16 mai 2016

Body Oils

ABOUT
RENE FURTERER huile sèche sublimatrice 5 sens
NAJEL Elixir aux trois huiles
ELIZABETH ARDEN Eight Hour Cream All Over miracle Oil
L’OCCITANE Huile Parfumée Néroli Orchidée
bodyoils

Tu me vois venir à 10km avec mes pots d’huiles diverses et mon sourire hagard de fille tombée dans un macérât d’olive quand elle était petite.

Je suis une grassouillette dans l’âme, et je ne n’arrêterai JAMAIS de vous en parler.

Parce que, de tout ce que vous pouvez trouver sur le marché, c’est la matière première la plus pénétrante dans la peau, donc la plus à même de vous rendre un épiderme satiné, celui que les gels douches décapants et le manque de temps vous ont  gracieusement volé, sans notice, sans petit mot sur le frigidaire pour prévenir du carnage.

 

Le grand avantage des body oils, c’est qu’elles sont multi-usage : sur le visage (avec restrictions, que l’huile de base convienne à votre type de couenne), sur les cheveux (voir l’oil therapy), sur le corps (si t’es ne faignasse de première, je te conseille de lire mon article pour les lazy de la routine corporelle), sur les cuticules en fer forgé, comme base pour un gommage maison (dans ce cas, autant prendre une version pure pas trop chère, comme celle de coco – qui sent merveilleusement bon).

Dans ma petite valise quotidienne, j’en ai quatre pour le moment : toutes sont des mélanges, parfumées, et aux usages complètement différents. Comme quoi, d’un liquide à l’autre, on peut totalement changer de catégorie d’application.

 

La plus pure // L’élixir aux trois huiles de Najel

C’est celle que j’utilise pour me masser les cuisseaux depuis que j’ai commencé ma cure de ventouse anti-cellulite (le machin bleu qui ressemble à une coupe menstruelle mais se charge de décrasser les jambons engorgés).

Elle est un mix d’huile d’amande douce, de nigelle, et d’olive, ajouté d’un antioxydant naturel. Le flacon vante une odeur de fleur d’oranger, je suis d’avis que ce doux parfum est allé voir ailleurs, je sens surtout le cumin noir qui flotte comme un petit génie vicieux en arrière-fond.

De la troupe, c’est celle qui hydrate le plus en profondeur (on n’oublie pas qu’une grassouillette contre la déshydratation aussi par défaut en fortifiant le ciment intercellulaire et donc en empêchant une déperdition d’eau inutile)(en gros tu te tartines, puis tu bois ton Evian tranquille), mais elle ne conviendra clairement pas à celles qui cherchent un soin « oup’s je suis partie« , elle est d’une lenteur d’escargot au niveau de l’absorption.

NB : elle ferait un excellent bain d’huile, l’amande douce est un très bon fortifiant capillaire, la nigelle réputée pour soigner les maux pelliculaires (entre autres), et l’huile d’olive la reine dorée méditerranéenne de la brillance et de la nutrition.

 

La plus capillaire friendly // Elizabeth Eight Hour Cream All-Over Miracle Oil

Découverte par hasard pendant un évent Elizabeth Arden, j’ai été étonnée de voir que la marque vendait certains produits pour la peau à la composition plus qu’appréciable (quand on aime bien le naturel et qu’on est habitué au grand écart conventionnel/bio, s’entend).

Elle sent la pastèque – ou un truc frais et juteux, un peu floral, un bonheur fruité quoi, et est un VRAI plaisir à appliquer sur les longueurs en finition. Il en faut très peu, elle laisse un doux parfum et n’alourdit pas du tout la coiffure.

Dedans on trouve une base d’huile de riz pour une excellente émollience, de pépins de raisin (connue pour son excellente pénétration cutanée et son pouvoir antioxydant), et enfin la précieuse huile de camelia que je traque depuis des plombes en version pure, réputée pour être une grassouillette magique pour le soin des cheveux, qu’elle rend doux/brillants/lisses.

C’est devenu mon passage obligé une fois que ma touffe est sèche, une petite pression et pouf pouf sur les pointes et la masse, elle remplit très bien la mission d’adoucisseur capillaire, c’est d’ailleurs le seul usage que je lui réserve.

bodyoils2

La plus sèche // René Furterer Huile sèche sublimatrice 5 sens

Aaaaah, la recherche d’huile qui pénètre en un clin de mirette et se laisse oublier sur la peau. De toutes celles testées jusqu’à présent, je pense que celle de René est la plus sèche de chez sèche dans ma salle de bains.

Bon, au niveau des ingrédients, c’est sûrement celle qui va apporter le moins de bénéfices nets, elle contient essentiellement des composants chimiquement modifiés (pas de silicones ceci étant dit), MAIS, on retrouve quand même en milieu de liste de l’huile d’avocat / carthame / amande douce / ricin / jojoba, un mix à la fois assouplissant et réparateur.

En gros, on ne l’achète pas pour son côté nature (laissé au coin de la rue, entre la boulangerie et le supermarché), mais plutôt pour sa facilité d’utilisation et son parfum de vacances ensoleillées – sans ylang-ylang, ni monoï, ni vanille, pour éviter la redondance.

Elle donne un très beau côté satiné à la peau et je l’utilise essentiellement quand les beaux jours arrivent et qu’il fait si chaud que la simple pensée de m’hydrater la couenne me donne des sueurs froides et glissantes. Puis, comme elle donne un aspect glowy immédiat, c’est tout bénef’ de la dégainer quand la saison des épaules nues débarque.

 

La plus délicieusement parfumée // L’Occitane huile parfumée Néroli Orchidée

Graou.

C’est tout ce qui m’est sorti de la bouche quand je l’ai essayée au sortir du colis. Je suis rarement fan des huiles parfumées parce qu’elles sont souvent imposantes, olfactivement parlant, et me donnent l’impression de me mouvoir avec un paquet de fleurs qui me sortent par les pores.

Ici, on est dans un bain de douceur, un néroli qui n’est pas trop guimauve, même plutôt vert, l’association avec l’orchidée rend l’ensemble absolument délicieux et très cocooning.

Pareil que pour l’huile 5 sens de René Furterer, on ne se la procure pas pour ce qu’il y a DANS le flacon (composition sans intérêt), mais bien pour ce qui en sort, elle est également assez sèche pour convenir à celles qui détestent avoir l’impression d’être un filet de poulet au fond d’un poêlon gras.

En gros, elle nourrit bien, elle rend heureux en se glissant dans les naseaux, que demander de plus ?

Seul bémol (bah oui) : elle coûte 28 euros pour 75ml et j’ai déjà vidé un dixième du flacon en une semaine. Les 100 ml habituels auraient été plus que bienvenus.

 

En conclusion je dirais que toutes les huiles pour le corps ne sont pas forcément à utiliser sur l’entièreté du body. Certaines auront des ingrédients plus intéressants pour une zone ou l’autre, d’autres une dimension confort non négligeable. Suffit de regarder au dos du flacon, de déchiffrer, de réfléchir, et de… bon okay, étales-toi le bidule sur le parchemin et va glisser sur la banquise.

Je passais juste par-là avec mes bidons d’huile de mamma italienne.

 

Des bisous les Caribous !
Huile L’Occitane + René Furterer + Elizabeth Arden offertes par les marques
Huile Najel offerte par Sebio

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

7 réponses à “Body Oils

    1. Mona Auteur

      elle excellente celle de cîme, je l’aurais mise dans l’article si j’avais pu remettre la main dessus (oui, je perds mes flacons d’huile moi XD)

      Répondre
  1. Isil Elwing

    J’adore les huiles de soin! J’en ai testé des tas et te recommande: jojoba pour les pointes, rosier muscat pour les vergetures (magique, miracle), argan pour nourrir, prunier pour son parfum, bellis pour le buste, coco fractionné pour le côté satiné- toucher sec, macadamia pour réparer. J’achète mes huiles chez aroma-zone, bon rapport qualité-prix.
    Il n’y en a que deux que j’ai franchement détesté: nigelle, que je n’ai pas supportée, et argan la fois où je suis tombée sur un batch foireux qui avait une ignoble odeur de bouc ; en temps normal l’odeur est assez neutre ou de type noisette discrète.
    Des bisous!

    Répondre
  2. Léo

    Les huiles, j’aime bien, mais sur moi ce n’est pas aussi efficace que ma cold cream de chez Bio beauté par Nuxe, du coup je passe mon tour en général. Et bizarrement, j’ai toujours l’impression que c’est hyper cher (alors que je paye celle au magnolia de Leonor Greyl une quarantaine d’euros sans aucun problème, va chercher). Les produits multi tâches, je suis hyper radine sur le prix, je ne comprends pas pourquoi.
    En tout cas, aucune qui me tente : quand j’aurai fini celle de LG, je pense me diriger vers la Cîme, elle m’avait bien tentée dans ton article l’année dernière, et l’odeur est divine !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *