13 août 2014

Les pieds au frais pour un moonwalk parfait

lushakileine.jpg
Je me souviens que l’année passée, pour détendre mes pieds pris par la chaleur, je les plongeais dans une bassine remplie d’eau froide et aromatisée à l’huile essentielle de lavande.

Oui, je me faisais un bain pour petons comme les vieux et j’aimais ça, j’ai atteint un niveau de plénitude incomparable ces jours-là.

Quelques mois plus tard, complètement concentrée sur mon visage, je dénigrais mes mini-panards, les excluant volontairement de ma routine de soin (QUOI, MOI ? MASSER MES BOUDINS ? NO WAY), ne leur accordant qu’une lichette de baume corporel péniblement étalé du bout des doigts et les fourrant vite fait dans des chaussettes bien fluffy pour ne plus les voir.

 

En hiver on a d’autres chats à fouetter, on veut  se lover dans une couverture en plume d’oie, n’en sortir que pour un cas d’extrême urgence (Alfred qui a boulotté tout le chocolat), et moins on bouge plus on soupire de contentement.

S’il pleut et que l’orage se déchaîne sur les vitres, le sentiment d’être dans son cocon devient carrément jouissif, tout ce qu’on veut c’est ne penser à rien.

 

Bref, les saisons se suivent sans se ressembler, et il y a quelques semaines, mes pieds m’ont à nouveau fait souffrir.
Signal d’alarme enclenché au maximum, je souffrais jusqu’au mollet, les chevilles n’avaient plus envie de faire office de jointure dans le genre « fous-moi la paix », j’ai les guiboles qui ont la marche molle, je te dis pas la dégaine de chewing-gum.

Du coup, un peu par dépit, je me suis jetée corps et âme dans l’univers des soin pour panards effet fraîcheur, et, mazette, je suis vraiment conquise par mes découvertes !

 

Akileïne fraîcheur vive, le plus FRESH !

gelaki.jpg

Je ne connaissais absolument pas la marque, j’avais reçu le tube dans une box et l’avait vite remisé dans un coin de ma chambre, genre « c’est bon, je suis pas une vieille aux jambes lourdes, ne me zieute pas la couenne ».

Mhinhinhin.

Dedans il y a (selon la compo du mien, il me semble qu’il s’agit d’une nouvelle version, les pharmacies en ligne ne listent pas les mêmes ingrédients) : de l’eau, de l’alcool (gnouhouhou, vivifiant), un silicone volatil pour le toucher doux, de la glycérine (hydrate), du ginkgo biloba (pour la circulation améliorée), du marron d’inde (décongestionnant), entre autres.
Et pas de parabènes.

Aqua, alcohol denat, cyclopentasiloxane, glycerin, polyacrilamide, menthyl lactate, Ginkgo biloba leaf extract, Aesculus hippocastanum seed extract,  c13-14 isoparrafin, menthol, imidazolidynil urea, cytronellyl methylcrotonate, peg-36 castor oil, parfum, laureth-7, citric acid, potassium sorbate-CI 42090 (Blue)

 

gelaki1.jpgUn peu intriguée, j’ai commencé mon épopée avec un bête soin de pharmacie et je suis absolument fan de ce produit.

Ce soin se présente sous la forme d’un gel, complètement malléable, très agréable à travailler et qui laisse un peu de temps pour bien pétrir ses petits muscles. Une fois bu, le ressenti n’est pas collant ou huileux, les petons sont hydratés et non poisseux.

 

La couleur du gel est bleu lagon et donne envie de s’y baigner (crazy !), et même si le premier soir je lui trouvais une action peut évidente à déceler, une fois sous la couette, mon discours s’est mué en « bourdoul, j’arrive pas à réchauffer mes panards ! ».

Normal Germaine, ils avaient viré glaçons en moins de deux.

Le fresh effect dure au moins une heure (avant que je m’endorme), mais chez Akiléïne, ils carburent au Fristi et jurent qu’on peut tenir 7h avec les patounes glacées – m’est avis qu’après un moment, la zone devient anesthésiée.

Je ne peux pas valider cette affirmation, mais au réveil, je me sens le peton guilleret, c’est bon signe j’imagine, et je n’ai jamais loupé une application après une journée de boulot.

Donc je valide !

 

Promenade sur le Boulevard de Lush : le plus doudou !

promenadeboulevardlush.jpg

Puis, après avoir quasiment siphonné la moitié du tube d’Akiléïne en quelques semaines et voulant un peu changer d’atmosphère (l’effet glaçon me plaît, mais varier les textures aussi), j’ai fait un saut chez lush et je suis repartie avec Promenade sur le Boulevard.

En vrai la dame voulait me vendre un machin pour patoune-qui-pue-le-rat, mauvais discours, mauvaise audience, j’étais sa première cliente mais pas docile pour autant.

 

Dedans il y a 

De l’arnica (pour soulager à merveille, dégonfler), des ingrédients adoucissant/nourrissants (amande douce, cacao, glycérine), et trois huiles essentielles (menthe poivrée et verte pour rafraîchir et donner un coupde fouet, et de tagète comme anti-mycosique, antibactérien).

Et oui, y a des parabènes.

Eau (Aqua), Infusion d’arnica (Arnica montana), Huile d’amande douce (Prunus dulcis), Beurre de cacao bio issu du commerce équitable (Theobroma cacao), Glycérine (glycerin), Acide stéarique (Stearic acid), Triéthanolamine (triethanolamine), Huile essentielle de menthe verte (Mentha spicata), Huile essentielle de menthe poivrée (Mentha piperita), Huile essentielle de tagète (Tagetes minuta), Lanoline (lanolin), Alcool cétéarylique (cetearyl alcohol), Limonène* (limonene), Linalol* (linalool), Parfum (parfum), Colorant 17200 (CI 17200), Parahydroxybenzoate de méthyle (Methylparaben), Parahydroxybenzoate de propyle (Propylparaben)

 

promenadeboulevardlush1.jpg

Clairement, cette formule-ci est un peu plus tournée vers le soin, la détente le temps d’un massage et la nutrition du peton en prime.

 

J’avoue que la texture m’a un peu rebutée (maintenant je prends un malin plaisir à tremper mon doigt dedans) : on est entre la lotion et l’esprit d’un yaourt bien ferme, la couleur fait penser à un malabar fondu quand l’odeur se rapproche d’un chewing-gum mentholé, une contradiction totale.

Mon nez n’est pas en accord avec mon cerveau, il n’arrive toujours pas à avouer ce qu’il sent, un parfum de fraise m’aurait sûrement plus convenu, vu le visuel, ou alors une odeur de menthe plus affirmée et moins sucrée (je suis pas tatillonne, juste perturbée).

Avant de l’acheter, j’avais lu pas mal de revues, et vu que des gens étaient déçus parce que les crevasses persistaient malgré une bonne couche de PSB…

 

Alors

  • il s’agit d’une lotion, donc ce n’est clairement pas un produit bien mastoc comme un baume, quand on a des problèmes de sécheresse bien ancrés, on choisit plus costaud et pas un soin post-promenade urbaine !
  • elle s’étale (un peu trop) bien, donc je procède par « couches » pour éviter d’en mettre une tonne, et de me retrouver à masser les jambons de la terre entière pour me débarrasser du surplus
  • l’effet frais est moins convaincant (mais présent !) et elle apaise beaucoup plus que le gel Akiléïne
  • je suis comme une gamine quand je prend une dose, le simple fait de tremper le bout des doigts dans une pâte rose est complètement régressif
  • gaffe à bien faire pénétrer le produit sinon vous jouerez Happy Feet dans votre salle de bains, le mieux c’est de faire comme moi, d’enfiler des chaussettes illico et on n’en parle plus
  • Ce soin est PARFAIT en post-rasage pour s’éviter des gambettes qui grattent !

 

promenadeboulevardlush2.jpg

Dans l’ensemble, les deux se complètent vraiment bien, vu que le gel détend en jetant un coup de frais quand PSB apaise du feu de dieu et se prête plus au massage.

A choisir, je garderais le produit lush, parce qu’il est bien foutu, donne vraiment envie de l’utiliser (alors que bon, on la connaît la paresse des soirs de fatigue pédestre), et a un meilleur rapport quantité-prix.

Mais si comme pour moi, certains jours font de votre démarche un vrai parcours du combattant (la ligne droite devient optionnelle sur les derniers mètres avant d’arriver chez soi), alors je vous conseille le petit lagon bleu d’Akiléïne, plus direct pour soulager même si un peu moins funky à l’usage.

Et de le mettre au frigo pour décupler son action au passage !

 

En tout cas, ce sont deux belles découvertes pour ce mois-ci, je commence déjà ma recherche pour des cosmétiques chauffants, histoire de passer l’hiver sous des températures estivales (qui a dit que j’avais les saisons bancales ?).
En attendant, je vais me tartiner jusqu’aux genoux avec ma marmelade rose bonbon.

Y a qu’une fille pas nette pour trouver ça normal, genre moi, c’est clair.

 

Des bisous les Caribous !
Promenade sur le boulevard, acheté 14.45 euros les 225grammes en boutique
Gel fraîcheur vive Akiléïne, reçu, environ 14 euros les 125ml en pharmacie

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

12 réponses à “Les pieds au frais pour un moonwalk parfait

  1. Séverine

    Noooon mais arrête de rendre tous les produits Lush si attrayants, un de leurs magasins ouvre bientôt près de mon unif’ et mon porte-monnaie hurle déjà.

    Sinon je déteste les pieds, va savoir pourquoi. Un traumatisme d’enfance, sans doute, mais la vue de mes propres panards me donne envie de pleurer.

    C’est pas très net, ça non plus, en fait…

    Répondre
  2. UneFilleLambda

    Akileine, c’est vraiment une marque du tonnerre pour tout ce qui est soin pour extrémités en perdition. Cette phrase donne étrange mais si tu ne connais pas déjà la Cicaleïne est une tuerie tout bonnement interstellaire sur tout ce qui ressemble de près ou de loin à une crevasse miminesque ou petonesque. Et que dire de la fameuse crème Nok qui sauvera le peton qui frotte dans l’escarpin féroce! Bref tout ça pour dire que je suis moi aussi conquise sauf peut-être par les packagings qui semblent un peu sortis d’un logiciel de design des années 30 🙂

    Répondre
  3. Pauline

    Ah yes, on parle des petons ! Oui, il ne faut pas poncer car ça active la formation de cornes, ok ça je sais… Mais moi l’été je suis free du pied et chez moi ce sont les pieds à poil que je me promène. Résultat des petons à la peau épaissie… Pas hyper glam ! Alors comme je suis curieuse, je lis tes commentaires et apparemment Akileïne fait des soins miracle, je m’en vais enfiler des pompes et courir à la parapharmacie.
    Au fait, suis-je la seule dinde de l’univers à ne pas être attirée par Lush ??!

    Répondre
  4. Lulu

    Ah Mona, tu décris très bien les jambes qui ne marchent plus droit après des heures de gambades… Hier, je me suis baladée pendant 3h, et j’avais les jambes qui gondolaient, qui faisaient comme des vagues sur les derniers mètres.
    Donc je retiens tes suggestions, surtout Akiléine (comme Pauline, Lush ne me dit rien).

    Répondre
  5. Elsamakeupaddict

    Super article (je commente peu mais je te lis régulièrement et j’aime ta manière d’écrire, ta franchise, etc.) !
    Promenade sur le Boulevard est devenu un indispensable depuis que je l’ai testé l’été dernier, je ne peux vraiment plus m’en passer !!!

    Répondre
  6. Virginie

    Purée, j’étais comme toi avant
    Je les délaissais complètement
    Je pensais plus qu’à un truc : éradiquer mes vieux boutons de merde !!!
    Ca rend complètement fou l’acné je crois ^_^

    Répondre
  7. Léo

    Et bien, je crois que c’est la première fois qu’un de tes articles ne me donne pas envie sur les produits ! La première crème ne correspond pas à mes besoins (j’ai pas spécialement les pieds échauffés, juste assez secs), et la deuxième l’odeur de bubble gum à la menthe m’avait rebuté en boutique, et tu ne réussis pas à me faire changer d’avis en en chantant les mérites… Dommage car la compo avait effectivement l’air sympa !
    Moi pour les pieds j’aime les baumes bien gras qu’on masse pendant longtemps, mais j’en ai juste marre des odeurs de lavande, je cherchais un truc cocooning comme ils savent si souvent faire chez lush… Sauf là 🙁

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *