25 février 2017

Mon petit déjeuner de base, les flocons d’avoine

Non je ne vais pas te barber avec un discours de nutritionniste de base du style « il faut bien manger, bouger et ne pas être stressé de la nouille », chacun démarre sa journée comme il le sent, avec une dose de bonne humeur ou un râle dès le lever, tant que cela te permet de partir en trombe et avec de la motivation collée aux fesses (oui c’est là qu’elle se trouve).

 

J’ai connu des petits-déjeuners très variés depuis que je suis gosse, avec une grosse tendance à la madeleine qui trempe dans le café et finit au fond de la tasse – le repêchage du malheureux bout était douloureux et poisseux, la plupart du temps.
Il y aussi eu ma période de corn-flakes, plus ils étaient sucrés, enrobés au miel-chocolat-soufflé, plus je sautillais sur place avant même de commencer à les déguster.

Y a des drogués qui dansent sur un pied comme ça quand ils attendent de recevoir leur dose.

 

Parfois je ne mangeais pas.

Parfois je ne m’enfilais que des tartines sans croûtes au nutella, ou encore des kinder délice. Je n’avais pas vraiment la notion des fruits + bonnes vitamines, je pensais que le lait de vache était plus que suffisant voire nécessaire à mon corps – j’ai évolué, je te rassure.

Bref, de cette période de trempouillage intensif dans mes mugs et de repas absolument déséquilibrés au réveil j’ai retenu trois choses : plus c’est mou, plus j’aime (calme-toi Jeannine), faut quand même une petit saveur sucrée – on ne me désintoxique pas comme ça des Trésor de Kellog’s,  ET que cela soit facile à préparer (c’est le matin, bordel).

Il s’agit du petit-déjeuner le plus « everybody-friendly » que je connaisse : chacun l’agrémentera à sa sauce, avec ou sans amandes, graines, copeaux de coco, poudre de cacao…

J’ai d’ailleurs pris une photo qui n’est pas du tout de l’ordre de ces superbes images de super-bowls énergétiques du matin, il ressemble à ce qui atterrit VRAIMENT dans mon assiette, sans fioritures ni rien. Mais si la déco de nourriture t’anime, amuse-toi hein.

 

Les flocons d’avoine sont bourrés de bienfaits naturels : ils ont tendance à remplir le ventre, sont riches en fibres, en protéines, en vitamines et ont un indice glycémique bas (ils ne vont pas occasionner un pic d’insuline). Ceci étant dit, leur cuisson peut influer sur cet élément-là, donc si vous voulez bien faire, laissez-les imbiber dans de l’eau ou du lait au soir – au frigo, et vous pourrez un chouilla réchauffer le tout le lendemain si vous voulez vraiment les consommer un chouilla caliente.

 

Une dernière chose : ils ont tendance à vite devenir « gluants » pendant la préparation à feu doux, il vaut donc mieux retirer la casserole quand la pâte est lisse mais pas trop compacte (comme dans mon assiette), plutôt que d’attendre que cela devienne un tas immangeable.

Après, je pense que certaines personnes les adorent très liquides, d’autres comme du béton, c’est une question de goût !

 

L’idée, c’était surtout de vous présenter mon petit-dèj de base, celui qui m’accompagne tous les matins depuis presqu’un an et ne me pose aucun problème de digestion (pas de maux de ventre – pas de ballonnements – pas de crève-la-faim à 10h du mat’). Si tu as envie d’être encore un peu plus rassasié, n’hésite pas à rajouter une petite cuiller à soupe de son d’avoine dans la popote, ça te calera bien le bidou.

Quelle que soit sa forme, n’en abusez pas trop non plus, car il s’agit de glucides avant tout, donc équilibrez le reste de votre journée en conséquence – mais si vous vous en cognez la mirette à coups de patoune de buffle, faites comme bon vous semble, et, surtout… bon appétit !

 

Des bisous les Caribous ! 

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

11 réponses à “Mon petit déjeuner de base, les flocons d’avoine

  1. Noctie

    Dis, j’ai une question. Toi et moi nous avons à peu près les mêmes priorités le matin (à savoir, plus je dors et moins je passe du temps à découper/cuire/préparer des trucs, mieux je me porte). J’ai donc adopté récemment les flocons d’avoine. Sauf que je les passe au micro-ondes avec du lait pour éviter de devoir laver une casserole (because cfr above).
    Le résultat, c’est que j’ai un peu l’impression de manger des morceaux de carton en décomposition dans du lait. Pas très glam quoi.
    Tu as un bon plan pour éviter la bérézina? Est-ce une question de dosage que j’aurais mal compris?

    Répondre
    1. Mona Auteur

      je comprends tout à fait le micro-ondes because no casserole. J’y ai parfois recours.
      En fait, j’ai toujours tendance à mettre un peu plus de liquide quand je le fais au micro-ondes, comme ça, entre deux temps de chauffe,
      j’arrive à évaluer combien de secondes je dois encore faire.

      Quand je les préparais, au début, c’était une horreur compacte et cartonnée, on est tous passés par là 😀

      Après, il peut peut-être aussi s’agir de la qualité des flocons en eux-mêmes aussi, il y a des flocons bio que j’avais achetés
      en magasin naturel qui étaient absolument ignobles sous la dent.

      Mais, de base, tu dois couper le microwave bien avant que cela soit compact, parce que même quand ils « reposent » dans le bol, les flocons vont continuer à boire le liquide.

      Répondre
  2. Isil Elwing

    J’adore! J’en prépare avec plein de trucs: miel, cacao, sirop d’érable, pommes… En ce moment je rajoute des myrtilles surgelées en fin de cuisson. Mon lait végétal préféré c’est noisette-épeautre (plus parfumé que le lait d’amande, moins terreux que le lait de soja) tu as goûté?

    Répondre
    1. Mona Auteur

      jamais goûté 🙂 (mais la belgique et le bio, c’est un peu comme une aiguille dans une meule de foin, faut y aller pour trouver des produits de qualité)

      Répondre
  3. Léo

    Aha, alors ça c’est PAS DU TOUT mon style ! Je mangeais de temps en temps du porridge en Angleterre quand je n’avais pas le temps de manger chez moi (ils ont plein d’enseignes un peu trendy qui en font à emporter), mais justement je ne suis pas fan du côté mou, j’aime avoir de la résistance sur la dent. Je te rejoins néanmoins sur le côté compact, ça tenait au ventre.
    Mon petit dej, je l’aime gras, salé et qui calle le ventre pour longtemps, ça doit venir de mon sang allemand : jambon et fromage sur brötchen, c’était mon petit bonheur là bas (avec Un litre de thé pour faire descendre le tout).
    Le petit dej ultime selon moi, c’etait quand j’étais au Japon ; riz, soupe miso et poisson ou tofu grillé, je désespère de ne pas pouvoir me préparer ça tous les matins.
    Actuellement je tourne avec Des tartines gigantesques de pain poilane recouvertes de caviar d’aubergines ou de houmous, parfois un œuf à la coque, beaucoup de thé, et parfois un yahourt ou un fruit (comme je mange peu le soir et je fais du sport le matin au lever du lit, au petit dej, j’ai la dalle).

    Répondre
    1. Mona Auteur

      il faut clairement AIMER le côté mou, sinon c’est foutu 😀 – bordel je ne savais même pas que tu étais d’origine allemande.
      Pour le japon, j’avais vu justement que c’était le meilleur petit-déjeuner du monde, mais le saumon à l’européenne ne doit clairement
      pas valoir le leur.

      Répondre
      1. Léo

        Un quart seulement, mais ma grand-mère se bat pour faire perdurer l’esprit 😉
        Le matin il y a beaucoup de maquereau plus que de saumon dans mon souvenir, et oui tous les poussions étaient dingues par rapport à la France !

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *