16 juin 2015

Just relax, breathe, sleep

relaxx

L’autre jour, je voulais m’acheter un parfum.

J’avais besoin de prendre l’air après une semaine de boulot, de faire un tour en ville, de voir les gens presser le pas sur le pavé brûlant, le temps était lourd et épais comme un cheesecake au speculoos, une pâtisserie bien coulante.

 

J’ai pris le métro, puis sur moi quand j’ai vu que deux stations étaient en travaux – typique. Petit détour par le bus qui accueille des gens déboussolés, trente fois la même question « vous allez bien vers Delta ? ». Je sens que le conducteur va finir par s’énerver mais il calme ses nerfs sur la route, les tournants se prennent secs, les gens tombent en rouspétant.

Même derrière mes lunettes de soleil, je sais que je suis comme une éponge, que d’un moment à l’autre, la misère d’autrui va me prendre pour cible.

Une maman monte avec sa poussette et trois poussins, ils pépillent sans faiblir, les gosses miment des moulins à paroles/cris/gloussements, une ribambelle bruyante qui se cogne à chaque mouvement brusque du véhicule.

Je compte en moi-même « plus que deux arrêts, plus qu’un arrêt ». Je saute hors de la carlingue, met le plus de distance possible entre les passagers lents et les oisillons qui fanfaronnent.

 

En boutique, on ne me vend pas le flacon que je veux, on m’incite à sentir un autre jus avant de me décider – toujours essayer avant d’acheter.

Je passe par Senteurs d’Ailleurs pour avoir un aperçu de la fameuse « Eau D’hiver » de Frederic Malle, rien ne me transcende, on me colle pour la énième fois Ambre Sultan de Lutens sous le nez, j’ai du mal à l’aimer, c’est l’Ambre Précieux du Maître Parfumeur & Gantier qui ravage mon coeur dans ce domaine-là.

Gentiment, en moins d’une heure, j’ai rencontré trois obstacles. Celui du trajet, celui d’un achat tombé à l’eau, et d’une senteur que je n’apprivoiserai jamais.

 

Sans compter l’énergumène qui me saute dessus en pleine rue pour savoir si mon niveau de développement personnel me comble, je lui répond « de quoi je me mêle », la discussion dure 10 minutes. Non je n’achèterai pas ton livre, oui je vais bien, mais mieux sans ta voix mielleuse de type tout droit sorti d’une secte. Il insiste, je deviens cynique, ils ont quoi, tous, aujourd’hui ?

Je rêve de deux portes de sortie : la fuite, et ces petits plaisirs maison qui gomment les défauts du tableau pour ne garder que les bons moments d’une journée, j’ai repris le chemin vers chez moi, sans traîner, avec hâte.

 

RELAX – BREATHE – SLEEP
fujiLe parfum est sûrement, sur cette terre, la seule chose qui me calme immédiatement. N’importe lequel, pourvu qu’il me plaise, me bouffe l’esprit, m’enivre, me chatouille les narines.

Chez The Body Shop (où je traîne mes patounes un peu plus que de raison, mais j’ai ma logique), ils ont gaiement développé une gamme au thé vert; typiquement le genre de senteurs qui s’apparente à « des chiottes qui sentent bon » dans mon esprit – donc à tenir loin de mes naseaux.

 

Ils laissent souvent des stands à l’avant du magasin, pour que les gens se servent et se tartinent, j’avais pu m’en vaporiser sur le poignet lors d’une virée shopping, pour voir si on était dans le frais banal, la sueur des aisselles de Monsieur Propre.

J’ai vite fermé mon clapet : de tous les flacons sur leurs étagères, c’est celui que je trouve le plus réussi – pas par élimination, je précise. Ils vendaient la déclinaison gel douche, gommage et  beurre corporel, j’ai directement pris l’eau de cologne pour pouvoir en profiter comme bon me semble.

 

Ce qui me plaît TELLEMENT en lui est le rappel d’une odeur que j’ai souvent cherchée dans les sprays de ce genre de boutique. J’avais du craquer pour une bouteille de ce type il y a quelques années, parce que rien qu’une vaporisation légère m’émoustille les sens à chaque fois (oui oui, avec la danse de l’anguille qui va avec), comme une rencontre qui a déjà eu lieu et ne me lasse pas.

La tenue est inégale, bien meilleure sur des vêtements que sur la peau, et il sert excellemment bien le rôle de parfum d’ambiance à minuit, quand la chaleur retombe.

L’Eau de Cologne Fuji Green Tea™ s’ouvre sur la bergamote citron en note de tête, sur un coeur de thé vert et un fond de fleurs blanches et de romarin aromatique.

Un peu de jasmin et de violette aussi (pas détectable pour moi), on se croirait la tête dans des feuilles de thé vert à prendre du bon temps dans un spa, à se rafraîchir l’esprit, les pieds trempouillant dans un jacuzzi. J’adore ça, tu vois.

 

tao mix

En général, pendant ce genre de journée, je m’anesthésie complètement du reste du monde, j’enchaîne les épisodes d’une série – sans pause, avec des pims – je termine de remplir mon agenda, je range consciencieusement mon espace de vie, je dégage les feuilles mortes de mes plantes (c’est toujours mieux que de colorier dans un bouquin de mandalas pour adultes – chacun son cheval), des tâches inutiles mais qui remplissent complètement l’esprit.

Sachant que je suis une geekette de première, j’ai déjà testé pas mal d’applications pour me relaxer – m’endormir, mais il y en a qu’une qui me suit sans faute depuis deux-trois mois : la bien nommée TAO MIX.

trio tao mix

Comment ça marche :

  • En gros il s’agit de « mixer des sons » relaxants selon nos goûts : rien de révolutionnaire sur le papier, mais c’est déjà le choix qui m’a plu et convaincue de passer à la version complète (JE NE PAIE JAMAIS mes applications d’habitude)
  • là où ça devient intéressant : on peut combiner plusieurs sons (jusqu’à 10 dans la full option), et les agrandir indépendamment les uns des autres pour avoir plus d’intensité du bruit de criquet et moins de pluie – c’est un exemple, totoche
  • cerise on the cake : le petit rond blanc sur la première photo peut se régler pour qu’il se balade dans l’écran, on a donc droit à une ambiance totalement évolutive selon l’endroit où il se trouve, comme si on passait vraiment d’une atmosphère à une autre (la vitesse du bidule est réglable)
  • on a aussi un timer pour que ça s’arrête après un temps donné et une possibilité d’enregistrer les ambiances, pour les garder en mémoire, et un bouton pour qu’il génère pour vous un mix si vous manquez d’inspiration

 

Autant te dire que mon mix préféré est marche en forêt/oiseaux dans la forêt (oui je suis très woody girl)/petite rivière, mais j’ai aussi un faible pour feu de camp/criquets/chouette. Parfois je le règle sur café quand je bosse, pour reproduire l’ambiance d’un bon petit resto-bar chez moi.

Les possibilités sont – presque – illimitées et n’importe qui pourra trouver son bonheur, je l’utilise surtout avant de m’endormir, en un bon quart d’heure, c’est plié, je suis dans les bras de Morphée sans grincer des dents.

S’il ne fallait citer qu’un point négatif, ce serait le manque d’une option réveil pour pouvoir sortir du sommeil calme et serein, mais c’est juste un détail (cherche la bêbête, cherche).

 

J’ai d’autres tours dans mon sac pour garder mes petons tendus vers le ciel, comme la bougie allumée, été comme hiver, le bon gros bouquin sur la kobo qui occupe mon esprit à 150 % (non mais LIS Le Passage de Justin Cronin), les 10 000 onglets ouverts sur le mac en mode « recherche intense dans la carcasse de gougeul », les coups de fil qui amènent un sourire, les petits messages glissés par-ci par-là pour moi, les listes de projets et d’envies.

Sans oublier le spray « bonne nuit ».

 

Je pense que pour éviter de manger le quartier entier par rage parce que tout le monde est décidément trop con (y a que l’humeur noire qui rabaisse le niveau intellectuel des gens), le mieux reste l’isolement, la tactique de l’ermite qui focus sur lui-même pour mieux se recentrer.

Et s’éviter des représailles parce qu’autrui n’aura pas compris que ce n’était pas « ton jour ». Behave, be cool, et mange des moules, tu seras moins casse-nouilles.

 

Des bisous les Caribous !
Application TAOMIX

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

13 réponses à “Just relax, breathe, sleep

  1. Chibi

    Tiens, drôle d’appli! Si j’en crois la vidéo de présentation, elle a l’air vachement cool mais pas développée pour Windows phone 🙁 Pourquoooii? Ô monde cruel.. !

    Répondre
    1. Mona Auteur

      POURQUOI T’AS UN p***** DE WINDOWS PHONE, comment tu fais pour communiquer avec le monde, hein ? COMMENT ?
      Blague à part, je partage ta douleur, mais tu l’as cherché :p

      Répondre
  2. Amarige

    Je vois que quelque soit la ville, pour moi Paris, le ressenti est exactement le même !! Panne de signalisation dans le RER, je ressors sur le bitume, 25 mn d’attente pour le bus qui arrive bondé. Et je pense aux mêmes choses : combien de stations me sépare de chez moi.
    Chez moi, le vert, pas de travaux (ou presque) pas de piétons pressés qui te bousculent, je hais Paris au mois de Juin, bruyant, pollué, les vélos qui passent au rouge, les décapotables musique à fond les ballons…cette sorte de frénésie qui atteint tout le monde.
    Bravo pour ton écriture !! et merci de partager ces moments de disgrâce…

    Répondre
  3. margot

    salut j’ai adoré cette article et je me demander si passer sur mon blog et t’abonner te déragerais ? (mon blog : lespetiteslunettesnoiresm.over-blog.com)

    Répondre
  4. Lau Flex Casanueva

    Ah.
    J’ai aussi craqué pour ça.
    Et ENCORE MERCI.
    J’ai de grandes difficultés à dormir.
    J’ai trouvé l’alliage parfait de sons.
    A MOI LE SOMMEIL! 😀

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *