27 octobre 2016

Le cas de l’Effaclar Duo+, le zigouilleur de microkystes

ABOUT
Effaclar Duo + & Effaclar A.I. La Roche-Posay

effaclar

J’ai l’impression que c’est comme une méchante amie qui m’attend sur le pas de la porte. Au-dessus de sa tête pendouille une planche en bois qui grince et sur laquelle est gravé « automne », et mon menton se barde de bubons rien qu’en entrant chez elle.

Flûte et reflûte.

Les kystes tombent sur la mâchoire, le nez s’engorge, le front (du jamais vu, une grosse nouveauté) est miné de micro kystes – ces petits salopiauds que l’on voit en relief sous une certaine lumière, histoire d’être moche de jour comme de contre-jour.

En soi, je suis toujours préparée, je suis une rodée du bubon, j’ai les doigts qui se tendent pour éclater le comédon, faire couiner le point noir, désengorger le terrain.

Mais ce n’est pas parce que tu sais que tu auras droit à une torgnole que tu as forcément envie de t’en prendre une. Les boutons c’est comme un gnome qui hurle : tu tolères, une fois, deux fois, à la troisième, tu sévis.

Jusqu’à présent, je me contentais d’Avène (le cleanance expert que j’adule), d’Hyséac d’Uriage à une époque, d’excellent produits qui avaient chacun leurs limites mais qui arrivaient à endiguer sans problème des éruptions pré-hivernales sans rechute.

Quand j’ai reçu l’effaclar duo+, je m’attendais juste à un énième produit du même genre, rien de spécial, juste du bon basique dégommeur d’imperfections. Sauf que, dans le domaine « anti-acné » des pharmacies, c’est un peu plus compliqué que ça – à un acide près, tu passes d’un monde à un autre.

 

La bestiole

On annonce que le duo+ convient aux imperfections sévères et soignera sans laisser de traces rouges ou brunes.

Dedans, on trouve du Piroctone Olamine (un équivalent du zinc, il est purifiant et anti-bactérien). De la glycérine, du zinc PCA et du niacinamide pour bien hydrater et apaiser les rougeurs.

Quelques polymères, un silicone en tête de liste (déjà dit, mais je le répète : dans un soin anti-acné, c’est un allié qui va contre-carrer la sécheresse due à la purification – donc on s’en fiche de sa présence)

Et enfin, un acide plus que bienvenu, un LHA.

Petit Rappel sur les acides…

AHA – molécule d’acide relativement petites, elles pénètrent plus profondément la peau en cassant les liaisons intercellulaires de l’épiderme. Elles sont humectantes (elles attirent l’eau de l’environnement pour l’amener dans la peau, on observe d’ailleurs une meilleure hydratation au fur et à mesure des application, surtout avec le lactique). Mais c’est aussi le plus irritant
Reminder sur les AHA et leurs usages

BHA – molécule lipo-soluble, a une affinité certaine avec les comédons remplis de sébum, les points noirs, qu’elle dégorge en grignotant le surplus lipidique. Bien moins irritant que les AHA, mais aussi à visée purement désincrustante. Le plus connu est l’acide salycilique (issu du saule noir, mais aussi produit chimiquement) – qu’on classe dans cette catégorie par défaut

PHA – en général conseillés aux peaux plus matures, ce sont les poly-hdroxy-acids, ils grignotent plus en surface, et sont bien mieux tolérés par les peaux sensibles.

Le petit nouveau, le lipo-hydroxy-acid ou LHA

Une espèce de cousin des BHA, à ceci près qu’il est encore plus gras-friendly et grignote moins au passage – du coup moins irritant au fur et à mesure des applications, pas de desquamation et un effet anti-bactérien. On le voit souvent traîner dans les produit La Roche-Posay d’ailleurs (dans la gamme effaclar), et il va permettre de retrouver un teint uniforme tout en douceur.

 

J’ai commencé mon test dans une phase cutanée répugnante (j’exagère à peine), avec des vagues rouges qui envahissaient tout le pourtour de mes babines comme on encercle une proie facile. Je te dis pas la dégaine que je me trainais, une ado en plein bourgeonnement, la fête du slip dans tous les pores et un agacement à peine masqué quand on me demandait ma carte d’identité pour acheter du vin – j’ai, nom de dieu de rutuflu à pompons, 28 bêches, Frénégonde !

Je n’étais partie que deux semaines sous un temps relativement mitigé en août, donc pas de quoi dire « han mais patiente, ça va aller mieux d’ici trois semaines, le temps que ton épiderme s’affine à nouveau après le soleil ». Que nenni, je n’ai vu que de la grisaille durant mes vacances et la bataille a continué plus d’un mois après mon retour.

 

A la première application, j’ai eu l’impression de me tartiner une bête crème sur la bouille (un poil pas assez hydratante pour septembre), qui sentait vraiment bon, ne piquait pas, tout à fait le genre de texture qui me plaît dans un soin traitant.

Le lendemain, je vois un léger mieux sur les crasseux les plus rouges, du coup je continue sur ma lancée.

J + 1 semaine : pas encore de miracle, j’ai de nouveaux boutons qui arrivent quand d’autres partent

J + 1 semaine et demie : MHANDIEU, les microkystes du front ne sont plus, n’existent plus, j’ai la vague impression qu’on m’a fichu un nouveau front sur le haut du visage pendant la nuit (et pourtant, y en avait un paquet !)

J + 2 semaines : je me rends compte que le produit a une action ultra-ciblée sur les pores :: les points noirs dégagent déjà au pas de course, et les petits bubons à tête rouge commencent à partir (en même temps, je me trainais la chose depuis des semaines, je n’espérais pas trop que tout s’en aille en une lichette de crème)

 

J+ 4 semaines : le constat

Sachant que j’ai un gros passé (et présent, de temps en temps) d’acné kystique, quand un produit a une mention « imperfection sévères », je m’attends à ce qu’il se charge des cartaches. Ce qui n’est pas le cas.

La liste d’ingrédients étant TOUJOURS plus précise qu’un grand discours, on retrouve dans le tube des acteurs de surface plus que des balayeurs de grands fonds, donc, l’un dans l’autre, si tu sais lire une formule, tu sais directement dans quel schmilblick tu t’engages.

Spécifiquement, si tu as besoin :

  • de te débarrasser de microkystes en un rien de temps
  • de zigouiller des points noirs récalcitrants
  • et de virer des comédons de taille minuscule à petite

il gère.

D’ailleurs son acolyte, l’effaclar AI est plus que recommandé en combo pour avoir une action décuplée sur ceux qui ont décidé de s’installer sans demander ta permission (et pour dézinguer de manière plus rapide et permanente, la pâte SOS d’Uriage reste un must have de saison – surtout pour les missiles XXL).

 

J’ai beau avoir utilisé beaucoup de produits anti-acné de pharmacie, c’est la première que je trouve un soin aussi efficace sur l’effet grumeleux que BEAUCOUP cherchent à éradiquer en un rien de temps.

Et que dire de ma gracieuse contribution à la bonne vie des couennes de cette planète en partageant cette information !

 

J’aurais pu faire ma déçue, et grommeler que, bon, l’un dans l’autre, j’ai encore un kyste de la taille d’un ongle qui me nargue à l’heure où j’écris cet article.

Sauf que je n’ai plus rien d’autre sur le visage qui me donne l’air d’une gamine de 18 piges, les dernières cicatrices s’affadissent petit à petit, du coup j’ai remisé l’effaclar duo+ (quand ça va mieux, je ne m’acharne pas, non non), et je continue encore un peu mon démaquillage à l’eau micellaire.

Voir cet article si ta peau est en crise

 

Je sais que c’est pénible. Que dans les premiers mois de la rentrée on veut plus impressionner avec son humour que le diamètre de ses boutonniauds.

Il faut juste que tu te rappelles qu’on ne creuse pas avec un râteau quand on sait qu’une pelle est plus adaptée, sinon c’est une perte de temps et d’argent. Une fois que tu auras trouvé le soin qui contient la bonne molécule dedans selon ton problème, ce sera good.

Et tu pourras enfin parader comme un paon aux plumes lisses qui ne craint aucun lendemain – même si tu as abusé de chocolat hier.

 

Des bisous les Caribous !

Effaclar duo+ et AI, offerts par La Roche-Posay

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

14 réponses à “Le cas de l’Effaclar Duo+, le zigouilleur de microkystes

  1. Galathée

    Salut Mona, moi je n’ai pas le Duo+, mais l’Effaclar AI ; ça devait faire deux ans que je n’avais pas acheté de produits anti-boutons, mais là j’en avais eu 2/3 gros en un mois, ça m’a bien saoûlée (merci la rentrée). D’ailleurs spontanément je ne sais pas pourquoi mais je ne me serais pas dirigée vers La Roche-Posay, mais une amie m’a parlé d’Effaclar AI, et franchement je le trouve redoutable d’efficacité !
    Il fait dégonfler en une nuit un bouton en approche, sans laisser de traces et sans dessécher, la révélation 🙂

    Répondre
    1. Mona Auteur

      c’est un vrai bon produit, c’est clair ! Il me fait un peu penser au Control d’Aesop, dans le genre petit tube costaud contre les boutons.

      Répondre
  2. Nhirondaile

    Bonjour Mona !
    Je ne commente pas souvent mais je lis toujours ! Du coup j’en profite pour te dire que j’adore le ton employé dans tes articles, je sais à chaque fois que je vais passer un bon moment à les lire.
    Mon problèmes à moi ce sont les points noirs… J’ai peu de boutons sauf la période où les hormones jouent aux montagnes russes, et quand j’ai mangé gras. Sinon les points noirs ont trouvé un nid douillet autour de mon nez et ne le lâchent pas… Tu rajoutes les pores dilatés sur le nez, les joues, le menton et le teint luisant quand j’ai chaud (vive l’automne, la canicule est partie !), ça fait un peu boule disco.

    Donc si j’ai bien lu ton article, c’est vers les BHA / LHA que je devrais me tourner ? Aurais-tu là, spontanément, des conseils à me donner ?

    Merci beaucoup, continue avec ce ton (décalé ?), personnel.

    Répondre
    1. Mona Auteur

      TU SAIS QUOI, tu devrais tester l’effaclar duo. Je te le dis, j’en ai essayé des produits anti-boutons, mais ils n’agissent pas tous pareil, pour les points noirs ce produit-ci est vraiment efficace sur moi.

      et DE RIEN 😀

      Répondre
  3. Sylvie

    Bonjour Mona,
    J’ai entendu tellement de bien de ce produit que je l’ai acheté il y a quelques mois. Le problème c’est que je ne sais pas comment l’utiliser. Faut-il le poser le seul ? Ou à la place d’un serum ?
    Seul, ma peau tire beaucoup trop…
    En ce moment, je l’applique après ma lotion sur les zones concernées, puis je mets le midnight de khiels par pression et ma creme Nominoe. Je n’ai pas l’impression que ça fonctionne très bien…
    Et vous comment faites-vous pour optimiser son efficacité ?

    Répondre
    1. Mona Auteur

      c’est quand tu le poses seul que tu peux rééquilibrer la balance en voyant ce qui manque. Si ta peau tire beaucoup, utilise l’effaclar duo + comme un sérum plutôt, en lui ajoutant une crème par dessus pour retrouver le confort qui te manque.
      Tu peux aussi l’appliquer en journée, et plutôt apaiser le soir avec ta routine habituelle ? Il faut que tu testes et voies ce qui fonctionne le mieux, mais a priori, il doit être appliqué en premier sur la peau (après la lotion) si tu veux qu’il agisse en priorité.

      Répondre
  4. Ikram kamona

    Est ce qu’on doit alterner entre les deux (duo+ et Al ) pour avoir un bon résultat ?
    P.S: j’ai des microkystes sur la zone T et j’ai commencé à utiliser effaclar k+.

    Répondre
    1. Mona Auteur

      le AI est un soin ciblé (à mettre directement sur le bouton), il ne peut pas s’appliquer sur tout le visage ce sera bien trop fort.
      Le duo+, lui est un soin global, donc sur l’entièreté du minois, il passe sans problème 🙂

      Répondre
  5. Jessy

    Salut ton article est super je trouve !!! Je voulais te demandais conseil sur l effaclar duo car j ai malheureusement depuis un an une acné tardive le plus souvent microkyste tout petit effet granuleux aux mâchoires !!!!! L horreur ! Très dure pour s’en débarrasser donc je tente cette crème ! Je la met matin et soir plus le soin unifiant teinté effaclar le matin quand pense tu ? Je voudrais aussi esseyer l effaclar ai mais vu que je suis enceinte pas sur qu’on puisse l utiliser pendant la grossesse …. Et tes boutons du début c étai s une acné légère ? Merci et désolé pour toute mes questions !!! 😉 très bonne soirée Miss !! 😉

    Répondre
    1. Mona Auteur

      Merci, déjà 😀

      Alors, on va commencer par le début :
      – je pense que tout dépend de ta routine entière, je mettrais plutôt une crème moins traitante et plus hydratante le matin, c’est comme ça que ma couenne fonctionne le mieux en tout cas
      – le effaclar AI, je ne pense pas qu’il y ait de contre-indication (au pire, chaque fois que tu as un doute, demande à ton pharmacien 😉 )
      – j’ai une acné kystique localisée sur le menton essentiellement depuis la fin de mon adolescence, je suis d’ailleurs actuellement sous traitement dermato parce que cela devenait beaucoup trop douloureux sur le bas du visage.

      De mon point de vue, je pense que tant que tu seras enceinte (félicitations 😀 ) et encore quelques mois après, tes hormones vont s’en donner à coeur joie et tu risques d’avoir des boutons incontrôlables. Mais ne t’inquiètes pas, ça passe 🙂

      en espérant t’avoir aidée, au cas où, tu sais où me trouver 🙂

      Répondre
  6. Sipp Elisa

    Bonjour Mona, super article merci! J’utilise l’effacera Duo depuis un long moment, ayant constaté une grande efficacité sur ma peau ( j’ai de microkystes sur quasiment tout mon visage)
    Récemment, j’ai décidé de commander des AHA « purs » c’est à dire en flacon, j’en mets une goutte dans ma crème hydratante 1 soir sur 3.
    Sais-tu si il serait possible de combiner une goutte d’AHA dans l’effaclar Duo pour enfin dire adieu à mes microkystes?
    Merci d’avance pour ta réponse 🙂

    Répondre
    1. Mona Auteur

      est-ce que tu as testé la version duo + ? (Ou alors c’est de celle-là dont tu parles ?)
      Parce qu’il a très bien agit sur mes microkystes justement, tu devrais plutôt utiliser des BHA ou LHA quand tu
      as ce genre d’imperfections 😉 Les AHA sont plus conseillés pour les cicatrices, teint irrégulier général.

      Est-ce que ta routine est bien, autour de ça ?

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *