8 septembre 2013

Le petit point Running de la rentrée #season3episode2

jojog.jpg
Hey ho, Totoche est de retour !

Puisque point de rentrée pour ma pomme et que les travaux et l’emménagement m’avaient pris mon temps, je me suis aperçue ce matin que cela faisait déjà 20 jours que je n’avais pas foulé le bitume.

QUEL SCANDALE !

Du coup j’ai compris le petit énervement, le sentiment d’avoir quelque chose qui fait du grabuge dans les émotions et qui a besoin qu’on le stabilise un peu avec une grande claque et une sortie dans les bois.

Aujourd’hui, donc, comme une petite fleur qui pousse dans les champs, j’ai naturellement chaussé mes Nike d’amour et je suis partie fouler mon nouveau territoire.

 

Premier bilan

Depuis mon article sur la reprise de la course
, j’ai couru quinze fois, mais j’ai surtout rapidement augmenté les kilomètres parcourus en passant d’une distance de 3km à 6km en moyenne (donc le double, OUI).

Je n’ai pas vraiment pu me tenir à une moyenne de 3 fois par semaine, puisqu’à chaque fois j’étais interrompue par un épisode de forte chaleur, ou alors il pleuvait comme vache qui pisse et ça me coupait dans mon élan.

Sans parler des jours où j’avais mal de tête, les lendemains de fête, l’envie de mimer la larve sédentaire, etc.
L’été n’est pas d’une grande aide quand on reprend le running.

 

Ceci étant dit, les gens de mon entourage ont rapidement remarqué que j’avais « maigri », mais en réalité je pense surtout que la course à pied aide à avoir un rendu plus élancé de la silhouette, d’où la confusion.

Bon, j’avoue avoir quand même un peu fondu, je suis passée de 55.5 kg pour 1m62 à 53kg en deux mois (et ce malgré les saucissons, apéros, et autre joyeusetés estivales).

 

Ce que ça m’apporte

Je ne suis pas encore une runneuse assidue et j’aimerais vraiment le devenir maintenant que je ne suis plus dans un appartement sur Bruxelles et que je peux profiter des espaces verts autour de chez moi : plus d’excuses, j’ai des terrains grands comme ça pour me défouler sans croiser des voitures tous les vingts mètres !

jorg-copie-1.jpg
 

Malgré mon petit niveau j’ai constaté des avantages non négligeables

Le jogging forge mon mental

Il suffit de se mettre à courir et de se fixer des petits objectifs et on se rend vite compte qu’on devient son propre coach.

Parfois je me dis « allez, encore un effort, on va jusqu’au poteau au bout de la rue », et le fait de m’y tenir me donne envie de me fixer d’autres challenges.

Je n’aurai pas parié, il y a trois mois de ça, être capable de faire des courses de 6km, et pourtant, maintenant, je me vois mal faire la moitié. J’ai besoin de cet état que je trouve une fois que mes muscles sont bien chauffés et que je ne pense plus à mes jambes qui font un effort mais à mes projets, mes envies, etc.

 

Le jogging me rend plus zen

Prouvé et approuvé, après chaque course je suis calme comme un koala sur sa branche. Je ne planifie pas mes courses mais en général, quand j’en fais une, c’est que j’ai un « trop-plein », des idées en pagailles, une envie d’aller me dégourdir et je ne m’arrête que quand je sais que j’ai bien évacué mon stress.

 

Le jogging m’aide pour mes migraines

J’essaye de prendre une bouteille d’eau à chaque sortie, et même si ce n’est pas pratique, le fait de boire quelques gorgées pendant la course m’évite une déshydratation et donc un mal de tête.

J’essaye aussi de ne pas forcer, mes minutes de running je ne les fais pas pour la performance (je ne cours d’ailleurs pas avec un cardiofréquencemètre). Une ou deux fois j’ai vraiment trop poussé mon corps et je me suis retrouvée avec une migraine jusque-là, à ne plus vouloir rechausser mes godasses.

Donc EAU + JOGGING PEINARD = la clef du débutant qui gère (sans oublier les chaussures, bien choisies, c’est plus sûr)

 

Le jogging me fait un plus beau corps

J’ai beau être mince, j’ai le cuisseau qui n’avait pas une belle dégaine pendant les premières sorties, ça bloblotait sévère au niveau du bas du corps et me donnait l’impression de jouer aux castagnettes géantes avec mes cuisses.

Je suis encore loin de mon objectif de raffermissement, certes, mais comme je pratique le running à une allure lente à moyenne et pendant plus de trente minutes (ayé, je suis aux quarante minutes maintenant !), je suis assurée de renforcer mes muscles sur le long terme.

La grosse nouveauté du mois : dorénavant, il faut que je presse ma cuisse pour voir le côté grumeleux  de la cellulite alors qu’avant, même en étant statique, j’avais une piste bosselée de mes fesses aux genoux.

Il y a du mieux aussi au niveau du bidou, j’ai moins l’impression d’être gonflée comme une baudruche.

 

Le jogging me rend heureuse

Petite victoire, sortie en plein air, ne compter que sur soi, faire de mieux en mieux en prenant son temps, voir le soleil, autant de choses qui contribuent à une sortie paisible et au top.

Il suffit de prendre une playlist du feu de dieu avec soi et on est parti pour avaler des kilomètres sans s’en rendre compte !
J’aime bien courir en hiver aussi, le décalage entre la température de mon corps et l’extérieur est plus agréable pour moi quand il fait plus frais dehors.

 

L’envers du décor

Il y a certaines courses pendant lesquelles j’ai eu du mal à tenir le rythme, j’avais envie de lâcher en plein milieu parce que je n’étais pas d’humeur, mais en général je bouclais mon objectif du jour sans trop de problèmes.

Ces jours-là, tout le monde les connaît, il ne faut pas croire que la course à pied est une promenade en poussette, c’est vous le moteur, donc si l’impulsion n’est pas de la partie, m’est avis que vous n’irez pas bien loin (dans cette pratique).

 

Le tout c’est vraiment d’y aller mollo, progressivement, de ne pas chercher à devenir un champion d’athlétisme en quinze jours, sinon c’est la porte ouverte aux blessures.

J’ai lu énormément de blogs/articles sur le sujet, et honnêtement, même si la majorité des runneurs sont ultra-équipés, je ne pense pas que cela soit nécessaire dans l’immédiat.

Il est certainement impératif de mettre ses sous dans une bonne paire dédiée au running, mais commencer à dévaliser toute la boutique high-tech chez Decathlon n’a pas vraiment de sens quand on ne sait pas si l’on va persévérer dans la course à pied dans les mois à venir.

 

Personnellement, je cours avec des chaussures et un legging Nike et pour le haut du Kalenji, et c’est suffisant.
Mes seuls « ajouts », sont mon smartphone avec l’appli Nike+ running que j’ai toujours trouvée excellente, même sur mon ipod.

C’est tout.

 

Conclusion

Même si j’ai en moyenne couru 5 fois par mois depuis ma reprise, je pense que pour un début j’ai été plutôt régulière.

Je compte faire mieux, mois par mois, améliorer mon temps par kilomètre, et essayer de combiner cette pratique sportive au vélo, vu que maintenant j’habite dans une commune qui ressemble de loin (très loin) à la Hollande.

 

Reste le problème des jours de flemme, quand je n’ai pas envie de pointer le bout de mon pied dehors : j’ai déniché des chaînes youtube (va souffrir tiens) qui sont axées sur la muscu bien tonique et active pour les femmes, un bon moyen pour ne pas perdre une journée à parler à son paquet de chips.

 

Enfin voilà, si vous cherchez un sport qui permet une dépense rapide et certifié par moi-même, je valide la pratique de la course à pied.
Si vous avez aussi repris le sport récemment, NE LÂCHEZ RIEN, il y a toujours la bombasse qui sommeille en vous au bout du chemin.

 

Des bisous les Caribous !
Saison 1 épisode 1 – Saison 2 épisode 1 – Saison 3 épisode 1

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

5 réponses à “Le petit point Running de la rentrée #season3episode2

  1. Namrata

    Alors là tu prêche à une convaincue, le jogging quotidien (ou un autre sport régulier),il n’y a que ça de vraiment efficace pour le stress, pour la santé, pour la peau, pour l’humeur etc… que des avantages. Un inconvénient: le temps, il faut trouver le temps.

    Répondre
  2. Lucile avec une aile

    Super article 🙂
    Je fais comme toi, je me suis mise à la course à pied il y a peu de temps et j’essaye de m’y tenir. Quand le temps n’est pas avec moi je vais courir à ma salle de sport, même si je n’ai pas perdu le poids voulu jusqu’à maintenant je suis bien contenté de ce que ça m’apporte niveau silhouette et mental. 🙂
    Je vise les 10km 2 fois par semaine mais j’y vais tranquillement aussi
    Bon courage à toi en tout cas

    http://lucileavecuneaile.blogspot.com

    Répondre
  3. Kim

    Ha génial ce point running! Ca fait du bien de lire ça!
    Je ne peux pas courir mais j’ai un problème d’insuline et dois donc améliorer mon temps d’activité corporelle. J’ai essayé la salle de sports mais beurk. Puis je me suis dit: pourquoi pas la marche rapide? Ca limiterait l’impact sur mes genoux niqués!
    Et cet été je m’y suis mise. Comme toi: quand je le sentais. Et je me reconnais dans pas mal de choses que tu cites. Les résultats physiques sont moins rapides mais le bien-être, c’est idem!
    Et je te rejoins totalement dans le fait de faire ça à son rythme. Il y a des jours où le physique ne veut pas, ça fait rien. On va comme on peut, on essaie d’aller jusqu’au bout sans attendre une perfection de soi et ça va quand même. Petit à petit quoi 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *