cette impression de popote de base : de l’huile de jojoba pour équilibrer la couenne, de l’alcool (dispersant des éléments de la formule, ne sois pas effrayée s’il-te-plaît), de l’eau de rose plus bas (décongestionnante, tonique, apaisante), de l’extrait d’argousier (la plante magique qui va apaiser, adoucir et agir comme un anti-oxydant, à bas la pollution), du sodium PCA pour l’hydratation, de l’extrait d’ortie (action vaste, autant sur les peaux acnéiques qu’eczémateuses), de l’extrait de graine de lin (pour l’odeur et l’hydratation), des phytostérols de soja (encore un lubrifiant cutané), de l’extrait de pivoine (contre les rougeurs), de l’acide hyaluronique et sa forme hydrolysée (décidément, elle va finir saoule la couenne), et enfin plusieurs anti-oxydants comme la vitamine E-C.

Aqua, Simmondsia Chinensis (Jojoba) Seed Oil*, Alcohol, Glycerin***, Caprylic/Capric Triglyceride, Glyceryl Stearate, Dicaprylyl Carbonate, Behenyl Alcohol, Rosa Damascena (Rose) Flower Water*, Hippophae Rhamnoides (Sea-buckthorn) Fruit Extract *, Sodium PCA, Lecithin, Aroma, Cetearyl Alcohol, CI77891 (Titanium Dioxide)****, Cellulose, Stearic Acid, Palmitic Acid, Urtica Dioica (Nettle) Leaf Extract*, Linum Usitatissimum (Flax) Seed Extract*, Glycine Soja (Soybean) Sterols, Paeonia Lactiflora (Peonia) Root Extract, Xanthan Gum, Sodium Hyaluronate, Sodium Phytate, CI77491 (Iron Oxide)****, Tocopherol (Vitamin E), Ascorbyl  Palmitate (Vitamin C), Hydrolyzed Hyaluronic Acid, CI77492 (Iron Oxide)****, Lactic Acid, Citronellol**, Geraniol**, Benzyl Salicylate**, Eugenol**

 

Elle est un basique parfait.

D’abord parce que la phase grasse est réduite et suffisante pour permettre aux agents hydratants de faire leur boulot sans s’évaporer au moment du crémage.

Il ne faut pas avoir peur de l’alcool placé en haut de compo, si la balance est bien pensée avec les autres ingrédients, vous ne le sentirez même pas passer, il est surtout là comme dispersant des phases huileuses et aqueuses, histoire que tout soit bien homogène au moment du tartinage.

 

Après seulement une semaine, je voulais déjà vous en parler, puis je me suis dit que j’allais attendre encore 7 jours (rare, normalement je teste au moins un bon mois pour un avis définitif). Mais vu son nom, elle était censée agir comme un speedy gonzales de la beauté de la femme, ma chérie, et ça n’a pas loupé.

Elle se place facilement dans mon top cosmétique de soins d’entre-saison pour le soir (la catégorie en bas à droite de l’armoire de la fille peu chiante) : elle hydrate en mode piscine, elle assouplit la peau comme une déesse, elle sent bon et a un rendu similaire à une crème chargée en agents texturisants (silicone-like aqueux mais sans rendu poisseux).

Au niveau du soulagement, il est total et à peu près identique à celui que procure la tolériane Ultra Nuit de La Roche-Posay, avec juste un chouilla d’ingrédients actifs en plus dans la tambouille.

J’aurais juste changé l’eau en tête de gondole pour de l’hydrolat, même si j’imagine qu’il ne se sont pas mouillés pour garantir une tolérance large et tout public.

 

Je l’utilise essentiellement le soir parce qu’il commence à faire chaud et beau, et que si je double mon hydratant d’une crème solaire je suis bonne pour devenir une friteuse nationale (viens manger ton burger-fricadelle sur mon front). Donc avant le dodo, c’est pile-poil ce qu’il me faut – la première marque qui détourne ce slogan, je l’embroche.

 

A priori, je la classe dans ces crèmes tout-terrain dont on a forcément toujours besoin, parce qu’une bouille lisse et tendue, c’est plus pratique pour évacuer les gouttes de sueur estivale et ça rajeunit le visage mine de rien.

Ce n’est pas pour rien qu’on a jamais entendu un « t’es belle comme du cellulose fripé » à la télé, ça ne fait pas rêver. Donc si tes bajoues miment le papyrus égyptien en fin de vie, je te la conseille.

Sauf si c’est ton style, ta bataille, la couenne qui craque et gondole de sécheresse.

 

Des bisous les Caribous !

Reçue par MonCornerB (MERCI !), SOS HYDRA RECHARGE CREAM, 33 euros les 50ml

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
30 mai 2016

Basics : le wash-wash du visage

washsoir

On fait poser des masques pendant 30 minutes, on s’épile avec un outil électrique pendant autant de temps, on attend que la coloration agisse en regardant un game of thrones de quasiment une heure, c’est commun de dire que d’avoir une routine beauté c’est être :

  • une grosse paresseuse habile du tournicota de pouces affalée dans son canapé
  • une personne très centrée sur elle-même (pourtant on dit bien « aimes-toi, les autres t’aimeront », donc va casser des pattes de mouches sur ta caboche)

En gros, j’ai remarqué que le nettoyage de la bouille était ce qui prenait le moins de temps pour une personne lambda – parce qu’elle veut éviter de passer trop de temps sous le robinet, que ça pique les yeux, que ce n’est pas agréable, que c’est suffisant de torcher cette corvée en quelques secondes matin et soir.

Pourtant, j’obtiens une réelle différence sur l’éclat/la souplesse/l’efficacité quand je ne suis pas dans le rush et que je m’applique pendant toutes les étapes du nettoyage quotidien.

Pas besoin de se grouiller, il faut prendre soin de soi dans les règles de l’art, ce n’est pas en deux frictions que tu deviendras une goumiche fringante.

 

Le démaquillage

J’y passe une minute en moyenne, la plupart du temps avec un baume nettoyant – parce que c’est doux, c’est plus chargé en corps gras qu’un nettoyant lambda, et que je vais pouvoir apprécier le massage et la détente par la même occasion. Le démaquillage va permettre de virer le makeup qu’on s’est appliqué sur le visage au matin, ou encore de se débarrasser de la pollution. Je retire le cleansing balm longuement avec un muslin cloth imbibé d’eau.

Le nettoyage

Pareil, au moins 60 secondes au chrono, brosse nettoyante comprise ou pas (la Luna de Foreo est toujours de la partie baby !) . J’estime que deux mains plaquées sur la bouille qui la frictionne comme on décrasse le crin d’un cheval n’ont pas plus d’efficacité qu’un long nettoyage du bout des doigts en mouvements circulaires. La douceur n’empêche pas un bon résultat, les pores ressortiront tout autant bichonnés de la séance.

La final touch

Je rince le cleanser à l’eau tempérée et enfin je finis avec un splash d’eau froide pour réveiller le teint (c’est plus sympa qu’une baffe perdue).

 

Les 5 conseils utiles

Il faut que l’eau soit à température ambiante voire un tout petit mini chouilla plus élevée pendant les wash wash (ça dépend ce qu’on ôte du minois) : c’est bien connu, l’eau trop chaude a tendance à déshydrater la peau, ce qui n’est pas non plus l’effet recherché. On va donc essayer de rester éloigné du niveau bouillant autant que possible.

On n’essuie pas son visage comme une bourrine, on tamponne doucement pour enlever l’excédent d’eau, ça ne sert à rien de le sécher en l’étirant par tous les côtés.

On dose bien son nettoyant. Concernant le démaquillant, on peut être généreux sur la dose, en général ce n’est pas à cette étape-là qu’on risque la déshydratation. Si on adoooore les gels (ce n’est pas mon délire, mais ton choix est roi), ça ne sert à rien d’en mettre une flopée dans la paume, la première étape devrait déjà s’être occupée de la majorité des crasses. Et bon, si tu aimes vraiment ton épiderme, je te conseille quand même de tenter de dénicher un bon petit flacon d’un cleanser sans sulfates (c’est la base).

On adopte le double nettoyage uniquement si notre peau le supporte : encore une fois, c’est une affaire de test, si on sent qu’on est du côté plus sensible de la force, on se contente d’un lait rincé à l’eau thermale, en adaptant les masques de la semaine pour qu’ils purifient régulièrement derrière cette routine slow.

Le rinçage est sûrement une des étapes les plus importantes à respecter : j’ai toujours une muslin à portée de main (celle de Liz Earle, qui n’a quasiment pas bougé depuis ma revue sur son cleanse & polish d’amour). A une époque, j’utilisais aussi une éponge végétale – jaune, avec des trous, tirée du fond marin où crèche Némo, parce que c’était un accessoire indispensable pour vraiment bien retirer le surplus de phase grasse et ne garder que cette « fine pellicule hydratante » qui me rend heureuse – je vis dans un monde de grassouillettes, il m’en faut peu.

 

Autour de cette structure, c’est à vous de tricoter votre routine, mais personnellement, un bon baume et un nettoyant doux comme la mousse Nominoë (qui a du sucre en deuxième ingrédient, vive la couenne pulpeuse) pourront ravir la majorité des bouilles.

Je te prie, sincèrement, de ne pas cibler le purifiant ou le traitant à ces deux étapes, pour la simple et bonne raison que le nettoyage inclut l’eau, et que « l’agression » aqueuse est déjà bien suffisante. Si tu as de l’acné, tu dois savoir que la majorité des bubons sont inflammatoires, tu n’as pas envie d’emmerder leur monde, si ?

 

Anyway, j’ai mis la main sur un lait nettoyant tout doux pour le matin dont je vous parlerai bientôt, mais pour le soir, mon combo ultime est devenu mon classique : le gras, la mousse légère ET un bon muslin cloth. Il me semble que je suis à ce régime nocturne depuis quelques années déjà, mais honnêtement, c’est ce qui patine le mieux ma couenne en lui laissant un toucher velours.

T’avais pas dit que tu voulais être un chat ?

 

Des bisous les Caribous !

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
25 mai 2016

Quick Talk : L’art de l’anti-cernes

sananas

J’aime beaucoup lire les revues sur les anti-cernes, parce que l’avant-après est toujours flagrant (on voit directement le résultat), mais surtout parce qu’il permet de mettre en évidence le rapport quantité/avis de l’utilisatrice.

En gros, si je m’étale une surdose de fond de teint sur le visage, et que je vous dis par après que « QUAND MÊME, le rendu est caky, c’est naze », il y a une distortion dans la réalité de la goumiche, son compte-rendu est comme qui dirait biaisé par sa tendance à trop en mettre.

Contrairement à Sananas qui s’en colle joyeusement jusqu’aux aisselles (cf. l’image de l’article), histoire d’avoir UN MAXIMUM de luminosité (et le cake/la génoise/les plis amplifiés avec), je préfère miser sur les pigments inclus dans la matière. En gros, si le produit n’est pas assez fort en dose réglementaire pour gérer mes bananes bleues de fatigue, c’est qu’on doit se quitter vite et bien (entendre par-là « viens jouer avec ma poubelle »).

 

Comment j’applique mon anti-cernes

Par touches. Réduites. En gros, je n’en mets pas spécialement sur le cerne, je dépasse autour, je cherche surtout à gagner en lumière sous la mirette pour transformer un regard de boeuf en regard frétillant.

Trois petits points sont suffisants, j’étale en tapotant sans utiliser de pinceau – même si parfois le beauty blender est bienvenu quand la matière est plus épaisse.

Une fois que c’est fait, il m’arrive de temps en temps de rajouter une dose de l’ambient lightning powder d’Hourglass histoire d’avoir un rendu PAR-FAIT de Cendrillon qui va traîner son lard au bal.

 

Mes préférés

Le plus facile à doser : chez Bobbi Brown, on trouve des pots de correcteur et concealer, et même si j’avais acheté les deux (et expliqué la différence), le second était mon poto de jours de merdasse. J’en ai encore dans le minuscule écrin, il dure une éternité, ne crease pas, n’est pas du genre à sécher donc plus facile à poser pour les débutantes. Un must qui coûte un pont mais si tu es économe de l’anti-cernes, tu devrais arriver à taper dans la même longévité que pour le mien.

 

Le plus crémeux/couvrant : le superstay 24h concealer de Gemey (celui-là) est sûrement celui que j’ai le plus utilisé avec plaisir parce qu’il est ultra-crémeux. Ils n’ont créé que 2 teintes (WHY MAYBELLINEKE? WHY ?) et la plus claire est tout juste pour moi – c’est-à-dire qu’elle matche mon teint et la couvrance permet d’oublier mes cernes, mais il n’a pas ce chouilla de lumière en plus vu sa tonalité. C’est plutôt celui que je dégaine quand je veux vraiment cacher la zone plus que l’illuminer (même si le rendu n’est pas du tout plat, ne me fais pas dire ce que je n’ai pas dit, didju).

radiance reveal

Le plus lumineux vavavoum : le Radiance Reveal de Bourjois qui porte TELLEMENT bien son nom vu la clarté qu’on a réussi à infuser dans flaconou. Il est commode à l’application quoiqu’un chouilla trop clair dans les premières minutes (d’ailleurs, c’est pareil que pour Gemey, trois teintes ne suffisent pas pour convenir à toutes les goumiches de la terre makeupienne, merci). J’ai mis une demi-semaine pour l’apprivoiser, mais maintenant c’est banco, il amène un spot direct sur les orbites sans effet de tache blanche qui donnerait un air cadavérique. Il y a plus de chance de se rater avec lui qu’avec les deux autres (rapport à sa couleur porcelaine), pour ça que j’évite d’en abuser. Il peut d’ailleurs servir pour ajouter un ou deux points de lumière ailleurs sur le visage ou par-dessus un autre concealer, un peu à la façon d’un touche éclat YSL version cheap.

 

C’est certain, je peux vaquer avec mes bananes bleues qui claquent au vent, mais quand j’enchaîne un peu trop au boulot / ou que le sommeil a du mal à trouver son chemin, je suis bien contente d’avoir ces petits tubes sous la main.

Ca me donne l’impression de m’étaler du café sur les cernes pour les réveiller, les inciter à danser la samba et prendre la porte. L’anti-cernes est une invention que j’admire et honore sans faillir, faut me voir quand je ne les retrouve pas dans mon pochon à maquillage, on dirait un boeuf mugissant bouffé par la testostérone.

Je veux pas me sentir cernée quand je sais que j’ai des bidules qui rattrapent la façade pour moi, je suis simplement très distraite quand je les utilise et oublie de les remettre systématiquement à leur place (je jongle avec, Marty s’en mêle, les elfes de maison me font des blaguounettes).

J’ai juste encore un oeuf à peler avec les goumiches qui s’en tartinent joyeusement deux litres sur les valises « pour bien avoir l’air éveillé », même si chacun se meut comme il l’entend. Ca fait partie de ces choses qui me dépassent (comme les concours du nombre de mètres de saucisse avalés en moins de 5mn). 

 

Des bisous les Caribous !
Radiance Reveal de Bourjois, acheté 11 euros chez Di

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram