6 juillet 2014

La révolution dans la foufoune avec la cup ou coupe menstruelle

cuuup.jpgJe déteste le mot menstrues.

J’ai l’impression d’être une morue quand elles arrivent, de ne pas pouvoir gérer mon corps, je hurle, je gueule (pourquoi chuchoter ? Vous me faites tous chier !), je pleure pour une mie de pain tombée à terre, personne ne comprend sauf les amies qui baissent les yeux et attendent patiemment que je me reprenne, hormonalement parlant.

 

Je suis un peu un cas particulier parce que j’ai été mise sous pilule pour pouvoir « avoir des « règles » plus régulières » et m’éviter de tomber dans les pommes à chaque cycle.
Problème à moitié résolu vu que j’en étais quand même à rester allongée deux jours de suite à gober des antalgiques et à faire des râles de femme enceinte à chaque contraction.

Grosse dondon dans toute sa splendeur, être une femme c’est aussi souffrir et se sentir misérable, alors que « c’est la nature qui veut ça ».

 

Si ça ne tenait qu’à moi, je vendrais mon utérus à -50% pour m’éviter la bouillotte brûlante sur le bidou, pour ça que j’enchaîne les plaquettes la plupart du temps, mais financièrement et psychiquement, j’ai toujours besoin de faire une pause tous les X temps pour remettre les pendules à l’heure, même si je sais que les règles qui me rendent visite ne sont pas naturelles à proprement parler.

 

La découverte de la cup

J’avais regardé une vidéo de la charmante Kinoko, et je suis restée scotchée du début à la fin.

Je venais de découvrir un monde peuplé de cup et cup addicts, je me demandais comment un engin pareil pouvait entrer dans la foufoune (alors que bon, on te dira que si « la queue d’un homme y entre et la tête d’un gosse en sort, c’est qu’une cup peut y faire son nid »), et qui avait eu l’idée saugrenue de nous faire croire qu’une coupelle nous ferait plus de bien pendant la période rouge qu’un bon vieux tampon.

J’ai passé plus d’une semaine à recueillir des informations sur le sujet, et plus j’avançais, plus je me rendais compte que finalement, la majorité des femmes était passée à côté d’une invention qui avait été créée en même temps que la petite souris blanche (vers 1930!), mais qui avait vite été remisée au profit d’une solution jetable.

 

Le tout jetable, le manque de dignité

En période de règles, les jours les plus lourds étaient jours de fête avec 3 voire 4 tampons super plus utilisés (marque Tampax, avec ses beaux applicateurs), de 2 à 3 serviettes en journées et une extra longue la nuit. Autant vous dire que non seulement, les toilettes sans poubelle me grimpaient sur le haricot, mais que j’en perdais toute ma dignité.

 

Coller et décoller une barque blanche dans le fond de sa culotte (et le bruit qui va avec en dolby surround dans les jocs publics), sentir les ailettes qui jouent à se plaquer sur les cuisses, la macération active dans la zone qui empire d’heure en heure, quand la petite ficelle du tampax avertit qu’il est temps de se rendre en urgence aux toilettes.

Les nuits passées avec l’impression d’avoir un pampers entre les jambes, devoir ressortir sa grosse culotte de Bridget pour ne pas tacher nos plus beaux sous-vêtements. Regarder dans le miroir pour essayer de voir si la marque de mon slip parachute ne se voit pas trop sous un certain angle.

Et marcher, entendre la matière qui fait un concert de bruit plus bas, être dans l’urgence et ne pas avoir pensé à prendre un tampon de rechange, prendre sur soi et en demander un avec un regard de pitié, penser qu’on peut mourir rien qu’en s’insérant un bout de coton dans le vagin.

Tous ces risques.

 

Et à côté de ça, il peut y avoir les douleurs, les nausées, les maux de tête, autant de choses qui ne donnent pas non plus envie de prendre trop de temps pour s’occuper de chutes de niagara qui opèrent en toute impunité dans notre plus profonde intimité (Braaaaah, le monstre rouge !).
On se sent sale et odorante, pas comme la fille hystérique qui fait du parapente avec un sourire jusque-là parce qu’elle porte une serviette Nana ultra-flexible avec coussinets extra-absorbants intégrés et parfum fleur de lilas.

On s’en branle.

Dans la vraie vie, les règles ne sont pas nos amies, ce sont des ingrates.

 

L’éducation anatomique, les protections périodiques

Quand j’étais à l’école, on a très peu vu le chapitre sur les organes sexuels, on s’est plus attardé sur la rencontre spermatozoïde et ovule, plus que sur le (fameux) sujet  de l’anatomie féminine qui pouvait un peu trop faire rougir la prof et l’audience.

Pourquoi se compliquer la chose quand on sait que la plupart des jeunes filles recevront vers leurs 12 ans un pack chez elles et un petit carnet explicatif pour mieux appréhender leurs règles à venir et l’univers des serviettes et autres protections périodiques.

 

En faisant un tour au supermarché il y a quelques jours, je me suis rendue compte de la très grande variété de produits conventionnels, mais aucun endroit où se trouvait une cup, les produits bio/plus cleans étant cruellement évincés au profit des marques comme Always, Alldays, Tampax, Nett, Nana et Vania, les plus gros vendeurs du marché.

 

L’avantage économique mis en avant, mais pas seulement

Les cups sont faites en silicone, latex ou TPE (matériau utilisé pour fabriquer des cathéters), et ont une durée de vie qui peut aller de 5 à 10 ans avec un bon entretien, elles ont donc une fabrication qui émet mais leur longévité les avantage.

Quand on sait que pour une seule période de règle, on peut utiliser de 10 à 40 protections périodiques, on entame un budget qui ne sera jamais amorti (alors qu’avec la cup oui), et on pollue inutilement en utilisant des tampons/hamac de slip à usage unique.

jj.jpg

Le sujet qui fâche est celui de la santé, vu qu’il paraît plus naturel pour la plupart des femmes d’exposer leur chatoune à un produit blanchi avec des substances chimiques (sans compter qu’un tampon peut laisser de fines particules dans le vagin qui est hautement perméable en période de règles, voir une vidéo très intéressante à ce sujet !!!) plutôt que d’y insérer un matériau inoffensif et non propice au développement des bactéries quand utilisé dans des conditions d’hygiène normales.

Il y a quelques mois, j’avais été moi-même confuse de ne pas trouver la mention des ingrédients sur un paquet de serviettes Always que je lisais au toilettes (je fais ce que je veux), alors qu’en soi, je pensais que tout produit sur le marché devait mentionner ses composants.

Il semble que dans cet univers, seul la sphère bio respecte un effort de clarté à l’égard de la consommatrice, le reste du troupeau préférant nous traiter comme des ignares.

 

Certaines utilisatrices parlent d’une diminution d’infections régulières depuis qu’elles utilisent la cup, en mentionnant le plus souvent la cystite (bactérie qui remonte le long de l’urètre) et les mycoses (altération du pH des muqueuses vaginales, donc branle-bas de combat dans ton épicentre, les tampons sont connus pour ne pas être vagino-friendly, absorbant plus que ce qu’ils ne devraient, surtout en tout début et fin de période).

J’y suis moi-même très sujette, et je suppose que les femmes qui sont particulièrement sensible de la vaginette ne gardent pas un souvenir mémorable du retrait de fin de règle d’un tampon qui nous a vidées de toute notre substance en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

Glamour, my dear.

 

Ma première expérience de la cup, le choix, ma révolution 

Le choix est assez incroyable vu qu’il y a plus de trente marques qui commercialisent la cup, chacune ayant des qualités particulières de taille (contenance), de souplesse (facilité d’insertion), et de tonicité (capacité de la cup à reprendre sa forme).

Les plus connues sont la Keeper, la Divacup, la luna, Fleur et ladycup, ainsi que la Mooncup(US ou UK).

Pour faire mon choix, j’ai fait un petit test sur le site d’Easycup, qui est une vraie mine d’or pour trouver les informations pour se rassurer sur le sujet mais également des solutions quand on rencontre des problèmes.

 

Le moteur de recherche m’a sélectionné plusieurs coupes et m’a chanté que la Meluna Classic Moyenne était a priori celle qui devait parfaitement me convenir, compte tenu de mon flux et des autres paramètres.

J’ai quand même encore creusé, en bonne psychopatate qui se respecte, et finalement, j’ai commandé ce modèle en me disant que je ne me ruinais pas, la marque allemande faisant partie des plus abordables dans le domaine des cups (compter de 15 à 30 euros en moyenne) et ayant une très bonne réputation.

Leurs coupes sont garanties sans latex, sans bisphenol A, sans phtalate et sans alkylphénol.

 

L’essai à blanc

Certains témoignages parlaient d’un essai un peu avant la période de règle pour pouvoir mieux appréhender la bête.

Honnêtement, je vous le déconseille : j’ai essayé la cup quelques jours avant, et même si l’insertion s’est faite sans trop de difficultés, le retrait était une autre paire de manche. Je me tordais dans tous les sens, impossible d’atteindre la petite tige pour au moins me guider. Après 30 minutes d’effort j’ai enfin fini par l’enlever en espérant que le jour J ne soit pas un un trifouillage sanguinaire interminable.

 

Jour J

Je suis presque contente que ce soit le début des ragnagnas #grosseMaladoufInside. Je choisis toujours le même pliage, le punch down (le C fold est plus courant et il y a au moins 3 autres possibilités), et je positionne bien un des trous de la Meluna dans le pli pour qu’elle s’ouvre plus facilement une fois en place.

cup.jpg

En l’insérant, je ne la lâche qu’une fois qu’elle est complètement rentrée, et elle se déploie d’elle-même (honnêtement, je ne sens rien). Une fois bien mise, elle va prendre la position qu’elle veut, donc il est possible qu’elle remonte un peu plus haut que là où vous l’aviez placée.
Je la change à midi puis le soir avant le dodo, et les premiers retraits sont difficiles parce que je ne pige pas cette histoire de « déventousage ». En fait il s’agit simplement de pincer la cup à la base et elle vient toute seule, je n’avais juste pas le bon coup de main.

A propos des trous : ils servent à maintenir une pression constante dans la coupe. Quand du sang arrive, il faut que de l’air sorte de la cup pour laisser la place nécessaire au flux. Si les trous se bouchent, il y a fuite, l’air cherchant un moyen ou un autre pour sortir, il faut donc veiller à ce que les trous soient toujours bien nettoyés et ouverts.

 

Les jours suivants

Je n’ai eu un mal de chien au ventre que la première journée, les jours suivants se sont passés sans antidouleurs, je ne sais pas s’il s’agit d’une coïncidence, on verra par la suite, mais pour moi ce fut une vraie réussite.

Je commence à prendre le coup de main pour vérifier qu’elle est bien insérée : il faut faire le tour de la cup avec son doigt pour être sûre que le col de l’utérus ne se trouve pas à côté du goal (au toucher, il ressemble au bout d’un nez), mais même sans vérifier, je sais qu’elle est bien placée vu que dans les minutes qui suivent je n’ai pas de fuite.

Fait important : contrairement au tampon, il n’y a pas de perte entre les « changes », ce qui m’a perturbée au départ, mais ajoute encore plus au sentiment de liberté.

 

La coupe Meluna étant assez souple, elle a tendance à devenir ovale sous la pression des muscles, mais si cela arrive, pas de panique, ça n’altère en rien son efficacité.

J’ai passé des nuits ultra-mega-plouf sereines dans mes sous-vêtements favoris à dormir comme un parallélépipède qui s’assume et elle m’a permis de promener mon chien au réveil avant de penser à la vider, un bonheur (tu la connaissais toi aussi la course du matin entre ton lit et la toilette parce que la position debout ramène tout à la verticale ? Ici, c’est fini !).

 

Mon coup de coeur, des conseils de newbie    

Je suis très déçue de ne pas avoir connu la cup avant, ayant eu mes règles à 13 ans, je n’ai même pas cherché à savoir s’il existait d’autres moyens pour me protéger, vu qu’à la télé il n’y avait de place que pour des tampons et des serviettes classiques.

Je me sens donc un peu trahie par certaines marques et les discours généraux dans les salles de classe, mais SOIT.

coupe-menstruelle-anneau-bleue-paillette-par-meluna-1
Une petite liste de considérations en vrac

  • vu qu’elle est placée plus bas qu’un tampon, elle ne se fait pas sentir (hé oui, il ne faut pas la placer tout au fond du vagin, elle trouvera sa place toute seule)
  • il existe toutes sortes de tailles, donc pas d’excuse, il y a forcément un modèle qui existe pour vous (vous pouvez vous faire une idée de la taille qui convient en longueur en tâtant le terrain et mesurant votre doigt, une cup trop grande pouvant se faire sentir ou être désagréable au port)
  • OUI il faut être très à l’aise avec son corps, et ne pas craindre de chipoter sa Nanatomie, il n’y a que comme ça qu’on y arrivera. On prend également son temps les premières fois, une cup ne se perd pas dans l’organisme, c’est physiquement  impossible, vous la récupérerez une fois en condition optimale (accroupie en poussant un peu, une jambe sur les wc, à vous de voir)
  • elle tient toute une journée sans problèmes et on se rend souvent compte qu’on perd moins de sang que ce que l’on croit (oui oui, il ne s’agit pas d’une vidange de trois litres sanguinolents par cycle)
  • elle peut se mettre le jour même des règles, sans que les pertes soient déjà en route, et peut se garder jusqu’à la toute fin des règles (qu’on me comprenne bien : faut toujours la changer tous les MAXIMUM 12h, moins c’est top, plus c’est trop)
  • NON la cup n’est pas sale, le sang non plus (couleur pur rubis), elle se nettoie à l’eau froide à chaque fois qu’on la vide (l’eau chaude cuit le liquide et peut faire ressortir des odeurs à l’air libre) et se stérilise entre chaque période
  • Elle permet aux parois vaginales de rester les plus naturelles possibles, sans altérer la flore interne, donc exit la sécheresse !
  • on peut enfin brûler nos culottes extra-larges
  • pas de contre-indication pour la piscine/le bain/jacuzzi ni pour le sport
  • il y a des cups adaptées aux filles allergiques au silicone ou au latex
  • on peut couper la tige qui sert uniquement de guide pour retrouver la cup après quelques heures, mais si elle ne vous  gêne pas, gardez-la (personnellement je ne la sens pas, contrairement au fil d’un tampon qui me cisaillait gentiment l’entre-jambe). On ne tire jamais sur la tige, elle ne sert pas au retrait, contrairement à la ficelle d’un tampon
  • le syndrome du choc toxique -SCT- est du à une bactérie qui va se développer dans le vagin et produire des toxines qui s’introduiront dans la circulation sanguine par le biais de micro-coupures (les tampons sont les champions pour favoriser le phénomène). Sachant qu’une cup ne crée pas de milieu favorable à cette bactérie, elle réduit considérablement les « chances » de développer cette maladie
  • en moyenne vous mettrez entre 3 et 6 cycles pour amortir le prix de votre coupe
  • vous ne schnouffez plus de la chatoune (quand il n’y a pas d’oxydation, il n’y a pas d’odeur !)
  • pour éviter les débordements, changez-la plus souvent, les premiers retraits ne doivent pas se passer dans un bain de sang, je n’ai jamais eu les doigts recouverts et dégoulinants, tout était dans la cup
  • en moyenne, une cup récupère bien plus de liquide qu’un tampon ou une serviette
  • une cup peut se vider n’importe où (une bouteille d’eau dans une toilette sans lavabo, et le tour est joué), contrairement à un tampon qui ne peut se jeter partout
  • généralement fournie avec un petit pochon, elle est plus pratique à prendre en voyage
  • aucun problème pour aller aux toilettes avec (que ça soit pour la grande ou petite commission), pas de fil qui pendouille dans ce qui mouille
  • vu le choix de couleur de certaines marques, vous pouvez rendre ce moment girly à souhait (si si !), donc faites vous plaisir (y en a même une bleue à paillettes chez Meluna, je vous dit pas l’effet « discothèque dans ta chatoune party »
  • attention aux ongles, ils peuvent abîmer la cup comme votre intérieur douillet, donc on se coupe les griffes et on veille également à très bien se laver les mains avant de vouloir retirer ou mettre la cup

 

Même si mon avis est vraiment positif sur ce bidule, il est nécessaire que je vous dise que NON, normalement ça ne prend pas un seul cycle pour arriver à bien s’y prendre.

Peut-être que j’ai eu une chance de débutant de dingue, ou que je me connaissais très bien, mais je n’ai connu qu’une mini-fuite un jour où les caillots étaient plus important et ont bouché les trous, j’ai alors senti comme des « bulles », et j’ai directement été la vider.

Il faut donc être patiente (ce qui n’est pas le cas de tout le monde) et apprendre à se familiariser avec son corps, car  la cup ne se colle pas dans le fond de la culotte ni ne s’insère avec un applicateur, les règles façon éco-bobo demandent un peu d’expérience et de savoir-faire.

 

Je terminerais (oui je vous ai tué avec mon article) en disant que je trouve la coupe menstruelle révolutionnaire, même si elle existe depuis plus de 80 ans et que je suis contente que de plus en plus de filles en parlent et permettent à d’autres (comme moi) de découvrir un pan inconnu de l’hygiène foufounale.

Il n’est pas normal qu’après autant d’années, le tampon jetable soit le roi de la danse alors qu’il engendre des problèmes sanitaires plus ou moins graves et une pollution conséquente, et que les rayons ne soient pas encore assez peuplés d’alternatives au moins plus respectueuses comme les protections certifiées bio.

 

Maintenant, mes règles se feront avec la cup parce que je le vaux bien et on se retrouvera dans quelques mois pour un bilan plus précis et plus complet sur l’entretien.

Depuis que je l’ai découverte, je regarde les publicités pour Tampax avec un regard qui en dit long, où se mêle dégoût, pitié et gros rire cynique sans retenue.

 

J’aimerais vraiment que cet article amorce un changement dans vos culottes (houhou la rigolote), bien sûr vous faites comme vous voulez, votre moule dorée, votre propriété, mais la cup, c’est la liberté dans une coupelle mamzelle.
Avec ça, tu peux même monter à dos de poney, avoue c’est chouette.

 

Des liens des liens des liens 

Easycup
Meluna
« Dur à avaler » sur la cup
Consoglobe sur les protections jetables

 

Des bézouzes les Caribous !
Commandée sur Sebio pour la Belgique (17.90  FDpcompris)
Disponible sur la ferme des peupliers pour la France (pas de livraison Belge, mais plus de choix !)
Le site de Meluna livre internationalement (et offre souvent une deuxième coupe à ses clients)

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

65 réponses à “La révolution dans la foufoune avec la cup ou coupe menstruelle

  1. Hannao

    Je suis daccord avec toi sur le (« je me sens un peu trahie ») c’est bien domage que cette protection ne soit pas plus connue (et pourtant 80 ans quoi!!!). Surtout qu’on on voit le prix des protection en cotton bio et les potentiels gènes pour les femmes à la flore sensible…

    Perso je ne supportais pas les tampons (ça appuyait à un endroit pas très agréable)… Même si je galère bien plus que toi à retirer ma cup je ne suis pas prête de l’abandonner). Après j’ai de l’espoir que ça s’améliore je n’ai passé que 3 cycles avec ^^.

    Sur ce commentaire glamour, bonne journée.
    Et merci d’avoir partager ton expérience sur la cup :)!
    Hannao

    Répondre
  2. Victoria

    Testée et approuvée depuis trois cycles 😀 évidemment j’ai aussi craqué pour la Meluna bleue à paillettes.. on devient un peu dingue au début d’ailleurs, en mode « barbie mania » à vouloir toutes les couleurs et la plus mignonne possible.. 😉 je lui ai cousu un petit sac de transport rose avec des coeurs rouges haha.. On a beau chaque fois dire « c’est pas glam », ça reste quand même mille fois plus cute que le gros paquet mauve de la serviette maxi.. C’est cool de lire de plus en plus d’articles à son sujet! Merci 😀

    Répondre
  3. Rose

    Hello!
    Super article effectivement! J’en avais déjà entendu parlé mais ton article vient de me convaincre! J’ai par contre une question (à toi et aux autres lectrices utilisatrices): comment faites-vous pour stériliser votre cup? Je vois que le site français propose des accessoires, mais ne peut-on pas simplement plonger la cup dans de l’eau bouillante (comme je le fais pour mes boîtes à lentilles!.. Quoi, le parallèle n’est pas des plus appropriés? :p)? Ou l’eau bouillante est-elle déconseillée avec ce genre de produits? Merci d’avance!

    Répondre
    1. Mona Auteur

      non non, les matériaux (à moins que la marque le contre-indique spécifiquement) peuvent se stériliser dans de l’eau bouillante, c’est ce que je fais pour stériliser la mienne 🙂

      Répondre
  4. So

    Ton article est juste génial ^^ Voilà un bout de temps maintenant que j’hésite à en prendre une, j’étais à deux doigts de commander quand je me suis dit que j’allais poser la question à un médecin pour avoir un avis « pro ». Elle m’a en gros dit « oui pourquoi pas mais les problèmes sont les mêmes qu’avec un tampon, ça peut assécher, être douloureux au retrait, n’évite pas les mycoses etc… » donc bon ça m’a refroidie et j’ai laissé tombé. Ton article relance l’idée dans ma p’tite tête du coup (et la couche que je viens d’enlever en me levant aussi, j’avoue ^^)

    Répondre
  5. Lulu

    T’as vachement bien décrit tout ça, Mona. Dans mes pires moments, je cumulais serviettes de type ‘nuit’ et tampon pour éviter les accidents, et là, encore, je n’étais pas tranquille… Le bruit qu’on peut faire en marchant, l’urgence de se changer, en pleine réunion, quand on sent l’inondation arrivée… Mais quel enfer.
    Et tout ça parce qu’Eve aurait conseillé à Adam de bouffer d’la pomme ?!
    J’ai le bonheur de ne plus être concernée (merci les pertes de poids… pas très naturel, mais j’m’en fous).
    Sinon, j’aurais tenté le coup.

    Répondre
  6. Délia

    Et ben pour le coup entre deux retraits j’ai des fuites, donc j’suis obligée de porter des protections légères parce que sinon j’défonce mes beaux sous vêtements!
    Je suis passée récemment aussi à la cup et j’ai bien du mal à comprendre que l’industrie du tampon soit la reine quand on voit comme elle est nocive pour tout.
    Chouette Ôde à la cup, je trouve que c’est bien de traiter ce sujet comme il se doit : un peu objectivement, avec les détails réalistes. Après tout on a toutes le droit de savoir ce qui fâche!
    Des bisous et vive la cup! 🙂

    Répondre
  7. Leo

    Ça fait plusieurs moi que je me pose la question mais j’hésite pour 2 raisons :
    _ Je suis passée au stérilet depuis plusieurs mois, et j’ai peur qu’avec les effets de pression je fasse une conner ie et arrive à le retirer toute seule… (Ouais c’est peu probable mais faisant partie de la team grosse boulette, j’en suis capable)
    _ Pendant l’année, je passe la majeure partie de mon temps à la bibliothèque, je fais du 10h/22h et les toilettes n’ont pas de lavabo propre à chaque siège, et je me vois très mal aller la rincer devant mes congénères rats de bibliothèque… Tu dis qu’on peut la vider dans les toilettes, mais il faut la rincer aussi après ?
    En tout cas très bon article et très complet, bravo parce que ce n’est pas forcément un sujet facile.

    Répondre
    1. Mona Auteur

      Coucou, pour le stérilet, normalement pas de contre-indication, il suffit soit :
      – de demander à la gynéco d’un peu couper les fils pour qu’ils ne fassent pas joujou avec la cup
      – soit de ne pas y aller à la barbare au moment du retrait.

      La cup fonctionne avec un système de pression-dépression, pour l’enlever, il ne faut pas la tirer, mais bien appuyé sur le bas pour faire un appel d’air qui va lui permettre de ne plus tenir sur les parois du vagin. A partir de là, la retirer est un jeu d’enfant.

      Aussi, comme c’est positionné plus bas qu’un tampon, normalement il ne devrait pas y avoir de soucis !

      Pour le côté toilettes sans lavabo, la petite bouteille d’eau est ce qu’il y a de mieux : tu la rinces vite fait dans les WC et la remet, easy game 🙂

      Répondre
    2. Lilly Turtle

      Salut ! En relisant l’article de Mona, je tombe sur ton commentaire… Alors je me permets de répondre (je sais si quelqu’un l’avait déjà fait plus bas, mais bon…)
      J’ai un stérilet et je suis passée à la cup. J’ai passé plusieurs mois sans aucune soucis. Et un jour, j’ai eu un flux hyper abondant (plus que d’habitude) + je m’étais tordue la cheville donc je m’installais pas bien + les fils de mon stérilet étaient très longs = mon stérilet est « tombé ». C’est très, très bizarre comme sensation, mais c’est vraiment un cumul qui peut le faire tomber, normalement. Sinon, si ça t’arrive tu peux toujours en parler avec ta sage femme/gynéco : il existe au moins une autre forme de stérilet. Ou peut-être que tes fils étaient trop long. Enfin, voilà =)
      Pour ce qui est de la vider, oui, il faut rincer. Mais certaines font avec une bouteille d’eau dans les toilettes. Perso, je m’enferme dans les toilettes handicapées, souvent elles sont des lavabos, c’est plus pratique pour ça (oui, je sais, c’est fait pour ça à la base, mais bon ! Je fais vite…) Le hic quand on vide dans les WC, c’est que le sang stagne au fond c’est carrément grillé v_v
      Voilà !
      Après, malgré le fait que ma cup soit tombée une fois, je ne changerais pas ! J’avais des cystites à répétition, je n’en ai plus, j’étais mal à l’aise, gênée par les serviette/tampons, là je suis bien. Pas d’irritation du tout, c’est génial ! Les douleurs sont toujours là, mais la liberté de ne plus avoir à stresser de la protection c’est juste impossible de passer à côté !

      Répondre
  8. Le soin, le soin, le soin!

    J’ai adoré cet article, qui ne décrit que trop bien – hélas! – ces quelques jours de désolation et de souffrance.. Quelques fois on se sent seule et seuls les girls talks (Dieu les bénisses marf) nous rassurent: oui, c’est normal, les autres filles aussi.
    Merci pour ta générosité 🙂

    Répondre
  9. Emilie

    Presque un an que je me renseigne la dessus. Je crois que ton article va encore peser dans la balance… J’ai de petites règles, mais très sensible, je dois donc utiliser depuis quelques années des tampons de pharmacie a 11€ les vingt. Cette cup, éthique, me tente donc énormément mais j’ai toujours peur de me lancer…

    Répondre
  10. Marie

    Merci beaucoup pour cet article ! Tu expliques tellement bien les choses que ça me donne envie de me pencher plus sur le sujet 🙂
    C’est vraiment dommage qu’on ne parle pas assez de cette petite cup et qu’on ne nous dirige pas dès le départ vers elle. Je commence un peu à saturer avec les tampons, j’ai l’impression d’avoir plus mal au ventre quand j’en utilise et mine de rien, ça a beau être petit et ne prendre pas de place dans le sac à main, c’est assez contraignant…

    Moi aussi je veux connaître cette petite révolution et ça ne risque pas de tarder avant que je m’y mette !! 🙂

    Des bisous !

    Répondre
  11. Délia

    Merci pour cet article je viens de commander la mienne
    A voir aussi l’article de consoblog sur les protections jetables… et je ne sais plus si c’est cet article qui révèle que des fibres de tampons on été retrouvées jusque dans les ovaires de femmes steriles

    Répondre
  12. Leabea

    Leo (8) j’ai les mêmes doutes que toi concernant l’usage de la cup avec le stérilet, d’autant plus qu’avec le stérilet les règles sont beaucoup plus abondantes. J’ai quand même acquis une cup que j’ai déjà utilisée 4 fois pour des occasions où elle m’a sauvée la vie, du genre longue journée au lac, à la mer ou rando, quand ya pas de toilettes on fait pipi derrière un arbre, ça ok, mais changer son tampon derrière un arbre avec les mains sales, no way! Pour ces 4 fois où je l’ai utilisée j’ai pas eu de souci, il faut la retirer délicatement en commençant par glisser le doigt sur le côté de la cup pour faire entrer de l’air et dé-ventouser, en prenant bien son temps. Surtout pas tirer avant le « déventousage » sinon c’est là que ça pourrait « pomper » le stérilet j’imagine.
    J’ai cherché sur des forums et sites dédiés à la cup des recommandations et témoignages sur cup + stérilet et le seul que j’ai trouvé c’était une fille qui avait retrouvé son stérilet dans sa cup en l’enlevant sans avoir rien senti (ce qui me paraît très bizarre vu la douleur lors de la pose du stérilet). C’est à cause de ça que je n’ose pas utiliser tout le temps la cup et que je ne l’ai fait que pour des situations où je n’aurais pas pu faire autrement, mais j’ai un rendez-vous chez le gynéco mercredi où j’en profiterai pour lui demander son avis, je reviendrais partager sa réponse en espérant très fort qu’il n’y a pas de contre-indication.
    PS: pour ton souci de toilettes sans lavabo et longues journées, tu peux garder la cup 12h ou bien la vider une fois en milieu de journée, tu te laves bien les mains avant et tu prends une petite bouteille d’eau pour rincer la cup au dessus des toilettes et tu la replaces sans problème.

    Désolée pour le roman…

    Répondre
  13. Séverine

    Quel superbe article! Ta plume est décidément très fleurie, comme je les aime 😉

    J’ai toujours eu des règles extrêmement abondante et douloureuses, et après près de 21 ans à me battre avec des serviettes, mon copain (!!!), bien informé et soucieux de l’environnement et de ma santé, m’a fait part de sa découverte de la cup. Un test sur EasyCup et un achat de FleurCup plus tard: la sérénité, un vrai bonheur. Je ne sais pas si c’est l’absence de stress, mais mes règles sont bien moins douloureuses, bien plus faciles à gérer et me paraissent franchement moins dégueulasses. Le pied!

    Je conseille maintenant toutes les filles que je croise de tenter la cup, on devrait me payer…

    Répondre
  14. So

    Oh oui tu me rassures ! Elle ne devait pas trop savoir de quoi elle parlait en fait.. Merci pour toutes ces précisions ! Je pense que je vais finir mes paquets de tampons (quand même ^^) et passer à la cup ^^ (Et puis merci pour le ton naturel que tu emploies dans ton article. Il y a encore tellement de femmes qui se retrouvent gênées dès qu’on parle de règles ou d’anatomie féminine… je suis contente de voir que ce n’est pas le cas de tout le monde et que je ne suis pas la seule à en parler normalement ^^)

    Répondre
  15. CaroKiwi

    Mille fois oui!
    Je l’utilise depuis 5 ans et ça a juste CHANGE MA VIE pendant cette période ô combien glamour! Un confort incroyable, environment friendly, ça a vraiment tout changé pour moi!
    J’en parle beaucoup autour de moi, il y a des personnes réceptives, d’autres moins voire pas du tout mais dans tous les cas c’est vraiment trop intime pour impliquer autre chose qu’une décision personnelle.

    Répondre
  16. Sixtine

    Et bien WAW, tu m’as convaincue !
    Et qu’est ce que je me suis reconnue dans ton article, je vois qu’on a exactement les mêmes problèmes ! Moi qui me prenait parfois pour une folle ou une compliquée, je vois que je ne suis pas la seule !
    Bon, je vais chercher le modèle qui me conviendra le mieux !
    j’ai également vu qu’ils en vendaient chez Di, c’est une bonne idée !
    Merci pour ton article sur intéressant et utile !

    Répondre
  17. natpiment

    j’utilise une meluna blue depuis 1 an à peu près , et je pense que cet idéal !
    je la déconseille cependant pour la piscine : la mienne s’est remplie d’eau et indondation ensuite ….

    Répondre
  18. Alice

    Génial Mona, merci beaucoup pour cet article qui est le meilleur que j’ai lu à ce sujet! Je me tâtait à sauter le pas mais tu as répondu à mes questions (genre au travail ça se passe comment?)

    Y’a plus qu’à choisir la cup 🙂

    La bise

    Répondre
  19. LillyTurtle

    J’avais déjà entendu parlé de la cup, mais de lire ton article, ça aide à convaincre (peut-être aussi parce que je te suis avec assiduité depuis un bon moment et que je commence à connaitre la véracité de tes avis ^^)
    Je me pose des questions surement bateau du genre « vu que certaines femmes ont parfois des fuites le ou les jours de fortes affluences d’Anglais sur le flanc sud, est-ce nécessaire de quand même avoir une serviette ces jours-là au cas où ? »… Je ne sais pas si toi tu auras une réponse, je vais aller glaner des infos de ci de là en tout cas.
    Merci Mona, pour ton article =)

    Répondre
    1. Mona Auteur

      Dans un premier temps, la serviette peut rassurer, le temps qu’on s’habitue à connaître ses cycles, ou si on ne gère pas encore bien le placement de la cup. Mais dans ce cas, je te conseille plutôt des protège-slips fins, et de préférence bio. Natracare fait de très bons produits dispos en biocoop 🙂

      Répondre
  20. poulpevolant

    Tu écris biennnn, c’est agréable à lire.
    Bon ben moi c’est pareil que les autres filles, j’hésite depuis longtemps, j’ai laissé tomber par flemme mais là tu m’as convaincue à franchir le pas… ohlalaaaaj’aipeurr

    Merci beaucoup pour l’article!

    Répondre
  21. Marjorie | AllMyGeekeries

    Je me retrouve dans le début de ton article; j’ai du prendre la pilule pour réguler des règles très (trop) abondantes, pour calmer la douleur et stopper les baisses tension. Mon hormones n’étaient pas tendre avec moi, entre ça et les sautes d’humeur. Sans parler des galères des toilettes sans poubelles, de s’assurer qu’on ne distingue pas la marque de la serviette à travers un pantalon un peu serré.. bref ! ^^

    J’ai déjà entendu parlé ci et là de la cup, ça a l’air révolutionnaire comme méthode, mais je n’ose pas me lancer maintenant, peut-être plus tard, qui sait ? ^^

    En tout cas ton article est très intéressant et c’est surtout super que tu parles de ce sujet très aisément dans ton article, beaucoup ont tendance a être timide alors que pourtant on passe connait toutes ces galères !^^

    Bises,
    Marjorie

    Répondre
  22. Hillswick

    Bel article !!
    Je suis moi aussi une convaincue ! Depuis que j’ai testé la cup il y a 9 mois, je n’ai plus jamais utilisé de tampons ou serviettes !!

    Répondre
  23. pauline

    Très bien cet article, j’ai également découvert la cup et l’utilise depuis quelques mois. Ton article me donne l’impression que je suis bonne pour refaire le mie! Il est très riche et donne beaucoup d’informations pertinentes!
    Merci à toi de promouvoir ce petit truc en silicone!!

    Répondre
  24. Clémence

    J’ai changé mes tampons contre ma Mooncup il y a cinq mois. Marre de me transformer en pharmacie ambulante, de déforester l’Amazonie à chaque cycle, marre de donner plein de sous à des marques qui font des pubs nulles en prenant les femmes pour des débiles, marre de me promener avec la ficelle de la joie entre les jambes à la douche après le yoga, de la poubelle de la salle de bains qui prend des odeurs de décharge publique, des grimaces de dégoût de Monsieur…

    Voilà. Maintenant? Parfois pas facile les jours de flux très abondant, parfois pas facile de reprendre le coup de main les premiers jours, d’aller aux toilettes du bureau avec une bouteille d’eau pour rincer l’engin à l’heure de la vidange du midi, mais aucun regret. VRAIMENT aucun regret.

    Répondre
  25. Jibekjolu

    Article super complet donc mon commentaire ne va pas apporter grand chose de plus 🙂 Ca fait plus de 6 ans que je suis passée à la cup, sans aucun regret. Je partage tout ce que tu as dit concernant le confort d’utilisation. Je la mets le matin et oublie complètement que j’ai mes règles jusqu’au soir. Je la porte à la piscine, pour le sport, tout le temps. J’étais sujette aux mycoses avec les tampons, qui m’asséchaient et m’irritaient la peau. Depuis : plus rien.

    Certain(e)s voient la cup comme une dictature écolo-bobo qui constitue un retour en arrière car crée une contrainte pour les femmes (tu peux lire ce genre de discours dans des magazines féminins ou sur internet). C’est le même type d’arguments qu’on oppose aux couches lavables (« au nom du développement durable, on impose aux femmes de faire 2 fois plus de lessives, de porter des cups dégueu, etc. »). Je ne suis pas DU TOUT d’accord : je trouve au contraire la cup plus confortable, moins contraignante, meilleur à la santé… La liberté !

    Je partage également ce que tu dis à la fin de l’article : on touche à un sujet intime, chacun sa vie, chacun ses règles, chacun ses protections ^^ Et certes, la cup nécessite de se sentir à l’aise avec son corps (ce qui cependant est pour moi un truc hyper important – chaque nana devrait pouvoir toucher son entrejambe sans dégoût ou honte). Mais après toutes ces années de pratique, je ne vois aucun contre-argument à la cup. Il faudrait vraiment me payer cher pour repasser aux tampons 🙂

    Répondre
  26. Pauline

    Les règles, ça ne me fait ni chaud ni froid… Je m’en moque, ça dure 3jours à peine chez moi, une boîte de tampons me fait 6mois, je ne souffre pas,… Bref le top ! D’autant plus que ma pilule me stoppe les règles ! Oui mais voilà depuis que j’ai accouché il y a quelques jours, j’ai pris consciençe que la pilule et moi ce n’était plus possible entre nous ! Basta les années pilule. Le stérilet me fait les yeux doux. Qui dit plus de pilule dit réapparition des règles alors en attendant le stérilet une petite cup me dirait bien !!! Mais je vais surtout faire lire ton post à ma petite sœur, qui elle souffre chaque mois et utilise au bas mot 4 boîtes de tampons et 2 paquets de serviettes hygiéniques le tout agrémenté de culottes parachutes ascensionnels !!!!

    Répondre
  27. arashidream95

    Au vu de la photo, je me suis demandée ce que c’était « ce truc »… mais après t’avoir lu je me suis dit:
    – « Mais c’est moi tout ça, c’est ce que je vis à chaque fois ! »
    D’ailleurs, je n’ai pas arrêté de sourire en lisant l’article et d’ hocher la tête pour confirmer.
    Je vais de ce pas tenter le coup pour la cup… et j’espère dire bye-bye aux tampons.
    Merci pour cette découverte et pour l’article !!

    Répondre
  28. Caroline

    J ai fini ton article sans vomir 😀 ce qui est plutot bon signe !! Hahahaha

    Ca me tente bien, ma seule contrainte c est au boulot… Lavabo commun… » Bonjoir bernard, tu vois je lave ma coupe penard!! Hahaha »

    Mais la petite bouteille d eau c est une bonne idee!!!

    Et pour la plage? Le barbotage dans l eau? Pas de fuite?
    Je suis une runneuse, pas de risque de la perde?

    Je vais aller zieuter de plus pres les forums qui sont consacres a cette fameuse coupette a ragnouf!

    Répondre
    1. Mona Auteur

      Si tu es runneuse, normalement tu es assez musclée, donc pas de risques de la perdre, c’est quasiment impossible. Pour la baignade, j’ai déjà lu des témoignages qui disaient qu’il n’y avait aucun souci. Vwalou 🙂

      Répondre
  29. DameLimace

    Ca donne carrément envie d’essayer ton article….J’ai déjà lu pas mal d’articles, de retours d’expériences sur la cup sans avoir le « courage » de me lancer…Là, depuis plus d’un an, j’utilise des serviettes lavables. Bah ça change déjà drôlement la vie et quelles économies aussi ! Bref, je me tâte encore pour la cup, mais je sens que je ne vais pas tarder à sauter le pas 😉
    Merci pour ton article, rigolo, instructif 😉

    Répondre
  30. Jenny128

    Merci pour ton article, ça change la vie ces ptites choses hein?
    J’aurais bien aimé avoir connu ça bien plus tôt…
    Le magasine Biomood (paix à son âme) avait publié un article très complet sur les différentes solutions à disposition. Je ne te raconte même pas les composants des tampons et serviettes hygiéniques… Je ne me souviens plus des détails mais les infections de certaines ne pas étonnantes…

    Répondre
  31. cath

    Très chouette article, tu ne me convaincs pas car je l’étais déjà! mais c’est bien d’en parler, que d’autres filles découvrent que les cups n’ont que des avantages.
    Moi ce que je préfère c’est que je me sens beaucoup plus propre dans ces jours là, je peux même dormir en petite robe de nuit sans aucune crainte.
    Bref, que du bonheur.
    Et j’ai trouvé la mienne dans un magasin bio.

    Répondre
  32. onestlaa

    (tu la connaissais toi aussi la course du matin entre ton lit et la toilette parce que la position debout ramène tout à la verticale ? Ici, c’est fini !)
    tu m’as tuée :p cette course moi je l’a pratique plusieurs fois par jour :3
    j’ai une question bête, la coupe ne peut pas être utilisée par les personnes qui sont vierges ?

    Répondre
    1. Mona Auteur

      si si, il n’y a pas de problèmes, à part d’éthique on va dire. Certaines marques créent spécialement des cup pour les filles qui n’ont jamais eu de rapports.

      Répondre
  33. Virginie

    Depuis que je l’ai autant te dire que ça a changé ma vie
    Je vais de ce pas envoyer le lien de ton article a une amie hésitante
    Je pense qu’elle serait ravie de te lire
    Cet article est tellement complet et précis, j’adore quand les gens savent de quoi ils parlent : tu es un bonheur

    Répondre
  34. Cecile dans les nuages

    Bon, pour la cup, je suis déjà convaincue et fan !
    Mais si je laisse ce petit com c’est surtout parce que tu parles des fraises (oui, c’est comme ça que je dis, ahem) avec tant de liberté et de légèreté 🙂
    Du coup, je voudrais partager avec toi ces deux vidéos (pubs bouh mais tant pis) qui abordent le sujet des règles avec – je trouve – beaucoup d’humour et surtout aucun liquide bleu dans la culotte à l’horizon! Tu me diras si ahahah ou pas 🙂
    https://www.youtube.com/watch?v=0XnzfRqkRxU&list=FL-OsopBDsnHhIrgv2LGcgKw&index=4
    et puis
    https://www.youtube.com/watch?v=NEcZmT0fiNM&list=FL-OsopBDsnHhIrgv2LGcgKw&index=3
    Belle soirée!

    Répondre
  35. Imy

    Bonjour Mona et merci pour cet article. Cela fait des mois que j’hésite à me lancer. Très sensible de la « foufoune » (glamour, glamour) j’ai beaucoup de difficultés avec les tampons et trouve les serviettes non hygiéniques.
    S’habitue-t-on rapidement à la cup? J’ai une trouille monstre de mal l’insérer et surtout de ne pas réussir à la sortir.

    Répondre
    1. Mona Auteur

      faudrait déjà que tu te détendes AVANT l’achat ! 😀 Sinon, non, tu vas jamais y arriver, il s’agit de ne pas en faire tout un plat, de bien connaître son corps, et puis ça « passe tout seul », si je puis dire. 🙂

      Répondre
  36. Aurélie

    Coucou, je profite de mon commentaire pour dire que j’adore vraiement ton blog, ton écriture et les sujets abordés 😉
    j’en viens à ma question : j’ai acheté la petite bête mais je ne me suis pas encore lancée ^^ et un problème me turlupine…. Quand on est allongée, la cup se déverse dans nous dans l’autre sens pour ensuite redescendre quand on se lève? (je ne sais pas si je suis très claire…).
    J’ai un peu cherché chez mon ami google, je ne sais pas si je suis la seule folle à me poser la question mais je trouve pas bien…
    Merci de vos retours les filles !
    Auré

    Répondre
    1. Mona Auteur

      de toute façon, ça ne remontra pas jusqu’à ton utérus, ça c’est certain, donc ça reste dans la zone basse du vagin, là où la cup se trouve plus ou moins. 😉

      Répondre
  37. Jane

    Mille mercis Mona! Je ne lis ton article qu’aujourd’hui mais il n’y a pas de date limite pour commenter n’est ce pas? Cet article m’a tellement convaincu que j’ai commandé une cup dans la foulée, c’est dire! Pourtant je me souviens qu’une tante baba cool de ma meilleure amie nous en avait vanté les mérites une dizaine d’annees plus tôt, et qu’on avait pouffé de rire tout le long, en bonnes ados de 15 ans que nous étions, en se disant qu’elle était vraiment dégueu… Comme quoi le matraquage marketing avait déjà fait son œuvre nous étions conditionnées au combo tampon/serviette.

    Partant en voyage à l’autre bout du monde dans quelques jours j’angoissais déjà à l’idée des changements de tampons en pleine cambrousse ou des fuites intempestives dans des draps qui ne sont pas les miens (stress au max!), j’espère m’habituer rapidement au maniement de la bête mais je ne crains pas les triturages donc je suis assez confiante.

    Tes articles sont toujours aussi fouillés c’est un bonheur de se laisser influencer de cette manière! Keep this way!

    Répondre
  38. Pastiwi

    Pffffff, J’ai acheté ma cup après avoir fait le test sur le site. Et impossible de rentrer l’engin, j’ai l’impression que c’est trop étroit. En même temps, je m’attendais pas à un truc aussi gros, alors que j’ai le plus petit modèle. Honnètement, je ne vois pas comment une adolescente vierge arriverais à mettre ce truc.

    Ca me désespère un peu. Je vais retenter à mes prochaines règles.

    Répondre
  39. Anne-Lise

    J’ai lu ton article il y a 2 jours… Déjà je te dis bravo tu écris super bien et qu’est ce que je me marre !!
    Et pfff ça fait vraiment envie ce truc dommage que je sois si coincée avec mon anatomie bien qu’ayant eu 3 enfants (??!!)
    Jamais réussi à me mettre aux tampons alors ça… c’est con parce que l’idée me branche vraiment !

    Répondre
  40. sylvia

    Bonjour,
    première fois que je mets un commentaire sur ton blog !!
    j’avais depuis un bon moment envi de tester et ton article m’a poussé à passer ma 1ère commande dès la fin de sa lecture, voici donc chose faite depuis 2minutes !!
    le lien vers easycup est super car j’avoue avoir eu peur devant les très nombreuses marques, pour moi çà sera la fleurcup grand model (en violet ma couleur préférée !!!)
    Merci beaucoup pour tes articles !!!

    Répondre
  41. Eileen

    Excellent article qui m’a donné aussitôt envie de passer à l’acte d’achat. J’ai pris la version sport. Aussitôt testé et approuvé. Juste parfait, nickel, je recommande à 100 % !!
    Merci encore pour cette découverte !!

    Répondre
  42. Châtaigne

    La mienne est commandée depuis ce week end, ton n’article n’a fait qu’encourager ma décision^^ Par contre, je voulais la bleue à paillettes (bah voui tant qu’à faire, autant faire dans le classe hein) mais ma médecin m’a dit qu’elle préfèrait que je prenne une transparente histoire de limiter les colorants et d’éviter que je me retrouve avec un ventre plein de paillettes… J’ai vu sur easycup qu’on pouvait les colorer en rose avec de la betterave donc je vais tester cette alternative 😛 Bisous

    Répondre
  43. Steffie

    J’y suis passée il y a an.
    Et je me suis dit comme toi : « mais COMMENT j’ai pu passer à côté??? ».
    J’ai des règles très supportables mais avoir la cup me permet de diminuer mes déchets.
    Et je me suis rendue compte que mine de rien j’économise environ 150 euros par an!

    Et maintenant je regarde aussi les pubs pour les serviettes et tampons en rigolant.

    Sinon remarque : il est interdit de mettre une mooncup pendant les locchies (saingnements post accouchement), seules les serviettes sont autorisées. On peut par contre la remettre dès le retour de couches (retour du cycle menstruel après la grossesse).

    Répondre
  44. Sunnh

    Je relis cet article parce que je vais ENFIN sauter le pas. Ma soeur s’est acheté une cup (ils en vendent chez Di apparemment, mais il n’y a qu’une taille « standard ») et elle est tout à fait convaincue! Je pars au Sri Lanka dans un mois et plutôt que d’enchaîner deux plaquettes (malheureusement ça le fait pas trop sur moi) je vais plutôt me familiariser avec la cup, parce qu’à mon avis ce sera bien plus simple de gérer ça que des tampons! Merci pour les renseignements!

    Répondre
  45. Lauriée

    Super ton article, il m’a bien fait rire ! Hier j’ai lu un article sur une fille qui avait eu le SCT et avait frôlé la mort. J’avais mes règles et je portais un tampon. J’ai eu une violente prise de conscience, parcouru internet ce matin, trouvé ton blog (super bravo et merci) et acheté une cup et là je viens de l’installer pour la toute première fois.

    Petite question, au début je la sentais un peu et il y avait toujours un petit bout du tube qui dépassait (même après l’avoir coupé pas mal). Du coup, au bout de plusieurs essais je l’ai poussée plus et j’ai senti un petit « bop » (comme si c’était plus large au début et que plus haut ça se resserrait et que ça l’avait « aspirée » et qu’elle tenait toute seule dans cette position plus haute). Je pense que c’est la bonne position mais tu peux me le confirmer ? En fait là je flippe un peu qu’elle remonte jusqu’à l’utérus mdr, bref le truc impossible mais bon c’est l’inconnu…

    Répondre
    1. Mona Auteur

      le « bop » c’est quand elle se déplie à l’intérieur, et parfois, avec la pression des parois du vagin, elle peut ne pas avoir une forme bien ronde, en étant ouverte. Pas grave, ça signifie aussi que tu risques moins de fuites parce qu’elle a moins d’air au-dedans.

      Elle peut pas aller plus loin que le fond du vagin, tu risques rien :p

      Répondre
  46. Lauriée

    Bon en fait quand je regarde le dessin de la notice, ça semble plus étroit à l’entrée puis plus large de sorte que la cup tienne toute seule.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *