5 juillet 2012

A l’attaque du mont Konjac

Cela faisait des mois que je lorgnais sur un site qui proposait des éponges en ligne.

Il y avait un objet particulier qui avait retenu mon attention, tout rond tout blanc, avec une tendance à se flétrir comme la peau d’une vieille dame, bref, loin du fantasme de la sponge traditionnelle, celle toute en courbes et jaune poussin.

C’est à l’occasion de mon départ à l’étranger que j’ai craqué.

J’ai (enfin) acheté une konjac.

DSC_1154.JPG

A priori, je ne suis pas du tout une femme à éponge.

Parce que j’ai toujours trouvé ça contraignant, que tout moussait trop, que ça arrachait parfois trop la peau, puis surtout que mes mimines et du savon c’était plus économique et rapide que de gérer un machin tout carré calé entre les doigts.

Mais ça c’était avant de connaître la konjac.

 

Elle est réputée pour sa douceur, son action exfoliante et purifiante, elle convient également aux peaux les plus sensibles.

DSC_1157.JPG

La mienne était pré-mouillée à l’eau distillée dans son emballage Kiko, il a donc fallu que je la rince bien avant son premier usage.

second-1166.JPG

 

Pour son mode d’utilisation, il y a trois écoles

  • soit tu appliques une dose de ton savon dessus et tu masses ton visage de manière circulaire histoire de laver et de bien désincruster en même temps
  • soit tu appliques d’abord le savon sur ton visage, tu masses avec les mains, puis tu rinces en massant avec la konjac (ce que je fais)
  • soit tu l’utilises seule, sans rien, sur une peau mouillée, pour faire un « gommage » doux

Il faut juste l’inclure dans l’étape de nettoyage (même si j’ai vu certaines filles l’utiliser pour bien rincer leur huile démaquillante).

 

J’ai adoré la sensation dès le début, le fait de se passer une éponge douce sur le visage, que ça ne fasse pas trop mousser mon savon d’alep, et que ça donne une sensation plus marquée de nettoyage bien fait.

Après deux semaines d’utilisation bi-quotidienne, j’ai noté que le pouvoir de mon nettoyant était décuplé : encore moins de points noirs, des pores resserrés, et ce, sans autre changement dans la routine.

second-1180.JPG

L’info en plus : il est recommandé de la plonger environ 5 minutes dans l’eau bouillante une fois par semaine, pour tuer les bactéries, et la garder plus longtemps.

 

C’est vraiment mon coup de coeur du mois, elle commence déjà à montrer des signes de faiblesse tellement je la malmène, mais on fait ce qu’on veut quand on aime.

 

Les liens en plus !

Vous trouverez une Konjac principalement sur des sites de cosmétiques asiatiques comme SASA

Sur le site UK de The Konjac Sponge Company, qui propose aussi des konjacs pour le corps et une revue sur cette éponge

Et enfin dans tous les magasins Kiko près de chez vous et sur leur site

 

Voilou les roses !

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

9 réponses à “A l’attaque du mont Konjac

  1. Firefoux

    Moi je l’utilise de la première façon, je l’essore un peu et je met directement mon nettoyant dessus. Je l’utilise aussi pour rincer mon huile démaquillante ou mon Appletox 🙂 C’est mon éponge à tout faire ! Par contre je demandais encore comment la désinfecter et tu réponds à ma question 😀 ♥
    Des bisous.

    Répondre
  2. Amandine Angel

    Ce sont les articles sur les blogs comme le tien qui m’ont fait craqué pour cette petite éponge. J’en ai pris une à l’argile rose chez « bazar-bio ». Je l’ai reçu il y a 2 semaines et je suis tout simplement bluffée !

    Ces dernières semaines j’étais catastrophée par l’état de ma peau, je ne l’avais jamais vu si « moche » et là depuis maintenant 2 semaines, ma peau est tellement belle, je n’ai jamais eu une aussi belle peau.
    J’en suis devenue totalement fan !!! J’en rachèterai une dès que celle-ci rendra l’âme !

    C’est merveilleux comme éponge, j’ai la peau tellement sensible et là miracle aucune réaction elle est tellement douce. J’ai rarement été aussi satisfaite d’un produit !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *