24 mai 2015

Viens, boutonneuse

cassandra bankson

« Ha, ce rude moment quand quelqu’un critique la peau de quelqu’un d’autre. Normal qu’autrui prenne la mouche, on touche à notre plus grand organe vivant, qui nous recouvre, nous protège, nous expose au monde comme un cochon de lait sur sa broche.

Mangez-moi.

Quand j’étais plus jeune, j’étais une boutonneuse, une vraie. Celle qu’on ne voulait pas crémer avant une exposition au soleil parce que « mon dos construisait des boutons aux rythme d’une usine à smartphone ». L’aspect grumeleux, tendance rouge et blanc, personne ne trouve ça sexy, pas de quoi en rajouter en lâchant un râle de souffrance parce que d’y toucher me faisait tout aussi mal.

 

Avec les années, l’acné a migré sur mon menton essentiellement, plus rien sur le front, plus rien sur le dos, même si les changements hormonaux y sont pour beaucoup, je le prends comme une victoire.

Pour ça que, lorsqu’on regarde quelqu’un qui a des chtars, j’aimerais qu’on essaie de se demander si cette personne n’a pas connu pire, et que le stade où elle en est aujourd’hui est peut-être sa grosse réussite.

 

Quand il s’agit de maladie de peau, je ne tolère aucune critique.
Juste des encouragements.

 

Comme lorsqu’on me dit que je me traîne des bubons sur le menton depuis un moment, moi de mon côté, je vois les milliers du dos, du front, du nez que je n’ai plus à gérer. Pourquoi pointer UN disgracieux récurrent, alors que je suis personnellement contente de ne plus être minée comme avant ?

 

C’est quoi le problème des gens ?

 

Mes kystes sont ce que j’ai de moins sévère après tout mon parcours. J’en ai moins qu’avant (je devais m’occuper de 4 ou 5 poches actives en même temps, là c’était un drame douloureux, crois-moi), j’ose espérer qu’ils finiront par partir définitivement avec le temps. Chaque accalmie dure plus ou moins 3 ou 4 mois, jusqu’au prochain écart, à la prochaine dose de stress qui remettra la locomotive dans le mauvais sens des rails.

Je tolère.

 

Mais qu’on ne vienne plus me dire que je suis chaque fois « en rechute », que tout ce que je fais c’est trop, que ça sert à rien, qu’on devrait surtout m’enfermer pour m’empêcher d’utiliser tout ça et « d’agresser ma peau ». Je la connais cette bitch, je l’ai étudié de long en large ce terrain, ces pores qui ne se refermeront plus sur le bout de mon nez, la tache au dessus de ma lèvre, les grains de beauté sur tout le continent, les joues lisses, le front lisse, y a rien à dire.

Juste bravo.

Et je t’emmerde »

 

Donc après cette introduction violente, écrite l’autre jour sous l’effet de la colère couplée à un manque de sommeil et un trop plein de nourriture dans le bidou (le jour où je voulais être un barbabapapa qui se transforme en dromadaire et stocke un second estomac dans une bosse), je me suis dit que je vous ferais un topo sur ce que j’utilise quand je suis en crise.

 

En général il me faut trois choses essentielles – et pour le reste je brode autour :

  • un nettoyant sans eau (soir & matin, le temps que guerre se finisse)
  • un traitement local (soir)
  • un traitement général (soir & matin)
  • une crème qui fait tout (surtout matin)

 

acné 2

Au niveau du nettoyage, le mieux reste le sans eau, parce qu’une peau inflammée subit plus les frottements qu’une peau en bonne forme.

Pour le soir, tu peux prendre des cotons lavables extra-doux ou simplement utiliser le produit directement sur le visage, le genre d’usage que je réserve au lait Dermo-Nettoyant Tolériane : une pompe dans les mains, puis je masse doucement sur la couenne (c’est aussi valable pour les peaux sensibles/sujettes aux rougeurs), et une fois que je sens que j’ai bien tout décollé, je vaporise de l’eau thermale Avène et passe un tissu du haut vers le bas pour tout enlever.

Après, comme il y a toujours des Caribous récalcitrants dans la troupe, vous pouvez toujours vous tourner vers le robinet mais : avec un gant qui fait tout comme le magic mitt pour démaquiller en un geste juste avec de l’eau et ne pas emmerder les pores, ou encore un baume si vous êtes aventurier, mais ça rime avec eau chaude + muslin cloth par la suite.

A tes risques & périls.

Le matin, je siphonne surtout l’eau micellaire cleanance ou la rosée des roses de Cîme, je reste dans un canevas de produits que je connais.

 

acné 3

Pour le traitement local, il faut faire preuve de bon sens : souvent les gens prennent de l’huile essentielle de tea tree, la mêle à de l’aloe vera, et hop, tartinons-nous le steak, alors qu’il n’y a que deux boutons dispersés sur la planète épidermique.

Le mieux, c’est d’avoir une HE comme le niaouli (pour traiter tout ce qui est hormonal), et une autre option chimique. Jusqu’à présent c’était le Triacnéal que j’utilisais, mais « manque de bol », la marque l’a viré de ses rayons pour le remplacer par le Triacnéal Expert.

 

La grande différence, c’est que si vous ne tolériez pas la première version, celle-ci devrait vous plaire : sur mon type de peau (mixte et chiante), il fonctionne très bien mais de manière plus progressive, en s’attaquant surtout aux gros misérables qui mettent trop de temps à dégager.

L’acide glycolique ne fait plus partie du tableau, mais on retrouve dedans :

  • le diolényl et le X-Pressin comme dans le soin Cleanance expert : le premier pour diminuer la prolifération de l’acné, et le second pour son action sur les pores et le grain de peau (apparemment comparable à de l’acide salicylique couplé à de l’acide glycolique, le tout dans une seule enzyme issue de la papaye, olé ! )
  • et le fameux Rétinaldéhyde (comme dans la première version) : moins hard que de la vitamine A (donc on risque moins d’irritation), elle boost la santé de la peau, permet une amélioration visuelle de tout ce qui est taches, manque de fermeté, ce qui pendouille et est brouillé en somme

Liste ingrédients

 

Je le classe dans le soin local mais comme cette crème a des effets similaires à une lotion exfoliante/lissante/hydratante, je ne vois pas de contre-indication majeure à l’utiliser sur tout le visage – contrairement au Triacnéal de base qui lui NE POUVAIT PAS s’étaler sur toute la couenne. NON. NO WAY.

Je l’utilise sur peau sèche le soir UNIQUEMENT, puis PAF l’hydratant et basta, pas besoin de plus pour traiter ma peau, il fait ce qu’il faut. A part un kyste qui est passé avec son gros cucul sur mon menton il y a trois semaines, je n’ai rien eu de conséquent depuis, donc je MAITRISE totalement la crise pré-estivale.

 

Kystounay a d’ailleurs clairement agonisé quand j’ai dégainé le Puressentiel SOS peau : la dame qui me l’avait fourré dans les mains en pharmacie connaissait le domaine des crapules, me conseillant d’appliquer le roll on puis d’attendre un peu et de mettre de l’argile par-dessus. LES GENS FINISSENT PAR DIRE DES CHOSES CENSEES.

Je sais que ça marche, vu que je mettais un peu le même genre de plan en oeuvre quand j’avais un gnome qui me poussait sur la mâchoire : une dose d’huile essentielle de niaouli puis de la cicalfate en lotion par dessus, et je n’en entendais plus parler au réveil. En tout cas, si vous cherchez un stick on-the-go, celui-ci est au taquet niveau efficacité.

Faut juste bien le secouer avant de l’utiliser, sinon il n’y a rien qui sort du bitoniau. 

 

On peut aussi miser sur des masques pour le traitement local, en prenant un purifiant et le mêlant à de l’huile essentielle de lavande – une goutte – ou encore à de l’huile végétale de chanvre pour le côté réparateur, on profite alors de l’argile et aussi de bienfaits du cul d’une plante (gardez juste en tête qu’il faut toujours faire un test préalable dans le creux du coude pour estimer la tolérance cutanée).

Jusqu’à présent, j’ai utilisé le masque adaptogène de Pranarom, pour son côté couteau suisse et parce qu’il est très agréable pendant la pose – c’est du kaolin mais ça ne sèche pas en plaques.

La base de la base serait quand même d’avoir un petit stock d’argile chez soi, ou de rhassoul, ce genre d’ingrédient est un indispensable de la popote home-made qui remet n’importe quel type de peau sur pied tant que la pâte reste humide (et pas en mode sol aride du désert).

 

acné 4

En traitement général et crème qui fait tout, j’ai deux petites bombes sous la main.

Le cleanance expert, toujours au rendez-vous, reste le soin doudouce traitant le plus pratique que j’ai pu tester : il dégomme et soigne sous le maquillage comme en fin de routine du soir, donc quand on a besoin d’une action continue, il est là POUR CA.

Je lui trouve aussi un côté matifiant sur moi, et vu que les beaux jours arrivent, j’attends le folklore « grain de peau de misère » avec impatience pour pouvoir lui mettre un petit coup dans le menton.

 

Comme crème à tout faire, j’en ai plusieurs, mais si je devais n’en choisir qu’une (pour le rendu peau douce et hydratation intense), ce serait celle d’Environ. Le fait d’avoir un bon basique hydratant va aider la peau à mieux cicatriser, être soulagée, ça crée une bonne balance avec un masque purifiant/anti acné, repulpe, donne une meilleure mine sans se fatiguer.

Concernant le super moisturiser +, il contient un émollient très utilisé en cosmétique traditionnelle, le C12-15 Alkyl Benzoate, comme base, avec une huile estérifiée. La suite est surtout un mélange d’ingrédients naturels (beurre de karité – cire d’abeille, du panthénol apaisant et réparateur, du squalane, de la lanolin, de l’huile de soja et une forme de vitamine C, de l’huile de tournesol et de l’extrait de romarin) avec de la chimie (un silicone jeté en plein milieu, un polymère, entre autres).

Au final, c’est comme mettre son visage dans un masque hydratant intense, mais sans la sensation de fraîcheur. Tout à fait le style de soin qui me rend heureuse quand je rentre d’une journée crevante, quand j’ai pris le vélo sous le soleil pour ensuite subir l’air-co au boulot et que mon minois s’est mis à ressembler à une omelette brouillée.

Dans les faits, il convient SURTOUT aux gens qui prennent l’avion où vivent dans des régions sèches et chaudes, parce qu’elle permet de vraiment renforcer les NMF, natural moisturizing factors de la peau, et donc de retenir l’eau plus longtemps dans la couenne.

Concernant son prix, aucune idée (je l’ai reçue), je pense qu’elle doit se vendre à 40 euros les 50ml (pas beaucoup plus que ça).

 

acné 5

Enfin, il ne faut pas négliger les soins complémentaires, même si j’ai des boutons, je prends le temps pour me faire des massages (en évitant quand même les zones très touchées). Ca me permet de garder un beau teint sous la misère, une toile éclatante, même minée, vaut mieux qu’un fatras de pores qui râlent.

J’utilise la crème Tsukika pour ce petit rituel, mais n’importe quel masque un peu épais fera l’affaire, du moment qu’il ne pénètre pas trop vite et qu’il sent bon, c’est le principal.

 

J’ai aussi un bon panel d’huiles fortifiantes pour le visage, mais le sérum qui m’accompagne sans faillir quand je suis en crise, c’est le midnight recovery concentrate de Kiehl’s. Amour et volupté depuis le premier jour, lavande dans le fond olfactif, je me baigne dans son flacon bleu en jetant 4 gouttes dans le creux de la main.

Il soigne, hydrate (oui oui, une grassouillette protège, donc retient l’eau dans la peau en renforçant le ciment intercellulaire, donc hydrate, cherche pas), il me rend heureuse et dure des plombes. Je l’aime.

 

Puis, comme dernier must have, je citerais mon eau thermale préférée, mais chaque source a ses spécificités, celle d’Avène étant celle que je tolère à fond les ballons.

Elle s’invite dans mes poses de masques (pour masser), dans mon sac quand je sors (pour me rafraîchir), elle me sert à bien goupiller ma routine sans eau (en pshiiit de rinçage), il me semble que dans n’importe quelle routine de soins, il faudrait intégrer un produit de ce genre.

Ne serait-ce que pour le geste, l’apaisement que ça procure, le petit frisson quand les gouttelettes tombent sur le minois.

 

Je pense que c’est à peu près tout, même si j’ai sûrement encore d’autres astuces sous le pied, il faut surtout garder à l’esprit qu’une peau avec de l’acné (la vraie), ou juste des crises passagères, c’est le même combat de fond.

On nettoie en douceur, on rince à l’eau thermale, on traite, on hydrate, et on cible en local : ça c’est le patchwork de base.

Ne pas tout appliquer en même temps, gérer ses menus cosmétiques selon ses besoins, puis surtout, se faire plaisir, parce qu’un défaut cutané n’autorise pas les autres à vous dénigrer. Ca arrive, ça se pointe, c’est hors de contrôle pendant 2-3 jours, il n’y pas de raison valable pour qu’on vous dise que vous n’êtes qu’une pouilleuse qui ne fait rien pour entretenir son jardin comme il faut.

T’y peux rien si ça pousse, c’est que la terre est fertile.

 

Des bisous les Caribous !

Les produits Avène – reçus par la marque
La crème Environ – aussi
Le reste : acheté chez Kroonen & Brown, ou en para

Continuez votre lecture
Caribouland
FacebooktwitterpinterestinstagramFacebooktwitterpinterestinstagram

34 réponses à “Viens, boutonneuse

  1. Beauty Aholic

    J’me suis tellement reconnue pour le passage de la crème solaire dans le dos… Sauf que dans mon cas, je fais des études où l’on est amené à se « papouiller » tout le temps, et cette réaction même si les personnes ne l’expriment pas clairement, on la ressent… Et à force ça devient usant…
    En tout cas, bravo pour ton parcours <3

    Répondre
  2. Séverine

    Ok, petite confession: j’ai peut-être eu un peu la larmichette à l’oeil en lisant la première partie de ton article. Les commentaires sur ma peau, je connais. J’ai de l’acné depuis que j’ai 11 ans (vivent les règles, vivent les hormones) et vers 15 ans, c’était devenu l’enfer: kystes, boutons absolument PARTOUT sur le visage, et surtout un peau bien claire qui marque à mort, donc cicatrices de fou malade. Que du bonheur. C’était l’époque pendant laquelle j’ai tenté de décaper ma peau, de lui faire subir tout un tas de conneries, encouragée par mes parents qui n’y connaissaient rien (je ne les blâme pas, je ne connaissais pas plus qu’eux). Et puis, le Roaccutane. Une super amélioration mais une jolie petite dépression et surtout, une rechute après l’arrêt du traitement (bah oui, meuf, quand ton acné est hormonale, c’est pas un traitement qui ne demande pas à tes hormones de se calmer qui va faire un miracle).

    On est maintenant 8 ans plus tard, et j’ai toujours de l’acné. J’en ai sur le menton et le long des sillons naso-géniens, et une peau assez irrégulière sur le front (mais là, sans chtars). C’est le résultat d’une écoute constante de ma peau, d’un passage à des traitements non agressifs et à des produits sans trop de dégueulasseries dedans (ou le minimum possible). J’ai refusé les traitements hormonaux, qui feront sans doute les meilleurs résultats, mais qui impliquent des hormones de synthèse toute ma vie et des effets secondaires chiants très probables. Ca, c’est chacun ses convictions: moi, je ne veux pas le faire, mais je ne juge personne qui déciderait de le faire. Je sais combien l’acné, c’est juste de la merde. Il n’y a pas d’autre mot.

    Donc oui, j’ai toujours de l’acné, mais tellement moins qu’avant. Ma peau est belle et hydratée, toute rebondie et pêchue, même si elle a quelques boutons et des rougeurs. Quand quelqu’un me dit « Oula, t’en as de l’acné pour quelqu’un de 23 ans! » ou me fait un commentaire JUSTE pendant les règles, quand ma peau a tendance à déconner, ça me fait chier. Surtout que vu d’où je viens, j’estime ne plus avoir tant d’acné que ça et je suis même très heureuse du résultat. La plupart des gens qui te font des commentaires ou te donnent de supers conseils (« non mais arrête le maquillage, c’est le pire truc pour ta peau » et autres « en même temps tout ce que tu fous dessus c’est n’importe quoi, de l’huile pour nourrir, t’as de l’acné, faut pas nourrir »…) n’ont pas connu l’acné. Et feraient mieux de fermer leurs gueules.

    Voilà. Bref. Sorry pour la tartine, je m’emballe toujours quand on me parle d’acné. Courage à toi en tous cas, et t’as vraiment une peau à tomber, ne laisse personne te dire le contraire <3

    Répondre
    1. Mona Auteur

      T’as un parcours plus rude que le mien (disons que j’ai toujours eu des kystes, mais j’avais plutôt droit aux lotions antibiotiques quand j’étais ado, mon médecin n’a jamais voulu entendre parler de roaccutane, et TANT MIEUX, ça se délivrait comme des petits pains il y a quelques années).

      T’as bien cerné la chose : quand la peau est belle, rebondie, dodue, les boutons ont beau être là, on a cette assurance de quand même avoir la couenne qui envoie du bois 😀

      Pour ma peau, c’est du boulot, mais merci beaucoup <3 Et bon courage à toi, t'as l'air d'avoir un caractère de fer, ça aide 🙂

      Répondre
  3. Bobette Pop'n Cuticule

    J’aime l’article car j’aime l’intro et tout ce que tu y dit. La peau c’est sacré et personne ne devrait avoir à critiquer – bande de gros b*tards.

    Et en tant qu’ancienne méga grosse boutonneuse, ayant trouvé aujourd’hui (27ans) comment me débarrasser kasiment de ces vicieux, je viens rajouter mon grains de sel: j’ai arrèté TOUS les produits dertmato!!!

    Je ne me lave le visage plus qu’à l’eau, parfois un pshitt l’eau florale (plus acide c’est mieux pour la peau), une fois par semaine j’utilise un peu de savon (saponifié à froid, qui garde sa glycérine, label nature et progres), je ne met plus de crème aucune, mon rituel tous les soirs de l’huile de jojoba, oui de l »HUILE!!!!! Mais la peau elle kiff grave l’huile, et après elle te laisse grave tranquille elle se sent bien, cocoonée, chouchoutée, nourrie, pas étouffée par les produits cracras des cosmétiques classiques, elle ne s’acharne plus à produire masse et masse de sébum!

    Le matin un peu d’huile de macadamia (mais ça c’est juste parce que j’ai un problème d’achat compulsif, j’ai pas su me contenter d’une seule sorte d’huile), huile sèche qui sent ultra bon la noisette, je l’étale bien après avoir chauffé entre mes mimines après avoir passé un gant d’eau sur le visage.

    Je ne me maquille plus, j’étais fan de BB crème, mais je n’en ai plus besoin puisque j’ai accepté ma peau, et elle me le rend bien, je n’ai plus cette poussée d’acnée pendant les ragnagna, j’ai toujours mes pores dilatés, mais je le vis bien.

    Bref le naturel m’a permis d’écouter les besoins de ma peau, de ne plus la cacher, ni la maltraiter avec du savon décapant, et aujourd’hui je suis happy ^^

    Répondre
    1. Mona Auteur

      Haha, tope-là, les grassouillettes c’est mes potes aussi 😀 J’en ai pas parlé ici, mais chaque soir a son huile végétale en sérum, et pom pom pom !

      Vive le naturel pour toi alors, et merci pour ton commentaire 🙂

      Répondre
  4. Ma Beaut'éthique

    Très bel article, très long et très complet.
    Je connais cette galère et la maladie hormonale aussi, je fais ce que je peux pour ne pas me démoraliser mais parfois c’est compliqué.

    Comme Séverine, j’ai connu critiques et remarques « sans méchanceté » de la part des autres, c’est lourd. Comme elle aussi, traitement hormonal recommandé, ad vitam eternam. Refusé.

    Bref, let’s keep fighting !

    Répondre
    1. Mona Auteur

      Très long oui…Une vraie pipelette, j’ai du mal à faire court sur des sujets pareils 😀

      J’espère que tu trouveras des armes à ta hauteur alors, keep fighting YEAH !

      Répondre
  5. Marion

    Bonjour Mona,
    merci pour cet article, je vais devoir le relire et prendre des notes tellement il est riche en informations.
    j’ai 24 ans, je n’ai jamais eu d’acné sévère. Les dernières années j’avais une peau « parfaite » grâce à une pilule avec un anti androgene, mais je suis passée au stérilet et mon front a pris cher ! Enfin j’exagère, ce n’est pas si terrible mais c’est pire que lors de la puberté, donc assez frustrant. Plus le fait que depuis 1 an j’ai des poussées de rosacée environ 1 fois par mois, donc tout ça combiné j’ai du mal à en voir le bout. Le temps que telle lésion cicatrise il y a déjà de nouveaux problèmes à gérer. Mais je relativise, ça pourrait être bien pire.
    Tout ça pour dire que je suis ton blog religieusement, et tu m’apprends TELLEMENT DE CHOSES.
    Je ne sais pas comment était ta peau avant, elle est en tout cas magnifique maintenant, en tout cas je comprends le fait de « relativiser » en comparant aux imperfections qu’on avait avant. The bigger picture.
    Juste une question, tu mets le soin Cleanance expert en tant que creme hydratante ou tu mets une creme encore par dessus ?

    J’ai le Midnight Recovery concentrate, sur tes conseils, et n’ose jamais l’utiliser en periode de « moins-bien ». Je me lancerai maintenant.
    Un grand merci pour ton blog qui est d’utilité publique !
    Marion

    Répondre
    1. Mona Auteur

      Bonsoir Marion,
      Avant, j’étais comme ça, t’as toute l’évolution dans cet article : http://rosecocoon.be/unandemillefeuilleetdesoinsadaptesbyebyelacne/

      Alooors, le cleanance expert me suffit en général comme crème hydratante en journée, vu que je mets quand même la cleanance solaire par-dessus, ça se complète.
      Mais pour le soir, j’ai besoin de plus « lourd », donc j’utilise surtout cette crème quand je suis en crise, à la suite du triacnéal, sans rien d’autre, même si c’est un peu « juste » si par exemple il a fait très chaud ou un peu froid, là ma peau a clairement besoin d’un sérum. Tu dois faire comme tu le sens 🙂

      Pour le Kiehl’s, je l’utilise justement quand je suis fatiguée et que ma peau se marque du coup. Fais seulement, il détend en plus, le bougre 😀

      Un grand merci à toi surtout, des bisous

      Répondre
  6. Sonia Mai

    Bonjour ! ( ou bonsoir)
    Je viens de découvrir ton blog avec cet article et je t’adore déjà par le biais de ton écriture ! Au delà de la pertinence des produits présentés, c’est très agréables à lire, drôle, claquant ( surtout l’intro). Tu sors vraiment du lot, j’espère continuer à prendre autant de plaisir pour les prochains! En attendant, je vais lire les anciens !
    Bonne continuation 🙂 !

    Répondre
    1. Mona Auteur

      Ah ouais, toi tu débarques quand je crie « pustule », il y a de quoi être jeté dans le bain la tête la première. Contente que ça te plaise 😀
      Tu fais partie de la troupe des Caribous maintenant, t’es foutue 🙂

      Répondre
  7. Flocon

    Salut Mona !
    Je comprends tout à fait ce que tu as vécu parce que c’est la même chose pour moi. Sauf que j’ai encore de l’acné et que j’ai tendance à me focaliser sur toutes les imperfections encore présentes plutôt qu’à m’estimer heureuse parce que c’est quand même mieux qu’avant… J’espère que je finirai par m’en débarrasser un jour même si, comme toi, mon acné est d’origine hormonale, du coup, c’est plus résistant.
    Merci pour ces informations précieuses, ça va m’aider !
    J’aime toujours autant ton écriture, c’est plaisant de lire des articles aussi intéressants sur le fond sur sur la forme 😉

    Répondre
    1. Mona Auteur

      Coucou Flocon,
      Je dis pas non plus que c’est facile d’essayer de voir que c’est mieux qu’avant, pour éloigner les mauvaises langues et leurs commentaires à deux balles, mais tu tiens le bon bout 🙂
      Essaye peut-être, si ça n’a pas encore été envisagé, de passer par des plantes comme la bourrache, l’onagre ou la pensée sauvage pour soigner tes problèmes de peau, parfois ça peut être libérateur.

      Répondre
      1. Flocon

        Merci pour ta réponse, c’est important de se serrer les coudes 😉 Il faut aussi (essayer de) perdre l’habitude de se scruter sous toutes les coutures dans le miroir et de se charcuter… Je pense qu’on est plusieurs dans mon cas :-/
        J’ai essayé une cure de bardane/pensée sauvage et plusieurs cures de zinc sans succès malheureusement. C’est vrai que ce n’est pas forcément évident de trouver les actifs/combinaisons qui fonctionnent étant donné que chaque peau est différente (et personnellement, c’est compliqué de trouver des produits qui ont un quelconque effet sur la mienne ^^).
        Mais certains produits ont enfin trouvé grâce à mes yeux récemment : l’huile essentielle de ravintsara (cinnamomum camphora pour le petit nom latin) qui est plutôt efficace sur mes imperfections (contrairement aux huiles essentielles de tea tree, de sauge sclarée, de palmarosa ou de lavande fine mais je n’ai jamais testé celle de niaouli en revanche) et je suis en train de tester les versions miniatures des 2 sérums DeNovo (un « normalisant » que j’applique le matin et un « éclat » que je mets la nuit) et je dois dire que je suis agréablement surprise de l’effet positif sur mon acné. Si ça peut donner des pistes à quelqu’un, sait-on jamais…
        Je suis fortement tentée par le gant démaquillant (même si le double nettoyage me convient bien), j’achèterai le Lapiglove plutôt que le Magic Mitt (mais bon, c’est sensiblement la même chose sauf que le premier est moins cher), je te dirai ce que j’en pense. Et idéalement, si j’avais le budget, la Clarisonic me serait utile à mon avis !
        Bonne soirée !

        Répondre
        1. Mona Auteur

          celle de niaouli c’est un petit trésor sur les boutons hormonaux (surtout ceux qui ne sortent pas, restent rouges, inflammés, impassibles, les salauds)

          pour le gant démaquillant t’as le choix de toute manière, je pousse pas à l’achat du magic mitt, je comprends les impératifs budgétaires 😀

          Pour la clarisonic, ça reste un bon outil si ta peau s’encrasse vite, sinon, tu peux très bien t’en sortir sans (dit la fille qui l’utilise 3 fois par semaine sans faute :p)

          Répondre
          1. Flocon

            Je note l’huile essentielle de niaouli dans un coin de ma tête alors 😉 Et pour la Clarisonic, je finirai sûrement par céder à la tentation ! Je confirme, ma peau s’encrasse très vite mais mon gros problème reste ces fucking microkystes… Encore merci pour tes conseils ! 😉

  8. Sunnh

    Merci pour cet article! Je n’ai pas de l’acné trop « grave », mais souvent des boutons sur le menton, des petits bâtards qui font bien mal et qui mettent mille ans à partir. Je vis avec, c’est quand même pas la fin du monde, mais c’est clair qu’à 23 ans j’aurais préféré m’en passer. Ce qui me désespère, c’est qu’il faut souvent une ribambelle de produits pour constater une amélioration. Perso, j’essaie de n’acheter que des produits non-testés sur les animaux, ce qui réduit déjà vachement le choix, et en plus j’ai un tout petit budget d’étudiante alors je ne peux pas vraiment me permettre d’essayer plein de choses… Ceci dit, je retiens ton conseil d’éviter trop de nettoyage à l’eau (j’utilise un savon pour peau sensible de chez Lush matin et soir en général, puis une lotion hydratante de chez Rituals), je vais essayer de trouver un produit qui me conviendrait pour le démaquillage! Merci 🙂

    Répondre
    1. Mona Auteur

      je comprends le budget limité de l’étudiante, dans ces cas-là, vaut mieux viser tout ce qui est multi-usage (comme les poudres, les huiles végétales et essentielles, les beurres végétaux), ça permet de mettre un peu de côté aussi 🙂

      Pour le démaquillage, si tu es en France, tu as l’huile démaquillante d’Edenens qui est vraiment bien (et dure des MOIS), le Tolériane dermo-nettoyant aussi (qui doit sûrement coûter moins cher qu’ici), puis bon, l’Ultrasimple, mon doudou :p

      Si t’as besoin d’aide, tu me dis 😉

      Répondre
      1. Sunnh

        Merci beaucoup! Je suis en Belgique comme toi, je me suis acheté cette semaine un nettoyant/démaquillant doux pour peaux sensibles de Weleda (j’adore cette marque), ça sera sûrement plus agréable que le nettoyant Nivea de mon copain que j’utilise depuis trois jours et qui décape la tronche haha 😀

        Répondre
  9. Mo

    Merci pour ce petit paragraphe qui résume bien mon humeur du moment et la difficulté d’avoir une peau, je cite, « dégueulasse ». Qu’on ait 15, 20, 25, ou 45 ans. C’est toujours affamant et c’est un vrai fardeau au quotidien.
    De la tendresse et du biactol (oh non!) à toutes

    Répondre
  10. Louise

    Coucou Mona,
    Voilà 9 mois que je te lis (grande caribou qui a lu presque tous tes articles) et c’est mon premier commentaire depuis tout ce temps mais je me sens particulièrement concernée par ton article donc je me lance.
    Donc, j’ai 14 ans et j’ai de l’acné depuis mes 10 ans (ça date pas d’hier quoi). Je n’ai strictement RIEN fait comme soins à ma peau pendant 2 ans et demi, je ne la lavais, je ne l’hydratais pas, etc. Et je perçais mes boutons (Aïe aïe).
    Puis quand j’ai eu 12 ans (pile le jour de mon anniversaire, merci pour le magnifique cadeau dame nature), j’ai commencé à avoir mes règles et mon acné s’est aggravée genre calculatrice, j’en avais sur tout mon visage. La rentrée arrive et là une de mes amies m’offre le masque Garnier 3 en 1 (cdeau très subtil) et je me dis : « Waw ce truc c’est une tuerie ça dégomme tout ! », je n’y connaissais rien, composition je pensais que c’était réservé aux savants. Evidemment ma peau a fait l’effet boomerang.
    À Pâques de l’année passée, ma mère décide enfin de m’emmener chez une dermatologue qui me prescrit le gel Acneryne pour les boutons inflammés et Skinoren Creme avec acide azélaïque. Le résultat est rapide et fulgurant, j’étais ravie sauf que mes points noirs étaient toujours présents.
    Et pendant l’été, je suis partie au soleil et la dermato m’assure que Skinoren, je peux le mettre malgré le soleil. Je me demande toujours si elle a eu son diplôme dans une pochette surprise, elle devrait savoir que acide + soleil sans un SPF de 50 renouvelé toutes les heures = GROS dégâts. Mon visage ne bronze donc absolument plus, en dépit de tout ce que j’ai essayé.
    Enfin après 3 mois, la crème et le gel ne font plus aucun effet et toute mon acné est revenue : moins de boutons, plus de points noirs, plus de kystes (ma terreur) et une peau ARCHI sèche et fragilisée (devenue sensible), qui pèle et tout. Il faut savoir qu’elle ne m’avait pas prévenue des effets secondaires, ni ne m’avait conseillé de nettoyer mon visage ni de mettre une crème hydratante pour peau sèche.
    Pour résumer, ça avait viré catastrophe. J’ai donc été à la phamarcie où on m’a conseillé le gel cleanance et la crème hydratante pour peau sèche de chez Avène et ma peau allait mieux.
    Depuis, j’ai appris à mieux connaitre ma peau, j’ai encore fait des catastrophes mais j’ai appris de mes erreurs et j’ai même quelques marques inconnues au bataillon à partager (je sais que toi aussi tu adores tester des nouvelles marques) : la marque Académie (trouvée chez une esthéticienne) leur fluide hydratante pour peau grasse est une merveille (19,5% en actifs, tu devrais apprécier) compo presque nickel mais c’est cher, la marque Vita Verde (chez Di) leur pot d’argile verte de 250 gr à moins de 4€ et enfin la marque JYB (chez iu) qui est belge, produite à Ixelles, bio, avec des flacons à pompe (qualité presque inaltérable et on peut siphonner le produit jusqu’au bout), je suis en train de tester leur lotion peau grasse et sensible, la composition est géniale, bourrée d’actifs, le seul bémol c’est 22€ pour 150 ml mais ça part pas vite.
    En conclusion : j’ai toujours de l’acné mais beaucoup moins qu’avant, je me bataille contre les cicatrices et les points noirs (je veux remporter cette bataille) et surtout, je dis stop aux traitements oraux (résultats médiocres sur les personnes que je connais et trop d’effets secondaires = j’ai refusé), au dermato, j’écoute ma peau et j’utilise des produits avec une bonne compo.
    Et à tous ceux qui disent : « Mets du fond de teint bordel, l’acné c’est vraiment moche », je dis MERDE, s’ils disent ça c’est qu’ils n’ont jamais eu d’acné, ma peau est devenue magnifique (de mon avis) pour refaire de nouvelles catastrophes avec.
    Un ENORME MERCI pour ton blog, ton écriture, ça remonte vraiment le moral de voir que je ne suis pas seule à lutter contre l’acné et à subir des critiques.
    Bonne soirée
    P.S. : J’espère ne pas avoir fait une trop longue tartine (je crois malheureusement que si)

    Répondre
    1. Mona Auteur

      rohalala, quand il s’agit de soleil, je dis toujours « dans le doute abstiens-toi, ou ne t’exposes pas ». Je suis désolée que tu ne puisses plus rebronzer du visage :/

      ET OUI, t’inquiètes, on est jamais seule à vivre cette galère-là, même ceux qui n’ont qu’un bouton se considèrent « atteints » (alors que bon…), donc c’est déjà bien que tu sois à l’écoute de ta peau, ça permet aussi d’être en pleine conscience de ce qu’on est, et ce qu’on vaut.
      Si t’as besoin que je te remonte le moral une autre fois, je le fais avec plaisir, avec une bonne blague pourrie de Caribou, promis 😀

      Passe une très bonne soirée Louise 🙂

      Répondre
  11. Laura

    Bravo pour ce superbe article qui m’a vachement remonté le moral ! Car oui même s’il me reste des cicatrices et des boutons, je vois des améliorations. Mon entourage ne les voit pas, ne m’encourage pas, voire me baisse le moral, mais lire cet article m’a fait un bien fou. Et pis au fond, on emmerde bien ceux qui osent nous dire quelque chose, mais qui n’y connaissent rien. Et pis même y connaître quelque chose ne donne aucun droit de critiquer la peau de son voisin. éè En tout cas continue ainsi ton superbe blog que je lis avec envie à chaque article !

    Répondre
    1. Mona Auteur

      mais de rien Laura ! 🙂
      C’est bien pour ça que même avec le peu que je connais, je ne permettrais pas de foutre plein de produits dans les bras de quelqu’un pour lui dire « allez, va te faire une nouvelle peau ».
      C’est un vrai petit combat, à chacun le sien, à son rythme 🙂

      Merci ma chère 🙂

      Répondre
  12. Mary de Suisse

    « Oh putain, ca va pas mieux ta peau… »
    MAIS SI ! Ca va beaucoup mieux en fait !!!!!
    J’ai l’habitude des remarques déplacées, étant naturellement mince, chacun se permet de juger mon corps, trop ceci ou pas assez cela, et je pense pas qu’ils oseraient la même chose chez une personne en surpoids.
    Ca permet de faire les tri entre les gens qui ont du savoir vivre et les autres disons 😉
    A 13 – 14 ans acné de la puberté, des boutons mais pas en plaque et pas des kystes, sur la zone T et le dos. Peau grasse. Classique. La colonisation de mon dos me donne droit à un antibiotique, je l’ai pris vraiment longtemps, 2 ans peut être (?!!). Quand je l’ai arrêté à 15 ans rien à signaler, pas de retour de flamme. Peau normale. A 16 ans j’avais une peau parfaite. 16 ans et demi la pilule, je l’ai arrêté en septembre dernier à 22 ans (plus de 5 ans non stop). Au bout de 4 mois sans (vicieux héhé) je me prends le retour du bâton des hormones qui font du saut à l’élastique. De l’acné douloureux et en plaque. Jamais eu ca ne ma vie. Le dos aussi. Surtout le front. Entonnant pour une acné hormonale, rien sur le bas du visage, je sais pas pourquoi. J’ai repris la pilule pour raison médicale, ce qui me laisse une impression de ni fait ni à faire, la plupart des filles qui témoignent sur internet ayant les choses qui retournent à la normale au bout d’un an. Je ne saurai jamais si l’acné aurait fini par partir…
    J’en suis à ma deuxième plaquette, et enfin l’acné commence à partir. C’est à dire pas de nouveaux arrivants actifs. Mais encore la tête plein de traces rouges, c’est moche, on me dit merde!, et moi je suis là youpi ! c’est rien ca, c’est de l’acné « mort ». 😉 Je vais bientôt passer en mode soin pr la cicatrisation si ca continue comme ca.

    J’ai mis en application (enfin j’ai fait ce que je pouvais) les conseils beauté pure, et les tiens. Rien n’a fait diminuer l’acné… mais ca ma permis d’avoir une jolie peau autour, je savais qu’il fallait que la maintienne bien hydratée. Ado j’aurai jamais hydraté une peau boutonneuse 😉 Par contre je n’avais pas la peau grasse, mais pas du tout, un autre mystère… Juste la peau qui s’enflamme sans surplus de sébum.
    Mais j’ai pas testé l’huile de niaouli ! J’aurai du. Le tea tree c’était comme pisser dans un violon. Le cilcafate en lotion ca séchait pendant la nuit et le matin…beh ca ne parfait pas au nettoyage et je devait l’arracher (un peu violent comme terme) pour ne pas aller bosser avec des pastilles blanches sur le visage. Je suis la seule à qui ca fait ca ? :/

    J’avais déjà de la compassion pour les personnes à acné, j’en ai encore plus maintenant. 🙁
    Longue vie à ce blog si instructif et longue vie aux ‘framboises dodues’ 🙂

    Répondre
    1. Mona Auteur

      haha, de l’acné mort 😀 Je suis enfin en phase non active (après une semaine de fort combat à cause du stress, mais je suis fière de moi – « souffle sur la mèche »).
      Pour la cicalfate en lotion, le lendemain, vu que je mettais aussi de grosses sclotchs, ça se collait à la croûte du bouton (ALLEZ, DIS MIAM) : je prenais un gant de toilette imbibé d’eau bien chaude et je laisse poser dessus, puis j’essuyais doucement. Après deux trois passage, tout partait. Dans mes souvenir, avec de l’huile ça s’en allait aussi. A voir, parce que c’est foutrement efficace ce produit.

      Je pense que de manière générale, tout ce qui est régulé par des hormones de synthèse échappe à la norme naturelle, et donc on est surtout censées « faire avec », et se rendre à l’évidence que lorsque quelqu’un d’autre conduit le train – la pilule – on a du mal à lui piquer les manettes.

      A moins d’assommer le bougre :p

      Répondre
      1. Mary de Suisse

        Ouais félicitations ! 😀
        Ok pour le cicalfate, si j’en remets j’essaierai la technique du gant de toilette, merci pour le conseil !

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *