26 mars 2015

La cup et ses compères de foufoune

cup1

TOME 1 : la découverte de la cup menstruelle

Il y a un phénomène qui se produit quand tu introduis un nouveau sujet de conversation, une nouvelle idée, un nouveau point de vue : d’abord le rejet, puis la curiosité, et enfin l’acceptation (plus ou moins obligée). Ca peut prendre des mois pour passer d’une étape à une autre, un peu comme lors d’une épreuve de deuil.

Mais certaines personnes, comme moi, sont enjouées par principe (quitte à se couper le bras avec une nouvelle tronçonneuse, « TROP BIEN TON SUPER CADEAU »), tout ce qui est « innovant » me surprend.

Pour ça que j’aime autant l’univers de la technologie et que je joue à la geekette, que des phénomènes de mutation génétique me transcendent, des bouquins où l’on crée un monde à ce qu’il se passe dans l’univers cosmétique, j’aime – j’adore – l’évolution.

 

J’ai donc eu le temps d’épuiser le topic de la coupe menstruelle en 8 mois de temps, sans jamais craindre une seule fois de me retrouver avec un flot rouge qui coule entre les jambes.

Au cas où, j’avais cette répartie toute prête : « oh, c’est rien, Hubert redécore mon vagin ». Ou « j’ai installé une presse à raisin dans ma chatoune ».

A chaque fois que le sujet entrait dans une conversation, j’avais l’impression que mes interlocutrices se demandaient COMMENT on leur avait caché une telle innovation foufounale (rappelons que la cup existe depuis l’époque du tampon, wiwi), si ça faisait mal et qu’on risquait de hurler à la mort dans les WC publics pour l’enlever; j’évoquais la liberté qu’offrait l’objet, la capacité potentielle de 12h, mon argument faisait mouche.

Elles avaient ENVIE d’en acheter une.

 

Ce qui peut paraître surréaliste, vu qu’a priori, personne ne compare ses marques de serviettes hygiéniques ou de tampons en cherchant « qui a créé la meilleure solution pour se sentir free de l’entre-jambe pendant les menstrues », à part lorsqu’on parle de coupe menstruelle, on ne cause pas de ce qu’il se passe en bas de la rue.

Comme si c’était là que le plus haut taux de vandalisme sévissait. On en revient encore au manque de dignité pendant cette période, tu sais.

 

La Cupdate

Je pense qu’il s’agit du changement le plus significatif dans mon hygiène de vie depuis des années. Quand j’imagine que d’autres femmes souffrent, moi je gambade comme un éléphant shooté aux endorphines, je plane.

J’ai très vite pris le coup de main, même les toilettes publiques ne m’ont pas fait peur, je le dis et je le répète, la cup est une merveille pour se sentir bien quand on a l’impression d’être une bombe (hormonale).

 

Je me suis rendue compte, à l’usage pur et simple, que certains petits trucs me facilitaient la vie :

  • à force de la porter durant les cycles, on reconnaît le moment de trop plein : tu sens littéralement des bulles, comme des mini vibrations, parce que la cup se vide de tout son air, il est temps de la changer
  • le long port : j’étais une psychopatate du changement avec les tampons, j’ai donc du mettre au moins trois cycles à m’étalonner sur la cup, qu’on peut se permettre de laisser plus longtemps en place (quitte à l’oublier)
  • les règles s’amenuisent : même sous pilule, j’ai vu un fort changement à ce niveau-là, pas compris le pourquoi du comment, mais je prends

 

On perd aussi l’habitude de se coller un protège-slip « au cas-où » : on la connaît toutes la ritournelle du « je vais me mettre une barque blanche dans le fond de la culotte parachute, on ne sait jamais que je sois de sortie plus longtemps que prévu ».

L’idée c’est qu’à force de vous familiariser avec la coupe, vous oublierez ce que j’appelle « les protections secondaires ».

ENORMEMENT de filles achètent deux sortes de protections, la seconde faisant souvent office de filet de secours, alors qu’en se connaissant mieux, on finit par avoir le bon réflexe d’aller aux toilettes à temps, et donc de dépenser moins par la même occasion.

 

Pour mes premières sorties de plusieurs heures en plein jour (zombie inside), je dégainais une barquette blanche ultra-fine, m’imaginant la cup qui exécutait un salto arrière dans mon vagin, hopla tout le contenu qui sort au vu du grand public. LA HONTE.

Je prenais les devants.

 (Je te conseille les Natra Care si tu veux suivre le même ordre d’idée, autant miser sur des marques qui ne blanchissent pas les protège-slibard )

Mais par la suite, tu abandonnes vite cette fâcheuse manie, qui, d’une manière ou d’une autre, te relie à ton passé de tampon + serviette. Une fois que tu passes l’étape de la cup et que tu sais gérer l’engin, normalement tu n’as plus besoin d’un coussin de secours.

Au fur et à mesure, tu t’habitues aux 3 sensations essentielles :

A – elle est mal mise d’où les fuites, faut que je retourne aux toilettes

B – elle est remplie (machin qui « vibre », bulle tout seul dans sa salle de bain vaginale)

C – elle est trop basse, faut la remonter un peu pour qu’elle redevienne confortable

 

Tout vient instinctivement, un peu comme lorsqu’on se déplace et qu’on évite de bousculer les passants, ou qu’on tend la main sans réfléchir pour récupérer sa monnaie chez le boulanger. Ce sont des choses qui ne demandent pas réflexion, ni de se braquer, YOU CAN DO IT.

 

J’ai évidemment constaté que NON, elle n’influait pas sur ma relative bonne humeur pendant la période de règle (celle qui implique l’empiffrement programmé et les réflexions lancées au peuple sans réfléchir, du style « MONA DOESN’T SHARE FOOD »).

Par contre, vu que tu te sens comme un oiseau sans limites, les crampes sont moins fortes – je suis passée de 3 jours en mode « raaaah tuez-moi » à un jour de « bon ça me trucide un peu les entrailles, mais c’est vivable ».

Un vrai exploit pour une fille qui vivait la plupart de ses règles comme un vrai calvaire international, le ruisseau rouge mis à part, j’étais plus invalidée par les douleurs que par les changements fréquents aux WC.

Ici je me sens moins virer baleine qui geint, le confort de vie – et de port – augmente considérablement la confiance en soi et donc relaxe le corps de manière indirecte.

Tout est question de psychologie, Babette.

 

Les alternatives à la cup

A vous lire, j’ai cru comprendre que la plupart voyaient leur anatomie féminine comme un château fort à ne surtout pas titiller, du coup je vous ai trouvé d’autres options écolo qui pourraient vous inspirer.

solutions alternatives

On trouve dans le commerce des éponges menstruelles, toutes simples, qui permettent de recueillir le flux; elles ont l’avantage d’être complètement malléables, donc une solution plus « douce » pour celles qui n’ont pas été convaincues par la cup.

Il y a la solution du réutilisable avec les serviettes lavables (dans le même style que les cotons lavables), mais je trouve qu’on perd un peu du côté « on rince », s’est oublié qui plait tant à mon esprit nomade. Se balader avec sa serviette usagée dans le sac en pleine ville, c’est le meilleur moyen de la sortir par erreur au moment de brandir son portefeuille pour payer. Bonjour.

Comme mentionné plus haut, si vous n’êtes pas prêtes à passer à la cup, ayez au moins la présence d’esprit d’utiliser des protections féminines qui ne sont pas blanchies au chlore et pleines de particules douteuses. La marque Natra Care est la plus vendue dans son domaine, mais rien qu’en magasin bio, il y a le choix, donc de quoi trouver votre bonheur.

Vu qu’ils avaient flairé le bon filon, ils ont aussi développé une soft cup, a priori plus souple qu’une coupe de base et qui peut être utilisée pendant tout un cycle puis jetée. Mais je me dis que si tu peux mettre ça, tu peux forcément choisir la cupette à la place.

On trouve aussi une nouvelle sorte de design par ici, la FemmeCycle : le genre d’engin pour celles qui font la roue au lieu de marcher à la verticale. Pas de risque de fuite, c’est du splitproof.

Ou encore la cup pliable, la quechua foufounale qu’on plie et déplie à loisir.

 

Après plusieurs mois, ma Meluna me convient toujours aussi parfaitement. J’avais cru à un moment qu’elle serait trop souple et qu’il m’en faudrait une plus rigide, mais finalement non. Au fil des cycles, elle est devenue un peu ovale, phénomène normal, ton vagin n’est pas rond, y a des muscles dans cette zone-là.

En résumé, je dirais que si vous avez déjà essayé et que ça n’a pas été, mordez un peu sur votre chique que diable, parce que rien que pour l’aspect du CONFORT (je l’ai quelques fois oubliée tellement on ne la sent pas), c’est le jour et la nuit.

Rappelez-vous les premières fois avec un tampon, ce n’était pas non plus de la tarte. Faut juste se mettre en mode « apprentissage », et y a pas de raison que ça capote.

 

Ne négligez pas non plus l’aspect « rigidité » de la cup : certaines marques vendent une taille A et B, mais au-delà de la grandeur, la souplesse de l’objet est tout aussi importante. Une cup trop « dure » vous donnera l’impression d’appuyer sur votre vessie, quand une trop soft ne se dépliera pas bien et sera compressée par les parois pour finalement ne pas faire son job.

Je vous conseille le site d’easycup, parce qu’il m’avait aidée et qu’ils ne se sont pas trompés en me pointant la Meluna Classic lors du test.

JE SAIS que d’autres marques proposent de jolis coloris et tout, mais prenez en compte vos attributs féminins plutôt que votre envie de silicone à paillettes : on n’achète pas une villa pour un gosse de 3 ans, il ira très bien dans une cabane.

 

De mon point de vue, Meluna est une excellente marque et propose des coupes à un prix plus raisonnable que les autres disponibles sur le marché, du coup j’aurais tendance à te diriger vers eux pour une première expérience de cup.

Mais c’est toi qui vois, YOUR VAGINA, YOUR DECISION, tant que tu passes le cap de la cup, je suis contente.

 

Des bisous les Caribous !
Tome 1, ma découverte de la cup
CHOISIR SA CUP

 

Trouver sa cup à Bruxelles : je l’avais achetée sur SEBIO 
Mais j’en ai vu chez Desmecht aussi, rue de l’Ecuyer
De manière générale, ciblez uniquement les magasins bios

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

61 réponses à “La cup et ses compères de foufoune

  1. Séverine

    « Qechua foufounale » <3

    Que dire, si ce n'est: VIVE LA CUP! Je ne m'en passerai plus jamais. Elle et moi, c'est BFF4ever.

    Répondre
  2. katarina

    Je suis aussi passée par easycup et celle que le questionnaire m’a sortie me convient parfaitement. Je me demande comment j’ai fait avant de connaitre cette chose. Rien à redire, on peut tout faire avec, vraiment tout et c’est tellement confortable par rapport aux alternatives. Vive la cup !

    Répondre
  3. Magalie

    Je suis assez tentée, mais ça fait des mois que je dis ça… J’hésite à sauter le pas parce que je me demande si c’est vraiment bon pour le périnée d’avoir un truc assez balèze qui fait pression, plusieurs jours par mois. C’est tellement important comme muscle que ça m’empêche de m’y mettre. Je poserais bien la question à une sage femme…

    Répondre
    1. Mona Auteur

      Bonjour Magalie,

      j’ai fait quelques recherches pour toi : je ne sais pas si tu connais la rééducation périnéale avec des boules de geisha, il s’agit de faire des exercices avec ces boules ou même de les introduire et de les porter pendant la journée pour « entraîner » le périnée et muscler cet endroit qui peut se relâcher après l’accouchement.

      Ces boules pèsent lourd (tout est relatif).

      En comparaison, ma cup ne pèse pas lourd du tout, on la sent à peine en la soupesant dans la main. En la portant, tu n’as pas la sensation d’avoir un truc BALEZE qui fait PRESSION, vu que tu ne sens absolument rien (si elle est bien choisie), preuve est qu’elle n’influe pas sur la zone, elle trouve juste sa place.

      Vwala pour la réponse que je peux t’apporter 😉

      Répondre
      1. Magalie

        Re,
        Déjà merci pour ces infos 🙂 En fait j’ai accouché l’été dernier et j’ai terminé la rééducation il y a quelques mois, et ma sage femme m’a justement expliqué que les boules de geisha n’étaient pas vraiment l’idéal pour remuscler tout ça. Du coup je lui passerai bien un coup de fil histoire d’en avoir le coeur net… Même si ce n’est que son avis. Je te tiens au courant !

        Répondre
        1. Mona Auteur

          le problème du milieu médical c’est que t’as pas une personne pour être plus sûre que l’autre dans le domaine gynéco. A toi de voir 🙂

          Répondre
    1. Mona Auteur

      Si tu n’as pas de soucis, alors tu n’as pas forcément de besoin. Encore que même pour les cycles peu affluents il en existe de toutes petites. 🙂

      Répondre
  4. Eithlenn

    merci pour toutes ces infos, je crois que je vais finalement sauter le pas (après les coton nettoyants en bambou super pratiques) !
    je n’utilise plus de tampon depuis des années car je fais des réactions anaphylactiques assez violentes à ces bestioles et du coup je suis grosse consommatrice de serviettes (mes règles durent 5 jours) .
    Finalement, cette petite chose fait du bien non seulement à nos corps mais aussi à l’environnement, et ça, say bieeeeen !!

    Répondre
    1. Mona Auteur

      outch, forcément avec des réactions pareilles du corps, ça n’a pas du être jojo pour trouver une solution dans les premiers temps. Normalement tu devrais trouver ton bonheur 🙂

      Répondre
  5. Elodie

    Ca fait un long moment que j’y pense, mais je supporte tellement pas les tampons que je me suis dit que ça allait être pareil mais je vais essayer et je verrais bien.
    J’en ai un peu marre d’acheter des paquets de serviettes, de tomber en rade ou de les oublier si je vais quelques part ou genre t’es invité mais il y a pas de poubelle dans la salle de bain c’est des arguments de poids qui m’ont décidé à y penser et ton article à fini par vraiment me convaincre :p

    Répondre
    1. Mona Auteur

      si tu ne les supportes pas physiquement, normalement avec la cup ça te fera un bon changement. Après, faut surtout se détendre la première fois, quitte à la mettre en étant sous la douche.

      Répondre
  6. Lo

    2ème cycle avec la Meluna et vraiment … ça change la vie!
    par contre les éponges je trouve pas ça très ragoutant, d’un point de vue extérieur, le silicone me semble plus hygiénique

    Répondre
    1. Mona Auteur

      elles ont aussi un pH stable, mais c’est vrai que vu de loin, ça semble un peu plus nid à microbes. Je n’ai pas cherché comment ils l’entretiennent, vu que je suis une addict de la cup, mais à mon avis ils doivent contourner le problème en a faisant bouillir, tout pareil.

      Répondre
  7. Aya

    J’étais hyper convaincue et j’ai arrêté d’utiliser la mienne ><
    Je vais pas te faire les détails mais elle se positionne mal et impossible de la retirer après… Bref la dernière fois que je l'ai porté, ça m'a refroidit et je suis repassée aux bonnes vieille Natra care. Je suis un peu déçue parce que mine de rien je trouve ça vraiment bien.
    J'ai regardé pour la femmycycle mais je me dis que ça sera le même problème.

    Par contre l'éponge je connaissais pas, je vais regarder mais pour le coup ça m'emballe moins oO

    Répondre
    1. Mona Auteur

      oui l’éponge c’est vraiment en dernier recours, pour celles qui ne supportent rien mais qui en ont BESOIN. Sinon, pour la cup mal positionnée, ça peut être une question de taille, le fait qu’elle soit trop petite l’empêche de bien se mettre par exemple. Ou encore qu’elle n’est pas assez rigide, et sa souplesse lui fait défaut vu qu’elle dépend trop des muscles.
      A voir.

      Répondre
  8. Maureen

    J’aimerais vraiment me lancer et j’ai fais le test : meluna moyenne
    Mais en allant sur leur site y’a différents modèle : sport, tige, boule…. Lequel conseilles tu, et c’est quoi la différence ? 🙂
    Merci pour cet article hilarant et vraiment enrichissant 😉

    Répondre
    1. Mona Auteur

      honnêtement, j’ai fait le test sur le site d’easycup (en lien en bas d’article) et il me conseillait une meluna classic moyenne. Donc j’ai pris ça. Les sports sont plus rigides parce que les sportives sont du genre à avoir des muscles plus développés dans la zone basse du ventre.
      Fais le test, c’est le plus simple 🙂

      Pour la tige ou la boule, j’ai préféré la tige parce qu’au moins elle me servait de guide et je pouvait toujours la couper. La boule, je voyais pas l’intérêt. Ils ont aussi un modèle « basic », donc sans rien au bout, et je me disais que pour commencer, j’allais pas être à l’aise (peur de la perdre du débutant, alors que c’est physiquement impossible :p )

      J’espère que ça t’aide 🙂

      Répondre
  9. Poulpevolant

    Coucou,
    Tu avais écrit un premier article sur ce sujet et tu avais réussi à me convaincre. J’ai essayé pendant 2 cycles mais je n’y arrive pas… En fait je crois que je la positionne mal car j’ai des fuites et quand je sors la cup il n’y a pratiquement rien dedans 🙁 c’est vraiment dommage. Il faudrait que je réessaye mais bon au boulot c’est pas vraiment le moment idéal..

    Répondre
    1. Mona Auteur

      le mieux c’est de réessayer chez toi, au calme 🙂 Pour le positionnement, il faut que tu situes ton col de l’utérus, c’est de là que s’écoulent les règles, donc là qu’il faut viser (désolé, c’est cru, mais c’est la vie). En palpant, ça ressemble à un bout de nez tout mou, il peut bouger en cours de cycle, donc le simple fait de faire un test en palpant tout le pourtout de la cup quand elle est mise permet de savoir si tu as bien visé. Si tu sens que le col est à l’extérieur, c’est foutu, tout sera à côté.
      Avec la pratique, tu sauras qu’il se met toujours à un certain endroit, et tu devras plus faire de l’exploration ^^

      Répondre
  10. Céline

    J’utilise la cup depuis plusieurs années et je te rejoins totalement sur tout ce que tu dis dans ton article, les « sensations » etc…
    Merci pour les découvertes FemmeCycle et Lily cup je ne les connaissais pas et ça m’intrigue!

    Répondre
  11. EveS

    Ehhh ! Je me retrouve tout à fait dans ce que tu dis !
    La cup, c’est le jour et la nuit. Tu redoutes même plus tes règles. Il m’est arrivé en fin de cycle de l’oublier complètement (genre avant d’aller me coucher) et il y a pas eu mort d’homme. Miracle.
    Et en effet, tu peux parler de la cup à pas mal de monde, mais pas de tampon & co. Bizarre.

    Répondre
  12. Ehtiras

    ça fait maintenant 3 ans que j’ai acheté ma cup et……je n’y arrive pas! Je l’ai vraiment vécu comme un échec sur le moment ^^
    A ma décharge je pense souffrir de vaginisme, ceci explique cela. Mais je ne connaissais pas la plupart des alternatives que tu proposes et je vais m’y pencher de ce pas, merci 😉

    Répondre
  13. Sandrine

    J’y suis adepte seulement depuis 1 mois, mais je dois avouer que moi aussi j’ai passé énormément de temps à rechercher toutes les infos possibles avant de me lancer et je ne le regrette pas!!
    J’avoue je me suis un peu entraînée (pour l’insérer) avant d’arriver au jour J mais comme ça je n’étais pas surprise et à part la 1ère journée où j’ai mis un petit protège slip ensuite basta!
    Moi je vous le dis la cup c’est la esay life et ton porte-monnaie ainsi que ton armoire te disent merci!

    Répondre
  14. Marie

    Voilà je viens de commander à cause de toi :p, j’espère ne pas être déçue
    j’avoue que j’ai un peu peur, bon on verra bien 🙂

    Répondre
    1. Mona Auteur

      faut pas avoir peur, t’as tout le temps pour que ça marche, faut pas espérer y arriver dès le premier coup ni le premier cycle (bon moi j’ai eu de la chance d’y arriver quasiment directement).
      Mets-toi à l’aise, et ne te braques surtout pas 😉

      Répondre
  15. barbara

    mdrrrr y’a un ton et un humour dans tes articles que je ne trouve nulle part ailleurs !! et je découvre qu’il y a un desmecht rue de l’Ecuyer, ça alors !! j’ai tellement l’habitude de foncer dans cette rue au radar que je n’ai presque plus besoin d’ouvrir les yeux pour ce faire, peut être je devrais 🙂
    bizzzzz

    Répondre
    1. Mona Auteur

      c’est mon préféré celui rue de l’écuyer, j’ai été qu’une fois à l’autre et ça m’a pas transcendée. OUVRE TES YEUX, OUAIS 😀

      Répondre
  16. Mathilda

    Hello Mona,
    Bon, est-ce que tu es dans ma tête? Je regarde ton premier article sur la cup cette semaine, parce que bon, çà commence à me turlupiner cette histoire et je veux me faire mon avis…. et tu sors le deuxième article le lendemain!
    Merci beaucoup pour les informations que tu donnes et pour ce teste qui m’a permis de choisir! Et puis pour parler de ce domaine qui est tellement refoulé…et qui concerne la moitié de la planète.
    Cup commandée… Malheureusement pas à temps pour pouvoir la tester en pratique, mais je suis contente d’essayer!
    bibi

    Répondre
    1. Mona Auteur

      j’espère vraiment qu’elle te conviendra Mathilda 🙂 De rien pour les infos, je suis contente que ça t’ai aidé dans ton choix !

      Répondre
  17. Lili

    Super article comme toujours, je viens de commander la chose !
    Ton blog est vraiment génial, merci de nous faire rire et de nous apprendre pleins des choses ! 😉

    Répondre
  18. Pastiwi

    Ca fait également plusieurs mois que j’utilise la cup. Par contre, impossible de l’enlever dans les toilettes. Je suis obligée de le faire sous la douche parce que j’en fous partout, même sur les parois. Un vrai carnage. C’est ça d’avoir 2 mains droite (je suis sensé être gauchère, mas je crois que je ne suis ni l’un ni l’autre en fait). Du coup obligée de faire une micro-douche matin et soir, je sais pas si l’argument économique tient pour mon cas. Mais le fait d’être vraiment tranquille, surtout la nuit, ca rattrape cet inconvénient.

    Répondre
    1. Mona Auteur

      je ne sais pas comment tu fais, honnêtement 😀 T’essaierais pas de la retirer trop vite ? Normalement, même en étant tranquillou, assise sur les WC, tu dois pouvoir la retirer sans dommage.
      La manière dont t’en parle, on dirait « le massacre de la foufoune 3 ». En espérant que tu y arrives un jour (plusieurs mois quand même, il est temps QUE TU PROGRESSES 😀 )
      des bisous

      Répondre
  19. Ratachon

    Je n’ai pas encore sauté le pas pour une cup, je reste partagée… Comment vous faites pour vous changer dans les toilettes (genre toilettes publics ou au boulot…) Faut la nettoyer, mais je me sens pas de sortir à moitié à poil pour rincer ma cup alors que n’importe qui peut entrer 🙂 (j’ai vu qu’on pouvait être tranquille jusqu’à 12h avec une cup selon le flux, mais je passe plus de 12h par jour hors de chez moi et donc dans des toilettes… inconnues – ou exposées – dirons-nous). Si quelqu’une m’explique comment elle fait dans ces cas là, ça pourra être ma nouvelle expérience de 2015 😀

    Répondre
    1. Mona Auteur

      coucou ratachoooon, on avait abordé ce « problème » dans l’article précédent : tu vas avec une bouteille d’eau dans les toilettes, tu rinces la cup avec l’eau vite fait, puis tu la remets. Tu risques rien en faisant ça et tu restes dans les toilettes, de quoi ne pas montrer ton fessier à tout tes collègues. 🙂

      Des bisous

      Répondre
      1. Ratachon

        Roo j’ai pas été assidue : je ne me souviens pas de ce détail ! Je vais de ce pas relire les précédents articles. Merci pour ta réponse en tout cas, c’est vrai que ça reste discret et largement jouable avec la bouteille d’eau 🙂
        Des bisous !

        Répondre
  20. carokiwi

    Ah la coupe!
    Je l’utilise depuis 5 ou 6 ans maintenant et elle a changé ma vie durant cette période délicate. J’utilisais des serviettes avant, alors inutile de dire que le confort d’une cup représente un Eldorado que je ne pensais jamais atteindre. Je suis également d’accord côté flux (mais sur les blogs beaucoup de femmes l’ont remarqué aussi) et douleur. Je ne vois que des avantages et n’ai jamais regretté une seule fois d’avoir adopté cette petite merveille 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *