27 août 2013

Un démaquillage Ultracool avec Ultrasimple de Lush

US1.jpgEdit du 03/06/2014 : ce produit (la version 100 gr) m’a duré un an, à raison de deux à trois utilisations par semaine, selon les saisons, donc excellent rapport qualité prix.

 

Ah les cleansings balms, des petites merveilles qui se cachent dans une texture aussi grasse que le fond d’une friteuse…

Ça donne envie, hein ?

Goumiche, il faut que tu retiennes ceci (si ce n’est toujours pas imprimé sur chacun de tes neurones) : plus un démaquillant est gras, plus il va ôter ton maquillage et les impuretés accumulées au fil de la journée pour te rendre un visage naturel, reposé et bien net.

 

Il y a un mois et demi, un peu en rade, et surtout, arrivant sur la fin de mon tube de Liz Earle, j’ai du faire une concession : acheter un produit qui vienne de Belgique.

Oui mais, trouver un baume dans mon pays, c’est comme qui dirait la GALÈRE internationale, j’avais un peu de mal à savoir vers quelle enseigne me tourner et je refusais de repartir vers les huiles démaquillantes.

 

Plus que larguée, je me suis mise à fouiller le site de Beauté Test de long en large, affinant les filtres jusqu’à arriver à une sélection de 20 produits, et dedans, TADAM, il y avait l’Ultrasimple de Lush.

J’ai quand même mis trois jours pour l’acheter (oui, en général je cherche des avis pendant un jour, puis le second je l’achète, mais là j’ai eu un bug) parce que les avis étaient soit totalement pour, soit totalement contre et pour trancher il fallait que je me jette à l’eau et mette ma peau en jeu.

Donc j’ai mordu sur ma lèvre, fait un petit gniiih, et je suis repartie avec un minuscule pot de 100 grammes et 17 euros en moins dans ma poche.

 

Ultrasimple de Lush

(Petite parenthèse sur Lush

Lush est une marque qui vogue un « chouilla » (sans le vouloir ?) sur la vague du greenwashing et vous vend des produits faits mains et à base de composants naturels.

Du coup, les gens imaginent des gentils employés qui épluchent des bananes, pèlent des avocats, et mixent le tout avec un robot de troisième main.

Teuteuteuh.

CERTES, ils fabriquent les produits frais à la main et il y a des ingrédients bien cleans qui composent la majorité de leurs gammes de soin, mais LUSH n’a jamais prétendu se passer de SLS dans ses shampoings, ou encore de parabens dans ses toniques.

Donc, si vous voulez des produits qui ont tout de même de vrais actifs dedans, je vous dis OUI, allez faire un tour en boutique (les employés sont souvent déjantés, ça met de bonne humeur!), mais si vous pensez que c’est totalement nature et que vous achetez une marque bio 100% sortie de la gueule du lion de la savane, non, TRY AGAIN.

On referme la parenthèse)

 

Quand je vous parlais des revues que j’avais lues, les remarques négatives qui revenaient le plus souvent étaient :

  • ça laisse un film gras
  • ça ne nettoie pas bien
  • ça m’a donné des boutons
  • et c’est cher pour ce que c’est

 

Les trois premières constatations se rejoignent, mais je pense que quand on a la technique, on peut rarement se louper.
Tour d’horizon du bestiau pour les nul(le)s.

 

Démontage de la bête

Le pot est tout simple, bien hermétique, ce qui m’incite à vouloir le balancer un peu partout pour voir s’il peut résister aux chocs les plus violents. En soi, je trouve le format plus que pratique MAIS peu hygiénique.

Donc, on ne met pas ses doigts poisseux dedans, on se lave les mains avant de l’utiliser, ou on utilise une petite spatule pour prélever du produit.

US2.jpg

 

Dedans, il y a plein de bonne choses

De l’huile d’amande douce qui assouplit la peau et la protège, de l’eau de rose et de l’absolu de rose qui ont un effet astringent et calment les rougeurs, de la cire d’abeille cicatrisante et anti-inflammatoire également, du miel et de la glycérine pour l’hydratation, de l’iris pour apaiser, du benjoin pour empêcher la déshydratation de la peau, et enfin deux parabens (bon ça c’est pas des bonnes choses, mais ça empêche le tout de moisir).

Huile d’amande douce (Prunus dulcis), Eau de rose (Rosa damascena), Cire d’abeille (Cera alba), Miel, Extrait d’iris frais (Iris florentina), Glycérine, Absolu de rose (Rosa damascena), Teinture de benjoin (Styrax benzoin), Parahydroxybenzoate de méthyle (Methylparaben), Parahydroxybenzoate de propyle (Propylparaben)

 

Le produit se conserve pendant un an, mais à mon avis, au rythme d’une utilisation par jour, il peut facilement durer trois mois.

Au niveau de l’odeur, j’ai un peu eu du mal à m’y habituer mais je m’y suis faite : on est dans le vague, entre une odeur chaude et un reste de tapenade d’olive, en gros ça sent juste les joyeux lipides qui s’assument des pieds à la tête.

 

Comment on s’y prend ?

  • On prélève une noisette de produit (environ deux à trois haricots dodus), et on commence par chauffer la matière entre ses mains
  • Une fois que le baume est bien travaillé, on l’applique sur visage sec en massant les zones à problèmes pour décoller un maximum de crapougniasses (on n’appuie pas comme une malade non plus, le but n’est pas de finir rouge comme une tarentule en feu)

 

US3.jpg

 

  • Une fois qu’on a bien démaquillé son visage (et qu’on ressemble à un mélange de fond de teint et de pollution sur pattes), on démaquille les yeux du bout des doigts comme avec de l’huile démaquillante classique
    On peut reprendre un peu de baume si on a un maquillage très chargé sur cette zone
  • On rince ses mains avec un savon gras(sinon ça colle de partout avec l’eau, c’est désagréable), et on prend un tissu type muslin cloth ou linge en coton pour bébé (un gant de toilette ou une éponge en cellulose sont tout aussi valables)
  • On passe le tissu sur son visage en veillant à bien ôter tous les résidus du baume et du maquillage
  • On rince son visage à l’eau froide pour bien refermer ses pores, on tamponne avec un essuie et on passe un coton imbibé d’une lotion au choix (pour moi, c’est de l’eau de rose)


Et c’est fini.

 

Mes recommandations, conseils, mon expérience du produit

J’ai la peau mixte et déshydratée qui s’est stabilisée depuis quelques mois et malgré quelques boutons passagers quand je suis stressée, je n’ai rien à signaler.

Les premières fois où j’ai utilisé Ultrasimple, j’ai remarqué qu’effectivement cela laissait un film sur la peau après nettoyage, mais rien de désagréable, au contraire.

Vu l’état du tissu après le débarbouillage, je savais que ce qui restait sur mon visage n’était autre que les fameuses couches de protection que laissent les huiles et la cire contenues dans le produit.

Une fois la lotion passée, vous avez la sensation d’une peau propre, fraîche, qui ne tire absolument pas, qui n’a pas spécialement besoin de crème (en hiver je pense que ce sera un très bon allié pour certaines d’entre vous), et qui est toute jolie.

 

Sur le pot, il est mis que ce produit convient plutôt aux peaux sèches et sensibles mais :

  • il faut tester : vu mon type de peau j’aurai très bien pu bourgeonner et je me retrouve avec une peau toute souple et sans imperfection, donc aucun problème
  • il faut utiliser beaucoup d’eau, ou une bassine : il est impératif que l’eau soit chaude pour faciliter le nettoyage, et il faut se passer plusieurs fois le linge humide sur le visage ===> je ne pense pas que ce genre de méthode convienne aux peaux les plus réactives et/ou qui ne supportent pas l’eau
  • Ceci étant dit, j’ai trouvé des revues youtube dans lesquelles les filles « rinçaient » Ultrasimple avec de l’ouate imbibée d’eau chaude, ou encore se passaient un coton imbibé de tonique pour tout retirer, peut-être est-ce moins agressif pour les épidermes gnangnans (ce sont les résidus qui font des boutons le plus souvent, donc prenez le temps de passer le coton partout sur le visage sans oublier les « coins », type tempes, ailes du nez, sourcils)

 

Je trouve que ce produit est une bonne alternative pour les personnes qui souhaitent une autre texture que les huiles démaquillantes, ou qui veulent un produit nomade qui fait bien son boulot (bon, nomade, mais ne le trimbalez pas en festival, ça ne colle pas avec cette ambiance-là).

Comme il fait le même boulot qu’un cleansing balm, il ne faut évidemment pas passer de nettoyant sur le visage après l’Ultrasimple et la crème pourrait s’avérer superflue.

Il fait donc office de démaquillant-nettoyant-crème tout comme le Liz Earle, J’AIME !

 

Conclusion

Il y a sûrement moyen de faire un baume chez soi qui se rapproche de celui de LUSH, mais pour une première expérience d’un produit de soin de la marque, je suis conquise (j’avais testé leur henné, mais bon, j’ai connu mieux par après).

Ultrasimple c’est la simplicité d’un corps gras qui vous laisse la peau douce et hydratée comme une framboise dodue, on peut difficilement trouver plus…simple (oui, il fallait que je fasse la blague).

 

Si le prix vous freine, Lush vend aussi ce nettoyant dans un format de 45 grammes, un bon moyen de tester sans se ruiner.

 

Et pour celles qui doutent encore de l’efficacité du baume, voilà. Pour info, je n’étais pas maquillée du teint aujourd’hui (à part un peu de bronzer) :

US4.jpg

 

Des bisous les Caribous !
Lush Ultrasimple 100gr // 17.45 euros
45gr // 10.45 euros

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

14 réponses à “Un démaquillage Ultracool avec Ultrasimple de Lush

  1. Sarah

    C’est la deuxième revue que je lis sur les baumes et ça me tente bien ( de plus en plus même, je ne connaissais franchement pas!). Moi j’aime bien le gras pour le nettoyage du faciès, tu sens que ta peau est clean après! Par contre, comme l’odeur c’est important à mes yeux, faut que je me déplace sentir la bestiole avant!

    Répondre
  2. Naniiie

    Quand j’aurai terminé ma gelée Thémis, je pense que je tenterai un cleansing balm. Il faut dire que depuis que tu en as parlé sur ton blog, je suis totalement intriguée par ces petites choses. Pareil pour les muslin clothes… D’ailleurs, tu n’as testé que les Liz Earle?

    Répondre
  3. Tifenn

    Qu’il est bien ce baume démaquillant! J’ai suivi ton conseil et du coup j’ai acheté les carrés coton pour bébé et c’est super efficace! Depuis une semaine, j’ai la peau plus douce, moins de micro-kyste et les pores resserrés…en plus les carrés ont un effet gommant très léger! Dire que j’ai failli le jeter ne sachant pas l’utiliser. Merci Mona!

    Répondre
  4. eveange66

    Mouiiii mais Lush non ! Si c’est pour avoir un produit non clean en terme de composition, autant alors acheter la nouvelle creme démaquillante de Body Shop, moins chère et aussi efficace. Pour ma part, je reste sur ma cleansing cream Trilogy, 25 euros les 200 ml. Je l’utilise une fois par semaine, car ma peau ne supportant pas l’eau, c’est vraiment mon maximum. J’ai la peau déshydratée à tendance sèche, et oui, il faut bien rincer, à l’eau chaude. J’utilise effectivement un gant passé sous l’eau aussi chaude que possible et, surtout, bien essoré. Je ne frotte pas du tout !

    Répondre
  5. eveange66

    Je ne préconise ni l’un ni l’autre de ces produits, ni celui de Lush et encore moins celui de Body Shop : à mon sens, les deux se valent en terme de cochoncetés… Raison pour laquelle je me suis tournée vers Trilogy, marque qui bénéficie d’une très bonne réputation, avec une gamme courte. Chers. La cleansing cream, je l’utilise donc une fois par semaine, parfois deux, ce qui illustre bien la douceur du produit même pour les peaux les plus sensibles, en alternance avec un masque au rhassoul ou bien le savon d’Alep. Donc c’est une semaine la cleansing cream de Trilogy, une semaine rhassoul (celui d’Alva, marque allemande, parfait) et une semaine savon d’Alep, le tout rincé à l’eau. Pour la cleansing, la texture est celle d’une crème/lait ? non liquide à appliquer sur visage humide et mimines mouillées. Sur le visage, ça reste une crème. J’en mets sur visage, cou et nuque, à ne jamais oublier. Je masse bien (mais délicatement, on n’est pas pas de la viande !!), ça ne mousse pas du tout, c’est doux et sans odeur, puis je rince très rapidement afin de ne pas laisser d’eau sur mon visage, avec un gant mouillé et bien essoré à l’eau aussi chaude que possible. J’essuie puis passe de suite un spray d’eau de source/thermale. Je rince ensuite cou et nuque, qui sont moins fragiles chez moi. Je me maquille peu, voire pas du tout donc je ne saurais dire si ça ôte bien le maquillage appliqué à la truelle. En revanche, ensuite, j’ai un sentiment de peau vraiment propre, qui ne tire pas, malgré l’utilisation d’eau du robinet sur mon visage. Pour rappel, j’ai une peau qui mature doucement, fine et déshydratée, sans imperfections (mon nez c’est une imperfection ?!!). Je recommande cette crème mais, pour un usage quotidien, il faut bien avouer que cela reste cher même si la qualité est tout à fait au rendez vous, même pour les peaux mixtes ou plus grasses, qui peuvent ensuite avoir la main plus légère sur l’hydratation. Tiens, m’en vais publier ça sur fesses molles, rien ne se perds !

    Répondre
  6. Lacrymortza

    Très bon article,ça me donne envie de le tester. Mais c’est vrai que le prix me freine un peu donc je vais prendre le petit format. Après côté pratique, je me vois mal faire tout ce petit rituel après une longue journée, c’est vrai que je suis plutôt adepte des démaquillants classiques qui démaquillent rapidement mais je testerai ;).

    Répondre
  7. claire

    Ce que je voudrais savoir c’est pourquoi l’abandon du mille feuille et de la tosowong ?
    Si je peux me permettre, sans agressivité aucune, une micro critique je suis pas mal de blog beauté et j’aime beaucoup le tien que je trouve personnel et bien écrit. Mais ce que j’ai du mal à comprendre c’est qu’au bout d’un moment on se rend compte que les produits présentés comme « une révolution » sont souvent abandonnés très vite au final pour d’autres …c’est assez déstabilisant parce qu’on se dit si quelque chose fonctionne pourquoi l’abandonner au profit d’autre chose? de mon côté je suis très contente de la routine mille feuille qui m’a vraiment changé la vie et je ne vois pas trop l’intérêt de changer pour autre chose. mais ce doit être parce que je ne suis pas blogueuse beauté 😉 (heureusement pour mon budget!)
    Ceci dit en toute amitié car je suis fidèlement ton blog que je trouve sincère et intelligent.

    Répondre
  8. Lilly Turtle

    Bonjour,

    Il est sympa ton article, encore un qui me donne envie de passer au baume démaquillant plutôt qu’à l’huile… Le soucis, c’est que je ne sais pas lequel choisir. J’ai tenté de faire une recherche sur beauté test, mais je dois être gourde, je trouve rien. Parce que bon, à ce prix-là, je suis pas sure de pouvoir me le permettre, je préfèrerais tenter un moins cher (mais avec de bons avis).
    Tu as fais comment pour avoir une 20aine de réponse en cherchant des baumes démaquillants ??

    Répondre
  9. Kiki Gaëlle

    Coucou,
    La texture doit etre assez marrante à utiliser.
    Et ça fait un moment que je veux tester les produits lush ‘(notamment un produit hydratant cheveux).
    Mais vu que je suis compliquée et que j’aime pas faire 1 achat a tel endroit un autre a tel autre endroit, j’attendais pour tenter lush. Du coup je note : ça sera a tester quand j’aurai mes nettoyants (j’alterne avec deux selon l’envie) de fini 

    C’est quoi le linge que tu utilises pour nettoyer ?

    Pour les questions qui ont été posé je suis un peu dans ton optique Rose Cocoon, on ne pourra pas enlever que j’adore Nominöé mais parfois j’ai envie de changer et de faire des essais. Y’a pas photo d’ailleurs Nominöé restera mon Graal a moi. J’adore le nettoyant et le philtre de beauté (seuls que j’ai testé pour le moment) mais pour ne pas me lasser (car mine de rien a toujours utliser la meme chose on se lasse de l’odeur etc) j’aime bien changer.

    Et effectivement la question des saisons, y’a pas photo en été j’ai vraiment du mal avec le philtre de beauté car ma peau (mixte) a vraiment besoin de quelque chose de plus léger.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *