Catégorie : Beauté

27 avril 2016

Les petits plaisirs en parfum

About Aqua Allegoria Pera Granita de Guerlain
& For Her L’absolu de Narciso Rodriguez
perfumes

La première chose que font les gens quand ils essayent pour la première fois un cosmétique ou un plat, c’est de fourrer leur nez sur le dos de leur main pour sentir l’odeur, ou encore humer par-dessus l’assiette le fin fumet qui s’en échappe.

Les naseaux sont un guide personnel dans vos choix, ils dirigent la majorité de vos envies.

 

Ces derniers mois, j’ai été l’esclave de mon pic, de mon cap, j’ai parcouru les forums à la recherche d’avis, j’ai entrepris des aller-retour constants en parfumerie, j’ai subi des déceptions.

Mais j’ai une règle en or pour savoir si, réellement, un sillage me plaît au point de le vouloir sur ma peau : au premier spray, c’est la découverte, au deuxième, la curiosité, au troisième je suis enjointe par une voix guillerette à me diriger vers les caisses parce que la mascarade a assez duré.

 

En une année, j’ai acheté 6 flacons. Une vraie droguée des notes de tête, de hanche et de pieds, je me suis retrouvée à plusieurs reprises, accroupie dans un rayon léché jusqu’au sol, avec un touche qui prenait l’air entre mes doigts.

J’ai eu des passages miséreux. J’avais une liste bien précise en tête de nouveaux jus à essayer, mais une fois le panel écoulé à travers mon sens olfactif, je ne trouvais rien à mon goût. Tout était plat, sans couleurs, j’étais déçue par la balade, la répétition des pointes d’agrumes, d’ylang-ylang, de cèdre.

Un peu blasée par un chant monotone.

Et dans ce mic-mac, il y avait de petits éclairs de génie, des sursauts de plaisir, des essences qui me rendaient folle, qu’il me fallait rencontrer à nouveau. Les deux parfums qui suivent sont mes chocolats fondants du moment, un splash de bonne humeur, un autre de contentement.

 

Aqua Allegoria Pera Granita, Guerlain

Je ne compte plus le nombre de fois où je suis passée devant cette gamme. Elle compte une herbe fraîche, un thé bleu azur, un pamplemousse, une mandarine basilic, un citron vert et un néroli blanc.

Je les ai presque tous sentis, mais rien ne me parlait jusque-là.

Pour la saison du printemps, Guerlain a décidé de lancer un nouveau flacon au corsage en nid d’abeille, une version granitée de la poire dans un jus rose (il en faut peu pour être heureux, mais ça me transcende).

aprilperfume

Comme une ballade au cœur du jardin des Hespérides, Pera Granita est une Eau de Toilette juteuse et souriante qui associe le charme de la bergamote à la rondeur suave de la poire.

Note de Tête : Bergamote, Citron, Pamplemousse
Note de Coeur : Osmanthus, Poire
Note de Fond : Mousse de Chêne, Muscs Blancs

 

Très clairement, j’ai hâte qu’il fasse un peu plus beau dehors, parce que les eaux de toilette légères et pétillantes ont plus de sens sur moi quand les températures augmentent plus qu’elles ne diminuent.

Sachant que je suis une fan intemporelle de la poire et de la bergamote, je l’ai tout de suite adorée – il m’a fallu en tout et pour tout une semaine pour sauter le pas de l’achat. Pera Granita ne vire jamais sur ma peau, mais se détend en un bouquet frais, fruité, sans me lasser malgré les agrumes. Le pamplemousse ressort sur moi comme une gourmandise et laisse ensuite la pera discrète se reposer sur un fond plus sage, définitivement féminin.

J’ai absolument besoin de ce flacon quand j’ai un coup de mou, et lui reproche seulement une tenue moyenne (qui s’arrange quand on hydrate bien la zone où l’on va appliquer l’eau de toilette). Pour le reste, la bouteille est divine, l’odeur printanière à souhait, vraiment, je m’étonne moi-même d’aimer une aqua allegoria sachant que je suis plutôt du côté « parfum cossu » de la force.

Comme quoi.

 

Narciso Rodriguez, For Her l’Absolu

Les parfums Narciso ont un côté très énigmatique qui me plaît énormément, rien que la teinte pourpre donne envie de se couler dans un bain bordeaux, en buvant…du vin rouge et appréciant le moment présent.

aprilperfume2

Je ne connaissais pas bien cette marque à part leur jus poudré dans la bouteille blanche, le fameux best-seller For Her qui n’a jamais réussi à m’avoir.

Manque d’entrain, manque de coup de coeur, quand le courant ne passe pas et qu’on l’apprécie plus sur les autres que sur soi, mieux vaut passer son chemin.

 

Bizarrement, ma rencontre avec l’Absolu date d’une conversation avec une vendeuse en parfumerie, à qui j’avais confié être amoureuse de Mitsouko. Elle m’avait alors amenée devant l’îlot des Narciso pour me donner un aperçu du jus du flacon aubergine.

« C’est une nouveauté, vous allez sûrement l’aimer si vous êtes habituée aux parfums plus lourds que la moyenne ».

C’est certain qu’en venant de 1996 de Byredo, je n’avais plus trop de quoi éduquer mon nez aux effluves importantes, aux sillages qui démangent les passants. Mais la dame n’avait pas l’air d’être une fougueuse dans l’âme, parce qu’en sentant la touche, la seule chose qui m’a traversé l’esprit était que j’étais face à un parfum cocoon. Rien à voir avec l’imposante aura d’un Guerlain chypré, s’entend.

 

Je suis rentrée chez moi, la tête fourrée dans l’écharpe, à moitié à cause du temps, à moitié à cause du parfum qui me donnait envie de me glisser sous un plaid et m’entourer de chatons à la fourrure douce comme du velours.

Un vrai bonheur.

«L’idée de l’absolu était de créer un parfum très spécial avec un air de mystère qui perdurera. For Her L’Absolu incarne la féminité ultime avec une grâce pure »  -. Narciso Rodriguez

Chypré musqué floral enivrant
Note de tête : absolu de jasmin
Note de coeur : Cœur de Musc
Note de fond : Amberlyn, bois de santal, patchouli

 

Il est extrêmement lacté sur ma peau, rond, embaumant, il tient plutôt bien mais colle plus à mon idée de parfum de peau envoûtant qu’à une senteur que l’on met pour « se montrer » en rue.

Il est très vite devenu celui vers lequel je me tourne quand j’ai besoin de réconfort et d’apaisement, ou quand je veux juste porter un basique qui ne va pas me décevoir. Il est discret et présent à la fois, absolument perturbant, avec un musc qui va et vient sans oppresser outre-mesure. Puis bon, j’ai du mal à me refuser aux charmes du jasmin qui ouvre la danse comme si de rien n’était.

Mon seul regret est d’avoir choisi le format 30ml, parce qu’il ne va pas faire long feu au train où je m’en asperge.

 

Deux parfums rosés donc, un pour pétiller quand les beaux jours débarqueront, un pour se blottir dans une enveloppe de douceur affirmée.

Si vous aimez comme moi pouvoir choisir entre le frais et le crémeux, a priori ces deux petits bijoux pourraient bien plaire à vos nez. Il n’y a plus qu’à s’en fourrer gaiement dans les naseaux, Renaud, et apprécier la balade printanière sous la grêle belge, les petons fourrés dans des bottillons trempés.

Vivement l’été.

 

Des bisous les Caribous !
Pera Granita Guerlain, acheté 56 euros / 75ml
Narciso Rodriguez For Her L’absolu, acheté 54 euros / 30ml

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
19 avril 2016

Le cushion et sa petite vie

ABOUT L’oréal Nude Magique Cushion
nude magique cushion

Tu devrais me voir hurler, la bouche pleine de pop corn, quand je regarde une jeune femme se peinturlurer le visage comme si elle avait envie de tout cacher dans ses pores pour que la police ne saisisse aucune preuve du carnage.

Je vois s’étaler au-dessus de la vidéo « mon maquillage, simple, nude, de tous les jours, presque le même visage que quand je me lève-que tu verras pas la différence, wesh ».

Si si, ça se voit, et c’est too much.

 

Quand un pro entre dans son délire de contouring, et mentionne bien que ça passe en soirée, ou pour un shoot, mais qu’en vrai, c’est comme de voir un personnage de bande-dessinée en 3D se mouvoir dans un supermarché, ça résume bien le problème.

Il est clair que je mets plus de couches sur mon minois qu’avant (parce que c’est mon délire, mon dada, mon gnougnougnou du matin), mais je ne SUPPORTE pas qu’on voie la matière.

C’est délirant, je sais, je m’applique même à mettre du primer quand ma peau passe en mode dunes du désert pour être sûre que la surface soit plane et sans accroches, que je vais pouvoir m’amuser en toute sérénité.

Et non pas m’arrêter en plein milieu de mon chef d’oeuvre pour m’énerver sur une micro croûte sèche.

C’est une bâtarde, je suis perfectionniste, jamais aucune des deux ne gagne.

 

Tout ça pour dire que mon plaisir réside dans un maquillage « I woke up like this dans tes rêves », une moi en plus jolie.

De toute manière, dès que je mets du mascara, je suis grillée (en mode bacon grésillant), j’ai tout de suite une autre tête.

 

Le cushion par L’oréal

nudemagique2

J’avais testé le cushion de Lancôme il y a un an, un petit ovni blanc dans ma trousse que j’avais utilisé quelques fois mais qui avait un rendu pas assez jaune à mon goût. J’avais beaucoup aimé le bruit mousseux de l’applicateur qui rencontre le coussin gorgé de produit, le tamponnage, l’effet frais.

Mais ça s’arrêtait là. C’était un bon produit, mais pas un coup de coeur à sauter à pieds joints dans une mare de marshmallows.

 

Surtout que, depuis cette revue, j’ai quand même testé pas mal d’autres produits qui me font faire la roue à chaque fois que je les utilise, donc j’ai enfin de la marge pour pouvoir comparer les textures.

Toujours est-il que j’aimais bien le concept, j’attendais juste mieux.

 

En général, quand la section luxe de L’oréal lance un produit, il n’est pas rare qu’il se retrouve par la suite dans les rayons à prix réduits, dans un boîtier quasiment similaire, mais axé grand public.

C’est à peu de choses près ce qu’il s’est passé. A part pour le design de recharge qu’on a perdu en chemin, ils ont pondu une gamme de 7 teintes, à 20 euros le boîtier (je ronchonne parce que c’est presque du makeup de classe moyenne haute pour un fond de teint), le tout accessible en tendant le bras dans n’importe qu’elle enseigne où on peut trouver la marque.

 

J’ai tout de suite adoré ce petit nouveau

  • le packaging est top parce que plus compact et rose/mauve
  • un spf supérieur à celui du miracle cushion (même si on SAIT que ça ne sert pas à grand chose quand c’est non minéral et en si fine couche, mais on prend quand même)
  • une teinte a priori plus adaptée à mon teint en le swatchant pour la première fois sur ma main
nudemagique1

J’ai un peu couiné en voyant la composition, mais je suis dans une phase de tolérance : je m’impose le test, et si ça passe, je peux aller manger une casquette pour me taire.

Je l’ai utilisé depuis sa réception, quasiment tous les jours, mais surtout quand j’avais besoin d’aller vite. Ce cushion est un fond de teint pour ne pas se rater, il s’applique tellement facilement, ne m’oblige pas à me battre avec mes fameuses mini pomortes quand j’en ai (sérieusement, y a que moi qui les voit, mais c’est déjà une personne de trop) et le tout avec un rendu dewy – le bien nommé « effet peau d’ado en bonne santé ».

Cela se voit autant au niveau de la peau – qu’il faut poudrer si vous DETESTEZ les produits de teint qui réveillent mémé tellement ils étincellent, autant au niveau de l’éclat intrinsèque qui apporte une wakeup makeup touch.

En même temps, si tu n’aimes pas l’éclat, il faudra passer ton chemin, et ne pas t’enquiller un cushion qui ne correspondra pas à ton attente. Tu n’achètes pas des courgettes si tu sais qu’elles te débectent. 

 

On ne retrouve pas d’effet de matière de près, on est même plutôt dans un vrai fond de teint seconde peau qui se fait léger et tient une grand partie de la journée. Ce n’est pas du longue tenue, certes mais, porté, il s’affadit juste un peu à certains endroits, en gardant un aspect général très cohérent.

nude magique cushion 2

Nude Magique cushion en fin de journée

Le point sur lequel tout le monde râle le plus, c’est la brillance qui survient à un moment ou à un autre. Elle est apparente sur moi quand je m’active trop ou que je fais l’erreur de m’appliquer une grosse couche de soin dessous. En général, le primer + le cushion font la blague. Si on abuse de crème dessous, il est clair qu’en tant que « fond de teint avec une promesse de 4h d’hydratation » il va avoir du mal à tout contrôler.

Pour la couvrance, elle me convient : léger à moyen léger, plus ou moins modulable, sans aucun effet caky en rajoutant des couches. Il annule d’ailleurs très bien les rougeurs (sûrement du à la pointe de jaune qu’il ont eu la bonne idée d’instiller dans le boîtier).

 

Une seule chose me chiffonne vraiment, au point de m’énerver : quand on commence à doucement arriver sur la fin du fond de teint, et qu’on a soigneusement pris la peine de toujours presser la houppette sur le centre du cushion, on a du produit qui se concentre sur les bords du boîtier.

Sous le plastique.

Et quand j’essaie de tamponner dans les coins pour récupérer ces petits restes, j’en fous partout.

Alors, je comprends bien que la mousse doit être calée sous un cercle pour la maintenir, et qu’en la saturant, on a forcément du liquide qui va se coincer dans des endroits complètements inaccessibles.

Mais ça occasionne des batailles innommables, des « purée, mes doigts sont maquillés comme pour aller à la grand messe ». FLÛTE HEIN DIS.

 

Honnêtement, parce qu’il a un rendu qui vous rend belle tout de suite, que la houppette est vraiment pratique (j’ai essayé avec le beauty blender, mais je n’obtiens pas DU TOUT le même résultatt), et qu’ils ont créé une teinte claire qui me convient parfaitement, j’aime vraiment ce fond de teint.

Juste que le boîtier me pompe l’air.

Mais comme je n’ai eu aucune pustule malgré sa composition, je lui accorde ce petit défaut.

 

Aussi, concernant la durée de vie, on est dans le 2 mois/2 mois et demi max si vous restez dans les sentiers battus, c’est-à-dire en respectant une application légère, et sans retouches en cours de journée.

Dieu sait que de lire « tu peux retamponner un peu pour rattraper ton teint en journée » me donne envie de sortir dehors, t-shirt relevé en me faisant des guilis au nombril.

La seule chose qu’il m’arrive de faire, c’est de repoudrer. That’s it.

 

Je me le rachèterai quand j’aurai fini celui-ci, parce que je ne conçois pas ma vie sans un fond de teint easy à m’étaler sur le minois quand je suis à la bourre. Je trouve juste qu’ils auraient du instaurer un système de recharge, c’aurait été plus économique pour tout le monde.

Mais bon, je chipote, il est vraiment top ce magique cushion.

 

Des bisous les Caribous !

Nude Magique Cushion Porcelain 01, vendu en GMS
Offert pas l’Oréal (merci !)

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
1 avril 2016

Face friday avec Ilia Beauty

ilia 0

Je me connais bien tu sais.

Même si ça fait seulement un an et demi que je m’intéresse vraiment au makeup (entendre par-là que le budget soin-maquillage est devenu sur-catastrophique), j’ai des principes de base qui n’ont jamais changé.

Je veux que le rendu soit naturel, j’applique la règle fond de teint – poudre – blush, et je n’abuse jamais.

Parce que j’ai une peau mixte, que le look caky (si on voit une seule schmut de poudre à 30 cm, ça m’énerve) ne m’emballe pas, que je connais ma peau et ses défauts (ça pèle parfois, ça te fabrique des grumeaux à d’autres moments) et que passer trois heures à rattraper des petites imperfections n’est pas mon délire.

Selon moi, le principe de se colorier le visage doit rester un amusement, un plaisir, et pas une bagarre de pomortes et pigments mal placés.

 

Ilia Beauty

Quand j’ai découvert Ilia Beauty et ses compositions, j’ai directement senti qu’on était dans la même veine que Jane Iredale : le genre de marque qui se bat pour créer des produits de qualité, avec une majorité d’ingrédients naturels et/ou d’origine naturelle, une envie de donner dans la beauté par la matière brute.

Pour être honnête, j’ai zieuté le multistick pendant des plombes sans jamais avoir réussi à passer le pas de l’achat (je jouais à « je le mets dans le panier, je le supprime du panier. JE LE REMETS DANS LE PANADOU, JE L’EN SORS »).

Pourtant je suis cette femme qui avait craqué comme craquote en s’achetant deux just kissed chez Jane, un duo de baumes à lèvres colorés à 25 euros la pièce.

J’avoue, j’ai développé une notion des prix toute personnelle et complètement biaisée par mon délire du « je veux, m’en fous du tarif », mais ça ne m’empêche pas d’être raisonnable et de me retenir d’une impulsion malheureuse.

ilia 00

Le multistick

Dedans on trouve de l’huile de tournesol, de ricin, du beurre de cacao, de la cire d’abeille, de candelilla, de l’huile de sésame, du beurre de karité, d’orange, du tapioca, de l’huile de soja, et un antioxydant naturel. Pour colorer le tout, on a mis du mica, entre autres.

Helianthus Annuus (Sunflower) Seed Oil*, Ricinus Communis (Castor) Seed Oil*, Theobroma Cacao (Cocoa) Seed Butter*, Beeswax (Cera Alba)*, Euphorbia Cerifera (Candelilla) Wax, Sesamum Indicum (Sesame) Seed Oil*, Butyrospermum Parkii (Shea Butter) Fruit*, Citrus Aurantium Dulcis (Orange) Fruit Butter, Manihot Esculenta (Tapioca) Starch, Glycine Soja (Soybean) Oil, Tocopherol Acetate (Natural Vitamin E). May Contain: Mica, Titanium Dioxide, Iron Oxide (Ci 77499, Ci 77492, Ci 77491), Red 7 Ci15850, Red 28 Ci45410, Yellow 5 Ci19140. *Certified Organic Ingredients. Ingrédients Certifiés Biologiques.

 

J’ai essayé de ne pas en attendre grand chose, de rester calme, stoïque, imperturbable.

Mais ce bidule est gnagnagnouh doubidou – entendre pratique et parfait.

 

Dans le domaine des blushs crémeux, j’avais déjà eu mon histoire d’amour avec le pot rouge de Bobbi, que j’avais siphonné l’été passé. Le petit pot d’RMS aussi.

Celui d’Ilia est fondant, il s’applique par touches sur les pommettes puis s’étale du bout des doigts, en tapotant un peu pour chauffer la matière.

En même pas 30 secondes, il est posé comme un charme.

Et, justement, il me ravit parce qu’il a ce petit je ne sais quoi de blush idéal de matin pressé.

 

Il ne m’a pas donné de boutons – mais mes joues sont une zone blanche, c’est rare qu’un grumeau ose y pointer son naseau.

Et concernant la tenue, il tient sans problème plus de 8h sans filer ni luire, le tout avec un rendu naturel au possible.

Pour la couleur je n’ai vraiment pas eu de mal à choisir, j’avais pris All Of Me, une teinte étrange, entre le rouge, le orange et le terre de sienne. Un chouilla dans l’esprit je me colle une brique qui a pris chaud, donc à doser avec parcimonie parce que les pigments sont bien là !

ilia 3

Los Roques Sheer vivid tinted mstrzr – multistick all of me – R04 Une Beauty rouge by Une

 

Ilia sheer vivid tinted moisturizer
Liste ingrédients ici

Concernant le second produit, on va faire un parallèle tout naturel : il est dans la même veine que le dream tint de Jane Iredale. C’est un hydratant teinté, donc pas besoin de se tartiner dessous, il est suffisamment riche pour prendre soin de la peau.

Là où j’ai un peu du mal, c’est au niveau de l’application : okay il s’étale bien, okay il unifie le visage sans apporter de réelle couvrance (tinted moisturizer oblige), mais il met beaucoup de temps à se fixer.

Dans le sens où, après une minute, si je repasse mon doigt à un endroit, une ligne apparaît parce que j’aurai déplacé les pigments.

Ca peut venir de ma peau, ou de son type, mais à moins de le poudrer, on a de quoi faire un transfert illimité sur les joues de nos proches en leur claquant la bise.

 

J’avais pris la teinte Los Roques, la plus claire, qui a un rendu un peu « plombant » parce qu’elle est un peu trop neutre/rose pour moi (là ce n’est pas un défaut en soi, juste une question de calibrage – avec du bronzer j’arrive à plus ou moins contrebalancer l’ensemble).

D’où un rendu de femme un peu malade sur ma bouille à chaque fois que je le portais, ce qui avait le don d’accentuer mon malaise.

ilia 4

De près, c’est un fini semi-mat, pas glowy, avec une tendance à un peu marquer les zones sèches ou le duvet du minois.

En soi, ce n’est pas un mauvais produit, je pense qu’il passerait bien mieux sur une peau normale sans trop d’imperfections et qui a besoin d’un coup de frais le dimanche avant d’aller au marché du coin.

ilia 2 ilia 5

Face 2ème photo – Vivid tinted moisturizer los roques Ilia – Multistick All Of Me sur les joues – Une Beauty Rouge By Une R04 sur les lèvres –
YSL mascara volume effet faux cils Baby Doll

 

Pour la crème teintée, je suis vraiment embêtée, parce que sa base d’aloe vera et la pincée d’acide hyaluronique auraient pu être un plus pour moi.

Sauf que je ne suis pas convaincue : à chaque fois que je l’ai portée, j’avais cette désagréable sensation que je ne pouvais pas faire confiance à mon teint, que tout allait foutre le camp, migrer ou se désintégrer.

 

Concernant le multistick, je l’ai utilisé non stop depuis que je l’ai reçu, c’est dire le love international. J’ai tenté l’application sur les lèvres mais vu que mes babines sont ultra-pigmentées, le rendu n’était pas uniforme. Ceci étant dit, il hydrate très bien et la couleur est belle, donc si tu as la ventouse plus claire que la mienne, il remplira son rôle multi-usage à merveille.

NB : certes le stick est vendu 35 euros, mais il y a 5 grammes de produit, c’est quasiment le double de la mesure standard

 

En gros, si vous avez la peau très claire, neutre voire rosée, et presque parfaite, le vivid devrait vous plaire (à fuir si vous avez une base plutôt jaune comme moi).

Et si vous avez un coup de mou et envie de peps jusqu’au bout des joues, BUY THE STICK, EAT THE STICK, LOVE THE COLOUR AND STICK WITH IT.

En tout cas, ne cherchez plus du clean au niveau compo, je crois qu’on est bon là, je vous ai dégoté une nouvelle marque, y a de quoi explorer les revues du web pendant un bon moment. 

Sinon, vous pouvez toujours manger du Jane Iredale, je vous ai déjà dit que c’était bon comme un cake à la banane.

 

Des bisous les Caribous !

Produits offerts par MonCornerB, à shopper sur leur site

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
17 février 2016

Le dissolvant miraculeux par Bourjois

DSC_3435

Weird things happen.

Je ne porte pas toujours du vernis à ongles, j’ai des phases où je me peinturlure les boudins sans limite aucune en lançant des « oh tiens si je dessinais une étoile avec un cure-dent pour dissimuler la bulle sur mon pouce »- j’ai DE CES problèmes.

A force de patience, la langue coincée entre les dents, j’obtiens l’illustration d’un mini-Shrek qui se tape une cuite carabinée sur le bord de mes griffes.

Nice.

Parfois (souvent), je reste avec mes mains au naturel, parce que je ressens cette flemme internationale de retirer toute ma popote tous les trois jours, d’où la décrépitude ongulaire qui dure parfois une bonne semaine, le temps que je réalise que j’ai adopté le look de gothique à la ramasse sans l’avoir vu venir.

 

Toujours est-il qu’au niveau logistique je suis limitée pour ce genre d’activité.

Je ne me démaquille le visage qu’aux cotons réutilisables, je n’ai donc plus de jetables chez moi. J’ai vite pigé que ces bidules ne pouvaient décemment pas servir à retirer du polish, sinon tu penses bien que j’allais devoir dévaliser le rayon des Vanish Oxi-Action chaque trois pluies juste pour reblanchir la matière.

J’avais un os dans le bouillon, un problème cotonneux.

Je suis donc allée errer comme un joyeux kangourou dans les allées du supermarché. 

 

Je suis une fille simple face à un choix sans limite, quand je vois du rose je ne réponds plus de moi-même. D’où le pourquoi j’ai pris le dissolvant miraculeux de Bourjois sous mon aile.

Entendons-nous bien, de mon point de vue de nailista (noobie et complètement incompétente durant la pose), ce genre de produit brille sur l’étagère comme un graal qui attend patiemment son heure de gloire et que ça s’écaille sévère au bout des phalanges pour que je le dégaine.

 

J’ai retiré le capuchon, mis deux secondes à comprendre que – non, définitivement NON – le flacon ne devait pas se tenir penché. Sinon ça coule – first impression bonjour.

On le laisse à la verticale sur une table et on met, un à un, ses doigts dedans.

Puis on les ressort tout cleans en un instant. Qu’ils disent.

 

En réalité, ça se passe comme une séance porno où chaque boudin se balade dans un milieu moite et huileux en faisant des mouvements de va et vient trop suggestifs. Quand on vous dit que les cosmétiques parlent aux plus simples instincts des femmes, j’ai le sentiment qu’on est dans le vif du sujet, un doigt dans le trou en attendant qu’un miracle se passe.

Sur le site, il y a un astérisque qui pose question :

« Pourquoi Miraculeux ? Parce qu’il suffit désormais de plonger les ongles dans la mousse… Plus besoin de coton, après 1 seconde*, vous les sortez démaquillés ! » et renvoie à un fier « testé scientifiquement sur 30 personnes ». Ca sent l’orgasme collectif.

 

Très honnêtement, même quand la mousse était bien imbibée et prête pour son premier usage, j’ai quand même du explorer la zone un moment pour débarrasser mes zongles de la moindre trace de vernis. Et je ne parle pas de mes tentatives ratées de sapin de Nowel avec masse de paillettes pour coller à la saison.

Juste d’un bête nail polish avec un bien con top coat.

Je dois être mal foutue, avoir la kératine boudeuse, parce que je n’ai jamais pu déclarer « ayéééé je suis toute nettoyée des boudins » en moins de vingt secondes, sur moi ça fonctionne mais ça ne me fait pas gagner énormément de temps comparé à l’old fashion way.

 

Un bidule efficace, je l’admets, et sûrement un peu moins discutable au niveau déchets. Juste un chouilla mensonger parce qu’on a l’impression de chercher le point G dans un pot de dissolvant pendant plus de 30 secondes.

Ils auraient du l’appeler « le dissolvant graveleux » ou « comment prendre son pied devant le film du dimanche ni vu ni connu ».

 

Y a peut-être que moi que ça perturbe.

 

Des bisous les Caribous !

Dissolvant miraculeux Bourjois, environ 8 euros

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram
16 novembre 2015

C’est déjà nowel

DSC_3069_Fotor

J’avais envie de couleur depuis deux jours. De faire contraste avec le gris qui nous mord les jarrets.

Des témoins de Jehova frappent chaque année à ma porte et ce matin ça n’a pas raté, j’ai sauté du lit en pensant recevoir un colis, top pendouillant sur les boobs, pantalon moche sur les guiboles

« oui bonjour c’est pour quoi ? »

Le gars avait déjà  les dépliants en main, prêt à dégainer son discours à la ramasse, essayer de me rallier à sa cause, sa secte, son entourloupe de maladouf.

Il me demande si je cause en néerlandais, je lui réponds que je parle toutes les langues du pays mais que je viens de me lever à cause de lui, et que je n’ai vraiment pas envie de papoter illumination divine à 9h pétantes.

Moi et les réveils en sursaut, c’est une histoire à me faire râler pendant une journée entière, je rumine comme une vache en plein champ, la croupe tressautante, l’humeur au ras des pâquerettes en m’empiffrant de chocolat.

Pour diluer l’aigreur dans le sucre.

 

J’ai fait de gros efforts, pour ne pas l’envoyer paître, rester amicale. Il a du voir que je pensais à énucléer ses mirettes, trouver une courgette pour la lui mettre où je pense.

Oui, quand je suis énervée, j’ai du mal à me calmer.

 

Pour ça que j’aime mon blog, écrire, me tartiner la couenne et me maquiller. Au moins, personne n’a rien à dire sur ce que je bidouille.

Je suis remontée chez moi, j’ai viré mes guenilles, je me suis habillée (paraît qu’il ne faut pas rester en pijama all day long, ça coupe le rythme quotidien), et j’ai joué avec un colis reçu vendredi.

DSC_3069_FotorDSC_3073

L’oréal a sorti toute une gamme de noël, avec des trucs qui brillent en veux-tu en voilà :

  • deux mascaras féline volume million lashes : un black et son top coat vert pailleté pour aller avec ta tenue de mère Nowel
  • trois liners master ink Gemey Maybelline : un matte, un satin et un glitter (le matte est celui qui se démaquille le mieux, les deux autres s’accrochent comme des sangsues)
  • plein de vernis pour être raccord avec son sapin et ses boules
  • un enlumineur de teint golden glow (pow pow pow)
  • un color riche en red passion 297 (donne envie de plaquer ses lèvres sur les vitres, ça, pour dessiner une mosaïque de bisous)
  • et un quad jungle jade dans des tons verts-bruns, tout ce que j’aime

 

Me suis pas foulée, tu comprendras que la femme tendue comme un piquet de tente n’a pas envie de se compliquer la vie.

Le combo parfait liner – bouche rouge ne m’a jamais transcendée (sur moi), mais ce matin j’ai réussi à tout mettre sans bavure, d’un trait, comme une reine des pigments.

De l’enlumineur sur le haut des joues, la ligne noire sur les paupières, une touche du mascara féline qui donne un effet faux-cils tellement chou (les pwals fins mais aériens).

DSC_2980DSC_3061

Oui j’avoue, je suis assez fière de moi, mais surtout, des lèvres peps comme ça, ça met le monde entier de bonne humeur.

Faites péter les couleurs ce mois-ci, pour les gens du métro, le passant, le boulanger, la fille du café, les clients, pour qu’on sourie un peu en vous voyant dans la rue, et effacer les sautes d’humeur et la poisse de ces derniers jours.

La vie continue, mais c’est encore mieux si on la rend aussi éclatante qu’une lessive avec Mir Color.
Make your lips pop !

 

Des bisous les Caribous ! 
Tous les produits reçus par L’Oréal, merci 🙂
Collection Extravaganza

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram