13 avril 2014

Because beauty is a state of mind

Parfois, on s’étonne soi-même.

Ce pouvoir de croire en des choses et de regarder plus loin avec un placebo qui nous donne le sourire, nous aide vraiment sans avoir de réelle action sur notre corps.

J’ai commencé à admettre que tout était dans le psychisme et qu’un body n’était pas qu’une maison, mais aussi un endroit qu’on décorait et qu’on habitait avec plus ou moins de conviction, savoir qu’en poussant la porte, on découvrirait une ambiance chaleureuse plutôt qu’un désert me confortait dans l’idée que ce qui fait avancer est définitivement lié à l’esprit et la positivité.

Et puisque qu’avec ce qu’on l’on a à l’intérieur on peut changer l’extérieur, j’ai appris à ne plus me regarder comme quelqu’un qui a un côté du visage un peu plat, l’autre plus mobile, comme une image presque entièrement refaite, j’ai juste essayé de me construire avec un nouveau sourire, un nouveau-moi, tout ce qui est une nouveauté précède un changement n’est-ce pas.

 

Ce qui me donne le courage de m’accepter passe par tout ce que j’écris ou lis, voir d’où je viens, ce que j’ai déjà vécu et surmonté avec ma petite personne, les changements physiques sont sûrement les plus durs à assumer, mais j’ai fait de mon mieux pour m’y habituer.

On ne devient pas qui on est d’un coup de baguette magique, on passe par des moments où un bout de madeleine trop trempé qui tombe dans le café nous ferait pleurer (la gourdasse), puis un autre où une blague bien placée nous rend hilares.

 

Il y a très certainement un pouvoir des peurs, de ne pas être à la hauteur, d’espérer ne pas fuir avant la victoire (abandonner son régime avant d’avoir pu mettre une jambe dans son falzard préféré), de faire de son mieux (ne pas craindre le ridicule à une soirée karaoké), voire viser ce qui nous met en danger pour découvrir une nouvelle facette de notre personnalité (le « mieux se connaître »).

Il n’y a rien qui peut faire bouger une montagne si ce n’est hulk les tremblements de terre, mais taper du pied au sol ne change pas les évènements, faut que ça bouge, qu’un déclic, un bouquet, une chute, un message, une porte qui vous enferme dehors vous tourne dans la bonne direction, comme le coq sur les toits se colle au vent.

 

Et même si certains matins, on aimerait bien qu’un patch résolve un air morose et une petite mine, peut-être qu’en fin de journée tu auras trouvé ton estime en recevant un compliment.

Finalement, ça valait la peine d’attendre quand on sait que potentiellement tout arrive, il faut seulement faire preuve de patience et observer ses qualités.

Smile, just smile, and let life become bright bébé.

 

Des bisous les Caribous !

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

4 réponses à “Because beauty is a state of mind

  1. Sib

    J’ai tout lu. J’ai tout vu la vidéo. Je me suis frottée les yeux. Sûrement le pollen ? Et puis j’ai regardé dehors. La lumière sur le visage. J’ai vu un épervier qui passait juste à ce moment là. J’ai souris. La vie est belle. *coeur avec les doigts*

    Répondre
  2. Aline - La Homemade Box

    Un bel article que voilà!
    Comme le disait Gandhi: « Le monde extérieur est le reflet de notre monde intérieur. »
    Donc plus on change notre intérieur, plus l’extérieur change, comme une nouvelle façon de voir les choses. =)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *