24 juin 2015

Lusheries et menus de pampering

On peut avoir vécu une journée à se rouler par terre et se frapper le torse avec des mandibules de fourmis tueuse, on connaît tous une sortie de secours pour changer d’air.

Cela peut être une pharmacie où l’apprenti est mignon, le rayon chocolat chez Delhaize, le pavé large qui prend le soleil à l’arrêt de bus, la place où l’on s’arrête pour regarder des mignonneries à travers une vitrine de magasin, ces espaces de rêverie sont précieux. Ils empêchent de sombrer dans un scandale professionnel du style « non mais PAS POSSIBLE DE GERER GUDULE au boulot today, il m’a arnaquée sur le prix de l’agrafeuse », on relativise, et on investit les cases du bonheur.

Pour y rester, farouchement, sans céder d’un pouce.

lush 2

Il y a quelques semaines, je pensais qu’il fallait agir et me souvenir des bonnes choses, j’avais donc passé la porte de chez Lush après un remplacement de piercing assez douloureux – d’où le besoin de réconfort.

Et il paraît évident que la boutique subit la critique depuis un bout de temps.

Je reçois encore des commentaires de gens qui ont vu le reportage de France 5/ceux qui ne savent toujours pas ce que sont les parabens/ceux qui savent ce que c’est mais pense que je suis une sale menteuse de blogueuse bio mais en fait pas.

Ca reviendra comme un marronnier sur le blog, la petite ritournelle qui nous vient une fois l’an, jingle bells all the way, on a beau sonner les cloches, t’en as toujours un pour venir faire tinter son gong géant et rouspéter.

 

J’aimerais parfois comprendre QUEL EST le problème des énergumènes qui fouinent dans ma salle de bains. Je l’expose certes, je ponds des billets dessus, mais la moitié du temps, je me demande ce qu’il se passe, si l’opinion du commun des mortels veut m’imposer un canevas rédactionnel fade et banal.

Ceux qui me connaissent sauront que Mona n’en a rien à fiche qu’on lui dise quoi acheter – elle aime le conseil, pas l’obligation. J’ai mes boutiques plaisir, j’y cours, j’y vole, je me colle le nez dans les pots et m’enivre de parfums chimiques ou naturels. Je veux qu’on arrête de me mettre dans des cases, il y a des périodes où je ne suis guidée que par un besoin de réconfort, de recherche de moelleux.

Je regarde un peu les étiquettes, mais quand l’envie pressante d’un refuge s’impose, on va à l’essentiel.

 

J’achète des produits qui contiennent des parabens et des sulfates, mais m’est avis que certains pensent que je m’en badigeonne de généreuses truelles jusqu’à l’entre-fesses. Pour rappel, il y a des réglementations en Europe, c’est l’accumulation de certaines substances qui pose problème (et faut pousser bobonne pour atteindre le dosage critique), mais tant que j’ai la texture/le résultat/le prix qui sont au rendez-vous, je n’en ai rien à carrer (ou si peu).

Parce que j’ai déjà dit qu’une biche ne fait pas la forêt, et qu’il est difficile d’être catégorique dans le monde des cosmétiques.

On va pas se prendre pour plus chimiste qu’on ne l’est vraiment, parfois j’ai l’impression que le monde entier livre une guerre à un peuple qui n’a rien demandé. Au départ, la routine d’hygiène était surtout un moment de contemplation avec soi-même, un acte où l’on prenait effectivement SOIN DE SON CORPOREL, pourquoi critiquer mes achats s’ils me rendent euphorique ?

Bref, je suis encore allée bêler chez Lush, et je suis tombée sur du sans paraben – sans trier, juste en écoutant le vendeur. Donc…va boire un smoothie, and let me be happy.

 

Soap sans mousse

Première fois que je me sers d’un savon solide chez eux. J’avais déjà donné de la fibre capillaire en testant leurs shampoings en barre, et la curiosité m’a gagnée quand je suis allée au fond du magasin pour voir en vrai ce que je connaissais par coeur sur leur site.

La chose est vendue sous forme de meule qu’on découpe et pèse, le prix est fixé selon le poids, le parallèle avec un bon fromager du coin est tout trouvé et prends des allures cocasses quand on sort un « 239 grammes, ça ira » pour un nettoyant corps.

lush 1Je suis repartie avec deux morceaux dont le Love You Mom Soap, un petit mix de mimosa-jasmin-bergamote fourré dans un cube flashy presque fake.

Il mousse moyennement, mais dégage une odeur qui rend heureux soir et matin, que mon corps sente comme un bouquet de printemps me ravit. Le seul bémol, c’est le rinçage toboggan, ça glisse comme sur une patinoire (mais sans avoir le rendu clean & sec de savons trop décapants), la peau est bien lisse et souple sans les irritations.

Et malgré le manque de bulles, ça lave TRES bien.

Dedans il y a de l’eau et de la glycérine (hydratant), de l’huile de colza et de coco (émolliente), du parfum, de l’huile essentielle de bergamote (tonique, revivifiante), de l’absolue de mimosa (calme l’anxiété, bon antiseptique), de jasmin (relaxante, miam l’odeur !), entre autres. ET PAS DE PARABENS, T’ES CONTENT ?

Eau (Aqua), Glycérine (Glycerine), Huile de colza (Brassica napu), Huile de noix de coco (Cocos nucifera), Sorbitol (sorbitol), Parfum (parfum), Huile essentielle de bergamote (Citrus aurantium bergamia), Absolue de mimosa (Acacia decurrens), Absolue de jasmin (Jasminum grandiflorum), Dioxyde de titane (titanium dioxide), Chlorure de sodium (sodium chloride), Edta tétrasodique (Tetrasodium EDTA), Hydroxyde de sodium (sodium hydroxide), Benzoate de benzyle* (benzyl benzoate), Limonène* (limonene),Linalol* (linalool), Alcool cinnamylique (Cinnamyl Alcohol), Colorant 42053 (CI 42053),Colorant 14700 (CI 14700), Colorant 45350 (CI 45350), Colorant 17200 (CI 17200),Colorant 42090 (CI 42090)

Je ne sais pas si l’édition est limitée à cette saison, mais si tu vois la roue colorée dans le fond d’une boutique, va me sniffer c’te merveille, c’est une réussite.

 

Le gommage douceur

Comme expliqué dans mon article sur l’hydratation sous la douche, je recommande les biphasés, pour la simple et bonne raison qu’ils font tout en deux secondes. Pour les jours où je sépare gommage et l’étape de la crème, je préfère prendre celui d’Avène, parce qu’il a une petite odeur fleurie qui ne s’impose pas trop, il n’irrite absolument pas la couenne, et permet un usage plus régulier sur les zones sensibles qui risquent les poils incarnés (maillot – jambes – aisselles).

lush 3Les petites bibilles sont à base de polyethylene, un petit effort eut été apprécié concernant les particules gommantes (cet ingrédient est un super-polluant, c’est doux, mais ça craint), on trouve en grande quantité de l’eau d’Avène, les tensioactifs sont acceptables (le SLS est noyé dans la masse), et pour le reste, c’est de la chimie de base de pharmacie.
Liste Ingrédients

Toutes ces considérations mises à part, j’adore ce gommage (schyzo la meuf) : l’odeur est agréable, je peux même l’utiliser quand je sors d’une crise sans me dire « attention, tu joues avec le feu dans une prairie en plein cagnard », il m’en faut moins (bizarrement) qu’un huile/sucre et s’applique et se rince sans soucis.

Je l’ai aussi déjà utilisé sur le visage – sans avoir testé la version spécifique pour la face, mais rien à signaler d’étrange ou hors du commun, il gomme sans excès. A noter que même sur le corps, je l’utilise plus de 2 à 3 fois par semaine, c’est dire si le bidule passe bien.

Et oui, y a toujours du dry skin brushing derrière, je te dis pas la routine body de guerrière que je me tape.

 

La crème, des crèmes
cremes

I just cant get enough.

Tu vois quand tu es dans l’optique du « le monde est un trésor, je dois déterrer tous ses secrets »? He bien voilà, c’est moi au pays des mystères de l’Ouest, armée d’une pelle et d’un sac à dos, je veux TOUT tester dans le domaine du crémage de couenne.

En indémodable, j’ai toujours eu un gros bidon de cold cream d’Avène dans les parages, parce qu’été comme hiver, elle s’étale comme du nutella sur une tartine, pas besoin d’appeler à l’aide ou d’essayer d’enlever l’excédent, ma peau la boit sans craindre la soif plusieurs heures après.

C’est clairement ma crème basique qui ne sent rien et que j’utilise le plus souvent.

 

A côté de ça, il y a mon addiction pour les huiles corporelles et leurs dérivés. Parmi eux, la barre de massage, celle qui fond, se colle à la peau et l’enduit d’un fabuleux manteau de gras. Aux anges je suis quand ça m’arrive, j’ai failli serrer la vendeuse Lush dans mes bras quand elle a testé la cartache sur le dos de ma main, en deux passages sous l’eau, puis un tamponnage, ma mimine était douce comme de la soie.

Dedans il y a : du beurre de cacao bio issu du commerce équitable et du beurre de karité (bam bam boum la peau souple), des bananes fraîches bio issues du commerce équitable (très hydratante la banane, voir ici ), du lait d’avoine (par ici pour l’article), de l’avocat frais (pour hydrater un max), de l’huile de noix de coco extra vierge (encore un peu plus de nutrition), du parfum, de l’huile de jojoba bio (équilibre des peaux sèches), d’amande douce (pour son grand pouvoir restructurant), de l’huile essentielle de mandarine (tonifiante), de lavande (cicatrise et relaxe), de bois de santal (sert à tout, garantit un peau en pleine forme), de l’absolue de rose, de la résine d’encens, Limonène*, Linalol*

 

J’ai mis du temps avant de comprendre comment BIEN l’utiliser : en boutique elle l’avait passée sur ma peau humide, puis rinçage et séchage. En pratique, je te le dis, il vaut mieux la frotter sur le corps quand tu es SOUS la douche, que l’eau coule sur toi, et que la barre prend bien l’humidité.

Sinon elle s’étale moins bien, fond pas des masses, en gros c’est la ca-ca-ta-strophe et tu passes plus de temps à essayer de tirer du produit de la barre qu’à t’hydrater.

 

L’avantage, c’est que le King of Skin (ancien Iztrogoude) sent le beurre de cacao (mhanhanhan), hydrate la peau en mode costaud et rentre tout à fait dans le moule des hydratants pour feignasses. C’est sûrement , dans sa catégorie, un des soins les plus simples que j’ai pu utiliser.

Reste à voir si avec une autre barre de massage de la marque on obtient le même résultat (normalement oui, on est quasiment dans des compos similaires), parce que c’est DE LA BALLE comme méthode d’utilisation.

Je commence à avoir une grosse addiction pour le format solide : je trouve ça pratique, confortable à utiliser, plus facile à doser, à ranger, et une fois que le produit est fini, il n’y a rien à jeter à la poubelle. Je sais que le soucis est toujours celui du stockage, mais il suffit de collectionner les porte-savons, c’est encore ce qu’il y a de plus pratique pour conserver les barres sans les laisser fondre sur le bord d’une baignoire.

 

Ma routine sous la douche ressemble souvent à un florilège, je jongle comme un acrobate de cirque, me concocte de véritables menus pampering en alignant les étapes sur un meuble comme on s’apprête à suivre une piste en or. Rien que de voir la petite file de soins qui patiente me procure le même sentiment que de faire la queue à Disneyland pour mon attraction préférée : c’est le looping de fin qu’on apprécie le plus, mais l’attente augmente le plaisir général.

Faudrait voir comment je m’éclate, en mode « c’est de la balle », à savourer comme une fofolle le réconfort après l’effort, si je pouvais, je passerais mes journées à trempouiller dans l’eau chaude, un masque sur la trogne, les cheveux en chignon moche et les orteils qui flottent à la surface.

On est TELLEMENT bien quand on est relax, t’as vu.

 

Des bisous les Caribous !
Les produits Lush achetés en boutique Lush
Ceux d’Avène, reçus par la marque

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

12 réponses à “Lusheries et menus de pampering

  1. Le Bloc-Notes de Carmen

    Je commente peu mais j’adore te lire! Tu a un truc que certaines nanas n’ont pas sur la blogo; un contenu complet, drôle et une personnalité! Attention je ne dis pas que les autres blogueuses n’ont pas de personnalité c’est juste que je trouve pas mal de copié-collé, de contenu fade et similaire. On reconnait ton style d’écriture et ça c’est chouette! Cool! Extra!
    « Je regarde un peu les étiquettes, mais quand l’envie pressante d’un refuge s’impose, on va à l’essentiel. » Je suis tout à fait d’accord avec toi! J’essaie de privilégié les produits avec une composition correcte mais quand j’ai envie d’un truc réconfortant là, tout de site! Ben je ne réfléchis pas je fonce! Et le « ET PAS DE PARABENS, T’ES CONTENT ? » m’a fait mourir de rire!

    Répondre
  2. Léo

    Aha, moi aussi lush est une de mes boutiques « calme ta crise mon mignon », en général j’en sors avec deux trois boules pour le bain ou un masque frais, si ma salle de bain n’a besoin de rien (et plein d’échantillons, parce que j’ai envie de tout tester chez eux). Je connais également leur site par coeur, je me suis fait des paniers virtuels à des sommes astronomiques, comme je peux le faire sur mon corner bio ou oh my cream…
    Alors par contre je comprends pas : en quoi c’est un problème que ça glisse comme une patinoire ??
    Et les beurres, les beurres… Ils me font enviiiiie *.*. Les exfoliants ou celui-ci.

    Par contre le gommage avene… J’ai détesté. Moi il m’en fallait des tonnes, ça gommait rien du tout, j’avais l’impression d’avoir trois billes qui se partageaient mon grand fessier (le muscle hein, je suis pas en train de clamer haut et fort que j’ai un gros cul) et le quadriceps, ça m’horripilait au plus au point.

    Répondre
    1. Mona Auteur

      Ca glisse comme quand c’est nettoyé avec un savon qui décape, j’aime pas cette sensation 🙂 Mais comme il laisse la peau douce au séchage, je ferme ma bouche.

      Chez Avène ils reformulent souvent, faut voir si tu as pas une autre version, mais celui que j’ai, ej dois pas me battre avec trois billes sur un hectare quoi. 😀

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *