28 décembre 2014

Pillow spray et embout cashmere, ou les douceurs du dimanche

claripillow1

Il a neigé hier soir.

D’habitude, il tombe des flocons blancs le jour de mon anniversaire, mais le père Nowel et sa troupe avaient du retard dans la livraison, du coup, pluie le 22 et manteau blanc cinq jours plus tard, j’ai enfin pu entendre le « scrouic scrouic » du givre sous mes pieds, tandis que Marty devenait dingue, plongeant puis sortant d’une ornière le museau tacheté par des bouts glacés.

JOYANCE INTERNATIONALE.

 

Pourtant, j’avais très mal commencé la journée, on avait du appeler les pompiers et la police parce que j’avais réussi à m’enfermer SEULE dans un local avant même l’ouverture du fitness.

Hurlements pour qu’on m’entende en bas du bâtiment, crise de panique, sans rien d’autre à faire à part attendre que quelqu’un vienne me chercher.

Ca aussi, ce fut folklorique.

 

Quand tout s’enchaîne d’une manière si parfaite pour te foutre dans la mouise. Quand tu repenses à chaque élément, à la soeur qui POUR FINIR, ne vient pas s’entraîner à la première heure, la musique que j’ai choisi de mettre plus fort ce jour-là avant que les clients n’arrivent, la porte d’entrée fermée à clef pour qu’ils ne se présentent pas à l’avance.

Puis compléter le tableau avec une apothéose parfaite, le smartphone laissé en bas avant l’inspection des locaux alors que je le prends toujours avec moi, et cette foutue clinche qui ne marchait que du côté extérieur de la pièce et tournait à vide au-dedans.

Un évènement domino, où tout cascade sans faillir jusqu’à ce que tu trébuches sans l’avoir vu venir.

 

Du coup, ce matin, j’ai greffé mon téléphone dans ma main, j’ai demandé à ce qu’on m’offre un couteau suisse comme extra-cadal, un cale porte aussi, et je suis à la recherche d’un jumeau qui me suive où que j’aille.

Bref, ne me laissez jamais seule, je fais trop de conneries.

 

Pillow Spray
Susanne Kaufmann
19 euros 75ml chez K&B

En rentrant chez moi, j’étais vannée, comme quelqu’un qui a passé sa journée sur des montagnes russes alors que le monde tourne au ralenti à cause des intempéries. Décalage temporel, grosse envie de me coincer dans un plaid (en mode burrito de Mona), de dessiner, boire du thé, j’avais l’air d’un zombie de niveau 5.

Depuis quelques temps, j’utilise un spray de coussin.
(ça te choque ? T’achètes bien un pshiiit pshiiit juste pour la pointe de tes cheveux)

Rien de révolutionnaire dans le tube, même si on frôle déjà l’apaisement quand je commence à le vaporiser sur mon drap, ma couette, mon oreiller, et qu’une fois glissée dans mon lit, je me plonge dans un petit champ de lavande en me sentant bien..MIEUX !

pillowspray1

Dedans il n’y a que des ingrédients naturels : de l’eau, de l’alcool dénaturé, de l’huile essentielle de lavande, d’orange douce et de citron.

Le parfum est très frais et agréable, pourtant j’ai un petit regret qui me colle au nez depuis le premier soir d’utilisation : je trouve que l’odeur se disperse trop vite, ou n’a pas assez de corps, c’est selon.

J’ai toujours été à la recherche d’un pillow spray de compète qui sente la Provence à plein nez (avec les criquets en fond sonore, s’il y a moyen), et celui-ci joue plutôt dans la cour des mini-grains violets qui ont déjà donné leur première fragrance.

pillowspray2

Mais comme j’aime aussi les odeurs douces et évanescentes (point trop n’en faut), je dois avouer que celui-ci est justement dosé, assez pour me relaxer avant de fermer les yeux et sans me donner la migraine en prime (bonus point).

Ca fait déjà 4 semaines que je l’utilise et il descend très lentement, pourtant j’en use et en abuse jusqu’à finir comme une hystérique qui lance des « ah, encore un petit peu ici, et un pshiiit par-là ». « Ah et puis là aussi ». « Marty, amène ton museau ».

Finalement je vais dormir plus tard à force de me préparer au dodo, les rituels bien-être me crèvent, peut-être pour ça qu’ils marchent aussi bien sur moi.

 

Embout cashmere deluxe
reçu par Clarisonic
30 euros

Finally mine.

Après avoir parlé de la série cashmere deluxe de clarisonic il y a plus d’un an, j’avais un peu lâché l’affaire de me procurer une brush de la gamme, j’étais tombée dans une marmite de cleansing balms, l’embout pour peaux délicates me convenait à merveille, alors pourquoi changer quand on a déjà ce qu’on aime ?

PARCE QU’ON VEUT TOUJOURS MIEUX.

clari

En attendant que mon précieux embout radiance (gniiiih) et tous les produits éclat débarquent ici en Gelbik, j’ai donc testé la fameuse brosse « qui mime l’effet tosowoong sur le minois ».

En réalité, contrairement à la toso, la brush cashmere possède trois niveaux de longueurs: donc on garde l’intérêt des vibrations soniques (à mon sens), vu qu’il y a bien une base de poils STATIQUE pour garder l’efficacité au nettoyage, pendant que les plus longs ploient un peu et s’occupent de nettoyer les pores de manière plus subtile.

 

Alors, je trouve quand même, et dans l’absolu, que la douceur de la tosowoong est difficile à égaler quand elle est en action, vu la finesse de sa fourrure.

Ceci étant dit, cet embout-ci est vraiment très approchant au niveau de l’effet ultra-soft (un peu comme une patoune de lapin, sans coussinets) et nettoie aussi bien que mon delicate, tant qu’on l’utilise correctement : quel que soit l’outil, plus les poils sont fins, plus ils pénètrent la peau (dans une mini-mesure hein), donc rien ne serre de presser l’engin, il faut laisser la machine fonctionner d’elle-même.

 

Après test, avec d’un côté la toso et de l’autre la clari + la cashmere brush, je préfère la seconde :

  • elle polit bien mieux le visage, et la peau est plus douce au rinçage
  • on doit rien faire, comparé à l’usage d’une brosse mécanique
  • même si sa douceur est un mini-cran sous celle de la toso (du à un nombre de poils inférieur, donc une plus petite densité), les trois niveaux de poils sont bien plus efficaces sans arracher le minois
  • Je garde quand même un côté très old school, et mon visage est habitué aux embouts « plats » de chez Clarisonic, celui pour peaux délicates étant mon favori
  • A choisir, je mets la delicate en premier parce que je l’adore, je la tolère, c’est ma pote, mais la cashmere sera mon petit à côté pour les jours (comme hier) où je veux me décrasser la couenne avec une patoune de lapinou et souffler en même temps

 

Si tu as la peau très sensible, que ta Mia prend la poussière, ou que l’embout delicate te fait peur depuis des années, alors celui-ci devrait sûrement bien passer.

 

Je me suis encore réfugiée dans ce qui me rassure, l’effet doudouce, la lavande, un peu de neige sur les Uggs, inspire-expire, et écoute toi marcher/sauter sur les pavés quand la rue est déserte, blanche, déjà empreinte de bouillasse.

Je fais un patchwork de tout ça, je m’enroule dedans si je veux.

Y a juste des soirs comme ceux-là où il vaut mieux se relaxer, me laisser tricoter une écharpe brodée d’un « fais pas chier, ma journée a mal commencé ».

Du moment qu’elle termine bien, hein, ce qui importe c’est la fin.

 

Des bisous les Caribous !

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

4 réponses à “Pillow spray et embout cashmere, ou les douceurs du dimanche

  1. L.aime

    Bonjour,
    Je n’utilisais plus ma Clarisonic depuis des mois car l’embout peaux sensible n’est pas assez soft me concernant…Je viens donc d’acheter l’embout cashemire et j’ai hâte de le tester…Je me demandais l’utilisez vous toujours et si oui en êtes vous toujours si contente ? Merci !

    Répondre
    1. Mona Auteur

      Non, je n’ai d’ailleurs utilisé que cet embout-là car j’ai toujours préféré le « sensible » chez clarisonic, plat et plus efficace. 🙂 mais le cashmere est un très bon embout, il ne me plaisait juste pas autant que les autres 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *