9 juin 2014

L’hydrolat de bleuet

blu.jpg

Ah l’été qui débarque comme un intrus que personne ne pensait voir arriver, un peut boitant, une fois très chaud puis bavant des orages, le soir froid et impitoyable.

Foutu temps belge qui déglingue ma peau comme un malade, mais j’ai la parade.

Il y a un gros mois, dans un soucis de mono-maniaquerie excessive qui me caractérise si bien, je voulais trouver un hydrolat de bleuet  pour fonctionner en osmose avec l’eau démaquillante de klorane et ma mousse cattier (toutes deux contenant cet ingrédient).

 

Il fallait qu’il soit : quasi pur (maintenant je les choisis avec conservateur), pas pris par une boule de moisi qui joue à la plongeuse de premier rang (ça m’est déjà arrivé, j’ai du échanger une bouteille qui n’était plus bonne au magasin bio où je l’avais acheté un jour plus tôt), et surtout, pas hors de prix.

Honnêtement, si on vous fait payer plus de 15 euros ce type de produit, fuyez, à moins d’être à la recherche d’une fleur ou d’une plante précieuse, il n’y a pas de raison de mettre autant d’argent dans une lotion naturelle.

 

Les hydrolats, un peu de blabla

Quand j’ai commencé à m’intéresser aux huiles essentielles, je me suis renseignée sur le mode de production de ces élixirs précieux (je jouais au golum retranché dans sa grotte en les utilisant) et, loin de moi l’idée de vous faire un cours là-dessus, faut que je vous explique quand même d’où ça vient.
Au départ, une plante aromatique permet, lors de sa distillation, d’obtenir deux substances : l’huile essentielle qui est l’essence pure aromatique et l’hydrolat, phase aqueuse qui résulte de la condensation pendant le processus.

Une HE est extrêmement concentrée et souvent bien plus efficace que la plupart des médicaments pour les maux quotidiens (piqûres, acné, maux de gorges, etc), mais l’hydrolat reste une excellente alternative pour les personnes qui, comme moi, ont une peau réactive qui ne supporte pas spécialement l’application d’une bombe naturelle sur le visage mais qui veulent quand même profiter, à faible dose, d’une bonne activité aromatique.

Contrairement aux HE, à moins d’être allergique à ses molécules, aucun hydrolat n’a d’effet toxique, et ils sont tous assez bien tolérés.

 

Mes hydrolats préférés, un petit mot sur le bleuet 

blu2-copie-1.jpg

Depuis que je m’y intéresse, j’ai testé quelques hydrolats :

  • de rose (rosa damascena), qui reste mon préféré, pour son odeur, son action adoucissante de la peau, son effet astringent et régulateur de sébum par la même occasion, et son action probante sur mes rougeurs quand j’en ai
  • de romarin à verbénone (Rosmarinus officinalis CT verbenone), un excellent hydrolat pour les peaux impures, avec une action très ciblée sur les pores qu’il purifie à merveille. On est loin du décapage des lotions anti-acné, vu qu’il agit sur ce qui encrasse la peau sans l’agresser, un vrai doudou efficace (par contre l’odeur de grand matin, faut s’accrocher)
  • de lavande (lavandula angustifolia), que j’avais choisi pour son côté apaisant, anti-inflammatoire et cicatrisant (l’HE de lavande vraie est aussi très bien pour traiter les cicatrices d’acné de manière très ciblée)
  • d’hamamélis (hamamelis virginiana), sûrement mon coup de coeur inattendu pour son effet raffermissant et régulateur, je la recommande à toutes les peaux mixtes ET sensibles, il a un peu les mêmes effets que l’eau de rose, l’odeur en moins (ah oui, ça ne sent pas la fille en fleur, cette histoire-là)

A côté de tous ces hydrolats, le bleuet fait office de fleur un peu à part, efficace mais sans être costaude, elle est une vraie mine d’or pour les peaux à la dérive/sujettes aux inflammations : elle décongestionne, réveille l’éclat de la peau et des yeux, combat les irritations et a une action anti-inflammatoire qui fonctionne du tonnerre.

EDIT :: L’hydrolat d’immortelle est encore plus efficace pour apaiser les inflammations!!!

 

Dans les faits

Je suis sujette, depuis quelques années, au visage gonflé au réveil.

Parmi les techniques que j’avais déjà testées (avec plus ou moins de succès) il y avait l’aération de la chambre, la tête sur-élevée pendant le sommeil, la bonne hydratation générale et éviter de manger trop sucré/gras le soir.

Malgré tout, certains matins étaient encore rudes, autant pour mon visage que pour moi, en voyant le reflet de ma tête hirsute dans le miroir.
L’eau de bleuet peut endiguer le problème de mauvaise circulation comme elle le fait sur moi, mais il est évident que pour des cas sérieux, il vaut mieux y aller à coup de massage lymphatique et de bonne détox pour décoincer la machine.

 

La petite popote: des compresses imbibées de bleuet – passées au réfrigérateur pour plus d’efficacité – posées sur le visage ou sur les yeux pendant 15 bonnes minutes ont permis de rattraper quelques rudes nuits et de petites insomnies.

Elle a aussi réussi à décongestionner un oeil de la taille d’une grenouille écossaise en plein duel avec un boeuf (en vrai j’avais un orgelet malsain), et de soulager mes yeux quand j’abusais un peu trop du port de lentilles (mes mirettes n’aiment pas les heures supp’).

Après une grosse crise de larmes, quand le visage se boursoufle comme une larve trop dodue, oui, l’eau de bleuet peut également te sauver la mise en moins de deux (toujours pratique quand tu dois décoller de chez toi dans les 10 minutes qui suivent et que tu penses que le carnage rouge et blanc de ta peau n’est pas rattrapable).

blu3.jpg
Dans son genre, elle est carrément craquante ma petite bouteille bleue, et en un bon mois, je n’ai utilisé qu’un cinquième du total, alors que je l’embarque en journée pour rafraîchir mon visage, mais aussi soir et matin comme lotion après le nettoyage et avant la crème.

Je ne l’ai pas encore testée comme phase aqueuse dans un masque maison mais ça ne saurait tarder (je le faisais pour mes masques à l’argile à l’époque, je n’utilisais pas d’eau du robinet, juste un hydrolat qui collait à ma tendance de peau du moment).

Enfin bref, après l’eau de rose, je pense que ce produit est également un petit couteau-suisse de la lotion qui convient à tous les types de peaux et qu’il serait dommage de passer à côté sous prétexte qu’on a une peau sans tropde problèmes.

Qui dirait non à un petit coup de boost naturel ?

 

Pour terminer, un petit conseil en passant : quand vous partez en quête d’un hydrolat, faites une recherche au préalable pour savoir lequel correspond à vos besoins (ici par exemple).

Une fois le nom latin noté (seul moyen d’être certain qu’il s’agisse bien de la bonne plante quand vous lirez les ingrédients) assurez-vous que la liste commence par la plante, et non par de l’eau, et que le reste des composants est ultra-restreint.

 

Pour exemple, jusqu’à présent, dans les marques avec conservateurs, j’en ai testé deux fiables :

  • Florame, qui utilise du Leuconostoc/Radish root ferment filtrate, de la racine de radis aux propriétés antibactériennes
  • et Ladrôme, leur hydrolat de bleuet contenant de l’eau de bleuet (Centaurea cyanus flower water) et deux conservateurs (dont le benzyl alcohol, donc si vous ne le supportez pas, il faudra aller voir du côté d’aromazone, leurs hydrolats étant purs, mais du coupplus prompts à virer)

 

Si vous prenez la peine de faire ce petit effort, vous éviterez ainsi les fameuses « eaux de fleurs » ou « eaux florales », qui sont, pour la plupart, juste des eaux aromatisées qui n’ont aucune activité aromatique ou sur la peau.

Il suffit de regarder une marque comme Christian Lénart pour se rendre compte de la supercherie, vendant une eau de rose qui est surtout un plaidoyer pour les conservateurs très douteux et les extraits d’hydrolats plutôt que de les utiliser en phase aqueuse entière (bah oui, ils préfèrent utiliser de l’eau, ça donne l’effet mouillé).

soin-visage-eau-florale-aromatisee-rose-hydrolat.jpg
INGREDIENTS : AQUA, ROSA CANINA FRUIT EXTRACT, ROSA CENTIFOLIA FLOWER EXTRACT, AROMA, METHYLCHLOROISOTHIAZOLINONE, METHYLISOTHIAZOLINONE, MAGNESIUM NITRATE, MAGNESIUM CHLORIDE, PHENOXYETHANOL, ETHYLHEXYLGLYCERIN, BENZYL ALCOHOL, CITRONELLOL, GERANIOL, EUGENOL

 

Alors bien sûr, on pourra toujours me dire qu’ils ont bien mis sur l’étiquette « eau aromatisée de roses », mais, il y a quelques années, j’aurais sûrement pensé qu’il s’agissait d’un hydrolat plein de bienfaits et serais tombée dans le panneau comme une cruche.

On dit NEXT et on se renseigne, hopla !

 

Des bisous les Caribous ! 

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

16 réponses à “L’hydrolat de bleuet

  1. Lara

    J’aime beaucoup ton article qui m’a permis d’en apprendre plus sur un produit que j’utilise tous les soirs. Pour ma part, c’est sur l’hydrolat carotte sauvage que j’ai jetté mon dévolu pour son action contre les rougeurs.
    Je l’ai commandé sur aroma zone, un site que j’a-dore!
    Lara, http://www.labeautedugeste.wordpress.com

    Répondre
  2. Hillswick

    J’adore les hydrolats !!
    Je les achète sur Aromazone mais leur conservation limitée rend les choses difficiles …

    Répondre
  3. Galathée

    Et que penses-tu de la marque Sanoflore ?
    J’ai essayé bleuet et lavande, mais je n’ai pas trouvé que ça avait une quelconque efficacité.
    Je vais peut-être retenter avec l’hamamélis de Florame ^^

    Répondre
  4. The Pretty Cream

    J’ai appris pas mal de choses dans cet article, merci !!!
    Pour ma part je n’utilise que des eaux florales Sanoflore ou Melvita. Du coup je me demandais, tu les classes dans eaux florales ou hydrolats ? Je viens de voir que les premiers ingrédients commencent par la plante.
    J’utilise l’eau de bleuet et l’eau de rose pour les mêmes raisons que toi. Sinon j’aime beaucoup utiliser l’eau de camomille après le shampoing pour donner des reflets encore plus bonds à mes cheveux ainsi que l’eau de fleur d’oranger pour rafraichir ma peau en journée. Bisous !

    Répondre
  5. karine

    merci beaucoup pour cet article ! mais j’avoue être encore perdue : comment distinguer sur l’étiquette si c’st bien de l’hydrolat ?
    j’utilise Sanoflore en ce moment…

    Répondre
  6. Clara

    Chère Mona,

    ça fait qqs mois maintenant que je me promène sur ton blog. je l’ai découvert grâce à notre chère Coline, et ton amour du naturel m’a conquise très vite. mais si ajd je lâche mon premier com, à l’image d’une collégienne enamourée, c’est pcq ton expression, je cite, « le visage boursouflé comme une larve trop dodue » me touche en plein coeur. j’adore les larves, elles sont tellement dodues! et tellement mignonnes. c’est parfaitement ridicule mais étant enfant, et un peu tarée déjà, j’en ai adoptée une que ma mère m’a fait jeter 2h après… j’étais effondrée, et j’ose parfois avouer que j’en ai eu la larve à l’oeil (ah ah ah (oui, tu peux rire, je t’autorise) (tu peux aussi imaginer la larve SOUS ton oeil. et vomir.))
    quand je pleure, je dis souvent que je ressemble à une luciole, pcq mes paupières sont à la fois bourrelées, bleutées ET translucides. connais-tu cette sensation? tout ce racontage de vie pour te dire merci, merci pour cette comparaison que j’aurais pu faire et qui m’a faite rire devant mon écran en ce jour d’orage.

    xxx

    Clara, une fidèle luciole/larve dodue

    Répondre
  7. Kat

    Le bleuet m’a sauvée la mise il y a une semaine après une nuit de lamaoyage bête : en me levant le matin j’ai cru que j’allais me faire porter pâle et renoncer, mais je me suis souvenue de ma bouteille d’hydrolat au fond du frigo. Hop, deux compresses pendant 5 minutes, et j’avais retrouvé une mine passable ! C’est un vrai, vrai, bon plan.

    Répondre
  8. ClomiKo

    Toujours un plaisir de te lire. Je te rejoins pour l’hydrolat d’hamamélis de Landrôme. Il est parfait aussi pour les peaux grasses sensibles.

    Répondre
  9. kiki gaelle

    Coucou toujours oas teste l’huile:) je participe au jeu concours:) nominoe j’en suis toujours autant satisfaite! !! La creme et le nettoyant illuminent ma salle de bain:) y’a 21 consonnes dans l’alphabet! ! Sur fb c’est kiki gaelle alias nounours! Merci pour le jeu Gaelle

    Répondre
  10. LillyTurtle

    Bonjour !!

    J’avais envie de tester un hydrolat, mais j’hésite… entre les deux que tu as présenté ! Du coup, je pense que tu dois avoir un certain avis sur la question qui peut être intéressant pour moi…
    J’ai la peau grasse, mais aussi d’énormes cernes. Dois-je choisir par rapport à ce que je voudrais le plus traité ? Ou as-tu une autre vision des choses ?

    Merci d’avance !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *