7 août 2014

Celui qui lit sur une liseuse n’est pas un lecteur authentique

kobo.jpg
« Je suis une fille de papier, roulée dans le papyrus, je hume la feuille, je la sens fléchir sous mes doigts, le plaisir tactile fait partie de mes sens les plus aiguisés.

Toucher un livre et je suis comblée. »

 

Il y a deux ans encore, j’avais ce genre de discours, complètement obnubilée par le pouvoir du papier sur mon psychisme, une droguée de l’écrit, du ressenti, de la matière.

Quand j’ai découvert les liseuses, j’ai d’abord eu un mouvement de recul, une pulsion de vie qui m’empêchait de me pencher sur le sujet, un désintérêt qui s’est vite mué en complète fascination, j’ai la volonté d’une gosse quand je veux.

J’ai mis un an à me décider à acheter ma kobo, je me sentais comme une chrétienne qui vient de commettre un péché, un ver dans une pomme, une verrue sur un pied, je pensais que d’une manière ou d’une autre j’allais tuer le papier.

 

A l’époque, les premiers jours se sont bien passés, j’avais une sorte d’engouement progressif qui s’est transformé en addiction, je sortais ma liseuse au moindre arrêt de bus, en attendant le train, mes mains glacées dans les gants la buée dirigée vers l’écran, je restais dans ma bulle sur un bout de quai.

Puis, une fois mon « stock d’e-books » fini, j’ai été confrontée à la plate-forme de vente d’epub. Qui dit plate-forme dit lieu sans personne pour te conseiller, pas de libraire, pas de discussion autour des romans, beaux-livres, pas de tergiversation dans les rayons.

 

J’ai eu ma première déception avec la Fnac, ayant acheté leur appareil pour spécifiquement disposer de leur bibliothèque en ligne, je me suis vue refuser l’accès parce que « les résidents belges n’ont droit qu’au catalogue kobobooks ».

J’ai mis des mois à digérer l’entourloupe, en choisissant de méthodes alternatives pour faire un pied de nez au système. Cliente oui, mais pas pigeonne, le site kobo n’offrait qu’un choix réduit, et à l’heure d’aujourd’hui, sa fonction recherche est toujours aussi bancale qu’à ses débuts, rédhibitoire.

 

Avec le temps, mon avis sur le sujet devenait un argumentaire à la faveur de l’objet quand j’essayais de convaincre quelqu’un du bien fondé de ce nouveau-né dans l’univers culturel européen.
Un petit bout de plastique, plus esthétique et pratique que nostalgique qui était devenu, en quelques jours seulement, mon compagnon de banc public.

 

Une petite technologie pratique qui a abattu mes idées reçues une à une 

  • tu perds tout plaisir sans papier à froisser : ça dépend des points de vue, je trouve qu’à force d’avoir pu personnaliser la typographie et l’interligne, j’ai entre les mains un écrit qui se lit plus facilement parce que je lui ai donné une forme plus personnelle. Donc le confort apporte une autre dimension.
  • au fond, ça revient au même que de lire sur une tablette : NON QUOI, une liseuse n’a rien à voir avec une tablette, l’e-ink ressemble énormément à l’encre papier, pas d’écran qui brille (sauf pour certains nouveaux modèles) et pas d’autonomie en berne après 3h. On oublie le net on se focalise sur le récit, pas de « bip » ou de « tuut » qui t’interrompent toutes les deux minutes, sans compter que la lumière bleue des appareils connectés éveille quand la liseuse n’influe pas sur le sommeil
  • je trouve ça cher pour ce que c’est : ça dépend ça dépasse, si tu lis un livre par an, sûr que tu n’es pas le bon public, mais si, comme moi, tu en lis au moins un à deux par mois, voire plus, l’engin pourrait très bien te servir
  • on ne peut pas annoter, gribouiller des infos dedans : en fait si, tu peux le faire directement sur une liseuse, même marquer des pages
  • un livre ne meurt jamais : en réalités, les écrits ne meurent jamais, les bouquins, eux, finissent par pourrir, sentir le vieux grenier, vieillir tout simplement
  • la technologie tue la nostalgie : la nostalgie reste ce mouvement régressif qui nous retient vers l’arrière quand on tente d’avancer. Il faut savoir manger les madeleines de Proust et ne garder que les plus précieuses, une fleur vaut mieux qu’un bouquet tu sais

 

Les gens sont effrayés, pensent que le livre électronique annonce la mort du livre papier (hum), alors que finalement, même en étant une addicte de ma liseuse, je n’arrête pas pour autant mon achat de bouquins physiques.

Pour le plaisir de remplir ma bibliothèque, d’avoir des collections complètes, de posséder l’oeuvre d’un auteur, de se rappeler en un coup d’oeil, je suis née dans une bassine remplie de journaux, j’ai de l’encre sur les doigts et le parfum d’une imprimerie qui me colle aux naseaux.

 

Je n’oublie pas d’où je viens, et je pense contribuer au partage des paroles d’un écrivain quand je conseille une lecture à un ami, quand je glisse dans une conversation qu’il y a des auteurs à découvrir.

Je suis une lectrice sur liseuse pourtant je ne me considère pas comme une dissidente dans le monde littéraire, je me cultive, d’une manière plus nomade, plus rapide, plus pratique, mais JE LIS.

 

Au fond, la nouveauté divise toujours, mais dans le débat électronique versus papier, est-ce que quelqu’un a pensé à ne parler que du récit commun aux deux supports ?

C’est l’histoire qui importe, le reste se lie aux souvenirs d’une époque dont on vient, où le tout papier avait ses droits.
Je préfère me dire que je suis la lectrice d’une période transitoire, vu que dans 30 ou 40 ans, nous lirons sûrement la majorité des contenus sur des supports électroniques.

Un mal pour un bien, on tue moins d’arbres, on vit plus vite, mais quand je m’assied avec mon bouquin numérique, je profite du moment avec une tasse de café ou de thé fumant.

 

Pour ça, rien ne change, je me sens bien dans ma bulle, fantastique interlude dans un quotidien pressé, et qu’on ne vienne plus me dire que je suis une paria, une lectrice de seconde zone.
Ce serait mal me connaître, m’offenser.

Je suis une lectrice comme les autres.

Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

33 réponses à “Celui qui lit sur une liseuse n’est pas un lecteur authentique

  1. Mel

    Chouette article ! Comme toi, je ne lisais que des livres papier, mais à un moment, il faut admettre que c’est tout de même plus pratique une liseuse ou tablette. Ca prend moins de place et on peut enchaîner les livres plus facilement (pas besoin d’aller les chercher en magasin ou d’attendre sa commande pdt 3 jours :p).
    En tout cas, tu me donnes envie de passer de la tablette à une liseuse, qui a l’air quand même plus confortable pour lire ! 🙂

    Répondre
  2. Celoushka

    Ca fait plusieurs semaines que je me tâte pour en acheter une… Tu m’as convaincue ! Par contre, j’ai l’impression qu’elles sont toutes petites… Ce n’est pas gênant à la lecture ? 🙂

    Répondre
  3. madraykin

    J’avoue je ne me suis jamais posée de questions concernant les liseuses. Puis bon, j’aime le vieux papier jusqu’à avoir orienté mes études dans ce domaine. C’est en lisant ton article que j’ai finalement compris certains détails qui pourraient être pas mal pour moi. En tout cas je ne pense pas que le changement support soit à prendre à reculons. Comme pour la musique j’ai pris l’habitude d’acheter physiquement les cd dont je suis fan et des musiques « dématérialisées » pour les autres…
    Ça me fait rire, finalement, j’ai cliqué ici en pensant donner un avis tout contraire ! ahah

    Répondre
  4. Logorrhée

    Complètement d’accord avec ton texte. J’avais les même a priori sur les liseuse jusqu’à ce que j’ai la mienne. Et finalement c’est tellement pratique que je l’emporte partout. Ca ne m’empêche pas d’acheter des livres papiers, d’ailleurs je m’en suis offert un de La Pléiade il y a peu.

    Répondre
  5. Anahaddict

    Je suis TOTALEMENT d’accord avec ton article ! J’en avais écrit un similaire lorsque j’ai eu ma Kobo d’ailleurs. Au début ça me rebutait également, puis ça m’a intriguait, mon chéri m’en a offert une pour Noël et j’ai était ravie ! Avant je partais en vacances avec une dizaine de livres dans ma valise, je te dis pas le gain de place maintenant ! Lire le soir fait beaucoup moins mal aux yeux, et en effet ça n’a rien à voir avec la lecture sur tablette, là on a vraiment l’impression de lire sur du papier avec l’e-ink 🙂 Comme toi je continue toujours d’acheter des livres, je n’en perds pas le goût. Ca me permet d’acheter des beaux livres, ceux d’auteurs que j’aime vraiment etc.. Et en effet un livre ça vieillit ! J’ai acheté un beau livre de cuisine récemment, et je l’ai retrouvé moisi à côté de mon lit ! J’étais dégoûtée et pourtant il n’y avait aucune humidité, rien, à 20e le bouquin je l’avais là xD

    Répondre
  6. Pissenlit

    pas encore décidée…
    Pour: en vacances, j’emmene toujours 5-6 livres avec moi, et ca prend de la place, ca père lourd, et ils reviennet destroy..
    contre: comment je fais pour les prêter à ma mère ? et j’ai aussi peur d’avoir moins de choix que dans une « vraie »librairie..
    en fin de compte, je finirais sûrement par m’y mettre, ça à l’air d’être pratique. Numérique ou pas, le plaisir de lir est le même, qu’importe le flacon finalement 🙂

    Répondre
  7. agrippine

    je suis de la vieille ecole encore..j’achète des livres, des DVD et même des CD !!!
    j’aime l’objet qu’est un livre ! pouvoir le trimballer partout..avoir un livre, c’est avoir une couverture, c’est pouvoir aller chez les gens et piquer dans leur bibliothèque celui dont la couverture te fera de l’oeil…
    et puis les dédicaces !! 🙂
    en meme temps je n’ai jamais tester de liseuse de près ou de loin, mais lire sur la tablette m’ennuie enormément !
    un jour peut etre..mais pas maintenant.

    Répondre
  8. escapades amoureuses

    Vraiment sympa ton article.
    J’ai eu le même cheminement que toi par rapport aux livres vs liseuse. Voilà un an que j’hésite. Oui, je suis une grande indécise :).
    Tes remarques donnent confirmation à mon choix : ok pour une liseuse.
    Mais maintenant, c’est quelle marque choisir? Le système d’être attachée à un magasin me gêne vraiment. Kobo c’est la fnac, Kindle c’est amazone, cela m’énerve de ne pas etre libre d’aller chercher son bouquin où cela nous chante… C’est la seule raison encore qui fait que je n’y suis pas encore passée.
    En tous les cas, ce sera liseuse et pas tablette, c’est certain !!! Je me dis qu’une liseuse me fera peut-être décrocher de facebook, candy crush etc.. il n’y aura plus ces petits témoins lumineux qui me rappellent à mon addiction:)

    Répondre
  9. Délices de Minie

    chouette article 🙂 je n’ai pas passé le cap, mais j’y réfléchis. Par contre, il y a un truc que je ne comprends pas, j’ai vu des livres kindle (je ne sais pas comment appeler ça) plus cher que le livre papier… Donc du coup ça me dérange.

    Répondre
  10. Psycho

    Alors je fais encore partie des réfractaire à la liseuse. Je suis 100% d’accord pourtant avec la façon dont tu démontes ses défauts. Reste que, si elle n’est pas moins pratique qu’un livre, elle ne me semble pas plus pratique non plus.

    Un progrès technologique apporte un nouveau confort, une nouvelle facilité. Ouvrir un poche en attendant le tram ou dans mon lit, je trouve déjà ça pratique et facile… Je ne vois pas ce que la liseuse apporte en plus…
    (La dernière fois que j’ai eu le débat sur Twitter,on m’a répondu : quand tu pars en voyages et que tu veux emmener dix ou quinze livres… je suis d’accord… sauf que ça n’est pas mon cas… donc je reste au livre)

    (Et aussi parce que je suis encore au stade « papyrus » que tu décris au début)

    Répondre
  11. Maya

    Dernièrement j’ai sorti de mes cartons, tout beau et odorant un livre de famille. Un vieux Jack London tout rogné .Ce livre que tu donnes ou prête a un ami, que tu donnes a tes enfants, ce petit bou de vie ne voyage pas comme une liseuse. J’ai chiner des romans a moindre coût . J’adore y voir des passages souligné par quelqu’un d’autre et cette forme de continuité. Pour moi le livre et une sorte d’héritage. Quelque chose qui voyage de foyer en foyer. De propriétaire en propriétaire mais aussi à travers les génération . Et ce qui me plaît la dedAns c´est qu’il le fait physiquement

    Répondre
  12. Maya

    L’aspect écologique n’est de loin pas un argument. Pour moi produire une liseuse est tout sauf écologique. Mais si on veut viser écologique et bien la bibliothèque ou les livres de seconde main c’est le mieux 🙂 après ce qu’il y a de super avec une liseuse, c’est que ça convient a des gens. Absolument pas a moi mais je ne suis pas seule ici donc il en faut pour tous les goûts 🙂

    Répondre
  13. eithlenn

    ça doit faire 6 ans que j’ai une liseuse (ma deuxième a 4 ans) ! j’ai une Sony et je l’aime d’amour ♥
    Ce que j’aime dans les liseuses (enfin j’appelle ça un ebook-reader ou e-reader) c’est la facilité, plus besoin de trimballer un GROS bouquin, quand t’as fini le livre, tu peux enchainer direct la suite ou un autre ! et quand on a entre 20 minutes et 1h30 de trajet en bus selon où on va, je n’en vois que l’avantage ! par contre, pour les bouquins, j’achète aux USA, je lis que en anglais, certains sites ont non seulement pas de DRM mais offrent une bibliothèque virtuelle immortelle (aka tu as acheté, tu gardes – pas comme la Kindle où en fait tu loues le droit de lire), les prix sont aussi super intéressants (entre $.99 la nouvelle et $6.99 le roman mais ça peut monter à $12 pour les gros volumes.
    Pour celles qui aiment les classiques, il y a le site Projet Gutenberg, qui propose des ouvrages tombés dans le domaine public (yop c’est gratos) on a en version fr et us ! http://www.gutenberg.org/wiki/FR_Principal
    tu as aussi le site de Barnes & Noble (y’a des ebooks en fr aussi) ils ont un format spécial (le Nook du nom de leur appareil) mais tu peux choisir le format .pdf ou .epub (je te conseille ce dernier, il est libre) sinon tu as le logiciel Calibre, qui permet de casser les verrous et de convertir les formats !

    Répondre
  14. Blablayablog

    Ton article est très bien écrit et argumenté. Cette thématique fait bien souvent l’objet de débats stériles. Pas là. Alors pour ça, merci.
    De mon côté, je suis également une grande lectrice et s’il est indéniable que j’aime les livres papiers, j’aime aussi prendre ma Kobo. Livres numériques et livres papiers sont pour moi totalement complémentaires et l’un ne remplacera pas l’autre. Comme en fonction de tes envies et de ton humeur tu choisis tel ou tel livre dans ta bibliothèque, tu choisis de lire en numérique ou en papier. Ce n’est pas la même approche mais le plaisir est le même. A bientôt

    Répondre
  15. Mary de Suisse

    SINON tu sais ce que j’aimerais beaucoup? savoir ce que tu lis ! Un article de rose cocon si bien écrit sur ses livres préférés ce serait sympa non ? 🙂
    Je suis toujours à la recherche d’inspiration, et j’ai une passion pour les listes et les bibliographies ^^

    Répondre
  16. Fluffy

    Pour ceux qui se demandent, comment se prêter des bouquins ? bah.. c’est du numérique, ce n’est qu’un média. Tu branches ton Kindle (c’est ce que j’ai choisi parce que hors de question de me faire entuber par la Fnac) sur ton PC, tu vas dans les dossiers, tu récupères le bouquin et tu l’envoies par mail. Et pour le côté écologique, ok les appareils électroniques c’st pas le mieux niveau construction mais putain pour les arbres !! T’as pas besoin de plus d’espaces pour 10 ou 10 000 Kindle alors que pour 10 000 livres… :/

    Répondre
  17. ClomiKo

    Tout à fait d’accord avec toi. Chacun est libre de choisir son support. Même si j’ai un faible pr la liseuse pour son côté « stockage de masse » et le dico intégré, cela ne m’empêche pas d’apprécier le format papier quand je vais voir ma libraire. Du moment que chacun y trouve son compte. 😉

    Répondre
  18. Mariposa

    Ah, la liseuse, c’est un achat qui me tente bien. Par contre, j’ai été refroidie par les témoignages de lectrices belges, rapport aux e-books disponibles dans notre plat pays et le souci, que tu connais, avec la kobo. Bref, avant d’envisager l’achat, il faudrait que je me penche sérieusement sur les formats existants et sur ceux lus par telle ou telle liseuse (et là, je crois que pour l’instant, je n’ai pas l’envie de me plonger dans cette étude-là)

    Répondre
  19. Pauline

    Superbe article ! Tu m’as convaincu dis donc !! Mais tout de même, je résisterai aux sirènes des liseuses ! Pourquoi ? Parce-que je me fais trop bouffer par la nouvelle technologie, je suis scotchée à mon iPhone et à mon iPad. Je sais bien que c’est différent mais pour l’instant je préfère mes bons vieux bouquins !

    Répondre
  20. Ehtiras

    Ah ben…pareil que toi! Avant je me disais que c’était une trahison envers les livres et finalement je n’ai jamais autant lu que depuis que j’ai ma liseuse! Et fait non négligeable : je n’ai pas eu à me torturer l’esprit à choisir entre les gros pavés que j’emmenais en vacances et des talons compensés 😉

    Répondre
  21. Galathée

    Joli plaidoyer… MAIS étant une grande lectrice et fille de bibliothécaire, un livre est pour moi sacré, son odeur, sa couverture, le rituel, etc… je pourrais passer des journées entières dans les bibliothèques et librairies… à la rigueur si je partais un mois en vacances, je pourrais envisager l’achat d’une tablette pour ne pas m’encombrer… (et encore ^^)

    Répondre
  22. Elodie

    On m’a déjà proposé d’en acheter une comme je lis beaucoup, beaucoup, beaucoup mais je peux pas m’y résoudre. Il me faut un livre entre les les mains, une liseuse c’est pas pareil je trouve. C’est tellement génial, la première fois qu’on ouvre un livre, l’odeur du bouquin neuf ou du plus vieux, je pourrais jamais m’en passer je crois. Pourtant, lisant plusieurs livres à la fois et donc me baladant souvent chargé, j’avoue que ça serait plutot pas mal mais je me sent pas prête à passer le cap xD Les livres c’est la vie !

    Répondre
  23. CaroKiwi

    J’ai acheté ma Kobo à la suite de ton article sur cette liseuse il y a de ça… Oui voilà tu vois…
    Je l’aime d’un amour tendre depuis et ça ne se dément pas avec le temps. J’ai aussi beaucoup eu ces conversations sur le débat (stérile) papier vs numérique alors que les 2 supports se complètent parfaitement. J’ai été par exemple super contente de me lire Game of Thrones en ayant à me trimballer qu’une petite liseuse dans mon sac à main, rien à voir avec les 1000 pages par tome papier. Je ne compte plus les réflexions de genre « Non mais toi Caro, toi qui LIT, quand même tu ne pourrais pas te passer du papier, tourner les pages, sentir le livre? Si? »… « J’ai une liseuse depuis 1 an et demi et c’est génial… » (silence gêné)
    Bref, comme tu le dis très justement, il s’agit uniquement du syndrome de la nouveauté et de la menace que certains pensent la voir représenter. J’ai moi même tourné autour de l’objet quelque temps mais voyageant beaucoup j’ai surtout vu le gain de place et la possibilité d’emporter ma « bibliothèque » partout avec moi.
    Par contre, ayant acheté ma Kobo chez les kiwis, je n’avais pas accès aux « facilités » Fnac et mon appareil n’était de toute façon pas configuré comme les kobos françaises. J’ai donc naturellement opté pour l’achat/chargement de livre sur mon ordinateur avant de les transférer sur ma liseuse via le logiciel ADE et ça se passe tout seul. Je crois ne m’être jamais servie de ma liseuse directement pour ça.
    Enfin voilà, j’aime avoir ma liseuse et j’aime aussi lire des livres « traditionnels ».
    Ce qui est certain c’est que je lis bien plus depuis que j’ai ma liseuse et c’est le plus important 🙂

    Répondre
  24. DameLimace

    Je ne peux que plussoyer à la lecture de cet article possédant moi même une liseuse (Sony)depuis 3 ans et l’aimant d’amour. Quel plaisir, surtout en vacances car je n’embarque plus une valise entière de bouquins !

    Je continue également à acheter des livres, version papier (en revanche, je suis une mauvaise élève je n’achète pas les versions numériques, je m’arrange pour les trouver, libre d’accès, boouuuhhh !)car j’aime toujours le contact avec le papier, j’aime toujours sentir le livre « neuf »…

    Une fois je me suis surprise à vouloir tourner la page en prenant physiquement le bas de la liseuse, tellement j’étais happée par le récit. Je ne vois pas du tout la différence entre le papier et l’écran lorsque je suis à fond dans l’histoire ^^.

    J’étais assez réticente au tout début des liseuses, je dois le reconnaitre, mais c’est sûrement dû à mon métier : je suis bibliothécaire. Pour moi, c’était signé l’arrêt de mort du livre petit à petit….et puis finalement, j’ai sauté le pas (enfin, on l’a sauté pour moi, cette liseuse m’a été offerte par le Père Noël :-D)et je ne regrette rien.

    Et puis, je suis bien placée pour dire que le bon vieux livre papier a encore de très très belles années devant lui, même si les livres numériques commencent doucement (et lentement, pas évident de proposer des titres aux usagers…) à intégrer nos bibliothèques ;-).

    Répondre
  25. Top Produits Bébé

    Ton article tombe à pic car je viens de m’acheter une liseuse, la Kindle Paperwhite sur Amazon. Et pourtant je suis une amoureuse des « vrais livres », j’aime le contact physique avec les pages, sentir l’encre, tourner les pages… Mais mes deux bibliothèques sont remplies et il faut bien avouer que payer moins cher les livres en version numérique va me permettre d’économiser car je suis une boulimique de la lecture. Mon seul problème c’est que les livres que j’adore lire sur ma liseuse, je suis tentée de les acheter en format papier !

    Répondre
  26. Sika

    J’étais pareil je me disais mouai bof lire surune liseuse et en fait j’ai essayer sur la liseuse de mon homme et j’ai adorer ^^
    Bises

    Répondre
  27. Psycho

    Ta réponse est tellement complète que le coup du côté lourd du livre qui tombe dans le lit, ça, ça me parle… Début de changement d’avis ? (Long is the road…)

    Répondre
  28. Sharon

    A la fin de l’année scolaire, ayant rangé ma salle de classe et passant parfois des heures sans élève, j’ai amené ma liseuse au collège – je l’ai depuis un an, et j’en suis très heureuse. Je n’ai pas eu de complexe en l’achetant, parce que c’est la bibliothécaire de mon village qui m’a initiée à ce type de lecture. Mes collègues l’ont vu, m’ont posé des questions, ont demandé « à voir de plus prêt », et je crois qu’elle a convaincu plusieurs d’entre eux de sauter le pas.

    Répondre
  29. Mademoiselle

    Dans mon cas, je pense investir un jour prochain afin de pouvoir lire correctement tout les pdf relatif à mon travail (costumière historiques). J’ai un nombre incalculable de livres d’archives que je ne peut pas lire, car il faut le dire sur un PC ce n’est pas l’idéal :/

    Et puis,l’idée de pouvoir emmener plus d’une centaine de livre c’est quand même bien pratique !

    Répondre
  30. Pin-Up Moderne

    Très chouette article qui tombe à pic au moment où moi-même j’hésite. Les livres c’est ma passion mais mon appartement ne contiendra pas une bibliothèque de plus. Mes étagères ploient et mon sac à main me fait mal à l’épaule. Je pense demander une liseuse à Noël 🙂

    Répondre
  31. Imogen

    Je lis énormément, un peu de tout, aussi bien en français qu’en anglais (et trouver des livres en version originale qui ne coûte pas le prix de la version française, c’est dur). Et je pense que les livres papiers et les liseuses sont complémentaires. Bon, je ne possède pas de liseuses, je lis sur mon smartphone (un Note 2, donc grand écran, mais pas d’encre spéciale, et lumière « qui maintient éveillé », même si je n’ai jamais eu de problème de ce côté, et que j’apprécie de pouvoir choisir la couleur précise de l’écriture et du fond par exemple !). Mais j’apprécie beaucoup de pouvoir avoir énormément de livres en permanence avec moi, ou en vacances. Quand j’étais enfant, et que je prenais l’avion pour aller voir ma famille, avec 20 kg de valise en soute, c’était courant d’avoir 7-8 kg de livres pour 1 mois. Et je les lisais tous ! Clairement, pour lire de temps en temps, pendant les moments d’attente (transports, queue au supermarché …) ou pendant les vacances, c’est très pratique ! Mais j’ai toujours autant de plaisir à avoir un vrai livre papier. La relation « physique » et non virtuelle. Les étagères remplies … C’est beau, c’est agréable. Mais c’est lourd et encombrant. Les liseuses sont + nomades, alors que les livres papiers sont géniaux pour lire chez soi, ou un livre de poche à la fois à l’extérieur (ce qui n’est pas tellement mon genre).

    Ce que je regrette, c’est que les ebooks restent chers alors qu’on économise pas mal en papier et compagnie. Mais ça permet d’avoir un catalogue + vaste (livres en version originale par ex). Pour les livres que j’ai déjà en physique, je ne me cache pas, je ne veux pas payer encore le prix du livre … Une bonne solution pour moi pourrait être de payer un supplément (10 ou 20% du livre) pour avoir le livre physique + ebook …

    Chacun peut y voir son compte pour les 2 supports, et franchement comme tu dis, c’est l’histoire qui importe. Un lecteur reste un lecteur, il lit une histoire. Le support change, c’est tout. Avant on avait bien des tablettes de pierre, des papyrus, ce genre de choses !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *