20 mai 2013

Narta et ses patchs au-trop-collants

patch1-copie-1.jpg

Je ne sue pas comme un boeuf.

Je préfère le dire, je suis plutôt contente de mes aisselles et du pack génétique livré avec : je sue modérément quand il fait beau/chaud, je sens rarement en dessous de aisselles (thanks to la pierre d’alun, cuin cuin), je suis presque parfaite en somme.

 

CECI ETANT DIT, quand arrive une soirée plus ou moins classe et que je suis devant une veste très cintrée, en dessous de laquelle j’aimerais ne porter qu’un top, je me rabats tout de suite vers un bête t-shirt et un pull potable, parce que j’ai peur d’abîmer mes beaux vêtements.
C’est concon.

T’achètes des vêtements pour les mettre, et pour finir ils restent dans un coin pour ne pas « qu’ils sentent en dessous des bras après, on sait jamais Ginette ».

 

Sauf que, au détour d’un Auchan, je tombe sur le graal, la pub tournait déjà en Belgique, mais aucun signe du produit dans les rayons.
Ni une ni deux, j’ai jeté la boîte dans le caddie et j’ai rapidement marché vers les caisses en regardant derrière moi, au cas où on voudrait m’empêcher d’acheter mes précieux.

 

Le grand test Narta : les patchs anti-auréoles

Le packaging

Assez intrigant.
Je pense qu’il y a une femme derrière tout ça, je ne sais pas, comme une intuition..

Ça rappelle bien évidemment l’emballage des serviettes hygiéniques, c’est présenté de la même manière, donc à moins d’être franchement loin dans votre tête (type à chevaucher un homard géant dans un Flunch), essayez de ne pas vous gourer quand vous partez en week-end avec chéri.

narta3.jpg

Il y a deux patchs par sachet (quatre sachets en tout dans la boîte), qui ont une face à la texture un peu feutrée et pas rugueuse du tout, et une autre qui a deux faces autocollantes, le milieu du patch n’étant pas adhésif.

J’étais assez bluffée par l’épaisseur (moins de 1mm) à l’ouverture du pack, m’attendant sûrement à quelque chose tenant plus de l’éponge que de la feuille.

narta2.jpg
Le test en live

La mise en place est plutôt simple, ça dépendra un peu du diamètre de vos manches, mais en soi, CA PASSE !

La seule difficulté réside dans le fait de bien coller la plus petite face bien à plat dans le début de la manche, sinon ça fait des plis, et les plis ce n’est pas joli (ET VU que je suis douée comme un crabe avec sa pelote de laine, j’ai un peu eu du mal au début).

L’astuce : retournez carrément votre habit, à l’envers ce sera plus facile à poser.

nartapatch2.jpg

Le verdict

Je les ai testés pendant la soirée des Weekend Blog Awards : j’avais une robe sans manches et une veste bien cintrée par-dessus, le genre d’habit qui exige d’être impeccable.

Pendant la soirée, j’ai eu un petit coup de chaud, puis le stress et l’engouement aidant, c’était parfait pour juger de l’efficacité des deux joujoux sous les bras.

Je trouve que je les sentais pas mal, finalement, et qu’ils n’avaient pas l’air aussi fins que lorsque je les avais sortis de leur paquet. Mais la sensation n’était pas désagréable, et, fait important, ils n’ont pas bougé d’un poil (si je peux me permettre).

modelnarta-copie-2.jpg

Une fois rentrée chez moi, j’ai d’abord senti le tout à plein nez (j’imaginais déjà les germes se baladant sur la serviette, macérant dans une joyeuse vase puante).

J’ai reniflé ce territoire blanc de fond en comble mais aucune odeur ne venait troubler la banquise, c’était le bonheur.
Puis est venue l’étape du décollage (pas vers les cieux, le décollage de la bandelette) et là, autant vous dire que j’étais moins contente.

 

En voulant tirer le tout comme quand on se débarrasse d’une protection féminine, je me suis retrouvée avec le dessus du patch dans les mains, et l’autre bout, la face autocollante, toujours figée à l’entrée de la manche.

Vous auriez bien ri en voyant ma tête et mon air estomaqué, moi j’avais du mal à déglutir et envie de d’appeler le chef de meute de Narta pour le tirer de son sommeil et lui hurler dans le combiné  » C’EST QUOI CE BORDOUL, CAMARADE ? ».

J’ai mis 10 minutes pour tout enlever, parce que bien évidement rien ne voulait partir en un morceau.

 

Et encore deux minutes à ôter les quelques résidus de colle et à râler parce que la doublure avait aussi un peu pris un sacré coup(quelques endroits où la fibre s’était distendue).
Une vraie bataille de salle de bains.
 

Donc oui, je suis super contente parce que ces patchs remplissent leur rôle à merveille, et ne sont pas humides pendant leur utilisation, ils absorbent la transpiration de manière instantanée.

Mais en même temps je suis pas du tout contente parce que je dois me battre avec les aisselles d’un vêtement qui coûte cher pendant vingt minutes, ce que je trouve moyen, surtout qu’il faut faire attention à ne rien abîmer (et que j’ai quand même fait un carnage).

 

Mon conseil à Narta

A partir du moment où l’on se dit que c’est le genre de produit qu’on va utiliser sur des vêtements qu’on met les jours où l’on veut être impeccable, POURQUOI mettre une colle aussi adhésive ?

Il n’y a aucune mention des tissus sur lesquels il vaut mieux éviter d’appliquer les patchs ( au cas où, évitez de les mettre sur des tissus trop fragiles, ou qui n’ont pas de doublure, conseil d’amie), je pense que ça serait utile de rajouter ce « détail » sur l’emballage.

Je ne vais pas vous dire de ne pas les acheter, parce qu’ils m’ont bien dépannée, et que, résultat des course, ma veste sent encore comme au magasin, c’est à dire la boutique neuve.

Mais il faudrait vraiment que la marque revoit la dose d’adhésif, parce que même si ça fonctionne sûrement mieux sur du coton, moi c’est quand je porte du synthétique que ça m’intéresse grandement !

 

Des bisous mes Caribous !
8 Patchs anti-auréoles Narta, environ 4/5 euros en GMS

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

10 réponses à “Narta et ses patchs au-trop-collants

  1. barbara

    pour moi c’est clairement un gadget ! tu vas rire mais j’ai déjà utilisé une always ultra fine, en plein été sous le cagnard, je devais garder ma veste ce jour là en rendez-vous, ma foi y’a eu zéro dommage ni à ma dignité ni à ma veste, les patch narta ne passeront pas par moi (au pire, y’a des always dans le tiroir de ma fille si besoin) haha !! je t’imagine dans la salle de bains, grand moment de solitude … gros bisous !!

    Répondre
  2. christelle

    Excellent, je ne savais pas que c’était sorti en France. ça existe au Japon depuis très longtemps.
    Perso, je préfère assumer ma transpiration, je n’ai aucun souci avec ça. Bon faut dire que ça ne sent pas, donc ça aide. AHAH amis de la délicatesse, bonsoir! 😉

    Répondre
  3. Sabrina

    J’en ai vu plusieurs fois dans le Kruidvat près de chez moi et je suis quasi sure que ce ne sont pas des Narta. A l’occasion j’en prendrai une fois pour voir, et je vous dirai quoi. Petite question, le dessin est de toi ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *