18 février 2018

Ca hydrate et ça coûte 60 euros – NOHÈM

En moyenne, un gars lambda va dépenser 15 euros tous les 3 mois dans une crème pour le visage (quand il en met) quand une donzelle atteint les 30-40 balles sans sourciller.

En matière de soin, il n’est jamais vraiment question de sexe (OKAY) ou de budget (SUPER OKAY), mais plutôt de paillettes dans les mirettes : il suffit de voir la danse qui gagne note corps dès qu’on voit un tube flashy qui nous envoie du rêve, on frise vite le ridicule de la donzelle en manque d’amour.

Et ce souvent pour un soin qui y va à grand renfort de pub pour une nouvelle molécule qu’on distingue à peine dans la compo.

Bien sûr je grossis le trait, disons qu’il y a EFFECTIVEMENT des nouveautés mais qu’elles flottent on ne sait où entre les huiles minérales, les émollients sur-travaillés et le bon gros sourire de la vendeuse caché entre ses seins.

 

Je pense connaître la marque Nohèm de loin depuis que j’ai commencé à m’intéresser aux ingrédients et à ce qu’on peut bien se tartiner sur le minois. Très beaux packagings, mats, blancs et vert d’eau, un plaisir pour les yeux qui annoncent un vrai bonheur de couenne.

Il s’agit d’une marque de « produits cosmétiques biologiques », le vent d’air frais court sur la page d’accueil, le grand nord, le respect des petites mains auxquels on achète les matières premières à un prix juste et équitable.

La cosméto rustique éthique pour mot d’ordre.

 

J’ai pu tester leur soin hydratant & antioxydant quand, par un soir d’hiver je n’avais plus de doudou pour mon visage, et qu’il était urgent de me tartiner le faciès.

Je jette la boîte, je l’utilise, ah tiens ça sent bon, la texture est très agréable, ils ne mentaient pas sur la bonne odeur poudrée :

Donnez à votre soin quotidien le pouvoir de régénérer et de protéger la peau de votre visage… avec ce fluide jour-nuit aux vertus exceptionnelles, au délicat parfum poudré de lotus. Grâce à la double action régénérante/hydratante de l’huile de kendi d’Indonésie, au pouvoir antioxydant de l’extrait de baie de goji de Chine et à l’action de la Céramidone®, restructurant de la barrière cutanée, votre peau gagne en éclat et se réveille chaque matin parfaitement reposée.

Bienfaits :

Un soin double action indispensable de jour (antioxydant, protection des agressions extérieures) comme de nuit (hydratation intense et régénération).

 

Dedans il y a : De l’eau, de l’hydrolat de citron, de la glycérine, de l’huile de sésame, du parfum, (à partir d’ici, ce qui suit n’a pas vraiment d’importance), un solvant, deux émollients, de l’huile de tournesol, un émulsifiant, de l’huile de kendi (pour revitaliser la peau et éviter la sécheresse cutanée) , du sodium PCA (participe à l’hydratation naturelle de la couenne – ce qu’ils appellent céramidone est en fait un ester gras qui va permettre la stimulation de la barrière lipidique en surface de peau – en gros c’est pour te créer un sébum de qualité), un régulateur de pH, un épaississant, un antioxydant, de l’extrait de baie de goji (juste pour le clin d’oeil anti vieillissement), entre autres.

Aqua (water), Citrus medica limonum (lemon) fruit water, Glycerin, Sesamum indicum (sesame) seed oil, Parfum (fragrance), Dicaprylyl ether, Cetearyl alcohol, Zea mays (corn) starch, Octyldodecyl PCA, Helianthus annuus (sunflower) seed oil, Cetearyl glucoside, Aleurites moluccana seed oil , Sodium PCA, Citric acid, Xanthan gum, Potassium sorbate, Tocopherol, Lycium barbarum fruit extract, Phytic acid, Sorbic acid, Citronellol, Linalool

En résumé, il s’agit d’hydrolat d’agrume baignant joyeusement dans de l’eau qui va apporter une légère amélioration au niveau de l’éclat (pas de quoi te faire passer d’un teint gris à des bajoues qui réfléchissent la lumière tellement elles brillent), des huiles et émollients par-ci par-là, et beaucoup de discours scientifique.

Pour un soin qui est simplement un bon hydratant  – ce n’est pas un défaut, c’est même plutôt une qualité.

 

Je recommande juste de base :

  • de ne pas acheter un produit parce qu’il est beau (sauf si vraiment, ta journée était pourrie – ou qu’il est dingo-dingue)
  • de ne pas prendre le mot antioxydant au pied de la lettre : il peut être en petite quantité mais il est recommandé de privilégier la vitamine C, la vitamine E ou encore le résvératrol (Caudalie adore cette molécule)
  • de bien lire les mots qui vont avec le produit : « exceptionnel, inoubliable, douceur incroyable et triple action » sont autant de belles paroles qui méritent de retourner la boîte

J’ai utilisé la crème Nohèm sans discontinuer, jour et nuit, pendant 2 mois et n’ai rien trouvé qui justifie un prix à près de 2000€ le litre – oui j’avais la peau douce, mais son beau parfum m’incitait à en appliquer régulièrement.
Et la régularité est reine en skincare.

La créatrice a surtout le beau projet d’améliorer la conditions des femmes dans le monde, c’est tout à son honneur, d’où, j’imagine, le tarif demandé pour  chaque soin – cependant pas moyen de voir si une quelconque partie est reversée à bonne oeuvre…
(son association)

 

Si vous voulez du bio qui aide la culture locale, avec un premier ingrédient qui n’est pas de l’eau et une crème du plus bel effet, il y a le philtre de beauté de Nominoë sinon – amour inconsidéré pour ce tube since 2012.

Pour tout le reste, il y a American Express.
(Okay, je vais me cacher – loin)

 

Des bisous les Caribous !
Offert par Gelbopharma – 60 € / 30ml

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
29 janvier 2018

Masculine mandarine scrub by Cîme

J’ai vécu pendant plusieurs années sans baignoire jusqu’à en retrouver une (en déménageant – t’inquiètes, je m’incruste pas dans la salle d’eau des gens).

Et j’ose, j’avoue, je valide : mais quel plaisir de reprendre des bains !

Je tolère ceux qui détestent plouf-ploufer, s’immerger dans un liquide bien chaud; sauf quand on me lance la fameuse phrase « mais enfin QUI peut aimer passer son temps dans sa crasse ? » –  sérieusement, how filthy do you think I am ?

Je m’en suis donné à coeur joie, j’ai d’abord commencé par épuiser quelques bombes de chez Lush pour voir d’où venait le fuzz, pardon, le buzz. Ca pétillait, donnait des soupes roses, noires, d’un blanc laiteux, je sentais le carnaval, la folle, la lavande jusqu’au bout des cils.

Si j’aime me baigner c’est pour cette sensation de chaleur intense, comme une couette qui recouvre tout mon corps et qui m’empêche de frissonner. Mais SURTOUT parce que c’est le summum de la relaxation sans devoir fournir le moindre effort.

Tu ne dois pas bouger un petit doigt, tous tes sens se mettent en pause.
C’est magnifique, réconfortant, je pense ne jamais en avoir ma dose.

 

Magnificent Mandarine by Cîme

Le petit scrub du moment est la faute à l’homme. On avait quasiment fini le tour de quelques magasins bio pour notre réaprovisionnement hebdomadaire en fruits et légumes, quant il a laissé balader son nez dans un pot – par mégarde.

J’ai donc gentiment demandé à Cîme de pouvoir tester leur magnifique produit – et ils ont accepté.

 

Dedans il y a : Du sel de l’Himalaya(la base du scrubage), de l’HE de palmarosa (pour la stimulation et la bonne odeur), de citronnelle (pour détendre les muscles), de cèdre (relaxant olfactif), de l’extrait de genévrier de l’Himalaya (pareil, pour être détendu de la couenne), de l’HE de racine de curcuma (enlève les idées noires), zeste de mandarine verte (aide contre les cicatrices et taches), HE de patchouli (améliore la circulation), d’ylang-ylang (relaxante), et enfin de l’extrait de fleur de rhododendron d’himalaya (contre les rhumatismes et antibactérienne).

Tu observeras que le but ultime de cette semoule est de soulager les maux du style lourdeur passagère dans les gambettes, tension générale après une grosse journée à se traîner la patoune sans énergie ni envie. Le sel est riche en minéraux et aura une action directe sur la peau (reminéralisant) – le sang (circulez !) – les bobos (bye bye les problèmes type eczéma ou dermatite).

De mon point de vue, il s’agit plus d’une base que d’un gommage en tant que tel : nature, il va pouvoir décrasser la peau en douceur, les grains étant assez fins, on a une sensation très agréable de roulement par millier.

Avec quelques gouttes d’une huile de votre choix, il devient un puissant hydratant qui rendra votre peau douce au possible – la choisir bien pénétrante, comme une grassouillette sèche.

Il a également l’option « sel de bain », mais c’est une dénomination qui ne fait absolument pas sens dans ma caboche (à quoi bon jeter le tout dans la baignoire quand on peut vigoureusement se passer la tambouille sur le body ?)

WHAT IS MORE FUNNY ?

Mais j’imagine que les personnes qui ont de vrais problèmes au niveau sanguin seront plus réceptives que moi sur ce plan-là.

 

Concernant l’odeur, point le plus important du débat : en ouvrant le pot on a une bouffée assez masculine. Pas de note sucrée, ni d’agrumes, c’est le pin, la mandarine sans sweetness, un mix d’huiles essentielles brutes qui vont droit au but sans arrondir les angles.

L’arôme se pose à la surface de tout le corps, jusqu’aux vêtements que l’on choisit de porter après la trempette. En gros, tu as intérêt à aimer son parfum parce que ça imbibera tous les tissus de sa douce effluve.

Quand je parle de son côté XY, je pense aux hommes qui aimeraient l’utiliser, parce qu’il n’est pas au caramel, à la pomme d’api ou à la barbapapa. C’est vert, sylvestre & mâle.

Et j’aime bien.

 

Des bisous les Caribous !
19,95 euros pour 450 gr (dure un bon moment !)
Produit offert BY CÎME

 

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
5 janvier 2018

Face mists

Je ne sais pas si c’est le passage des 30 ans ou la simple ringardise du manteau gris que porte la Belgique depuis quelques semaines, mais ça me donne envie de booster un peu mes envies et de colorer tout ce mic-mac – je veux un arc-en-ciel cosmique – et une biquette pour égayer le quotidien !

Ah oui c’est rude, piquant et mordant ce passage d’une dizaine, surtout quand il entraîne :

  • des frais conséquents – en sérum, soin, on passe deux fois plus de temps dans la salle de bain pour défripper sa bouille du matin
  • un grognement supplémentaire au réveil parce qu’on ne récupère plus aussi bien d’une gueule de bois
  • une tendance générale à la régression – acheter un porte-courrier en forme d’ours. Parce que I can.
  • des considérations très terre à terre : relire des articles sur la tonification des boobies
  • un passage d’une réalité à une autre : on ne plie plus le genou comme à 15 ans, on ne saute plus en l’air comme à 5, mais on peut se payer le kiné pour la génuflexion et un tour en parachute pour passer son mercredi dans un goulet de montagne.
  • une collection de tasse toujours plus impressionnante, limite maladive
  • et un fabuleux aller-retour à la poste juste pour râler sur le mauvais service

Vwala.

La trentaine est là.

 

Je vous épargne le « nom de dieu, je traque la ridule à sa naissance », je m’en gratte les cuticules, ce qui m’importe et m’a toujours été cher, c’est le confort de couenne.

Donc, depuis quelques temps, v’la-t-y pas que la demoiselle se spraye des lotions sur le visage en faisant un « hum hum » entendu chaque soir et matin.

Ca s’en asperge à foison, ça en respire par les trous de nez au lieu de couper sa respiration, puis ça sait plus bien quand rouvrir les yeux (z’avaient dit 15 ou 30 secondes d’attente sur la bouteille ?).

Je suis à deux doigts de découvrir le plaisir d’une peau toute pulpeuse en passant par la case humidité. De là à s’astiquer le minois avec une tranche de pastèque baveuse, il n’y a qu’un trot.

 

Une pour chaque moment

La brume systémique d’Absolution
Peps du soir, la plus douce & complète

J’ai eu le grand honneur de la tester (le prix a été un pur frein depuis sa sortie), et même si elle me fait plus l’effet d’une limonade diluée qu’un bon petit grog corsé, elle a ses avantages.

Ils ont été assez intelligents en créant un monstre à deux têtes qui combine tout ce qui nous est nécessaire : du gras et de l’eau, sans être collant. Et avec du naturel dans le ventre pour ne rien gâcher au tableau.

 

Dedans il y a énormément d’ingrédients – normal de la part d’Absolution : de l’eau, de l’huile de souche hybride de tournesol (bonjour le bras qui pousse sur le dos), une huile de coco fractionnée (plus légère), de la glycérine (pour l’hydratation), de l’hydrolat d’orange amère (pour l’éclat et le tonus), d’hamamélis (pour l’équilibre), du sodium PCA (un des facteurs important du NMF, le natural moisturizing factor, ce qui aide la couenne a rester belle et hydratée), de l’hydrolat de tilleul (pour apaiser), de géranium (calmant, cicatrisant), de l’huile d’amande douce (excellent assouplissant cutané), du sel de mer (va reminéraliser ton petit minois), HE de petit grain bigarade (relaxante), un conservateur et puiiiiis….viennent les tous petits de la compo.

De l’huile d’onagre pour une peau en pleine forme, de rose musquée (pour ses bienfaits antioxydants), de germe de blé (pour la nutrition), du bisabol (anti-inflammatoire), de la marjolaine (pour le soin des bobos), encore un conservateur naturel, de la poudre d’aloe vera (pour « hydrater », est surtout là pour grossir la texture je pense), et enfin une ribambelle d’agents masquants, colorants, conservateurs, et de résidus contenus naturellement dans les HE.

aqua ( water), helianthus annuus hybrid oil*, coco-caprylate/caprate, glycerin, citrus aurantium amara (bitter orange) flower water*, hamamelis virginiana (witch hazel) water*, sodium PCA, tilia cordata flower water*, pelargonium graveolens flower water*, prunus amygdalus dulcis (sweet almond) oil*, maris sal (sea salt), citrus aurantium amara (bitter orange) leaf/twig oil*, benzyl alcohol, oenothera biennis (evening primrose) oil*, rosa moschata seed oil*, triticum vulgare (wheat) germ oil, bisabolol*, origanum majorana flower oil, tocopherol, aloe barbadensis leaf juice powder*, phenethyl alcohol, dehydroacetic acid, polyglyceryl-2 dipolyhydroxystearate, viola tricolor extract*, fusanus spicatus wood oil*, ci 75810 chlorophyllin-copper complex, silica, citric acid, linalool, geraniol, limonene, citral, farnesol

 

Cette lotion est celle que j’utilise volontiers quand j’ai besoin d’une combinaison douce mais complète, que j’ai fait la grasse mat et que mon visage est plus cubique que rond et jovial. Elle est bien foutue, mais au vu de sa composition folklorique, elle aurait vraiment mérité que l’ingrédient de base soit directement actif et pas simplement de l’eau.

En gros, c’est une belle soupe odorante vue de loin qui s’avère en fait très légère et un bon compromis pour celles qui supportent rarement les produits naturels – ici vous risquez peu, vu la dilution.
Donc, mesdames & messieurs à la peau sensible, enjoy.

Psst : elle est biphasée, donc bien la secouer avant usage 😉

 

La brume Hydro-Tonique de Novexpert
Réflexe doudou express

Entre Novexpert et moi, l’alchimie est bien bonne depuis notre première rencontre. J’ai écrit plusieurs articles à leur sujet pour en revenir toujours à la même conclusion : ils ont de la bouteille en chimie, et chaque création combine à la fois un bout de nature et de labo dans la même éprouvette – pour mon plus grand bonheur.

Dans la brume hydro-tonique il y a : de l’eau, un solvant, du parfum (ça sent surtout bon jusqu’à présent), du lactobacillus (lire mon article ici, en gros, ça permet de régler en express des problèmes d’inflammation par exemple, mais c’est pas vraiment l’ingrédient le plus important), de l’hyaluronate de sodium (plus petite molécule que l’acide hyaluronique, moins sensible à l’oxydation, elle peut potentiellement hydrater un peu plus en profondeur), du ribose (pour que ça reste bien hydraté sur ta bouille), du jus d’aloe vera (histoire de laisser un film protecteur et tenseur immédiat), de l’adenosine (vu qu’il est appliqué de manière volatile, il permet surtout d’apporter une vivacité au teint), entre autres.

aqua (water), butylène glycol, parfum (fragrance), lactobacillus ferment, sodium hyaluronate, ribose, aloe barbadensis leaf juice*, adenosine, phytic acid, sodium citrate, citric acid, glycerin

 

Je ne vais pas y aller par 6 routes : c’est de la bonne, biloute, comme une petite fiole de minuscules particules qui agissent plus profondément.

Le spray diffuse divinement bien (très important), le produit est projeté en une fine brume, cela change tout de grand matin.
Les vapos qui t’aspergent de biais et trempent ton magnifique lissage de perruque, j’ai déjà donné, quel plaisir de pouvoir éviter une catastrophe les yeux fermés.

 

Aussi, le parfum est plus qu’appréciable.

J’aurais peut-être aimé qu’il soit moins présent et donc évincé du peloton de tête, mais j’étais pas dans leurs bureaux quand ils ont créé ce petit zeste rafraîchissant.

En gros, c’est celle que j’utilise le plus des 3 lotions, parce qu’elle brumise sans faux-pas et que la peau est jolie après – mais c’est surtout à l’usage que je me suis rendue compte qu’elle était rarement laissée de côté dans ma routine, étonnant quand on voit qu’il s’agit du mélange « le moins actif » (entendre par-là « avec le moins de composants »).

Comme quoi, on ne choisit pas ses envies, elles viennent à nous naturellement.

 

La brume Narynda Skincare
Le plein d’agrumes !

Tututu, v’là de la très bonne lotion. Le genre qu’on aimerait cacher dans un tiroir de salle de bain et sortir de son sac au détour d’un pic-nic quand ton amie te balance « oh, j’ai le teint gris aujourd’hui, je ne sais pas ce qui m’arrive ».

Tu la sens, la pub pour tampon détournée ?

Et la best friend qui dégaine joyeusement son bidule en mode « j’ai la solution qu’il te faut, tu ne vas pas le regretter ».
J’ai bien envie d’être ta meilleure pote today.

 

Dans le toner de Narynda il y a (attention les yeux) : de l’hydrolat de pamplemousse & de citron (tu ne peux pas rêver mieux comme premiers de liste, ils vont adoucir le terrain et le rendre lumineux), de l’eau & de la glycérine, de l’avoine (couteau suisse de la compo, ça répare, stimule et te rajeunit le faciès), des peptides…d’avoine – tant qu’à faire (filmogènes, protègent la peau), le trio zinc-magnesium-cuivre (minéraux formidables pour réparer, cicatriser, stimuler ta peau pour qu’elle se donne à fond et se remotive), du calcium (hydratant, mais aussi conservateur naturel à ses heures perdues), trois émollients, et du phenoxyethanol (deuxième conservateur).

Puis viennent par quantité infimes du sucre de canne (hydratant cutané), de l’extrait de myrtillier pour l’astringence, de sève d’érable (va boulotter toutes les peaux mortes), d’orange douce et de citron (paf, l’éclat), entre autres.

Citrus Paradise (Grapefruit) Floral Water, Citrus Aurantifolia (Lime) Floral Water, Aqua, Glycerine, Avena Sativa (Oat) Glucan, Avena Sativa (Oat) Peptides, Magnesium Aspartate & Zinc Gluconate & Copper Gluconate, Calcium Gluconate, Sorbitol, Sucrose Laurate, Sucrose Dilaurate, Sucrose Trilaurate, Phenoxyethanol, Saccharum Officinarum (Sugar Cane) , Vaccinium Myrtillus Fruit/Leaf Extract, Acer Saccharum (Sugar Maple) Extract, Citrus Aurantium Dulcis (Orange) Fruit, Citrus Limon (Lemon) Extract, Ethylhexylglycerin

 

ALORS, je t’ai déjà trouvé des merveilles auparavant, mais cette lotion-ci a une composition égale au plaisir procuré par un cookie aux fabuleux éclats de chocolat.

MIAM.

On a vraiment tout dedans : de quoi réveiller le teint, l’hydrater, lui donner envie de bosser un peu pour remettre en marche les usines à bonne bouille. Ca repulpe, ça grignote, revigore et donne un coup de pied au gris monotone du ciel.

Par contre il faut l’appliquer soit à la main soit avec un coton, le produit sort via une pompe – pas trop contraignant en soi vu que ça vise bien la paume.

En pratique, elle fait une lotion du soir plus que sympa – j’oserais pas me l’appliquer en journée, because le soleil et les rayons – mais assez active, donc à ne pas tenter si vous êtes du genre à rougir au moindre zeste d’agrume qui touche votre visage.

 

Comme cela ne coule pas de source, je vous le dis ici : les lotions me servent surtout à hydrater ma peau après le nettoyage – le coup de frais est toujours bienvenu et je trouve qu’au saut du lit, ça met tout de suite de bonne humeur.
Il m’arrive d’utiliser celle de Novexpert en finition sur le makeup, vu sa finesse et son unique but d’hydratation, ça tombe sous le sens, y a rien qui bouge, et elle permet d’atténuer l’effet poudre si tant est que j’aie un peu abusé sur la dose.

Si vous avez un petit budget, une eau florale fera parfaitement l’affaire (team hydrolat de rose !), il ne faut pas forcément dépenser 30 euros pour avoir le visage plus repulpé.

La clef c’est de ne pas en abuser – histoire de ne pas créer l’effet inverse et se retrouver avec le minois déshydraté…Oui, les abus cosmétiques, c’est moche, donc autant les éviter.

 

Des bisous les Caribous !
La brume hydro-tonique à l’acide hyaluronique Novexpert – 22,90 €- offerte par la marque
La brume systémique Absolution – 27€ –  offert par Mademoiselle bio
Le skincare toner Narynda Skincare – 14€ offert par le site Love Lula

 

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
4 décembre 2017

Sheet mask

Bon j’avoue, je fais partie de ces gens que rien ne perturbe quand ils ont un masque sur la trogne.

Je peux te préparer à manger, passer l’aspi et pendre le linge, y a rien qui dézingue l’attention de la donzelle.

 

J’en ai déjà testé des bien crapougnasses, d’autres délicieux, mais j’ai toujours essayé de rester dans une logique de confort. Parce qu’après tout, on s’étale un produit sur la trogne, on ne veut pas :

  • que ça dégouline de partout
  • que ça tire
  • que ça gratte – le « souffrir pour être bonasse » c’est bon, on en a ras la tasse
  • que tout le monde se fiche de notre poire – chose à peu près foutue d’avance vu ce que le marché cosmétique se vante de produire comme idiotie (les masques qui font des bulles ou aimantés).

Bref, on a tous envie d’avoir l’air sexy, mais OMAGAD, quelle épopée.

 

Je suppose que les asiatiques ont forcément quelques secrets sous le bottillon, ils pratiquent le layering, ont une hygiène de vie impeccable et un quotidien mesuré à la baguette (bonjour les stéréotypes).

Mais une chose à laquelle je n’ai jamais pu me faire, ce sont leurs masques imbibés prédécoupés ou sheet masks.

Soyons francs, ils tiennent rarement bien sur le visage, ont parfois des encoches inadéquates pour y glisser les oreilles et les fixer, mon charme file à la poubelle en 3 secondes chrono quand je me lance un regard dans le miroir.

Ils donnent cette désagréable sensation de tissu mouillé sur le minois, comme une grosse lèche de bulldog : même en se réchauffant avec la température de couenne, ils restent humides, collants, désagréables.

Si j’en utilise de temps en temps c’est parce que le résultat est souvent très bon, et qu’effectivement, d’avoir des actifs « sous cloche » augmente leur taux de pénétration. On ne choisit pas la dose, c’est à l’épiderme de voir ce qu’il veut prendre.

Mais là où ça pèche, c’est sur le côté textile.

Quand ma peau est au maximum de sa sensibilité, qu’elle dit merde au moindre coup de vent, je ne tolère pas ces masques.

Ils augmentent la sensation d’irritation, créent une friction invisible, une obligation de peau à peau avec une matière humide qui – souvent – oblige un florilège de grimaces de dégoût.

Je préfère la bonne grosse noisette à l’air libre, dont on se sert généreusement, qu’on étale avec amour.

Ou un vrai textile aéré : le soin cosmétique appliqué et puis la serviette chaude et légèrement moite par-dessus, comme chez l’esthéticienne, ça c’est du vrai bonheur !

 

Donc, l’autre jour, m’éloignant un peu plus du paradis, je me suis emprisonnée la bouille dans une tartine d’algues, sentant la mer s’introduire dans mes naseaux, j’avais plus l’impression d’être une moule sur son rocher que la blonde en bord de plage qui hume nonchalamment l’air marin.

Ces tentacules vertes qui peuplent les fonds aquatiques (attention, voix de présentateur sérieux de documentaire BBC) ont des propriétés hydratantes excellentes, adoucissent la peau au possible et lui apportent un glow exceptionnel. On parle d’une action longue durée avec plus de 8h d’activité potentielle, autant te dire qu’avec un petit stock dans le frigo, y a moyen que tu puisse te repulper la bouille H24.

Genre la petite fringale de minuit, la tête jetée dans le bac à légume pour en profiter un max.

Elles sont bourrées en vitamine A, E, C, gros cocktail antioxydant dont raffolent celles qui cherchent à changer la trajectoire de leurs rides prématurées.

 

J’ai poliment attendu 20 minutes, et, j’avoue, ma peau était vraiment jolie après la pose.

Mais je me suis battue pendant autant de temps pour supporter la chose.

Si je peux m’éviter l’embarras d’un tissu froid qui ne tient pas et achève toute tentative de séduction parce que je ressemble à l’adorable monstre de Frankenstein, je signe direct.

Et cassos avec mes pots old school de masques dans lesquels on trempouille encore les doigts, ils me rendent mille fois plus heureuse que cette bidouille-là.

 

Des bisous les Caribous !

Masque hydratant qui sent la mer, offert part MoncornerB

 

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
1 novembre 2017

The routine, darling

Je trouve que le mot routine est devenu un mot anodin, comme si « t’as pas de routine, quoi ? MAIS T’AS RATE TA PAELLA DE LA LIFE, DONZELLE ».

Moui.

La routine c’est du cocooning à foison, c’est la bougie, c’est l’odeur qui te met en transe, c’est se jeter sur un duvet et se laisser engloutir dedans. A heures régulières.

Du lundi jusqu’au vendredi, on essaie de garder la tête hors de l’eau, y a des soirs où l’on a pas le temps de justement prendre son temps. Puis le samedi et dimanche, on se tartine le corps entier de crèmes et de masque, « pour rattraper les dégâts de la semaine, tu vois, je me plaque les poils de genoux avec des matières collantes »

Et j’aime cette gadoue cosmétique.

Sauf que ça ne fonctionne pas comme ça; le corps, l’esprit, la peau, ces trois petites choses ont besoin d’attention constante. Pire que des chatons en pleine croissance, ça gueule « caresse mes pores, je suis là, hé ho ».

Y a des boutons qui pullulent, des mains qui s’assèchent, on dirait la mue d’une bête désertique, même quand tu marches ça fait des bruits de criquet mal huilé.

Et même si je sais qu’une routine vaut mille lingots d’or, il y a certains moments où j’oublie d’en suivre une.

 

Avoir une bonne base de vie

Je suis pour l’instant dans un entre-deux un peu désagréable – je vais bientôt déménager mais ce n’est pas encore le cas, ce qui m’empêche (m’enfin, c’est l’excuse que je me trouve) de me réinscrire à la salle et de pousser des poids avec mes petits bras de moustique.

La bonne base de vie selon moi c’est :

  • se réveiller en douceur : encore faudrait-il arriver à dormir, y a des soirs où je tourne en mode 360° dans le lit sans trouver LA position qui me met knock out en deux secondes
  • se prendre un bon petit-dèj chaque matin : je fonctionne au croissant / couque au chocolat depuis que j’ai commencé mon nouveau boulot, même mon bidou se mue en pâte à pain gonflée par le pétrissage
  • avoir 5 minutes par jour de recentrement perso : un peu dans le même genre que le Dalaï qui regarde ses orteils dans le blanc des ongles, je préfère manger du fromage sur du bon pain pour me concentrer sur mon bien-être
  • sniffer le grand air : de ce point de vue là c’est bon, j’ai un chien que je sors 3 fois par jour, j’essaie d’errer dans les rues quand je peux (mais je t’avoue que depuis que j’ai mon permis provisoire, même 1km je préfère le faire en voiture plutôt qu’à pied…shame)
  • préparer son lendemain : par exemple en étalant ses fringues et en disant « ça c’est culotte, chaussettes, pantalon, t-shirt, pull de demain », on optimise son temps, et on gagne 5 minutes – HUM, 15 minutes dans mon cas – parce que c’est déjà prêt. Je le fais jamais.
  • toujours avoir le smile et du recul sur les choses : hin hin

Une fois que tout ça est en place, il me semble que le terreau est plus que fertile pour prendre soin de soi.

 

Il y a quelques mois, il y a eu un regain d’intérêt pour le miracle morning, la fameuse théorie du lève-toi plus tôt et profite du temps que les gens passent encore à dormir pour, TOI, t’élever spirituellement et évoluer vers un Pikachu encore plus efficace chaque jour.

Je ne peux décemment pas m’imposer ce genre de régularité dans le temps, où à 5h je sortirais de mon sommeil, la bave encore tendue de la bouche au coussin; me connaissant ça finirait en une version de moi encore plus ronchon et incontrôlable.

Non, la routine n’est pas une rigueur, la routine n’est pas un canevas chiant auquel tout le monde se plie. La routine est une petite danse qui vous fait couiner parce que ça vous réconforte et vous amène là où vous vous sentez le mieux.

 

Il y a ceux qui ont le rituel du thé, l’habitude de lire la rubrique divers en sirotant un jus d’orange, celle qui se glisse directement dans son pantalon de pijama en rentrant, ceux qui vont au cinéma chaque dimanche, celle qui l’embrasse toujours sur le front, le chocolat dont on ne prend que deux carrés tous les après-midi, le chemin par les bois quand il recommence à faire beau, le pull qu’on met quand ça va mal, la personne qu’on appelle tous les matins.

C’est pour ça qu’une routine – de vie, de soin, d’envies – est importante.

C’est un doudou pour l’esprit.

 

Je recommence petit à petit à retrouver mes marques niveau soin, le fait de ne plus vraiment sentir la moitié de son visage, c’est comme de rencontrer un inconnu, ce n’est pas le ronron habituel, on se drague, on se hait, bref c’est l’extase.

Il faut bien de la patience, je vous le dis, et surtout que je recapte cette notion de plaisir d’avoir une foule de produits qui m’entourent.

Qu’ils refassent partie de mon quotidien et redeviennent mes buddies pour me sentir bien. On peut ne pas avoir le temps en rentrant chez soi, mais faut que ça devienne un rendez-vous, sinon c’est carrément la croix et la bannière pour retrouver l’équilibre.

Et là, ma peau, mazette oui, c’est bagdad et bataille de sauce tomate.

ALORS VIVE MA FUTURE ROUTINE

 

Des bisous les Caribous ! 

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram